Retrait de sevrage de la nicotine

Lorsqu'un fumeur expérimenté abandonne la cigarette, il subira certainement un sevrage de la nicotine. Il s'agit d'un état inconfortable du corps qui apporte beaucoup de souffrance à une personne. L'affirmation selon laquelle il n'y a pas de syndrome de sevrage lorsque l'on veut arrêter de fumer et que les sensations désagréables dépendent de la volonté, de l'humeur pour l'avenir n'est qu'un mythe. Chaque fumeur passe par cette étape, mais cela dure pour tout le monde de différentes manières: d'une semaine à un mois.

Les statistiques de l'OMS montrent que chaque année, la cigarette cause 6 millions de décès, dont un peu moins de la moitié sont des enfants. Le moindre rôle dans cette situation appartient à la difficulté d'arrêter de fumer, une forte envie de nicotine tout en essayant d'arrêter une mauvaise habitude. C'est le syndrome de la dépendance. Le sevrage de la nicotine s'apparente au sevrage alcoolique. C'est un stress pour tout l'organisme. C'est pourquoi il est si difficile d'arrêter de fumer. Mais il existe des moyens d'atténuer cette condition. Et vous devez les connaître comme une bouée de sauvetage.

Les causes

La nicotine est une endotoxine dont le corps a besoin pour les processus biochimiques normaux. Mais lorsque ce poison arrive à une personne de l'extérieur, il perturbe tout le système bien huilé du métabolisme, les processus métaboliques. Le pire, c'est que les neurones du cerveau sont les plus vulnérables à la nicotine, et c'est là que se produisent les premières transformations négatives..

L'exo-poison déclenche le développement d'un réflexe de plaisir conditionné en réponse à une cigarette fumée. Il interfère avec le système de régulation hormonale du corps, remplace la dopamine - la substance de la joie, formant un besoin psychologique de soi.

L'arrêt brutal de la cigarette provoque une condition stressante qualifiée de fragile: les neurones crient qu'ils meurent sans nicotine et demandent son retour. Le système nerveux reçoit constamment des signaux sur le manque de dopamine et d'adrénaline, mais n'est pas en mesure de corriger immédiatement la situation. Les hormones naturelles du bonheur font défaut. Et le fumeur attrape à nouveau une cigarette, se persuadant que c'est la toute dernière.

Plusieurs facteurs y contribuent:

  • Âge. Malheureusement, plus le fumeur est jeune, plus vite il devient accro à la nicotine..
  • La durée de la dépendance aux cigarettes. L'expérience est un allié fidèle du tabagisme.
  • Manque d'aide familiale. Il est presque impossible d'arrêter de fumer sans le soutien de ses proches..
  • Amis et collègues qui fument. Le mauvais exemple est contagieux.
  • État général du corps. Les maladies somatiques (en particulier des poumons) aggravent les symptômes de sevrage.

Durée du retrait

La durée d'adaptation à la vie sans cigarette dépend principalement du stade de la dépendance:

  • Au niveau du ménage - fumer jusqu'à 5 cigarettes par jour sans régularité. Il est réversible et ne nécessite pas d'efforts titanesques, de temps.
  • Habit - l'utilisation de jusqu'à 15 cigarettes par jour avec le développement d'une dépendance physiologique et des symptômes de sevrage faciles. Réversible avec quelques efforts, le soutien des proches.
  • Dépendance - le besoin de jusqu'à 1,5 paquet de cigarettes par jour. Envie irrésistible de nicotine, tolérance. La nécessité de fumer 24 heures sur 24 (après les repas, la nuit, à jeun) avec un degré élevé de lésions des organes internes.

Le sevrage se développe déjà dans les premières heures après l'absence de la dose habituelle de nicotine dans le corps, mais il peut retarder deux ou trois jours.

Le type de réaction est strictement individuel et est déterminé par un certain nombre de points:

  • Le nombre de cigarettes fumées quotidiennement et l'expérience du fumeur.
  • Variété (force) de tabac.
  • Sexe et âge. Les femmes, en raison de leur appareil physiologique hormono-dépendant, se séparer de la cigarette est beaucoup plus difficile et plus problématique.
  • Psychotype de la personnalité. Les optimistes ont un avantage indéniable.
  • Santé générale, en particulier du système nerveux.

Selon les prévisions les plus optimistes, avec une coïncidence favorable de toutes les circonstances, la durée du retrait est limitée à une semaine ou dix jours..

Prévisions pessimistes - un mois ou plus.

Symptômes de sevrage de la nicotine

La nicotine affecte tous les organes et tissus internes, de sorte que les symptômes de sevrage sont polymorphes: cœur, vaisseaux sanguins, système nerveux central, tube digestif.

  • Agressivité accrue, irascibilité incontrôlée, irritabilité déraisonnable. Un sentiment constant d'anxiété, l'envie de tout faire rapidement, l'impossibilité d'attendre le résultat de vos actes et de ceux qui vous entourent.
  • Syndrome de fatigue chronique, faiblesse, fatigue.
  • Bouche sèche, soif constante
  • Tremblement des membres.
  • Migraines, évanouissements, étourdissements.
  • Symptômes d'intoxication: nausées, dyspepsie.
  • Trouble du sommeil.
  • Hypertension artérielle, arythmie, rythme cardiaque lent ou rapide.
  • Essoufflement, toux humide avec beaucoup de mucosités, sensation constante d'étouffement, congestion.
  • État dépressif.
  • Désir constant de manger (polyphagie).
  • Allergie.
  • Dyshidrose.
  • Stress constant.

Comprendre ce qui se passe et un désir passionné de se séparer d'une mauvaise habitude peut faciliter la situation..

La réponse du corps à chaque étape

Les narcologues divisent toute la période d'arrêt de la nicotine en trois étapes principales: le début (premier jour), atteignant le maximum, les sept premiers jours. Contrôle - les 30 premiers jours sans cigarettes. C'est le moment de la restructuration la plus active du corps. De nouvelles compétences comportementales sont développées en 21 jours.

Le premier jour

La faim de nicotine survient au cours de la première heure d'arrêt de la cigarette. L'anxiété incertaine augmente et après 8 heures n'est plus contrôlée par le patient. En plus de l'irritabilité, il n'y a pas de symptômes somatiques. D'où la nervosité: rien ne fait mal, mais l'état d'inconfort est évident. En russe, on l'appelle "mayata". Il y a un autre scénario: outre la légère joie de ne pas fumer, et rien de négatif ne se produit, l'euphorie survient. Mais le lendemain, elle est remplacée par une dépression matinale: tout va mal, tout va mal, rien n'est nécessaire.

Sommet de l'abstinence

Dans 90% des cas, l'inconfort maximal survient le deuxième jour de l'arrêt du tabac. Cet état de pointe se poursuit de différentes manières pour chacun. D'une semaine à un mois. C'est la période la plus difficile. Toutes les pensées sont concentrées sur une chose: ne pas fumer! Et ici se manifeste la symptomatologie la plus frappante: la colère, la colère, le désir de se quereller, de jurer, d'offenser à la fois en paroles et en actes. Le patient est facilement enragé et détruit tout ce qui lui tombe sous la main.

Insomnie persistante, pensées de mort, suicide.

