Syndrome de sevrage alcoolique (gueule de bois): symptômes d'adversité et traitement

Boire de grandes quantités d'alcool ne se produit pas indéfiniment et sans conséquences sur la santé.

À la suite de l'arrêt du flux d'alcool dans le corps, le syndrome de sevrage alcoolique commence: nous suggérons de discuter plus en détail des symptômes de l'adversité et du traitement de cette maladie..

L'ensemble du processus est associé à la présence et à l'élimination de substances toxiques du corps. L'état du patient s'accompagne d'un certain nombre de troubles mentaux et physiques.

Développement de symptômes de sevrage dans une maladie alcoolique

Le mot «abstinence» en psychologie signifie abstinence ou refus. Si le terme est attribué à la consommation d'alcool, le syndrome de sevrage dans l'alcoolisme désigne un groupe de symptômes et de signes qui surviennent avec une exposition prolongée à l'éthanol sur le corps et son annulation..

Cette condition ne survient pas chez une personne en bonne santé qui abuse parfois d'alcool pendant un certain temps. Il développe une gueule de bois, qui se manifeste par la soif, une lourdeur dans la tête, un peu de nausée.

Si des symptômes de sevrage sont présents pour la première fois, les symptômes peuvent initialement ressembler à une gueule de bois. il

  • bouche sèche,
  • rythme cardiaque augmenté,
  • transpiration.

Avec l'abus d'alcool de plusieurs jours au deuxième stade le plus grave de la maladie alcoolique, un complexe de symptômes apparaît.

Signes de sevrage alcoolique:

  1. peau hypermature (rougie),
  2. il y a une lourdeur dans la tête,
  3. la pression artérielle chute fortement,
  4. tachycardie se produit,
  5. les vomissements commencent,
  6. démarche cassée,
  7. les mains tremblent (tremblements).

Lourdeur dans la tête, l'un des signes des symptômes de sevrage

La durée du syndrome de sevrage dépend du type de consommation d'alcool. La condition s'aggrave en deux ou trois jours. Les symptômes augmentent avec chaque heure qui passe à mesure que la concentration d'éthanol dans le sang diminue. Le syndrome de sevrage dans sa forme la plus sévère est connu sous le nom de delirium tremens..

Les symptômes de cette maladie:

  • confusion,
  • fièvre,
  • saisies,
  • démangeaisons, brûlures de la peau,
  • hallucinations auditives et visuelles.

Hallucinations visuelles et auditives, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Pour le troisième degré de gravité du même stade d'alcoolisme, les troubles du sommeil, les cauchemars sont caractéristiques. Le patient développe une anxiété accrue, une mélancolie et un sentiment de culpabilité. Les gens autour sont perçus comme des ennemis. Contrairement au deuxième degré de gravité, l'accent principal de la maladie est déplacé vers les troubles mentaux.

Au troisième stade de la maladie alcoolique, après l'arrêt de la frénésie, une personne développe une maladie caractérisée par une combinaison de nombreux troubles physiques et de troubles mentaux. La solution optimale dans cette situation est l'élimination des symptômes de sevrage à l'hôpital ou à domicile. Dans les deux cas, un traitement médicamenteux est effectué..

Les symptômes de sevrage

L'alcool excite le système nerveux. Avec une consommation quotidienne, le corps s'habitue à des doses plus élevées d'alcool éthylique. En l'absence d'éthanol dans le sang, le système nerveux central "proteste".

Arrêt soudain ou réduction significative de la consommation d'alcool et provoque des symptômes de sevrage (SAA).

  1. rythme cardiaque augmenté,
  2. hémorragie interne,
  3. nausées et / ou vomissements,
  4. transpiration abondante,
  5. déshydratation,
  6. maux de tête,
  7. insomnie,
  8. œdème cérébral.

Transpiration abondante, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Envie de vomir

Les vomissements accompagnés de symptômes de sevrage contiennent des aliments non digérés, de la bile, parfois des traces de sang.

Le sang apparaît à la suite d'une thrombose et de lésions des vaisseaux du tractus gastro-intestinal. La diarrhée (diarrhée) se joint. De plus, si un patient a des hémorroïdes, une exacerbation de cette maladie commence..

Hémorragie interne

Cette condition menace la vie du patient. Un signe de saignement interne dans les intestins - selles noires.

Lorsqu'un symptôme apparaît, le patient a besoin de soins médicaux d'urgence. Les proches devraient appeler une ambulance.

Mal de crâne

La condition douloureuse est le plus souvent associée à une augmentation de la pression artérielle et / ou à ses poussées.

Les symptômes de sevrage exacerbent les maladies chroniques, y compris celles caractérisées par des maux de tête.

Insomnie et cauchemars

Les troubles du repos et du sommeil sont une condition typique des symptômes de sevrage alcoolique. Le patient ne peut pas dormir, souffre d'insomnie.

Les cauchemars, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

La nuit, il est tourmenté par des cauchemars, des intrigues obsessionnelles de rêves. Une situation similaire conduit, après quelques jours, à des hallucinations visuelles, une altération de la perception auditive. Le delirium tremens se développe.

Œdème cérébral

Cette condition entraîne des lésions des centres de respiration et d'activité cardiaque, qui sont souvent la cause du décès..

Œdème cérébral, l'un des symptômes des symptômes de sevrage

Exacerbation des maladies chroniques

Les alcooliques souffrent généralement de tout un tas de maux. Le plus courant:

  • pancréatite aiguë et chronique,
  • hépatite,
  • cirrhose du foie,
  • cholécystite chronique.

Ce n'est que le début de la liste, en fait, chez un alcoolique, tous les organes et systèmes du corps sont affectés à un degré ou à un autre..

Traitement de sevrage alcoolique

Diagnostiquer une maladie consiste à examiner les antécédents médicaux par un médecin. Le spécialiste prend également en compte les symptômes caractéristiques, principalement des battements cardiaques irréguliers, des tremblements de la main, une déshydratation chez le patient.

Le médecin peut demander des tests de toxicologie pour déterminer la teneur en alcool du patient.

Médicaments

Il est recommandé de traiter les symptômes de sevrage dans une clinique narcologique, où il existe toutes les conditions et opportunités pour éliminer les symptômes du SAA et prévenir les complications.

Le narcologue choisit les moyens en tenant compte du stade et de la gravité de la maladie alcoolique. Le choix des médicaments est influencé par les circonstances suivantes: période de frénésie, maladies chroniques chez le patient, boissons consommées, présence d'intolérance aux médicaments.

Le patient reçoit une thérapie par perfusion (compte-gouttes). Une solution saline et d'autres mélanges de sels sont injectés par voie intraveineuse. Ils normalisent l'équilibre des électrolytes, perturbés par un processus toxique dans l'organisme. La durée du traitement est en moyenne de 3 à 7 jours.

Traitement des symptômes de sevrage - médicaments utilisés:

  • vasodilatateurs,
  • antipsychotiques,
  • diurétiques,
  • cœur,
  • hypnotique.

La manifestation des symptômes de l'ASC est réduite par des médicaments similaires à l'alcool éthylique dans le mécanisme d'influence sur le système nerveux central. Ce sont des tranquillisants ou des antipsychotiques, en particulier des benzodiazépines.

Les médicaments Diazepam, Tranxen, Lorazepam, Elenium, Chlosepid. avoir un effet sédatif, détendre les muscles, soulager l'anxiété, faciliter l'endormissement et améliorer le sommeil. Les benzodiazépines énumérées éliminent également d'autres manifestations de symptômes de sevrage..

Le diazépam aide à soulager les symptômes de sevrage

En plus de l'utilisation d'antipsychotiques, le traitement ACC comprend la désintoxication du corps du patient. Le patient reçoit une injection de solutions: solution saline, glucose, diurétiques, thiamine (vitamine B1).

Ensuite, la thérapie est complétée par des préparations multivitaminées. Le patient se voit prescrire des nootropiques - Piracetam ou Nootropil. Après la fin du traitement, le retrait des médicaments et des compléments alimentaires, une correction nutritionnelle sera nécessaire.

