Boire de l'alcool avant et pendant la grossesse

La grossesse et l'alcool, d'un point de vue médical, sont également des concepts incompatibles. Pendant la période de formation du fœtus, le corps de la femme travaille "pour le résultat", un énorme travail quotidien est effectué, qui est associé à une charge hormonale et à un métabolisme approprié. Toute portion d'alcool a un impact négatif non seulement sur le corps de l'enfant à naître, mais également sur les organes vitaux d'une femme enceinte. Pour quelles raisons l'alcool est-il contre-indiqué pendant la grossesse, et y a-t-il une portion «sûre» d'alcool?

Alcool avant la grossesse: facteurs négatifs

Comment l'alcool affecte le corps d'une femme enceinte, beaucoup de gens le savent, mais à quel point une petite portion d'alcool est-elle dangereuse avant la grossesse? Porter un enfant est un processus long et laborieux, associé à la volonté du corps de la femme de répondre à tous les changements hormonaux. Il n'existe aucun organe de ce type qui «resterait à l'écart» pendant la période de gestation. Si nous prenons en compte le fait que notre corps perçoit l'alcool en toute quantité comme un poison, alors même une consommation modérée d'alcool peut être remise en question..

Pour la femme enceinte, il est conseillé de préserver la santé, la fonctionnalité d'organes particulièrement importants: foie, cœur, pancréas, glandes surrénales et reins. Ce sont précisément ces organes qui sont les premiers à tomber sous l'influence négative des produits de décomposition de l'alcool. C'est pourquoi il n'y a qu'une seule conclusion: l'alcool est catégoriquement contre-indiqué avant, pendant et après la grossesse..

L'alcool en début de grossesse: quel est le risque?

Même une faible consommation d'alcool et une grossesse précoce sont des concepts incompatibles. Le risque de boire au cours des 8 premières semaines de grossesse est peut-être le plus élevé. Il existe un risque de développer des anomalies de l'embryon, une décoloration de la grossesse et même une interruption. La période embryonnaire (de la conception à huit semaines) est caractérisée par une production hormonale active. Pendant cette période, le placenta est formé et attaché au corps de l'utérus, le zygote se transforme en embryon, les fonctions vitales de base sont posées qui permettront de préserver la grossesse et d'assurer son déroulement adéquat.

Le plein développement intra-utérin d'un enfant à l'intérieur de l'utérus dépend de facteurs, parmi lesquels l'hérédité, les facteurs négatifs de l'environnement externe (rayonnement, empoisonnement par des produits chimiques), ainsi que le mode de vie de la femme enceinte occupent une place dominante. Un corps épuisé ne peut pas fournir une nutrition et un développement appropriés au fœtus. Ce facteur est également aggravé par la consommation d'alcool. L'éthyle traverse le placenta 20 minutes après son entrée dans l'estomac. Au départ, l'alcool (ou plutôt ses produits de désintégration) a un effet néfaste sur l'apport en oxygène du placenta, du cerveau et du cœur de l'embryon.

L'alcool pendant la grossesse, quelle qu'en soit la quantité, peut provoquer les pathologies suivantes:

  • SAF (syndrome d'alcoolisme foetal);
  • pathologie du développement du foie, des reins, du cœur, du cerveau;
  • système vasculaire sous-développé du fœtus;
  • faible poids à la naissance (dystrophie congénitale);
  • anomalies du développement et de l'ossification de la partie maxillo-faciale: visage allongé, sous-développement de la mâchoire inférieure, hypoplasie de l'arc zygomatique, déformation des os du nez, "fente labiale" ou "fente palatine";
  • forme de tête irrégulière. Le plus souvent, il s'agit d'une tête allongée, aplatie de la partie occipitale, d'une forme aiguë de la couronne, d'un occiput aplati;
  • strabisme, fentes oculaires réduites;
  • déformation de la poitrine, de l'articulation de la hanche;
  • corps disproportionné;
  • microcéphalie - sous-développement du cerveau;
  • troubles neurologiques (un enfant nerveux, signes d'intoxication alcoolique «sur le visage»);
  • troubles génitaux-anaux.