Cela est dû à la dé-nicotinisation criminelle du corps: le poison nécessaire à l'équilibre ne vient ni de l'extérieur, ni il n'est produit par le foie lui-même, habitué à être déprimé. La glande est restaurée après trois à quatre jours, et à partir de ce moment, les symptômes somatiques commencent à disparaître..

Seule la dépendance psychologique demeure.

7 jours

La hauteur des événements. Des tremblements des mains se produisent constamment, des nausées, des douleurs derrière le sternum, des pupilles dilatées, une dyspepsie ou une constipation, une toux humide douloureuse, une exacerbation de toutes les maladies chroniques.

Il vaut mieux survivre cette fois sous la supervision d'un médecin et avec son aide..

Seul un spécialiste est en mesure de sélectionner les remèdes symptomatiques nécessaires, de calculer leur posologie, d'établir un schéma posologique, de discuter avec les proches des moyens de soutenir l'arrêt du tabac. Les herbes médicinales seules ne suffisent pas ici, le plus souvent.

30 jours

C'est la période d'abstinence qui s'apaise. Surmonter somatique, plus ou moins normal avec la psyché. L'humeur s'améliore, la vitalité augmente, des projets d'avenir surgissent. Le corps déclenche un potentiel d'auto-purification qui a été jusqu'à présent supprimé par la nicotine. Les toxines et toxines sont éliminées vers l'extérieur par tous les moyens disponibles: tractus gastro-intestinal, reins, poumons, peau. L'immunité est encore très faible et il y a un risque d'attraper un rhume, une infection. Par conséquent, la tâche principale de cette période est le durcissement, la stimulation des forces immunitaires.

Après avoir dépassé la barre des trente jours, les patients gagnent en confiance en eux et un retour à une mauvaise habitude à ce stade devient peu probable..

Votre narcologue recommande: les conséquences

Une aide professionnelle intempestive avec les symptômes de sevrage entraîne les complications suivantes:

  • Troubles métaboliques (perte de poids et d'appétit incontrôlées).
  • Arythmies et angine de poitrine (problèmes vasculaires).
  • Stomatite aphteuse (digestion altérée des aliments, irritation des muqueuses).
  • Exacerbation de la pathologie pulmonaire et développement d'une composante asthmoïde (expectoration et bronchospasme).
  • Varices (insuffisance veineuse due à une violation du système de coagulation sanguine).

Que faire en cas de crise?

Les narcologues offrent plusieurs options d'aide en situation de crise:

  • Thérapie de substitution. Remplacement de la nicotine exogène des cigarettes par une autre exonicotine. Par exemple, les remèdes Nicorette à la nicotine: patch, spray, chewing-gum, comprimés. Il n'y a pas si longtemps, la méthode d'injection de 30% de nicotine était populaire, mais elle ne se justifiait pas et aujourd'hui elle n'est applicable que comme adjuvant.
  • Utilisation d'antagonistes des récepteurs nicotiniques. Le principe actif de ces préparations est des alcaloïdes de type nicotine: cytisine, lobéline, pilocarpine. Les médicaments portent les mêmes noms, en outre, des fonds tels que Champex, Tabex sont également inclus ici. Les médicaments sont efficaces, mais ils ne sont utilisés que sous la surveillance d'un médecin, car ils ont des effets secondaires graves: intolérance individuelle jusqu'à l'anaphylaxie, dépression du centre respiratoire, troubles du rythme cardiaque, vasospasme des reins, arbre bronchique, foie.
  • Développement de schémas thérapeutiques complexes, qui incluent les deux premières méthodes avec l'ajout de tranquillisants: Mebikar, Corrida, Gamibazin ou Zyban, qui augmentent la résistance à la nicotine. Un traitement complexe n'est possible que sous surveillance médicale.
  • Médicaments assurant le rejet de la nicotine par l'organisme: solutions d'AgNO3, CuSO4, tanin, émitine. Ils sont efficaces et efficients, mais très difficiles à utiliser..

De plus, il ne faut pas oublier qu'une crise de sevrage aiguë peut être soulagée avec de l'eau claire, en prenant juste quelques gorgées, du jogging, un bain chaud.

Le résultat zéro est une raison pour demander de l'aide médicale.

Signes de succès

La santé est le meilleur indicateur d'un traitement efficace contre la dépendance à la nicotine. Après le sevrage de la nicotine, le patient ressent chaque jour un changement pour le mieux:

  • Le pouls est normalisé.
  • La pression artérielle se stabilise.
  • Les pensées deviennent claires, pense, le travail est facile.
  • Les pulsations pathologiques cessent, le flux sanguin revient à la normale.
  • L'odeur et le goût reviennent.
  • Respire profondément.
  • La fatigue recule.
  • Haute efficacité.
  • La toux disparaît.
  • Puissance, augmentation de la libido.
  • Le système immunitaire est normalisé.
  • La digestion fonctionne comme une horloge.
  • La peau acquiert une teinte agréable, l'acné, la desquamation disparaît, les cheveux et les ongles acquièrent brillance et force.
  • La mauvaise haleine disparaît, les dents s'éclaircissent progressivement.
  • Le sommeil devient profond, calme.

Les médecins affirment qu'après avoir abandonné la cigarette, le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires (et ils tiennent la palme parmi les causes de décès) est réduit de 90%. Le but de se débarrasser de la dépendance à la nicotine peut être mis lorsque le désir de fumer disparaît complètement.

Symptômes de sevrage liés à l'arrêt du tabac

Les symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac sont un phénomène inévitable auquel font face toutes les personnes qui tentent de lutter contre une mauvaise habitude. Cette condition, accompagnée d'un certain nombre de symptômes désagréables, apparaît à la suite d'une absence totale ou partielle de nicotine dans le corps. Étant donné que la nicotine crée une dépendance, en raison d'une diminution de la dose, le corps commence à avoir besoin d'un réapprovisionnement, ce qui conduit au sevrage de la nicotine. La durée de cette condition dépend en grande partie de la durée du tabagisme, ainsi que de facteurs tels que la santé et l'âge d'une personne. Dans cet article, nous discuterons des causes et des symptômes de ce phénomène et envisagerons des médicaments pour soulager les symptômes de sevrage..

Comment se manifestent les symptômes de sevrage?

Cette condition est souvent appelée syndrome de sevrage. Il commence à se manifester sous la forme d'une forte envie de fumer quelques heures après la dernière cigarette fumée. Combien de temps durent les symptômes de sevrage? Il est très difficile de répondre à cette question, car elle dépend de divers facteurs. En moyenne, la durée de cette condition après avoir cessé de fumer peut varier de deux semaines à quelques mois..

Les symptômes de sevrage sont connus de tous les fumeurs, car ils se sont tous retrouvés dans une situation où il n'y avait aucun moyen de fumer une cigarette. Dans une telle situation, les signes suivants commencent à apparaître:

  • essoufflement sévère, sensation d'essoufflement;
  • fortes envies de cigarettes;
  • fatigue rapidement apparente;
  • accablé et déprimé;
  • parfois la constipation peut survenir;
  • les mains commencent à trembler et des crampes apparaissent;
  • vomissement;
  • Augmentation de l'appétit;
  • coups de bélier, présence de tachycardie;
  • tousser;
  • il y a un sentiment d'anxiété et d'irritabilité;
  • un état dépressif apparaît;
  • problèmes de sommeil qui entraînent de l'insomnie.