Traitement à domicile

Certains patients ont besoin de l'aide qualifiée de narcologues pour éviter des complications dangereuses.

Les symptômes légers de sevrage alcooliques peuvent être traités en ambulatoire et à domicile.

Traitement des symptômes de sevrage

Comment soulager vous-même les symptômes de sevrage alcoolique:

  1. Boisson abondante (jus de fruits, boissons aux fruits, boissons aux fruits, thé vert, eau filtrée et minérale),
  2. Nettoyer le tube digestif avec des lavements nettoyants,
  3. Bain chaud, douche contrastée,
  4. Entérosorbants qui lient les toxines dans le tractus gastro-intestinal (charbon blanc, Enterosgel, Polysorb, Lactofiltrum),
  5. Médicaments qui soutiennent le système nerveux, le cœur (Valocordin, Piracetam, Motherwort).

Soulagement des symptômes de sevrage - soulagement de la gueule de bois

Les médicaments au début du traitement AAS visent à éliminer l'intoxication alcoolique.

Le soulagement des symptômes de sevrage est effectué à l'aide de médicaments qui neutralisent et éliminent l'éthanol du corps. Le patient ressent moins les conséquences d'une gueule de bois, reprend progressivement ses sens.

Le traitement ambulatoire entraîne souvent des rechutes. Une personne malade qui est à la maison peut continuer à boire de l'alcool. Cependant, les symptômes de sevrage alcoolique sont très graves et parfois mortels..

L'hospitalisation du patient est préférable, car une institution médicale spécialisée fournit un soulagement et une thérapie complexe pour l'ACC, y compris une assistance psychologique.

Durée du syndrome de sevrage alcoolique et comment soulager la maladie

Le syndrome de sevrage alcoolique est un complexe de symptômes qui survient après le sevrage des boissons contenant de l'éthanol avec un abus prolongé. C'est-à-dire des symptômes de sevrage ou des symptômes de sevrage. Il se manifeste comme une gueule de bois persistante et n'est présent que chez les personnes dépendantes de l'alcool. Plus en détail sur ce que c'est, comment gérer le problème et à quoi s'attendre pour les proches, nous le dirons dans cet article..

Référence! Le sevrage est l'arrêt délibéré de la prise d'une substance aux propriétés psychoactives.

Tout le monde sait que s'il est bon de "prendre sur la poitrine", alors le lendemain matin, vous vous sentirez mal avec maux de tête, nausées, soif et malaise général. Ceci est une conséquence de l'intoxication avec une substance toxique pour notre corps, ils appellent cela une gueule de bois. Le degré de manifestation est individuel, mais il passe complètement le lendemain. Le syndrome de sevrage se développe après quelques jours et dure beaucoup plus longtemps, et la santé en souffre sur tous les fronts: de la psyché aux intestins.

Alors qu'un alcoolique boit, sous l'influence d'une intoxication chronique, le corps ne peut pas se battre et réagir. Dès que l'éthanol cesse de couler, tous les systèmes commencent à se nettoyer, à récupérer autant que possible et à donner une réaction aussi retardée à l'intoxication. C'est précisément à cause du syndrome de sevrage que la plupart ne peuvent pas abandonner la mauvaise habitude, car une telle gueule de bois s'arrête après la prise de la dose suivante. La condition peut être comparée à la dégradation d'un toxicomane sous une forme plus faible..

Fait intéressant! Les conditions préalables au désir de boire chez un alcoolique sont la toxicomanie, chez une personne en bonne santé, ce sont des problèmes psychologiques, des traditions de la société, etc..

L'éthanol dans l'alcool n'est pas seulement un poison pour tout l'organisme, mais une substance psychotrope qui affecte le système nerveux central et autonome. C'est pourquoi le buveur est inhibé, ses jambes et sa langue sont tordues, la mémoire est perdue, l'attention et la réaction sont réduites. Essentiellement, l'alcoolique perd le contrôle de son corps pendant un certain temps. Cela parle d'un effet direct sur le cerveau. De plus, il empoisonne le tractus gastro-intestinal, le foie et les reins. Avec un abus prolongé, l'éthanol est incorporé dans les processus métaboliques, ce n'est plus une question de dépendance psychologique. C'est là que survient le syndrome de sevrage. Le corps ne reçoit pas une substance qui en fait déjà partie. Un dysfonctionnement grave se produit, aggravé par les conséquences d'un empoisonnement chronique. Au fil du temps, le corps fera face et reviendra à la normale si l'alcoolique ne boit plus du tout. Le syndrome de sevrage chez un patient dépendant est un fait scientifique, c'est pourquoi on lui a attribué le code CIM 10 - F10.03.

Opinion d'expert! L'établissement de la dépendance chimique est individuel et dépend de la quantité d'alcool consommée, de la durée des crises de boulimie, de l'âge, de l'état de santé et même du sexe. Les femmes et les adolescents deviennent alcooliques plus rapidement. Mais l'apparition du syndrome de sevrage dit que ce n'est plus le stade initial..

Le syndrome est caractérisé par un complexe de manifestations qui ont différentes variations et gravité, mais les options suivantes sont distinguées:

  1. Le trouble végéto-asthénique survient chez les alcooliques novices. Elle se traduit par une faiblesse, une humeur émotionnelle diminuée, une transpiration, une bouche sèche et une augmentation du rythme cardiaque. L'éthanol pris bloque complètement les symptômes désagréables.
  2. Le stade neurologique avec troubles somatiques se manifeste par des vomissements et des nausées, des tremblements de la main. L'état de santé s'améliore légèrement après une dose d'alcool. Se produit à la suite d'une frénésie à long terme.
  3. Les troubles mentaux se manifestent par une instabilité de l'humeur, des pensées suicidaires, des hallucinations, des cauchemars et des troubles du sommeil. Il y a une soif persistante d'alcool. Se produit avec une consommation quotidienne d'alcool pendant un mois ou plus. Après avoir reçu de l'éthanol, le patient se sent mieux, mais il est insuffisant.

L'un des symptômes suivants peut également être présent:

  • Hypertension artérielle;
  • Douleur au cou et à la tête;
  • Malaise général;
  • Système nerveux excité, état émotionnel instable;
  • Secousses des paupières, tremblements de la langue;
  • Agressivité, colère;
  • Crises d'épilepsie;
  • Delirium tremens ou délire alcoolique scientifiquement;
  • Dépression respiratoire;
  • La diarrhée;
  • Divers troubles du tube digestif;
  • Maux d'estomac;
  • Attaque de panique, peur;
  • Culpabilité.

Attention! Quels symptômes le patient éprouve, la combinaison et la gravité aideront le médecin à déterminer le stade de l'alcoolisme afin de prescrire correctement le traitement.

La durée de l'état du syndrome dépend de 2 facteurs:

  1. La période pendant laquelle l'alcoolique a bu.
  2. Temps d'élimination de l'éthanol du corps.

Sur cette base, nous pouvons dire que les symptômes de sevrage dureront de 5 à 14 jours. Après cela, il faut parler des effets résiduels dus aux dommages aux organes et aux systèmes. La dépendance physique disparaît si la dépendance ne se renouvelle pas. Les problèmes psycho-émotionnels peuvent venir remplacer, qui sont résolus lors de cours de rééducation ou dans des groupes spéciaux de toxicomanes.

Une condition similaire est caractérisée par un soulagement après avoir bu de l'éthanol, par conséquent, le patient lui-même ou ses proches peuvent le détecter. Un autre problème est que le toxicomane nie complètement l'évidence. Et seul un narcologue peut mettre un diagnostic sur la carte.

De plus, l'alcoolique est examiné complètement pour comprendre le degré de dommage aux organes résultant de la dépendance et pour l'aider. Pour ce faire, ils passent un ensemble standard de tests, effectuent une échographie des organes internes, un cardiogramme. De plus, ils peuvent prescrire une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau.