Toutes les complications ci-dessus sont facultatives, mais soumises à une consommation régulière d'alcool, une femme enceinte augmente automatiquement le développement de pathologies de nature différente.

Existe-t-il une norme de consommation d'alcool acceptable pour une femme enceinte?

Certaines filles, étant en position, parlent des «bienfaits» de l'alcool dans ses petites portions. L'effet de l'alcool sur la grossesse est indépendant de sa quantité et de sa qualité. Par exemple, seulement 30 grammes d'une boisson contenant de l'alcool éthylique peuvent provoquer une violation de l'apport en oxygène du placenta, des anomalies dans le développement du muscle cardiaque et des reins..

Une portion d'alcool relativement «sûre» dépend des caractéristiques individuelles de la femme enceinte. L'ivresse pour certains peut survenir dans les 15 minutes suivant la prise d'alcool, et pour d'autres - après 5 minutes, mais dans tous les cas, l'alcool, dans une plus ou moins grande mesure, affecte tous les organes internes de la mère et de l'enfant. Dans les premiers stades, il s'agit d'une probabilité de 50% de fausses couches, et aux stades ultérieurs - grossesses gelées et anomalies fœtales.

Il n'y a pas de portion sûre et acceptable de boisson alcoolisée (de quelque qualité que ce soit) pour les femmes enceintes! Cela vaut la peine de se souvenir. Bien sûr, on ne peut pas dire qu'un verre de vin bu peut nécessairement provoquer des complications dans le développement d'un enfant, mais l'inverse est également impossible. Le risque en pourcentage est de 50: 50.

Si les femmes enceintes sont prêtes à risquer la santé de leur bébé à naître, vous pouvez expérimenter en toute sécurité. L'alcool éthylique, pénétrant dans le corps d'une femme, entre directement dans la circulation placentaire. Dans le même temps, le pourcentage de concentration des produits de décomposition de l'éthanol (acétaldéhyde) dans le plasma sanguin est le même pour la mère et son fœtus. L'intoxication alcoolique est le sort direct d'un enfant qui se trouve dans une «position désespérée» dans l'utérus.

Dangers de l'alcool en fin de grossesse

L'alcool en fin de grossesse est également dangereux. La plupart des femmes enceintes pensent naïvement que si un enfant est formé, tous les organes fonctionnent déjà pleinement, alors vous pouvez parfois vous «faire plaisir» avec un verre de champagne ou de bière. En fait, le danger pour le bébé plus tard (surtout avant l'accouchement) ne diminue pas. Maintenant, le verre de vin bu par la mère passe librement la barrière placentaire, affectant directement le cerveau du bébé. Les conséquences d'un tel acte d'éruption cutanée sont l'intoxication alcoolique de l'enfant. Par exemple, l'alcoolisme chronique d'une mère provoque des signes d'intoxication alcoolique chez un enfant. Après la naissance, le diagnostic le plus courant est le syndrome d'alcoolisation foetale du nourrisson. Quelle est cette maladie et quelle est la dangerosité de cette condition pour un enfant après la naissance?

Même si vous buvez systématiquement de petites portions d'alcool, vous pouvez provoquer une intoxication alcoolique complexe de l'enfant déjà dans l'utérus. Le diagnostic le plus courant est le syndrome d'alcoolisme infantile. Le tableau clinique dépend de la forme de la complication. La forme légère se manifeste sous la forme d'une légère déviation mentale, les indicateurs physiques sont le plus souvent normaux, le poids à la naissance peut être légèrement réduit. La forme moyenne est caractérisée par des troubles mentaux plus complexes (modérés). Les maladies somatiques, les troubles du développement et de la pensée, les troubles nerveux et la réduction du poids corporel à la naissance sont les principaux signes.