La durée de chaque symptôme peut varier. De plus, d'autres symptômes du syndrome de sevrage peuvent survenir, qui seront de nature individuelle et ne se manifesteront pas chez tout le monde. Certains fumeurs peuvent faire face à des complications pouvant découler de problèmes de santé ou de maladies chroniques.

Mais n'ayez pas peur, car toutes ces manifestations disparaissent avec le temps. Il existe également des médicaments spéciaux qui peuvent soulager les symptômes des symptômes de sevrage..

Quelles sont les causes du syndrome de sevrage

Les symptômes de sevrage du tabagisme n'apparaissent pas aussi forts que lors de l'arrêt de l'alcool ou des drogues. Mais néanmoins, il a un effet fort sur tous les systèmes du corps, ce qui devient une véritable torture pour un ancien fumeur. La nicotine interfère avec tous les processus se déroulant dans le corps humain.Par conséquent, en son absence, elle tombe dans un état de stress et il faut du temps pour apprendre à exister sans cette substance nocive..

Il convient également de noter que la dépendance à la nicotine se manifeste sous plusieurs formes: physique et psychologique. Ces facteurs conduisent à la formation de fringales. La nicotine affecte le système nerveux de sorte qu'il y a une poussée d'adrénaline et une poussée d'énergie se fait sentir. Chez le fumeur, des endorphines se forment et l'humeur s'améliore. Mais cet effet ne dure pas longtemps et après un certain temps, le corps aura à nouveau besoin d'une autre dose de nicotine.

Notre corps est capable de se souvenir de certaines sensations, de sorte que les cigarettes commencent à être associées à quelque chose d'agréable et de relaxant, et leur absence au stress et à l'irritabilité. Une telle tromperie devient la raison du développement de la dépendance aux produits du tabac, dont l'impact négatif conduit à l'apparition de diverses maladies..

Il s'agit de la dépendance psychologique. Avec le physique, tout est beaucoup plus dangereux. La nicotine, le goudron et d'autres substances nocives commencent à interférer avec tous les processus du corps. Les systèmes nerveux et périphérique se prêtent à une grande influence. Les constituants de la fumée de tabac stimulent les processus biochimiques. Le corps s'habitue à l'assistance fournie et en son absence, il lui devient difficile de le faire seul.

Comment se débarrasser des symptômes de sevrage

Il existe des médicaments qui peuvent aider à soulager les symptômes de sevrage. Mais rappelez-vous que sans la motivation et le désir d'arrêter de fumer, rien ne peut vous aider. La chose la plus importante à faire pour un fumeur qui veut se débarrasser d'une mauvaise habitude est d'être patient. Écoutez les recommandations des médecins et changez votre style de vie. Distrayez-vous avec des activités enrichissantes comme la randonnée, le sport, un nouveau passe-temps. Recherchez dans divers forums pour soutenir les anciens fumeurs. Si l'envie de fumer est fréquente, gardez des sucettes ou des graines avec vous.

Si les symptômes de sevrage commencent à se manifester très fortement et que vous ne pouvez pas les tolérer, vous devriez alors demander l'aide d'un spécialiste. Il pourra prescrire des médicaments pouvant remplacer la nicotine. Ces fonds comprennent Tabex, Brizantin et autres.

Dans le cas où l'état psychologique se détériore beaucoup et qu'une dépression sévère commence à se développer, le médecin peut prescrire des antidépresseurs. De nombreuses personnes remplacent la nicotine par de la gomme et des patchs. Les fabricants de cigarettes électroniques affirment qu'elles peuvent être utilisées pour arrêter de fumer. Mais ne tombez pas sous le charme de leurs gadgets, car les cigarettes électroniques contiennent également de la nicotine, alors n'échangez pas une vieille habitude contre une nouvelle..

Si les symptômes de sevrage provoquent la manifestation de maladies chroniques, vous devez consulter d'urgence un médecin. Il prescrira la thérapie nécessaire et surveillera le passage.

Si cet article vous fait peur, alors vous ne devriez pas avoir peur. Les effets des symptômes de sevrage, bien que désagréables, peuvent être ressentis. De plus, dans peu de temps, vous pourrez vous débarrasser définitivement de la mauvaise habitude et la réaction négative temporaire du corps ne peut être comparée aux résultats positifs qui vous attendront après la fin de cette période..

Syndrome de sevrage de la nicotine

Le sevrage de la nicotine, ou syndrome de sevrage nicotinique, est un complexe de symptômes qui apparaissent après l'arrêt du tabac. La durée et la gravité de cette affection sont influencées par de nombreux facteurs, ce qui signifie qu'elle est de nature individuelle. Ce phénomène est dû à la dépendance du corps à l'apport constant de nicotine..

De plus, la dose suivante de cette substance est devenue nécessaire et habituelle. La durée et la nature du déroulement de ce processus diffèrent chez tous les fumeurs. Mais l'essentiel est de surmonter toutes les conditions négatives associées au syndrome de sevrage à la nicotine et de revenir à un mode de vie sain..

Comment la nicotine affecte-t-elle le corps

On sait que la nicotine a un effet sur presque tous les organes et systèmes importants du corps. Avec le développement d'une dépendance physiologique et psychologique à la nicotine, une personne éprouve des manifestations désagréables. Cela devient la raison pour laquelle une personne revient à la cigarette encore et encore..

Lorsque, dans le contexte de l'arrêt du tabac, une personne développe des sensations subjectives désagréables, on parle de syndrome de sevrage nicotinique. La nicotine forme non seulement une dépendance physique mais aussi psychologique chez le fumeur. Ce dernier affecte un changement de l'arrière-plan émotionnel d'une personne.

Le fumeur s'habitue au rituel du tabagisme, qui devient progressivement une partie intégrante de sa vie. La dépendance physique consiste à s'habituer à l'effet stimulant de la nicotine sur le système nerveux. L'ampleur de l'envie de fumer dépend du caractère de la personne, de sa volonté et de sa force de motivation.

Le tabagisme perturbe le travail des systèmes cardiovasculaire, nerveux et endocrinien. Presque tous les fumeurs souffrent de toux humide persistante, qui peut se transformer en cancer du poumon. Le tabagisme à long terme conduit à une intoxication chronique à la nicotine, qui se manifeste par les processus suivants:

  • maladies respiratoires chroniques;
  • diminution de l'acidité de l'estomac;
  • processus inflammatoires dans la muqueuse buccale;
  • augmentation de la salivation;
  • altération de la motilité du gros intestin.

Malgré le fait que le syndrome de sevrage à la nicotine en général soit beaucoup plus facile qu'une condition similaire avec dépendance à la drogue ou à l'alcool, presque tous les fumeurs ont du mal à tolérer l'inconfort associé à l'abandon de la cigarette..

Pourquoi les symptômes de sevrage surviennent-ils?

Le syndrome de renoncement au tabac a tendance à survenir chez les fumeurs expérimentés. Elle provoque une gêne déclenchée par un changement d'habitudes, ainsi que des symptômes de sevrage, qui se caractérisent par une détérioration du bien-être due à l'arrêt de la consommation de nicotine.