Une personne en bonne santé pose à juste titre la question: vaut-il vraiment la peine de traiter un alcoolique, si tout est temporaire? En fait, avec de graves dommages aux organes internes, le patient peut ne pas survivre au syndrome sans aide extérieure. La mort survient par arrêt cardiaque, suffocation ou suicide. Par conséquent, à la clinique, les médecins aident à arrêter les symptômes afin qu'une personne puisse renoncer à l'alcool pour toujours avec un minimum de souffrance. À cette fin, le syndrome est utilisé:

  • Un compte-gouttes avec une solution qui nettoiera le corps de l'éthanol en peu de temps;
  • Les vitamines;
  • Sédatifs pour un bon sommeil et la réduction des troubles psycho-émotionnels;
  • Hépatoprotecteurs pour sauver le foie;
  • Préparations pour maintenir l'activité cardiaque et la respiration;
  • Moyens de protection du système nerveux central.

De nombreux médecins pratiquent des visites à domicile d'urgence pour un alcoolique présentant des symptômes de sevrage. Ce service est payant et comprend un goutte-à-goutte et d'autres moyens. Dans les cas graves, il est nécessaire de placer le patient dans un hôpital, où des mesures supplémentaires seront prises et le traitement sera long et complexe..

Aide à se débarrasser du syndrome:

  • La psychothérapie est extrêmement nécessaire pour l'alcoolique. La plupart des manifestations sont de nature émotionnelle et le patient ne peut pas y faire face seul dans une condition physique difficile. Des perturbations se produisent. De plus, la dépendance psychologique dure des mois et des années contrairement à la dépendance physique et peut provoquer des symptômes somatiques sous forme de douleurs, vertiges, nausées et vomissements;
  • Diverses procédures physiothérapeutiques aideront à améliorer l'état de l'alcoolique atteint du syndrome;
  • Il est très important de prescrire et de suivre un régime afin de ramener le tractus gastro-intestinal à la normale. Pendant la consommation excessive d'alcool, une personne ne mange pratiquement pas. Il n'est pas rare qu'un alcoolique s'étouffe avec un morceau de nourriture ordinaire après une longue séance et meurt;
  • Nettoyage des intestins et du sang.

Attention! En Russie, le nombre de personnes qui boivent régulièrement a considérablement augmenté. Ainsi, environ 60% des adolescents des deux sexes boivent 1 à 2 fois par mois ou plus.

Il arrive que la clinique ne soit pas disponible, ou que l'alcoolique n'accepte pas catégoriquement l'assistance médicale. Que faire pour soulager la condition associée au syndrome:

  • Plus de liquide sous toutes ses formes - boissons aux fruits, compotes, thés, bouillons. Cela aidera à éliminer plus rapidement l'éthanol et ses toxines du corps. Les bonnes dans ce cas sont les solutions de réhydratation, qui sont vendues dans une pharmacie ou préparées seules;
  • Vous pouvez faire un lavement nettoyant;
  • Évitez les aliments secs ou solides. Les meilleurs choix pour ce moment sont les soupes et les céréales, la viande maigre, les produits laitiers;
  • Préparez des thés apaisants avec de la mélisse, de l'origan et d'autres herbes apaisantes. Des comprimés de valériane peuvent être utilisés. Il vaut mieux refuser les teintures alcoolisées;
  • Ne laissez pas l'alcoolique seul. Dans cet état, une panne et une nouvelle frénésie sont possibles, ainsi que le suicide. Dans le même temps, vous ne devez pas vous soucier des conversations et de la moralisation, le toxicomane n'est pas capable de percevoir les critiques, cela peut provoquer de l'agressivité et le désir de boire.

Mise en garde! En cas de troubles du rythme cardiaque, d'étouffement, de vomissements sévères, une attention médicale urgente est nécessaire.

La plupart des problèmes découlent d'un malentendu sur ce qu'il faut faire avec un alcoolique, ce qui donne lieu à de nouvelles crises et à un alcoolisme chronique sévère.

  1. Ne donnez aucune aide ou soutien. Le toxicomane n'est pas capable de s'aider lui-même, car dans la lutte avec lui-même, les forces sont égales. Dans ce cas, vous ne pouvez pas donner d'argent ou de boissons, vous devez aider le patient, sortir avec votre attention et vos soins..
  2. Croyez qu'il endurera le syndrome. L'abstinence peut entraîner la mort en cas d'abus pendant des années.
  3. Réprimander et éduquer. Le toxicomane ne perçoit pas cette information. Il sait qu'il est à blâmer, et ce sentiment est si fort qu'avec la peur de panique, cela le rend fou..
  4. Sous-estimez les capacités des médecins. Ce sont les manifestations du syndrome qui poussent l'alcoolique à une nouvelle portion d'éthanol. Le narcologue vous aidera à sortir de l'état et le psychothérapeute vous aidera à sortir de la dépendance émotionnelle.
  5. Fiez-vous au codage, à l'hypnose et à d'autres méthodes. Aujourd'hui, un tel traitement est considéré non seulement inefficace, mais également dangereux..

Attention! Les proches du toxicomane souffrent également psycho-émotionnellement, ils devraient donc participer à la rééducation en tant que codépendants.

Un alcoolique est une personne faible et profondément malheureuse, donc le soutien et la participation peuvent le pousser à vouloir arrêter de boire. Une étape correctement achevée du syndrome de sevrage est une étape importante vers le rétablissement complet du patient..

Symptômes de sevrage chez les alcooliques: causes, sensations, traitement

Le syndrome de sevrage alcoolique ou syndrome de sevrage alcoolique (dans le jargon des alcooliques "Abstyaga") est une condition désagréable d'un patient souffrant d'alcoolisme, qui survient en s'abstenant de boire de l'alcool. Cela ne survient que chez les personnes ayant une dépendance malsaine à l'alcool, car avec une consommation systématique prolongée d'alcool, une dépendance physique se développe, ce qui sera discuté plus en détail ci-dessous. Cette condition douloureuse survient chez les patients alcooliques pendant une période de plusieurs jours. Il s'accompagne d'un ensemble de sensations et de symptômes indésirables douloureux, provoquant un inconfort sévère dans la vie de l'alcoolique. Parfois, l'évolution des symptômes de sevrage est même douloureuse et nécessite une intervention médicale. Les alcooliques potentiels ignorent souvent l'existence de ce syndrome ou le confondent avec une gueule de bois (bien qu'il existe de nombreuses similitudes). Ignorant les conséquences de l'alcoolisme, ils font face à des symptômes de sevrage après un certain temps avec un certain degré de surprise. La mauvaise situation est aggravée par ce nouveau problème, alors qu'il y en a tant d'anciens sous forme de dépendance à l'alcool, de conséquences sociales, etc. Par conséquent, vous ne devez pas sous-estimer ce problème, mais il est conseillé d'arrêter complètement de boire..

Gueule de bois contre symptômes de sevrage
Qui obtient?À n'importe quel stade de l'alcoolisme, cela arrive même chez les personnes qui n'ont aucun problème avec l'alcool.Se développe chez les alcooliques avides dans le contexte de la deuxième ou troisième étape de l'alcoolisme.
Comment est-il traité?Restauration de l'équilibre eau-sel, reconstitution des carences en vitamines, thérapie de désintoxication avec l'utilisation d'absorbants, de médicaments pour les maux de tête, ainsi que de nombreux remèdes et méthodes populaires. Il est possible d'éviter la plupart des problèmes connexes à l'avance.Thérapie médicamenteuse utilisant des antidépresseurs, des tranquillisants (et autres anxiolytiques contre l'anxiété), des neuroleptiques, des hépatoprotecteurs, des complexes multivitaminiques, métaboliques et hypnotiques, des nootropiques, etc. Les remèdes populaires sont inefficaces. Dans les cas graves, ils ont recours à une aide médicale ou à l'hôpital.
Combien de temps cela dure-t-il?De plusieurs heures à 1 à 2 jours, jusqu'à ce que les produits de décomposition de l'éthanol soient éliminés du corps.De plusieurs jours à plusieurs semaines. Plus la dépendance à l'alcool est progressive, plus la durée du syndrome de sevrage augmente..
Comment ça se passe?Les symptômes sont similaires à une intoxication alimentaire avec certaines caractéristiques spécifiques.Un groupe de symptômes provenant de divers systèmes corporels. Parmi eux, il y a le mental, ce qui n'est pratiquement pas typique d'une gueule de bois..