La forme la plus difficile et la plus dangereuse est sévère. Défauts des organes internes, défauts d'apparence visibles ("fente labiale", petit nez, tête allongée, "fente palatine"). Cette étape s'accompagne de troubles du système nerveux central. Les conséquences de toute forme de syndrome d'alcoolisme foetal:

  1. bégaiement et strabisme;
  2. retard de développement important;
  3. anomalies du développement des membres;
  4. astigmatisme;
  5. malocclusion, refus mammaire;
  6. agressivité et manifestations psychosomatiques;
  7. violation de la perception du monde environnant;
  8. dégradation.

L'alcoolisme chronique et la consommation constante d'alcool par la mère provoquent des conditions complexes dont le traitement n'est effectué que dans un hôpital. En fait, boire de l'alcool pendant la grossesse peut être une invalidité à vie pour votre bébé. La probabilité d'une telle situation est de 50%. Cependant, cela vaut-il le risque avec le plaisir imaginaire de boire de l'alcool, même de la plus excellente qualité?

Anniversaire: intoxication alcoolique d'une femme enceinte et issue de l'accouchement

L'intoxication d'une femme enceinte avec une consommation constante d'alcool affecte négativement non seulement le développement de l'enfant, mais également l'apport d'oxygène du placenta. En raison de l'abus constant d'alcool dans les derniers stades, le risque de développer une naissance prématurée augmente. 60% des accouchements chez les alcooliques sont un processus d'accouchement prématuré à 33-36 semaines. C'est ce facteur qui est risqué pour la vie et le développement ultérieur de l'enfant. En plus de la charge à laquelle l'enfant a été soumis dans l'utérus, après la naissance, il devra se battre pour la vie. L'accouchement précoce augmente le risque de pneumonie, qui est en soi une maladie mortelle pour les bébés.

De plus, l'effet de l'éthanol, dirigé sur tout le corps d'une femme, a un effet direct sur l'activité du processus de naissance. Les fonctions du foie, des reins et du cerveau "ralentissent", il existe une carence dans la production d'une substance nécessaire à l'accouchement - l'ocytocine. Des injections supplémentaires d'ocytocine ne peuvent fonctionner qu'à 60%. Toutes les autres situations nécessitent une césarienne. C'est le seul moyen de réduire le risque de blessure à la naissance pour le nouveau-né..

Conclusion

L'alcool en toute quantité, de toute qualité pour une personne en bonne santé est un poison qui provoque des perturbations complexes dans le travail des organes internes. Pour une femme enceinte, boire de l'alcool au stade de la conception, du développement précoce et tardif de l'enfant est un risque injustifié. Les pathologies du développement des organes internes, l'incapacité à vie et les anomalies physiologiques complexes sont la perspective de chaque mère qui a pris la responsabilité de boire de l'alcool pendant la grossesse.

Mais le pire, c'est le désespoir de la situation du bébé lui-même. Un enfant qui grandit dans le corps de sa mère ne peut pas se protéger des effets néfastes de l'alcool et les fonctions naturelles protectrices d'une femme ne peuvent assurer la sécurité du fœtus en cas d'abus d'alcool. La nicotine, l'alcool et la toxicomanie sont les facteurs les plus dangereux qui provoquent des processus de mutation potentiellement mortels chez un enfant sous-développé. Même une grossesse non planifiée ne peut pas être une excuse pour l'irresponsabilité d'une femme enceinte..

Mythes effrayants et vérité encourageante sur les dangers de l'alcool pendant la grossesse et l'allaitement

Dans les deux premières semaines après la conception, l'alcool ne peut pas nuire au fœtus, mais il peut conduire à un avortement, dont la femme ne sait même pas. Et ce n'est qu'un des dangers cachés de boire du vin et du shampoing.

Qui croire?

Malgré les méfaits apparemment évidents de l'alcool pour une femme enceinte, sur le Web, vous pouvez trouver un raisonnement sur le fait que les boissons alcoolisées sont tout à fait acceptables à des doses minimales. Certaines jeunes mères racontent sur les forums qu'elles s'autorisent un verre de vin rouge sec pendant la grossesse et ont ensuite donné naissance à des enfants en bonne santé. Même le médecin de la clinique prénatale peut vous dire qu'un demi-verre de champagne en vacances est acceptable. Alors, qui devriez-vous croire? L'alcool traverse-t-il la barrière placentaire? Notre expert a une opinion sans équivoque à ce sujet..