Cela devient inévitable, car la nicotine est depuis longtemps le moteur de nombreux processus biochimiques dans le corps. Après avoir arrêté de fumer, le corps se reconstruit pour fonctionner normalement. Cela provoque un certain inconfort qui empêche l'ex-fumeur de reprendre la vie qu'il avait avant la cigarette..

Le sevrage de la nicotine accompagne toute la période de restructuration du corps d'une nouvelle manière après avoir complètement arrêté de fumer. De plus, une personne ressent un inconfort psychologique lorsqu'elle arrête de fumer. Le tabagisme à long terme a développé de nombreux réflexes conditionnés chez l'homme.

Ainsi, il s'habitue à une cigarette autour d'une tasse de café ou lors d'une pause au travail avec des collègues, lors de périodes de stress nerveux dans d'autres situations. Ces petits rituels se transforment progressivement en habitude, sans laquelle une personne commence à se sentir mal à l'aise..

Les manifestations du sevrage nicotinique sont également dues à certaines attitudes formées chez le fumeur, directement liées au tabagisme. Par exemple, les fumeurs ont confiance en l'effet sédatif ou, au contraire, l'activation de la cigarette.

En fait, les cigarettes sont toxiques et n'ont aucun effet sédatif. Ces effets du tabagisme sont des conditions corporelles normales, sans les effets de la nicotine. La durée du sevrage après avoir cessé de fumer dépend de certains facteurs..

Symptômes et durée du sevrage nicotinique

Le sevrage de la nicotine est un syndrome d'abstinence qui survient lorsque vous arrêtez soudainement de fumer ou que vous réduisez le nombre de cigarettes que vous fumez. C'est ainsi que le corps réagit à un manque de nicotine, car en fumant cette substance a réussi à être incluse dans tous les processus métaboliques du corps. Les signes de sevrage de la nicotine commencent à apparaître quelques heures après la dernière cigarette fumée.

En général, ils se caractérisent par l'apparition des conditions suivantes:

  • mal de crâne;
  • toux humide qui ne disparaît pas après le traitement;
  • dyspnée;
  • faiblesse et fatigue;
  • changement d'appétit et nausée;
  • baisse de la pression artérielle;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • irritation et dépression;
  • violation du fonctionnement du tractus gastro-intestinal (tractus gastro-intestinal);
  • envie irrésistible de fumer.

Ces manifestations ne surviennent pas toutes en même temps, elles sont davantage caractérisées par la périodicité. Les symptômes vont de graves à légers. Le syndrome de sevrage à la nicotine est inévitable pour les fumeurs qui décident d'arrêter de fumer. Les symptômes de cette condition peuvent durer de 1 semaine à un mois..

Dans les cas les plus graves, des médicaments sont utilisés pour améliorer le bien-être de la personne et réduire l'envie de fumer. Dans le même temps, il ne faut pas oublier que toutes les épreuves apparemment difficiles seront en fin de compte bénéfiques pour la santé. Après cela, le corps commencera à fonctionner normalement..

La durée pendant laquelle vous arrêtez de fumer dépend de vos antécédents de tabagisme, du nombre de cigarettes fumées par jour et de votre état de santé général. Les symptômes de sevrage d'un fumeur se manifestent de différentes manières. Mais il existe certains symptômes courants du sevrage de la nicotine, qui sont conditionnellement divisés par jour:

  • 1-3 jours. Elle se caractérise par l'apparition d'une irritabilité et d'une anxiété accrues. Diminution de l'appétit.
  • 3-6 jours. Une personne peut souffrir d'insomnie, une dépression se développe. Des brûlures d'estomac, des acouphènes, des étourdissements avec des mouvements brusques apparaissent;
  • 6-9 jours. La peau change: une desquamation, une inflammation et une éruption cutanée apparaissent. Il y a gonflement des tissus mous, dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal, dépression, sensation constante de boule de mucus dans la gorge.
  • 9-12 jours. Vertiges, tendance à dormir pendant la journée, léthargie. La sécheresse cutanée augmente.
  • 12-15 jours. Constipation et flatulences, toux avec mucosités. Épuisement nerveux au bord de la dépression. Pendant cette période, le désir de fumer devient insupportable et une personne peut être attirée par la cigarette pendant plusieurs jours..
  • 15-18 jours. Les douleurs musculaires et articulaires commencent à perturber, des douleurs osseuses apparaissent. La personne devient sujette à développer des maladies respiratoires. Il y a une augmentation de l'appétit.
  • 18-21 jours. Perturbé par une transpiration accrue, une envie accrue d'uriner, un essoufflement, une soif constante. Il y a de l'amertume dans la bouche et de la douleur dans l'hypochondre droit. Pendant le sommeil nocturne, les crampes musculaires dans les membres inférieurs ne sont pas perturbées.
  • 21-24 jours. Brûlures d'estomac après avoir mangé des aliments gras, crachats de mucosités, sensation de sécheresse et d'oppression de la peau.
  • 24-27 jours. Normalisation de la pression artérielle selon la norme d'âge, stabilisation du sommeil. L'envie de fumer atteint son maximum.
  • 27-30 jours. Une légère léthargie continue pendant la journée. Le travail du tube digestif est normalisé, l'état de la peau s'améliore.

Un mois après avoir cessé de fumer, le foie commence à produire indépendamment sa propre nicotine, nécessaire au fonctionnement normal du corps. C'est alors qu'il sera plus facile pour un ancien fumeur de surmonter les envies de cigarette..

De nombreux fumeurs rapportent que les symptômes de sevrage sévères n'ont pas duré plus d'une semaine. C'est alors que survient le pic du syndrome de rejet. Et si vous vous surmontez et arrêtez de fumer à ce moment-là, la personne cessera probablement de fumer pour toujours..

Combien de temps faut-il pour arrêter de fumer

La dépendance au tabagisme se forme à 2 niveaux: psychologique et physiologique. La pratique montre que la dépendance physique à la nicotine passe plus vite. En quelques jours, le corps est capable de récupérer rapidement sans dopage à la nicotine.

Il est beaucoup plus difficile de faire face à la dépendance psychologique car il faudra plus de temps pour s'en débarrasser. La durée du processus de sevrage tabagique dépend de certaines caractéristiques individuelles d'une personne:

  • attitude psychologique;
  • personnage;
  • état de santé;
  • expérience de fumer continue.

Aucun spécialiste ne peut donner une réponse exacte quant au temps nécessaire pour arrêter de fumer. Cet indicateur est individuel. Ainsi, certains sont capables d'oublier la cigarette au bout de 2 semaines, tandis que d'autres prendront plusieurs mois pour arrêter cette dépendance..

Pendant la période d'arrêt du tabac, une personne peut faire face à 2 points de basculement. Ce sont les moments où les fumeurs reprennent leur habitude quelque temps après avoir tenté d'arrêter de fumer. Le premier survient lorsqu'une personne qui arrête de fumer pense que sa dépendance a disparu et qu'elle est capable de se contrôler complètement. Puis, à cause du stress et d'autres anxiétés, il recommence à fumer..