Il est important de noter que les crises de panique ont un certain nombre de propriétés distinctes par rapport à l'anxiété (ou peur) normale. Les crises de panique sont accompagnées de symptômes somatiques. Cela pourrait être:

  1. Essoufflement lourd, suffocation et manque d'air;
  2. Frissons, "engourdissement" des organes internes et / ou de la peau;
  3. Se sentir avec une peur intense comme si vous étiez sur le point de perdre connaissance ou de mourir;
  4. Picotements et tremblements des membres;
  5. Sensation de lourdeur dans le mouvement des muscles;
  6. Palpitations cardiaques sévères.
Et beaucoup plus. Les attaques de panique ont tendance à survenir soudainement et sans raison. Dans certains cas, les crises surviennent à la suite d'une sorte de déclencheur - le soi-disant «déclencheur». Cela peut être un événement associé à des souvenirs désagréables ou même, en fait, une crise de panique due à la peur d'une autre attaque d'une crise de panique. D'autres complications avec la progression de la dégradation mentale sont collectivement appelées psychoses alcooliques. En particulier, les personnes souffrant d'alcoolisme, qui tombent souvent dans des crises de boulimie, au lieu de symptômes de sevrage, viennent avec le délire tremens avec tous ses «charmes». Les personnes souffrant de lésions cérébrales organiques, d'un manque de vitamines B et E et d'autres complications dues à l'alcoolisme, avec abstinence d'alcool, commencent à tomber dans des crises d'épilepsie. C'est ainsi que se développe l'épilepsie alcoolique.

Traitement des symptômes de sevrage
Le traitement suivant pour sevrage à domicile est fortement déconseillé à l'insu du médecin. Il est préférable de tout coordonner avec votre médecin, puis de prendre une décision éclairée. Le traitement des symptômes de sevrage est effectué médicalement avec un complexe de médicaments appartenant à différentes classes de pharmacologie. L'alcoolisme affecte de nombreux systèmes corporels, par conséquent, le traitement approprié est sélectionné individuellement, en fonction des complications qui suscitent des inquiétudes:

PhénazépamSoulagement des crises d'anxiété obsessionnelle, de peur, de crises de panique. Normalisation du sommeil.PhenibutÉlimine l'asthénie, l'anxiété et de nombreux autres symptômes de sevrage. Prévention ou traitement dans le complexe du délire alcoolique.ZorexAgent détoxifiant.DiazépamTout comme le phénazépam. Soulagement des symptômes d'anxiété, de peur, de stabilisation de l'humeur et d'amélioration du sommeil.XanaxSoulage l'anxiété et la dépression et de nombreux autres symptômes.MeldoniumAméliore la circulation cérébrale. Soulagement des symptômes de stress mental et physique.Vitamines BLa reconstitution du déficit améliore le fonctionnement du cerveau et d'autres systèmes corporels, prévient les complications mentales.ChlorprothixèneFacilite l'évolution du délire alcoolique, a un effet antiémétique et anticonvulsivant.GlycinePour améliorer les performances du cerveau.BuspironeSoulagement de l'anxiété et des crises de panique.AdémétionineAgent hépatoprotecteur à effet antidépresseur.acide succiniqueRéduit la toxicité de l'alcool, active les systèmes du corps.MétadoxineRéduit considérablement la durée du sevrage alcoolique, prévention des maladies du système digestif (y compris du foie).CarbamazépineÉlimine les crises d'épilepsie, les convulsions et les troubles de la marche.MexidolSoulagement des symptômes neurologiques, atténuation de la neurotoxicité alcoolique.BiotredinSoulagement du syndrome de sevrage alcoolique, amélioration de l'activité cérébrale.Proproxan

Dans les hôpitaux narcologiques (publics ou privés - peu importe), une désintoxication sera effectuée et le patient recevra une thérapie de soutien appropriée. À des fins de réadaptation, pour prévenir la rechute de l'alcoolisme et, par conséquent, le syndrome de sevrage, de nombreux patients sont envoyés dans un hôpital ou un sanatorium de réadaptation spécial et assistent également à des réunions de groupes des Alcooliques anonymes (AA).

Conclusion
L'alcoolisme est un phénomène terrible. Son influence sur la sphère sociale et la santé du patient crée une telle variété de problèmes, et les symptômes de sevrage ne font pas exception. Sur le forum NotDrink, vous pouvez trouver de nombreuses informations utiles pour vous-même, à la fois de ceux qui ont souffert d'une telle influence, et de ceux qui ont pu se ressaisir et commencer à vivre sobrement.

Comment soulager les symptômes de sevrage à la maison?

Le sevrage alcoolique est une condition spécifique qui survient chez les personnes atteintes d'alcoolisme chronique lorsqu'elles arrêtent de boire de l'alcool. Symptômes de sevrage - agressivité gratuite, peur, cauchemars. Quelle est la raison de cette condition, quelles conséquences dangereuses attendent les toxicomanes? Lorsque vous pouvez aider avec le syndrome d'alcoolisme à la maison et lorsque vous avez besoin d'un traitement dans une clinique de désintoxication, lisez ci-dessous.

  1. Raisons du sevrage alcoolique
  2. Symptômes de sevrage par gravité
  3. Traitement des symptômes de sevrage
  4. Méthodes de médication
  5. Méthodes psychothérapeutiques
  6. Remèdes populaires
  7. Complications possibles
  8. Comment se comporter pour ses proches avec un alcoolique?
  9. La prévention

Raisons du sevrage alcoolique

Le développement du syndrome de sevrage alcoolique est dû à plusieurs facteurs:

  • L'effet toxique de l'alcool éthylique. L'alcool dans le foie est détruit par l'enzyme alcool déshydrogénase. Dans ce cas, de l'acétaldéhyde se forme - une substance plus toxique que l'éthanol. Avec l'utilisation fréquente de boissons alcoolisées, le foie ne fait pas face à ses fonctions. Les substances toxiques s'accumulent dans le corps.
  • Fumer des cigarettes augmente les effets de l'alcool et les gens fument beaucoup plus souvent en buvant..
  • La présence d'autres alcools - des substituts d'alcool qui renforcent l'effet toxique de l'éthanol.
  • Carence en magnésium. Après avoir bu de l'alcool, le magnésium nécessaire au corps est lavé avec de l'eau. Au lieu de cela, il reçoit du calcium, qui a la propriété de stimuler les tissus mous - les muscles du cœur et des jambes. La carence en minéraux s'accompagne d'arythmies cardiaques, de crampes aux jambes.
  • L'alcool détruit les vitamines C, PP et, ce qui est particulièrement important, du groupe B. C'est leur carence qui provoque des troubles neurologiques.

Le sevrage alcoolique se développe à un stade de l'alcoolisme où l'alcool en grande quantité devient une nécessité vitale. L'éthanol est incorporé au métabolisme. La dépendance physique se développe. Cela se produit généralement après 5 à 7 ans de consommation régulière d'alcool. Les alcooliques abusifs développent une dépendance plus tôt.

Le syndrome de sevrage dans l'alcoolisme chronique se développe après le sevrage alcoolique, lorsqu'une personne décide d'arrêter de boire. Cette condition est causée par le syndrome de retrait de dose habituel. Malheureusement, les bonnes intentions sont mauvaises pour votre bien-être..

Il existe plusieurs mécanismes sous-jacents au syndrome post-alcoolique. L'éthanol renforce l'effet inhibiteur de l'acide gamma-aminobutyrique sur l'excitabilité du cerveau. En l'absence de la dose habituelle d'alcool, le cerveau est dans un état d'excitation constante..

Le glutamate (sel d'acide glutamique) est impliqué dans la genèse du syndrome d'alcoolisme. La transmission neurohumorale de l'influx nerveux est altérée, ce qui conduit à l'activation de cette substance. Le glutamate surexcite le cortex cérébral. Les symptômes d'asthénie et de troubles de l'humeur apparaissent par étapes.