Pour accélérer le processus d'élimination de la dépendance à la nicotine, diverses mesures préventives sont impliquées. La personne essaie de se tenir occupée avec un nouveau passe-temps ou passe-temps. Le premier point de basculement survient environ 2 semaines après avoir arrêté de fumer. Cette période est considérée comme la plus instable. Si vous le surmontez, après 8 à 9 mois, une personne peut facilement abandonner une cigarette, même dans les moments difficiles..

Le deuxième point de basculement peut dépasser une personne 2-3 mois après avoir complètement cessé de fumer. À ce moment, une personne peut avoir le désir d'apprécier la fumée de tabac et de fumer. Ensuite, il est important de résister à la tentation et de surmonter cette envie..

Vous pouvez le faire en vous engageant dans un passe-temps nouveau et passionnant. Le processus d'arrêter de fumer sera plus facile si une telle entreprise est menée en tandem avec quelqu'un. La difficulté ou la facilité d'arrêter de fumer dépend de la durée pendant laquelle vous le faites. Si une personne fume activement depuis plus de 10 ans, tout en fumant un paquet par jour, il est peu probable qu'elle puisse arrêter de fumer à un moment donné..

Dans ce cas, l'élimination progressive des cigarettes sera plus efficace. Cette méthode créera des conditions favorables à une adaptation normale du corps aux conditions de sevrage tabagique. Il est conseillé aux gros fumeurs d'utiliser une thérapie de remplacement de la nicotine.

Vous pouvez choisir la meilleure option après avoir consulté votre médecin. Il est important de former la bonne motivation et d'avoir une volonté suffisante. Très souvent, le processus d'arrêt de la cigarette est retardé en raison de la peur de changer quelque chose dans votre vie..

Ainsi, le syndrome de sevrage nicotinique est le résultat d'un arrêt complet de l'apport de cette substance dans le corps de l'extérieur. Les symptômes désagréables et parfois douloureux qui surviennent dans ce contexte indiquent un manque de nicotine. Après tout, cette substance est entrée depuis longtemps dans tous les processus métaboliques du corps et a provoqué une dépendance..

Symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac

Le tabagisme est un énorme préjudice pour le fumeur lui-même et pour les gens autour de lui. Et tout le monde le sait. Beaucoup de gens veulent se séparer de cette dépendance pour toujours, mais ils ne peuvent pas le faire seuls, car ils sont confrontés à un problème grave. C'est la nécessité de surmonter la dépendance psychologique et chimique, qui s'accompagne souvent de divers symptômes et manifestations négatives. Voyons combien de temps dure un sevrage lorsque vous arrêtez de fumer et comment soulager cette condition..

Retrait de nicotine

Le sevrage de la nicotine est une série de manifestations négatives qui surviennent dans les 1 à 2 heures suivant l'arrêt du tabac. Et à chaque heure qui passe, cet état ne fait que s'intensifier. Selon des expériences menées par des scientifiques, si une personne n'a pas l'interdiction de fumer et que quelques cigarettes restent dans sa poche, elle peut alors retarder le temps de fumer sans aucun symptôme. Mais un rejet complet provoque le sevrage de la nicotine, également appelé symptômes de sevrage. Parmi ses principales manifestations figurent ces états humains:

  • désir vif de fumer;
  • irritabilité et agressivité excessives;
  • dépression, anxiété, stress émotionnel;
  • tremblements des mains et tremblements dans d'autres parties du corps;
  • maux de tête et étourdissements;
  • dépression, difficulté à se concentrer et à se souvenir;
  • fortes chutes de pression artérielle;
  • toux, essoufflement, difficulté à respirer;
  • augmentation de la faim.

Important! Tous ces symptômes apparaissent dans les premiers jours et semaines. Ils indiquent l'arrêt de l'apport de nicotine dans l'organisme et la normalisation de son fonctionnement. Vous pouvez survivre aux symptômes de sevrage lorsque vous arrêtez de fumer par vous-même, mais dans certains cas, il est préférable de demander l'aide d'un spécialiste..

Combien de temps durent les symptômes de sevrage

En termes d'intensité, les symptômes de sevrage sont de nature individuelle et dépendent de la motivation, de l'âge et des antécédents de tabagisme, ainsi que de nombreux autres facteurs. Si les fumeurs abandonnent cette mauvaise habitude, vous pouvez même vous passer du sevrage de la nicotine. Cela est particulièrement fréquent lorsqu'une personne a une forte motivation ou qu'il y a une certaine distraction dans la vie, par exemple une maladie, la naissance d'un enfant, un nouvel amour, la mort d'un être cher ou une forte passion pour le sport..

Il y a plusieurs étapes dans la récupération du corps après avoir arrêté de fumer, chacune ayant ses propres symptômes:

  1. Premier jour. Déjà 1 à 2 heures après avoir arrêté de fumer, un gros fumeur développe une faim de nicotine. Et après 6-8 heures, cet état augmente tellement qu'il est difficile pour une personne de se concentrer sur quelque chose de spécifique, de l'anxiété et de l'irritabilité apparaissent.
  2. Les premiers jours après avoir abandonné la mauvaise habitude. Une personne se tient au bord du gouffre et pense tout le temps «à fumer, pas à fumer». La durée de cette période peut être de 3 à 4 semaines. La personne est hantée par l'irritabilité, la dépression, l'incontinence, les problèmes de sommeil et un appétit brutal. Le fumeur peut également être visité par le désir de se suicider.
  3. Un mois après avoir fumé. Les symptômes aigus du sevrage nicotinique disparaissent progressivement, mais le désir de fumer tourmente toujours la personne. Le corps commence à se nettoyer lentement des toxines et des toxines qui s'y sont accumulées pendant le tabagisme. Pendant cette période, les maladies chroniques peuvent s'aggraver, l'immunité peut diminuer. Ceci est causé par une restructuration du corps et la disparition de la dépendance à la nicotine.

Important! En raison des changements qui se produisent dans le corps sous l'influence de cette mauvaise habitude, une personne peut souffrir d'envie de fumer à nouveau, non seulement pendant les premières semaines, mais aussi pendant les premières années. C'est pourquoi, même si vous avez arrêté de fumer depuis longtemps, ne vous détendez pas et ne vous laissez pas perdre. Une cigarette peut entraîner une reprise du tabagisme.

Comment soulager le sevrage de la nicotine

Le sevrage de la nicotine aggrave l'humeur et le bien-être d'une personne, l'empêche de mener une vie normale. Lors du sevrage de la dépendance, le caractère d'un fumeur peut changer radicalement et être complété par de l'agressivité, de la colère, des accès de violence. Les médecins expliquent cela par des changements dans le système hormonal et une restructuration due au manque d'approvisionnement en nicotine artificielle..

Malheureusement, il est impossible d'éliminer le risque de sevrage de la nicotine et d'éliminer les symptômes de sevrage. Mais les experts donnent plusieurs recommandations sur la façon de faciliter l'abandon du tabac:

  • passez les premiers jours à la maison, et non au travail, en vous donnant l'occasion de vous reposer et de ne pas montrer de colère et de rage en public;
  • dans les premières semaines pour éviter le stress et l'anxiété sévères, le surmenage;
  • refuser temporairement de passer du temps ensemble en compagnie de collègues ou d'amis avec lesquels vous avez déjà fumé;
  • demandez à vos parents et amis un soutien moral;
  • dormir et se reposer davantage;
  • trouvez votre entreprise préférée et plongez-vous complètement dedans;
  • utiliser des tampons à mâcher, des comprimés, des patchs spéciaux.