Symptômes de sevrage par gravité

Les symptômes du sevrage alcoolique semblent fragiles avant même la disparition de l'alcool éthylique du sang. Avec une diminution de l'éthanol dans le plasma, des signes de degré I du deuxième stade du syndrome d'alcoolisme apparaissent. Ils se manifestent par des troubles végétatifs-asthéniques:

  • tremblement des doigts, de la langue;
  • la soif;
  • stress interne;
  • cardiopalmus;
  • apathie;
  • transpiration abondante;
  • mal de crâne;
  • agitation motrice;
  • perte d'appétit;
  • bouche sèche;
  • hypertension artérielle;
  • irritabilité;
  • performances réduites;
  • besoin de boire de l'alcool.

Pour le degré II d'abstinence dans l'alcoolisme, l'ajout de symptômes neurologiques est caractéristique:

  • lourdeur dans la tête;
  • tremblement (tremblement) non seulement des mains, mais de tout le corps;
  • hyperémie du visage;
  • rougeur de la sclérotique des yeux;
  • raccourcissement du sommeil nocturne;
  • troubles dyspeptiques;
  • violation de la pensée, concentration de l'attention;
  • palpitations;
  • une forte diminution de la pression;
  • violation de la démarche;
  • Vomissements «secs»;
  • une personne ne peut plus retenir l'envie d'ivresse.

Avec le degré III de gravité du syndrome d'alcoolisme, des troubles mentaux apparaissent:

  • sentiment constant d'anxiété;
  • peur inexpliquée;
  • sentiments de désir et de culpabilité;
  • irascibilité;
  • cauchemars;
  • psychose;
  • sommeil improductif superficiel;
  • des hallucinations auditives;
  • humeur agressive envers les membres de la famille.

Au stade III du syndrome alcoolique, tous les symptômes augmentent. Changements de comportement. Les actions sont caractérisées par l'hystérie, une attitude de colère ou de méchanceté envers les gens autour. Les hallucinations auditives et visuelles surviennent généralement lors de l'endormissement ou lors du réveil. Le patient entend des voix qui l'appellent par son nom. Des convulsions sont possibles.

Une forme sévère de syndrome post-alcoolique s'accompagne d'un délire alcoolique (délire).

Signes de delirium tremens:

  • hausse de température;
  • transpiration persistante;
  • les pics de tension artérielle;
  • tremblant sur tout le corps;
  • démarche bancale.

Les hallucinations effrayantes dans le syndrome alcoolique incitent le patient à prendre des mesures dangereuses - à attaquer ou à s'enfuir. Certains sautent par la fenêtre de peur. D'autres lancent un couteau sur les membres de la famille.

Caractères de visions avec syndrome d'alcoolisme - rats, démons, parents décédés. Le patient sent qu'il a des vers ou des cheveux dans la bouche. En même temps, il essaie de s'en débarrasser de toutes les manières possibles. Les crises d'excitation mentale s'intensifient le soir. Un certain soulagement vient le matin.

Traitement des symptômes de sevrage

Une personne présentant des symptômes de sevrage alcoolique doit être traitée pour éviter l'apparition de complications. Avec un degré léger à modéré, la thérapie est effectuée à domicile. Dans les cas graves, le patient est admis au service de narcologie de la clinique psychiatrique.

Méthodes de médication

Un patient dans cette condition doit être examiné par un narcologue. Le traitement des symptômes de sevrage modérés et sévères, ainsi qu'en présence d'antécédents de convulsions, est effectué dans un hôpital. La thérapie complexe comprend l'utilisation de médicaments:

  • Tout d'abord, il faut compenser le manque de liquide en l'injectant par voie intraveineuse à travers un compte-gouttes. Sous le contrôle de la diurèse, des solutions polyioniques salines avec glucose sont administrées afin de détoxifier et restaurer l'équilibre eau-électrolyte.
  • Si nécessaire, le diurétique Lasix est administré.
  • Pour éliminer les toxines du syndrome alcoolique, un nouveau médicament est utilisé - Reamberin. Il contient un ensemble optimal de sels et d'acide succinique.
  • Avec le syndrome d'alcoolisme, des entérosorbants sont utilisés - charbon actif, Polysorb, Enterosgel. Ils favorisent l'élimination des produits de dégradation de l'éthanol du corps.
  • Pour soulager les convulsions et le delirium tremens, des benzodiazépines sont utilisées - phénazépam, diazépam. Pour les patients âgés et ceux souffrant d'insuffisance hépatique, les médicaments à courte durée d'action - Oxazepam ou Lorazepam sont préférés. Un tranquillisant à effet nootropique - Phenibut - soulage l'anxiété et la colère. Il est basé sur l'acide gamma hydroxybutyrique. Avec une sévérité modérée du syndrome alcoolique, Afobazol est utilisé pour soulager les tremblements, la soif, la transpiration.
  • Donormil peut être utilisé pour éliminer l'insomnie. Aide à soulager la gueule de bois tout en améliorant la qualité du sommeil.
  • Pour accélérer les processus métaboliques et améliorer les fonctions du système nerveux, une thérapie vitaminique est prescrite. Le schéma thérapeutique comprend des formes injectables de vitamine C, groupe B, acide folique.
  • Pour la tachycardie, les arythmies, des médicaments cardiaques sont utilisés.
  • Certaines personnes reçoivent des antidépresseurs.

Méthodes psychothérapeutiques

La psychothérapie pose dans le subconscient de l'alcoolique une attitude de réponse au refus de boire de l'alcool. Le traitement du sevrage alcoolique implique plusieurs méthodes pour affecter le cerveau du patient:

  • Hypnose d'ancre. Avec l'aide d'une technique spéciale, le subconscient est programmé. Un réflexe conditionné de refus d'alcool est posé en présence d'une étiquette de stimulus. Il est déterminé dans le processus de travail avec le client.
  • Codage. Les narcologues utilisent la méthode pour instiller une interdiction de l'alcool avec une conscience claire ou altérée.
  • La méthode médicamenteuse pour le syndrome d'alcoolisme n'est utilisée qu'après la fin de la période de désintoxication. Des médicaments sont introduits dans le corps, ce qui aggrave considérablement l'état de santé après avoir consommé de l'alcool. La peur d'une maladie douloureuse à venir inhibe l'envie de boire.
  • Implantation. Les comprimés ou gélules de Torpedo, Esperal sont cousus sous la peau. Après avoir pris de l'alcool, ils provoquent des bouffées de chaleur, des étouffements, des vomissements.
  • Les injections. En cas de syndrome alcoolique, les narcologues injectent dans la veine un médicament contenant du disulfirame. Il existe des solutions à base de naltrexone pour l'administration intramusculaire. Lorsque ces agents entrent en contact avec de l'alcool éthylique, le corps réagit par des nausées, une tachycardie.

Toutes les méthodes pour le syndrome d'alcoolisme ont une certaine période de validité..

Remèdes populaires

Le traitement à domicile des symptômes de sevrage avec alcoolisme n'est effectué qu'à un stade léger après que le patient a été examiné par un narcologue. Le traitement avec des méthodes alternatives peut réussir si la frénésie est survenue il y a moins de 3 mois et n'a pas duré plus d'une semaine. De plus, un alcoolique ne doit pas avoir plus de 60 ans..

Les mesures suivantes aident à sortir des symptômes de sevrage:

  • Boire beaucoup de liquides accélère l'élimination des substances toxiques. L'eau minérale fonctionne le mieux. Il est rapidement absorbé par les intestins. Les minéraux présents compensent la carence en électrolytes. Périodiquement, vous devriez également boire du thé avec du citron et du miel. Les jus naturels sont recommandés, en particulier le jus de pomme. La pectine qu'elle contient élimine les toxines.
  • En cas de syndrome alcoolique, le retrait des produits de désintégration de l'éthanol est accéléré par des procédures à l'eau - bain, sauna, douche de contraste.
  • Le nettoyage intestinal avec des sorbants pour le syndrome alcoolique est obligatoire. Le médicament le plus facilement disponible est le charbon actif. Il élimine les substances toxiques de tous les tissus du corps, soulage les symptômes de sevrage. De plus, le produit a des propriétés antihistaminiques. Pour éliminer les scories, 10 comprimés broyés mélangés à de l'eau sont utilisés à la fois. Ensuite, vous devez boire 4 morceaux toutes les 5 heures pendant 3 jours. Continuer la désintoxication avec Polyphepan ou Polysorb-MP.
  • La normalisation du sommeil est un problème lors du traitement de l'alcool à la maison. Une personne ne peut pas dormir, boit des somnifères. Le phénazépam n'est pas autorisé dans ce cas. Les narcologues recommandent d'utiliser Donormil.
  • À partir de méthodes traditionnelles pour soulager rapidement les symptômes de sevrage, vous pouvez prendre de la glycérine, diluée en deux avec de l'eau ou une solution saline. Vous pouvez boire 30 ml deux fois par jour.
  • Les vomissements avec syndrome d'alcoolisme sont éliminés avec les comprimés Cerucal.
  • À la maison, il est utile de donner au patient des vitamines B, qui sont toujours éliminées lors de la consommation d'alcool. La préparation la plus réussie et la plus équilibrée est Milgamma. Contrairement à la solution injectable, la pilule contient de la benfotiamine, caractérisée par une absorption accélérée. Prendre Milgamma accélère la guérison du syndrome d'alcoolisme.
  • En tant que médicaments sédatifs supplémentaires, des teintures d'agripaume et de valériane sont utilisées. Comprimés Glycine, Persen help.

Pendant le traitement des symptômes de sevrage liés à l'alcoolisme, il est en même temps nécessaire de suivre un régime alimentaire qui aidera à soulager l'état du patient. Plats liquides, bouillon de poulet, légumes, fruits sont recommandés. Avec le syndrome de l'alcool, les céréales sont introduites dans l'alimentation, qui éliminent naturellement les produits de décomposition des alcools.

Complications possibles

Le syndrome d'alcoolisme est un stress sévère pour tous les organes. Un mode de fonctionnement d'urgence des systèmes nerveux, endocrinien, génito-urinaire et digestif est activé. Les corps ne peuvent tout simplement pas le supporter, les mécanismes d'auto-défense s'effondrent. Les conséquences du sevrage alcoolique:

  • Syndrome de Mallory-Weiss, conduisant à des saignements gastriques;
  • accident vasculaire cérébral avec une augmentation excessive de la pression artérielle;
  • hémorroïdes dues à un dysfonctionnement intestinal;
  • perturbation du rythme cardiaque sous forme sévère - fibrillation ventriculaire, qui peut être fatale;
  • tentatives suicidaires avec hallucinations effrayantes;
  • les crises peuvent entraîner la mort en raison d'un arrêt respiratoire.

Le problème du syndrome d'alcoolisme n'est pas seulement médical, mais aussi social. La personnalité de l'alcoolique se dégrade. Les relations familiales sont détruites. Un toxicomane perd son emploi. Des amis se détournent de lui, mais les mêmes compagnons de boisson ivres apparaissent.

Comment se comporter pour ses proches avec un alcoolique?

Les personnes ivres arrêtent rarement de boire par elles-mêmes. Les patients ont besoin du soutien de leurs proches.

L'alcoolique est complètement dépourvu d'autocritique, il fait le contraire. Les proches ne peuvent que réagir avec retenue à ses singeries. L'attitude correcte envers le patient atteint du syndrome d'alcoolisme est la suivante:

  1. Du côté des proches, moralisants, les confrontations sont inappropriées.
  2. Dans les moments de comportement malveillant ou de provocation, ne criez pas à l'alcoolique. L'agression passera si vous êtes calme.
  3. Accompagner dans un moment difficile, montrer des signes d'attention et de soins, surveiller votre prise de médicaments.

Dès le début, les proches devront être à l'écoute du dur travail de restauration d'une personne malade.

La prévention

La meilleure prévention du syndrome d'alcoolisme est de ne pas boire du tout d'alcool. Vous pouvez éviter les symptômes de sevrage en buvant occasionnellement. L'essentiel est de ne pas prendre de boissons fortes plusieurs jours de suite, afin de ne pas entrer dans un état de frénésie..

Pour vous débarrasser d'une maladie alcoolique, contactez un narcologue. Un spécialiste non seulement guérira professionnellement, mais mettra également une personne perdue sur le bon chemin, reviendra foi en lui-même.

Syndrome de sevrage alcoolique

Le problème de l'alcoolisme se pose partout dans le monde. Les experts disent qu'il est très difficile de lutter contre cette maladie insidieuse. La dépendance à l'alcool est un désastre pour le buveur lui-même et un vrai chagrin pour ses proches. Après tout, en prenant de l'alcool, des changements de mode de vie se produisent - le buveur ne s'intéresse à rien sauf à boire.

Lire aussi

Lire aussi

Mais tôt ou tard, un sevrage alcoolique peut survenir. Les soi-disant symptômes de sevrage. Il s'agit de tout un ensemble de symptômes différents qui surviennent après qu'une personne a complètement cessé de boire ou réduit la dose d'alcool. Le sevrage alcoolique est caractérisé par un certain nombre de symptômes inhérents à la gueule de bois lorsque le soulagement survient après la prise d'une certaine dose. Mais tout le monde peut faire face à une gueule de bois avec une forte dose d'alcool..

Le sevrage alcoolique est déjà un signe d'alcoolisme. Pour récupérer et revenir à un état normal, une personne qui a beaucoup bu pendant une longue période peut avoir besoin de l'aide de médecins..

Nos lecteurs recommandent!

Notre lecteur régulier a partagé une méthode efficace qui a sauvé son mari de l'ALCOOLISME. Il semblait que rien n'aiderait, il y avait plusieurs codages, des traitements au dispensaire, rien n'y faisait. La méthode efficace recommandée par Elena Malysheva a aidé. MÉTHODE EFFICACE

  • nausées, qui peuvent se transformer en vomissements;
  • excitabilité excessive;
  • mauvais sommeil ou insomnie;
  • mal de crâne;
  • cardiopalmus;
  • hypertension artérielle;
  • faiblesse générale du corps;
  • transpiration excessive;
  • tremblement des mains, des paupières, de la langue;
  • hallucinations - visuelles, auditives.

Symptômes secondaires

Après une exposition toxique à l'alcool, des symptômes secondaires sont également observés. Cela se produit à la fois chez un non-buveur et chez les alcooliques, mais dans un état de gueule de bois:

  • désir de boire de l'alcool immédiatement;
  • l'irritabilité et la morosité apparaissent;
  • état dépressif;
  • chaos dans les mouvements.

Dans le cas d'une forme sévère de symptômes de sevrage, les éléments suivants sont observés:

  • tendances suicidaires;
  • psychose;
  • "delirium tremens".

Les raisons du développement de la maladie

Les médecins débattent toujours de la façon dont se développe le sevrage alcoolique. Mais ils s'entendent sur une chose, le problème est complexe. Ce sont des troubles mentaux de nature végétative, neurologique, somatique..

Le syndrome de sevrage alcoolique apparaît après une consommation prolongée de boissons alcoolisées, puis avec un refus brutal ou forcé de leur part.

Le corps accumule les produits de la dégradation d'un composé toxique - la norme. Il se forme dans les intestins et le foie. Si le corps est en bonne santé et que l'alcool n'y pénètre pas en excès, il est lui-même restauré et neutralise les substances nocives. Mais sinon, le foie ne pourra pas se réparer. Des substances nocives pénètrent dans tous les organes. Et le sevrage alcoolique commence.

Le coup principal est pris par le système nerveux central, le cerveau.