Important! Certains experts recommandent de remplacer les cigarettes régulières par des cigarettes électroniques lors de l'arrêt du tabac. Mais tous les médecins ne soutiennent pas cette option, car elle peut simplement conduire au remplacement d'une habitude par une autre..

N'oubliez pas que peu importe depuis combien de temps vous fumez ou votre forte volonté. L'habitude et le désir persistant de fumer peuvent vous revenir après 1 à 2 cigarettes, même après des décennies. Un mode de vie sain, faire ce que vous aimez, une alimentation équilibrée, qui contient tous les nutriments nécessaires, réduisant le stress et le surmenage, une atmosphère favorable à la maison et au travail vous aideront à arrêter de fumer pour toujours. Et si vous avez peur de ne pas faire face aux symptômes de sevrage lorsque vous arrêtez de fumer, ou si vous avez déjà fait plusieurs tentatives infructueuses, demandez l'aide d'un spécialiste. Il vous aidera à trouver les méthodes les plus appropriées pour atténuer la dépendance physique et surmonter les.

Syndrome de sevrage du fumeur

Quels sont les symptômes de sevrage?

Le syndrome de sevrage est un complexe de divers troubles somatoneurologiques, et souvent mentaux, qui surviennent dans le contexte d'une consommation d'alcool plus ou moins prolongée après l'arrêt de la consommation d'alcool..

Les causes

La cause sous-jacente des symptômes de sevrage est une tentative du corps de restaurer l'état qui existait pendant la période d'utilisation active d'alcool ou d'autres substances narcotiques.

Pour un organisme habitué à être en état d'intoxication chronique (ou à recevoir une dose d'un médicament, la nicotine), l'absence de médicament est un état anormal, elle ne peut pas ramener la physiologie dans une «norme» narcotique. Et ce sont les tentatives pour compenser l'absence de la substance qui a provoqué l'habitude qui sont les manifestations du syndrome de sevrage..

Les symptômes de sevrage

Les symptômes de sevrage diffèrent selon la substance utilisée - les plus graves après les médicaments, les plus légers après l'alcool, les symptômes de sevrage les moins prononcés après le tabagisme. Mais quelle que soit l'évaluation objective, les sensations subjectives sont dures à supporter, provoquent des symptômes douloureux (symptômes de sevrage, gueule de bois, signes d'un manque de nicotine).

Tous les symptômes sont divisés en symptômes légers et sévères, ainsi que neurologiques, somatiques et psychiatriques. L'apparition de certains symptômes dépend des substances qui ont provoqué l'état de sevrage.

Traitement

En général, les tactiques de traitement des symptômes de sevrage sont similaires pour diverses raisons étiologiques et consistent en les étapes suivantes:

1. Traitement des manifestations physiques (douleur, nausées, vomissements).

Le traitement doit être effectué sous la surveillance d'un médecin. Cela est en grande partie dû au fait que l'effet de nombreux médicaments avec abstinence est perverti, voire peut s'avérer être le contraire de l'effet attendu. Si le syndrome est limité uniquement à ces manifestations, il est alors limité au traitement ambulatoire.

2. Soulagement des troubles neuropsychiatriques (hallucinations, délires, convulsions et autres).

Réalisé dans un hôpital, sous la supervision de toxicologues et psychiatres.

3. Traitement de la toxicomanie.

Mais déjà un ensemble spécifique de médicaments est sélectionné en fonction du type de dépendance: pour le sevrage, des médicaments puissants sont utilisés (antipsychotiques, antipsychotiques, antidépresseurs, benzodiazépines, bloqueurs des récepteurs opioïdes, bêtabloquants, tranquillisants et autres) lors de l'arrêt du tabac - avec une action moins active.

Symptômes de sevrage lors du tabagisme

Malgré le fait que la terminologie «syndrome de sevrage» n'a pas pris racine en ce qui concerne le tabagisme (cela est dû au fait que la nicotine n'est pas officiellement considérée comme un stupéfiant), toutes ces manifestations qui tourmentent les gens au premier stade de l'arrêt du tabac ne sont rien de plus que l'abstinence. manque de substance familière et tentatives du corps pour rétablir l'équilibre.

Traits:

Les symptômes de sevrage du tabagisme apparaissent dans un court laps de temps - généralement dans l'heure qui suit la dernière cigarette que vous avez fumé. Sa durée totale est de plusieurs jours à deux mois avec une diminution progressive des symptômes.

La facilité des symptômes est typique du syndrome de sevrage tabagique. C'est généralement:

  • symptômes respiratoires: essoufflement, difficulté à respirer, augmentation de la toux;
  • symptômes gastro-intestinaux: troubles des selles, inconfort dans la bouche, goût désagréable des aliments, troubles de l'appétit, nausées;
  • du système nerveux central et du système nerveux autonome: tremblements des mains, transpiration, troubles du sommeil, anxiété, irritabilité, troubles de l'attention et de la mémoire.

Durée des symptômes de sevrage avec arrêt du tabac

Il est difficile de distinguer une période générale, typique de tout le monde: à bien des égards, la durée des symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac dépend de la durée de la cigarette, du nombre de cigarettes qu'elle fumait par jour..

Il est également impossible d'exclure le facteur psychologique: si une personne est déterminée à arrêter de fumer de manière décisive, le fait par sa propre décision volontaire, alors la gravité et la durée de l'abstinence sont faibles. Ceux qui n'y sont pas parvenus de leur plein gré, mais par des concessions à leurs proches, par la persuasion et dans leur cœur ne croient pas au succès ou ne veulent pas arrêter, alors les symptômes seront plus difficiles et plus longs..

Traitement

La facilité des symptômes suggère un traitement à domicile, et la question principale ici est de savoir comment éliminer les manifestations du sevrage de la nicotine. Deux directions sont supposées:

  1. endurer, faire preuve de volonté et d'endurance;
  2. utiliser des remèdes anti-tabac, dont la plupart sont conçus pour soulager les symptômes de sevrage.

Ces produits comprennent les comprimés «Tabex», «Champix», «Lobelin», «Citizin», «Corrida Plus», «Zyban», «Brizantin». Il est à noter que dans ce groupe, à la fois les médicaments qui ont un effet de remplacement de la nicotine et les antidépresseurs, et les médicaments qui provoquent une gêne due au tabagisme (la thérapie dite aversive).

L'essence de l'utilisation de tous ces médicaments est que, en raison de leurs propres mécanismes d'action, ils réduisent la gravité des symptômes du sevrage à la nicotine, facilitant ainsi le processus d'arrêt du tabac..

Il ne faut pas oublier que le sevrage de la nicotine n'est pas la condition la plus facile pour le corps et que vous ne devez pas être frivole quant aux signes de mauvaise santé qui en découlent..