Diagnostique

Il n'est pas difficile de définir les symptômes de sevrage. S'il y a au moins trois signes de la maladie et de sa durée relative, il est prudent de dire que c'est le résultat du refus du buveur d'alcool. Cependant, il est peu probable qu'une telle personne convienne qu'elle est alcoolique et n'évaluera pas son état de manière critique. Il ne peut pas toujours croire un narcologue ou un psychiatre. Ici, il faudra essayer de le contacter pour qu'il ne soit pas trop tard. Après tout, le rétablissement d'une vie saine sera extrêmement difficile..

Étapes des symptômes de sevrage

Chaque étape a ses propres caractéristiques:

  • la performance diminue;
  • la nervosité apparaît;
  • perte d'appétit;
  • il y a des interruptions cardiaques et digestives;
  • la transpiration augmente;
  • bouche sèche.

Il n'y a pas de besoin évident d'alcool, mais il y a un désir de se saouler et, en raison de diverses circonstances, il peut être transféré au soir. Les troubles causés par la maladie ne durent pas plus de 24 heures.

  • gonflement, rougeur du visage;
  • pupilles dilatées;
  • interruptions graves de l'activité cardiaque;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • transpiration;
  • maux de tête;
  • pas d'appétit;
  • problèmes de miction;
  • serrer des mains;
  • insomnie;
  • la faiblesse.

Dans cet état, une personne est pressée de se saouler déjà le matin ou même la nuit. Et c'est déjà le signe d'une forte consommation d'alcool, caractérisée par une psychose, une dégradation de la personnalité. Cette période dure plusieurs jours: de deux à cinq.

  • la coordination des mouvements est altérée;
  • pâleur du visage et mains et pieds bleus;
  • de la sueur froide apparaît;
  • les yeux s'enfoncent et le visage s'affine;
  • les problèmes cardiaques commencent;
  • perturbation complète du sommeil. Il devient agité, tourmenté par les cauchemars.

Une gueule de bois est nécessaire partout et à toute heure du jour ou de la nuit. Les psychoses et autres troubles nerveux se présentent sous une forme compliquée. Tous les signes d'alcoolisme sont déjà visibles sur le visage. Durée de la période jusqu'à cinq jours.

Traitement des symptômes de sevrage

Combien de temps durent les symptômes de sevrage? Le compte peut durer des jours, ou il peut s'étirer pendant des semaines ou des mois.
Le traitement n'est prescrit qu'après un examen complet. Si une personne a franchi la ligne d'arrivée et que le sevrage alcoolique a déjà commencé sous une forme sévère, elle doit être hospitalisée.

Symptômes du stade sévère:

  • il y avait une pathologie des organes internes;
  • une forte fièvre a augmenté;
  • fièvre.

S'il n'y a pas de tels changements, si le patient est dans un état satisfaisant, le traitement peut être effectué en ambulatoire. Tout d'abord, vous devez arrêter la maladie. Pour cela, des médicaments sont prescrits qui remplacent l'alcool et aident le cœur à fonctionner normalement. Le corps doit être réapprovisionné en liquide pour restaurer les perturbations électrolytiques dans le sang. En règle générale, des médicaments psychotropes et infuseurs sont utilisés, des vitamines sont prescrites et une nutrition appropriée est nécessaire. Les médicaments sont recommandés pour restaurer le sommeil, pour lutter contre la névrose et l'asthénie.

Mais dans chaque cas, la récupération du patient est réalisée individuellement et symptomatique. En cas d'intoxication, il peut être retiré avec un compte-gouttes contenant du glucose ou une solution saline. Si des convulsions ont commencé, elles sont soulagées avec du diazépam; en cas d'hallucinations, elles sont traitées avec de l'halopéridol. Pour accélérer la récupération, l'utilisation de vitamines B est utile et nécessaire..

La pression artérielle et le pouls doivent être contrôlés spécialement pendant le traitement. Cette condition peut exacerber les maladies cardiovasculaires..

La meilleure façon d'éviter les rechutes est d'arrêter de boire. Le désir d'arrêter de boire de l'alcool doit venir du patient lui-même. Sinon, l'effet souhaité ne peut pas être obtenu. Mais la deuxième ou la troisième fois pour se rendre à l'hôpital avec un diagnostic désagréable est tout à fait possible.

Après le traitement, il n'est pas nécessaire d'attendre un miracle. Il ne sera pas possible d'éliminer toutes les causes de la maladie. Si une pathologie se produit, ce processus est presque irréversible et n'attendez rien de bon à l'avenir. Par conséquent, plus tôt vous arrêtez de boire de l'alcool, mieux c'est pour votre santé. être en bonne santé!

Il est impossible de guérir l'alcoolisme.

  • J'ai essayé de nombreuses façons, mais rien n'y fait?
  • Un autre codage s'est avéré inefficace?
  • L'alcoolisme détruit votre famille?

Ne désespérez pas, un remède efficace contre l'alcoolisme a été trouvé. Un effet cliniquement prouvé, nos lecteurs l'ont essayé eux-mêmes. En savoir plus >>

Sevrage alcoolique: symptômes, durée, comment soulager les symptômes de sevrage

Le terme «sevrage» est généralement associé à l'état des toxicomanes pendant la période de cessation de la consommation de drogue. Cependant, le sevrage alcoolique peut ne pas être plus faible. Le cinéma moderne décrit de manière colorée dans de nombreux films cet état de toxicomanie. Cependant, dans la vraie vie, tout se passe un peu différemment que dans les films. Dans cet article, nous examinerons les symptômes du sevrage alcoolique. Nous donnerons également des conseils sur la façon de survivre à cet état..

Qu'est-ce que l'abstinence

Les symptômes de sevrage liés à l'alcoolisme ne sont typiques que pour les personnes ayant une dépendance persistante. Si une personne en bonne santé lors d'une fête boit beaucoup d'alcool, alors le matin, elle souffrira d'un mal de tête, elle vomira (le corps se débarrassera ainsi de l'intoxication), une forte soif se développera.

Le sevrage, ou sevrage alcoolique, est une condition beaucoup plus complexe et difficile. Souvent, une personne malade ne voit qu'une seule façon de se débarrasser de lui: boire tout liquide contenant de l'éthanol. Cependant, il s'agit d'un cercle vicieux, car le sevrage alcoolique se produira encore et encore. Cela sera observé jusqu'à ce que le patient abandonne complètement l'alcool et entre en rémission..

Que faire si vous présentez des symptômes de sevrage

Comment survivre au sevrage alcoolique? C'est une question difficile. Tout dépend du nombre de jours où une personne a consommé de l'alcool, des boissons qu'elle a consommées, en quelle quantité. Après une consommation excessive d'alcool, une hospitalisation est nécessaire, car le risque de développer un délire alcoolique est élevé. Cet état est populairement appelé «écureuil». C'est potentiellement dangereux pour la vie du patient et de ses proches. Comment supprimer soi-même le sevrage alcoolique? Hélas, il est souvent impossible de le faire sans une aide qualifiée et sans prendre des médicaments sur ordonnance..

Étant en état de délire, le patient peut ressentir des hallucinations et causer des lésions corporelles à ses colocataires ou même à des passants dans la rue. S'il y a un risque de comportement psychotique pendant la période de sevrage, assurez-vous de contacter un narcologue ou un psychiatre.

Quelle est la différence entre un syndrome de la gueule de bois et des symptômes de sevrage?

Le syndrome de la gueule de bois se traduit par les symptômes suivants:

  • Mal de crâne.
  • Nausée et vomissements.
  • Douleur dans la région épigastrique (le plus souvent, cela est observé si le patient a déjà été diagnostiqué avec des maladies du tractus gastro-intestinal).
  • Déficience visuelle à court terme, problèmes de coordination des mouvements.

Comment se manifeste le sevrage alcoolique par les symptômes de sevrage? En règle générale, une personne se sent bien pire qu'avec une gueule de bois ordinaire. Comme avec l'alcoolisme, le système nerveux central souffre toujours et de nombreux neurones meurent, la symptomatologie n'est pas seulement physique, mais aussi psychologique..

Comment savoir si vous souffrez d'alcoolisme

Les critères diagnostiques en narcologie sont très vagues, mais il y en a un qui indique clairement qu'une personne est alcoolique. Si une personne ne peut pas s'arrêter après un verre de bière ou de vin, on peut affirmer avec un degré de probabilité élevé qu'elle souffre d'alcoolisme chronique. Beaucoup d'entre nous ont eu des situations dans nos vies où nous voulions simplement nous enivrer. Les patients alcooliques sont dans cet état tout le temps. Pour eux, ce n'est pas associé aux difficultés de la vie..

Nous sommes habitués à ne considérer les alcooliques que les personnes qui, à cause de leur vice, ont perdu leur statut social. Ils n'ont généralement ni travail ni famille. Il y a en fait trois étapes de l'alcoolisme. Dans le premier, une personne est encore un membre à part entière de la société. Cependant, il connaît déjà un concept tel que le sevrage alcoolique. Les symptômes de sevrage s'aggraveront à chaque nouvelle utilisation. Il n'y a qu'une seule solution au problème - un refus complet de boire de l'alcool..

Symptômes de sevrage d'alcool

Les symptômes du sevrage alcoolique sont les suivants:

  • Problèmes de sommeil pendant environ un mois après la dernière intoxication à l'éthanol. Le patient fait des cauchemars, il souffre d'insomnie, ses phases de sommeil sont perturbées.
  • Comme une personne ne dort pas suffisamment, elle se sent constamment fatiguée, ses performances diminuent.
  • Il y a des douleurs de traction et une gêne dans l'hypochondre droit. C'est la réaction du foie et de la vésicule biliaire à l'empoisonnement.
  • L'irritabilité, les larmes, l'apathie apparaissent en raison de la mort multiple de cellules du système nerveux due à une intoxication. De nombreux patients, dans un contexte d'épuisement du système nerveux et de la psyché, pensent à se suicider.
  • Le travail des organes du tractus gastro-intestinal est perturbé. La pancréatite peut s'aggraver.
  • L'immunité diminue, car pendant la période d'abstinence, le risque de contracter des maladies virales est élevé.

Combien de temps dure le sevrage alcoolique

La durée typique de la torture pour un sevrage aigu est d'environ une semaine. Cela dépend beaucoup de l'expérience de l'abus et de la nature de l'alcoolisme, de l'ivresse ou.

Il existe également un syndrome post-sevrage en narcologie. C'est une sorte de "swing", dans sa fréquence qui rappelle le changement de phase chez MDP. La durée du syndrome post-sevrage est d'environ un an. Seulement à la condition d'un refus complet de l'utilisation de liquides contenant de l'éthanol, le patient peut compter sur la restauration du fond émotionnel, de la psyché et du système nerveux.

Comment améliorer le sommeil pendant les périodes de sevrage

L'un des signes les plus évidents du sevrage alcoolique est l'incapacité de dormir. Le rêve de l'alcoolique est léger et bref. Une personne se réveille souvent dans une sueur froide suite à des cauchemars..

Médicaments qui peuvent améliorer le sommeil pendant le sevrage:

  • Phenibut.
  • "Fitosedan" (collection d'herbes).
  • "Atarax" (tranquillisant doux).
  • «Tenoten» (anxiolytique).
  • Teraligen (un autre anxiolytique populaire).

La plupart des médicaments de la liste ne peuvent être achetés que sur ordonnance d'un médecin, car ce sont des médicaments psychotropes.

Comment gérer l'irritabilité pendant le sevrage

Comment supprimer le sevrage alcoolique à la maison si une personne est très irritable et agressive? Un tel état de santé et d'humeur après une intoxication du système nerveux est observé très souvent..

Les gens qui sont loin du problème de l'alcoolisme sont sûrs qu'il est possible de survivre aux symptômes du sevrage sans prendre de médicaments. Cependant, le patient lui-même éprouve un état psychotique si aigu que dans certains cas, il peut même s'imposer.

Les guérisseurs populaires conseillent de prendre de tels fonds:

  • Infusion de graines d'anis. Vous devez prendre 1 cuillère à café rase de graines sèches, verser 200 ml d'eau bouillante, insister et prendre 50 ml chacun avant les repas.
  • Infusion de cônes de houblon. Vous devrez verser de l'eau bouillante (250 ml) sur 1 cuillère à café de matières premières broyées, insister pendant au moins 60 minutes, filtrer et prendre 100 ml avant le coucher. Durée du cours - jusqu'au retrait du retrait.
  • Infusion d'Hypericum. Vous avez besoin de 2 cuillères à soupe. cuillères à soupe d'herbes sèches versez 1000 ml d'eau bouillante et laissez refroidir. Boire 50 ml du remède jusqu'à disparition des signes de sevrage.

Les médicaments que les médecins prescrivent dans de telles situations:

  • Antidépresseurs ISRS (vendus strictement sur ordonnance). Ce sont Paxil, Fluoxetine, Amitriptyline. Il est impossible de choisir un antidépresseur seul. Seul un psychiatre ou un narcologue peut prescrire des médicaments. La prise d'antidépresseurs ramène doucement la psyché du patient à la normale. Une personne devient calme, l'irritabilité, les larmes disparaissent, les pensées sur l'absence de sens de leur existence disparaissent. La principale condition d'admission est un refus total de consommer des boissons alcoolisées au cours du traitement.
  • Prendre des tranquillisants doux comme Atarax. Ce médicament n'affecte pas la production de neurotransmetteurs, comme c'est le cas avec les antidépresseurs. La prise de tranquillisants peut améliorer le sommeil, soulager l'irritabilité. Cependant, ces médicaments ne pourront pas apporter un changement radical d'humeur. La prise de tranquillisants est une mesure temporaire visant à atténuer les symptômes de sevrage aigus.
  • Réception d'infusions à base de plantes à effet sédatif ("Fitosedan") ou de comprimés aux extraits de plantes ("Novopassit"). Cependant, avec des symptômes de sevrage aigus ou un développement suspecté de délire, ce groupe de médicaments n'aidera pas. Si une personne a un syndrome de sevrage léger, il est tout à fait possible de s'en sortir avec l'utilisation de sédatifs légers.

Médicaments pour soutenir la fonction hépatique

Vous devez faire attention à l'état de votre foie. Cet organe souffre plus que d'autres de l'abus de boissons alcoolisées. En règle générale, après une frénésie ou une consommation unique d'une grande quantité d'alcool, les hépatoprotecteurs doivent être pris:

  • "Heptral". Préserve la fonction des organes pendant l'intoxication, a un léger effet antidépresseur. Forme de libération - ampoules pour administration intraveineuse et comprimés. C'est l'un des meilleurs médicaments à prendre pendant le sevrage alcoolique..
  • Essentiale. Contient des phospholipides qui soutiennent les cellules hépatiques et aident à faire face à l'intoxication. Le cours de traitement "Essentiale" - au moins un mois.
  • Carsil. Disponible sous forme de dragée. Il contient de la silymarine comme principal ingrédient actif. Un apport à long terme est nécessaire pour restaurer les cellules hépatiques - au moins un mois.
  • "Ursosan". Convient aux patients chez qui on a diagnostiqué une cholécystite. Le médicament facilite le travail du foie et de la vésicule biliaire, favorise l'écoulement de la bile.

La sobriété est le meilleur remède contre les symptômes de sevrage

Le traitement le plus efficace des symptômes de sevrage est de rester sobre. Avec l'alcoolisme, ce n'est pas facile. Hélas, cette maladie peut être mortelle. Cependant, il y a des cas où les gens se débarrassent complètement de leur maladie..

Si vous continuez à utiliser, le sevrage alcoolique s'aggravera.

L'opportunité du traitement dans les centres de rééducation

Si une personne malade se rend compte qu'elle ne contrôle plus du tout sa consommation d'alcool, alors il est logique de se rendre dans un centre de rééducation. Là, il travaillera avec des psychologues, des psychothérapeutes et acquerra des connaissances de base sur sa maladie..

Après avoir séjourné dans une telle institution, une personne peut reconsidérer sa vision de la vie, trouver un bon emploi, fonder une famille.