Si les symptômes, y compris la toux et les manifestations neurologiques, s'intensifient, de nouvelles sensations douloureuses apparaissent, le bien-être général dépasse le cadre d'un léger malaise, vous devez immédiatement consulter un médecin, car il est possible que des pathologies latentes, à la fois infectieuses et somatique et neurologique.

Syndrome de sevrage dans l'alcoolisme

Syndrome de sevrage alcoolique - CIM-10: F10.23, F10.23 (0-9) - typique de l'alcoolisme chronique. Une gueule de bois, malgré l'opinion populaire, l'abstinence au sens strict du mot n'est pas.

Les symptômes du syndrome de sevrage alcoolique peuvent varier en gravité - de légers à extrêmement graves.

Les signes de sevrage léger sont plus fréquents chez les buveurs chroniques, au stade 2 de l'alcoolisme, ainsi qu'après une courte période de consommation d'alcool. Parfois, les symptômes de sevrage sévères commencent par des symptômes bénins.

Les signes bénins incluent traditionnellement: manque d'appétit, nausées et vomissements, douleurs abdominales, troubles des selles, myalgie (douleurs musculaires), divers troubles du sommeil - de la somnolence à l'insomnie, cauchemars. Il y a souvent des manifestations du système cardiovasculaire - tachycardie, augmentation ou diminution de la pression artérielle, pouls irrégulier.

Irritabilité, comportement agressif et agité, labilité de l'humeur, troubles de l'activité nerveuse supérieure, y compris troubles de la mémoire, divers types d'amnésie sont typiques.

Dans la plupart des cas, l'abstinence légère est traitée en ambulatoire, mais aller chez un médecin ne sera pas superflu, car dans cette condition de nombreuses pathologies sont souvent masquées sous le syndrome de sevrage alcoolique, qui ne peut être reconnu que par un médecin, et l'absence de soins médicaux pour ces pathologies entraîne de graves complications pouvant aller jusqu'à la mort..

L'abstinence sévère est caractéristique de la consommation excessive d'alcool prolongée, à 3 stades d'alcoolisme, avec des changements pathologiques profonds. Il se caractérise par une augmentation de la gravité des signes du stade précédent pendant une courte période - pendant 1 à 3 heures, ainsi que par l'ajout des éléments suivants: confusion, désorientation dans le temps et dans l'espace, hallucinations diverses, délire, convulsions, fièvre.

L'apparition d'au moins un des signes répertoriés nécessite une hospitalisation dans un service de toxicologie ou un service spécialisé d'un hôpital narcologique. L'augmentation des signes de symptômes de sevrage sévères et leur issue en cas de catastrophe peuvent survenir très rapidement, de sorte que l'hospitalisation ne peut être refusée.

Traits:

Parmi les caractéristiques du syndrome de sevrage alcoolique, il convient de noter les suivantes:

  • des symptômes légers se développent dans les 6 à 48 heures et peuvent durer (sans traitement) jusqu'à 10 à 15 jours;
  • des symptômes graves peuvent se développer dans les 2 à 5 jours suivant la dernière consommation d'alcool; - les symptômes ne se développent pas toujours par étapes, il est possible de former immédiatement une affection grave sans période prodromique sous la forme de symptômes légers;
  • les symptômes apparaissent ou s'aggravent souvent vers le soir.

Combien de temps dure le sevrage alcoolique

En moyenne, la durée pour une forme bénigne est jusqu'à 10 jours sans traitement ou jusqu'à 5 jours avec un traitement ambulatoire. Le pronostic d'une forme sévère dépend entièrement du type et du volume de la pathologie développée - les symptômes de sevrage avec une issue dans les psychoses alcooliques sont plus sévères et plus longs, et avec les troubles somatovégétatifs, plus faciles et plus courts..

Traitement

Le traitement du syndrome de sevrage alcoolique vise principalement à stabiliser l'état, à réduire la charge d'intoxication, à restaurer les fonctions des organes et des systèmes. Les tactiques sont choisies en fonction de la symptomatologie présente sur le moment.

Si des troubles somatiques sont exprimés, des médicaments sont utilisés qui normalisent le travail des organes internes, avec la dominance des troubles neurologiques, des sédatifs appropriés.

Une variété de médicaments sont utilisés, mais parmi eux, l'introduction de vitamines B, en particulier de la thiamine, est obligatoire. La carence en vitamines de ce groupe joue l'un des principaux rôles dans la formation du sevrage alcoolique.

En outre, les personnes qui boivent de manière chronique présentent des signes de polyhypovitaminose, qui est également l'un des composants de la pathogenèse du sevrage alcoolique, et nécessite la nomination d'un complexe de vitamines sous forme de comprimés de multivitamines ou (si l'administration orale est impossible) de médicaments pour administration parentérale.

Élimination du syndrome à la clinique

En milieu hospitalier, au stade du diagnostic, les principaux indicateurs de la biochimie sanguine et de l'OAC, l'OAM sont déterminés, les signes de déshydratation sont détectés et la gravité des symptômes est déterminée. Les médicaments sont prescrits non seulement en fonction de leur état actuel, mais également en fonction des antécédents du patient (par exemple, les benzodiazépines ne sont pas indiquées pour les pathologies hépatiques alcooliques).

La direction principale de la thérapie: stabilisation de l'état neurologique, restauration de l'équilibre acido-basique. Les doses sont choisies de manière à ce que le patient puisse s'endormir, mais en même temps ne perd pas le contact au réveil. Utilisez des benzodiazépines, des barbituriques, des antipsychotiques.

À partir de médicaments d'autres groupes, il est possible d'administrer des diurétiques (avec surhydratation), des préparations de magnésium et de potassium, des médicaments cardiovasculaires, en particulier des bêta1-bloquants.

La durée moyenne d'hospitalisation (à condition qu'il n'y ait pas de psychoses alcooliques) est de trois à sept jours. Avec l'ajout de psychoses alcooliques, de complications d'autres organes (en particulier, les pathologies graves du tractus gastro-intestinal ne sont pas rares), le traitement se poursuit dans un hôpital spécialisé avec une sélection appropriée de pharmacothérapie, suivi d'un transfert vers un traitement ambulatoire.

Élimination du syndrome à la maison

De nombreux «spécialistes» locaux, ayant entendu suffisamment de conseils, commencent le traitement de l'abstinence à la maison avec la mise en place d'un compte-gouttes - administration intraveineuse de solution saline ou de détoxification. Il s'agit d'une tactique erronée, car dans de nombreux cas, l'administration intraveineuse de volumes supplémentaires de liquide dans le contexte d'une surhydratation existante entraîne le développement rapide de complications incompatibles avec la vie..

La décision d'introduire des volumes supplémentaires de liquide par voie orale ou parentérale est décidée par le médecin en fonction de la totalité des données d'examen et de l'état du patient.

Avec des symptômes bénins en ambulatoire, il suffit de surveiller l'état, de prendre des vitamines et d'autres médicaments comme prescrit par un médecin.

Le mal d'arrêter de fumer, ça arrive aussi

VOULEZ CESSER DE FUMER?

Ensuite, passez par un plan de renoncement au tabac..
Ce sera beaucoup plus facile d'arrêter avec..

Symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac

Contenu:

  1. Pourquoi les symptômes de sevrage surviennent: mécanismes de formation de la dépendance à la nicotine.
  2. Le tableau clinique des symptômes de sevrage.
  3. Pourquoi le traitement de la dépendance à la nicotine est-il important?.
  4. Comment soulager les symptômes des symptômes de sevrage.

«Cesser de fumer est facile! Je l'ai fait mille fois! " C'est cette déclaration de Mark Twain qui caractérise avec précision les nombreuses tentatives pour se débarrasser de l'envie presque irrésistible de cigarettes. Malgré une mine d'informations sur les dangers de la fumée de tabac, le tabagisme est souvent perçu comme une habitude totalement inoffensive (et jusqu'à récemment, à la mode). Habituellement, tout commence par des soins innocents - quelques cigarettes pour parler avec des amis, discuter des dernières nouvelles dans un fumoir du bureau, et beaucoup ne remarquent pas comment quelques pièces se transforment progressivement en une douzaine, voire un paquet par jour. Et arrêter de fumer n'est plus si simple: en plus des effets psychologiques, la nicotine entraîne une dépendance physique. Et sans assistance psychothérapeutique et médicamenteuse compétente, il est très difficile de faire face aux symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac.

Pourquoi les symptômes de sevrage surviennent: mécanismes de formation de la dépendance à la nicotine

Après inhalation de fumée de tabac, environ 25% de la nicotine entre immédiatement dans la circulation systémique et atteint le cerveau en 10 à 15 secondes. Ainsi, en termes de début de l'effet, le tabagisme est comparable à l'administration intraveineuse de médicaments. L'une des caractéristiques qui déterminent la dépendance physique au tabac est sa destruction rapide dans l'organisme (la demi-vie ne dépasse pas 2 heures). Cela explique l'envie fréquente de fumer encore et encore..

Comme d'autres psychostimulants, le tabagisme, comme l'un des principaux neurotransmetteurs, l'acétylcholine, affecte les structures dopaminergiques du cerveau. La puissante libération d'adrénaline, de noradrénaline, d'endorphine et de certaines hormones (notamment adrénocorticotrope, cortisol) a un effet stimulant sur le système nerveux central. Cela forme une sorte d'effet «positif» pour le fumeur et l'envie de le répéter.

Le tableau clinique des symptômes de sevrage

Les premiers signes de symptômes de sevrage apparaissent très rapidement - 2 à 2,5 heures après la dernière cigarette fumée, atteignant un pic dans les 24 heures. La durée du sevrage de la nicotine dépend de nombreux facteurs, en particulier des antécédents de tabagisme et du caractère du fumeur. Habituellement, les principaux symptômes persistent pendant 2-3 semaines, les manifestations individuelles - jusqu'à plusieurs mois. Souvent, les toxicomanes admettent qu'ils ne craignent pas de fumer même 2 à 3 ans après la dernière cigarette.

En plus d'un désir passionné et presque irrésistible de faire une pause fumée, la période aiguë des symptômes de sevrage se manifeste:

  • malaise;
  • la faiblesse;
  • irritabilité, intolérance, anxiété;
  • détérioration de l'humeur;
  • augmentation de l'appétit et le fumeur préfère généralement non pas des repas complets, mais des collations, des sucreries, etc.
  • mal de crâne.

Un peu plus tard, une toux apparaît, il est difficile pour une personne de concentrer son attention sur quelque chose, les tourments d'insomnie la nuit et au contraire, la somnolence pendant la journée. En outre, pour les symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac, une diminution de la pression artérielle, une intolérance à l'exercice est typique. Les tentatives indépendantes pour arrêter de fumer s'accompagnent souvent de l'apparition de kilos en trop, car le désir de «saisir» les pauses-fumée persiste pendant plusieurs mois.

Pourquoi le traitement de la dépendance à la nicotine est-il important?

En moyenne, une cigarette contient jusqu'à 0,5 mg de nicotine, une dose létale conventionnelle pour l'homme est d'environ 60 mg.

Les effets physiologiques du tabac comprennent:

  • constriction des vaisseaux périphériques;
  • augmentation du péristaltisme;
  • diminution générale du taux des processus métaboliques;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • excitabilité accrue;
  • tachycardie et palpitations.

À long terme, le tabagisme affecte négativement les fonctions de presque tous les organes et systèmes. Tout d'abord, cette dépendance est associée à un risque accru de cancer. Bien sûr, les voies respiratoires sont les premières touchées. Mais les fumeurs sont plus souvent diagnostiqués avec des néoplasmes malins du larynx et de la trachée, de l'estomac, des intestins, du foie.

La probabilité de développer:

  • hypertension;
  • l'athérosclérose;
  • crise cardiaque;
  • troubles de la circulation cérébrale;
  • ulcère gastrique, colite ulcéreuse;
  • maladie pulmonaire obstructive.

En fumant, les infections virales respiratoires sont beaucoup plus difficiles, les femmes sont ménopausées plus tôt et le risque d'ostéoporose augmente. L'habitude pathologique n'affecte pas l'apparence, l'état des dents de la meilleure façon.

Comment soulager les symptômes des symptômes de sevrage

Comme le montre la pratique, environ 90% des fumeurs déclarent vouloir se débarrasser de cette mauvaise habitude, mais sans l'aide d'un professionnel, seuls 5 à 7% peuvent le faire. La cause la plus fréquente de rechute est l'influence des facteurs de stress et d'autres circonstances externes. De plus, de graves problèmes de santé ne sont pas dissuadés de revenir au tabac..

Dans "Ugodiya", les experts savent très bien comment aider non seulement à se débarrasser des symptômes de sevrage lors de l'arrêt du tabac, mais également à faire face à la maladie en général.

Il existe plusieurs méthodes que pour traiter la dépendance à la nicotine. Il:

  • Thérapie de remplacement;
  • consultations avec un psychologue;
  • codage;
  • physiothérapie.

En règle générale, la monothérapie n'apporte pas le résultat souhaité, les médecins préfèrent donc un traitement complexe. Pour le soulagement des symptômes de sevrage aigus, des médicaments contenant des doses minimales de nicotine sont présentés, disponibles sous forme de comprimés, de chewing-gums, de patchs, de sprays. Ils ne diffèrent pas dans le mécanisme d'action, un remède spécifique est choisi uniquement sur la base des préférences personnelles du patient.

À mesure que les symptômes de sevrage s'atténuent, la dose de médicaments contenant de la nicotine est réduite. Pour éliminer la nervosité, l'anxiété, l'anxiété et corriger les troubles du sommeil, des sédatifs sont utilisés. Les plus sûrs de tous sont les sédatifs à base de plantes, mais avec une longue histoire de dépendance et des manifestations prononcées d'abstinence, l'effet des herbes médicinales n'est généralement pas suffisant..

Dans de tels cas, un spécialiste sélectionne individuellement les antidépresseurs et / ou les hypnotiques. L'application commence par une dose minimale, qui est alors soit laissée inchangée, soit augmentée jusqu'à une justification thérapeutique. Commencer simultanément un cours de psychothérapie cognitivo-comportementale.

Après élimination des principaux symptômes du syndrome de sevrage, l'acupuncture et le codage sont recommandés. Cette approche vous permet d'obtenir un résultat positif dans les plus brefs délais et d'éviter les rechutes..