Prokofieva Victoria Vladimirovna

obstétricien-gynécologue de la première catégorie de qualification du centre clinique et diagnostique du MEDSI à Grokholsky Lane

Le mythe des bienfaits du vin

«Toute boisson alcoolisée, même à petites doses, a un fort effet toxique sur un enfant. La consommation régulière de 50 grammes d'alcool au 1er trimestre de la grossesse suffit déjà pour qu'un fœtus naisse avec des anomalies faciales.

Il existe un avis sur les bienfaits du vin rouge en fin de grossesse. Il est à noter que la «stimulation» alcoolique du travail n'a aucune base scientifique, au contraire, elle détend l'utérus. Dans le passé, l'éthanol intraveineux a été utilisé pour prévenir les fausses couches et le travail prématuré. Aujourd'hui, des méthodes et des médicaments plus efficaces sont utilisés pour cela. Certains experts suggèrent que boire une petite quantité d'alcool aide à se détendre pendant les contractions «d'entraînement» - les contractions de Braxton-Hicks, mais, bien sûr, personne ne se chargera de le recommander ".

Qu'est-ce qui menace exactement la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse?

L'alcool éthylique pénètre facilement la barrière placentaire et a un effet toxique sur l'enfant. Après quoi, il se propage à tous les organes et constitue une grande menace en raison de l'immaturité des reins et d'autres organes du système excréteur, mais principalement en raison de l'imperfection des systèmes enzymatiques qui dégradent l'alcool. La consommation d'alcool par une femme enceinte au cours du premier trimestre provoque un effet cytotoxique, entraînant la mort du fœtus. Une exposition supplémentaire à des doses élevées d'éthanol conduit au développement du SAF - syndrome d'alcoolisme foetal. Il s'agit d'une combinaison de malformations congénitales physiques et mentales qui apparaissent à la naissance d'un enfant et restent avec lui pour la vie. En particulier:

anomalies et troubles cérébraux associés à l'activité du système nerveux central;

manque de poids et de taille;

caractéristiques spécifiques de la structure du visage et du crâne;

anomalies articulaires, malformations cardiaques congénitales, anomalies des organes génitaux externes, troubles de la motricité fine.

Comment remplacer les boissons fortes?

Ce n'est un secret pour personne que dans les premières semaines après la conception, toutes les femmes ne connaissent pas leur situation. Cela peut prendre plusieurs semaines à la future mère pour acheter des tests de grossesse et rendre le père de l'enfant heureux. Quelqu'un a quelques mois! Ne connaissant pas sa position, une femme peut s'autoriser l'alcool à son mode habituel, par exemple lors d'un déjeuner (brunch) avec des copines le week-end.

Selon le médecin, dans les deux premières semaines après la conception, la consommation d'alcool ne peut pas nuire au fœtus. Mais il peut interférer avec son implantation sur la paroi de l'utérus et conduire à l'interruption du début de la grossesse, ce que la femme ne saura pas.

Quant aux vacances, vous pouvez facilement vous permettre du vin sans alcool, de la bière, du champagne, car l'utilisation de ces boissons ne présente pas de risques pour le développement du fœtus..

L'alcool est-il acceptable pour les mères qui allaitent??

Oui, uniquement dans des limites très raisonnables. L'OMS recommande d'allaiter le bébé jusqu'à six mois, en introduisant progressivement des aliments normaux, mais en continuant à le nourrir jusqu'à l'âge de deux ans. Compte tenu de cette durée d'alimentation, les femmes ne devraient pas abandonner complètement l'alcool. L'éthanol pénètre dans le lait maternel, mais seule une petite quantité pénètre dans le sang du bébé. Si une femme n'abuse pas d'alcool et reste dans la norme, qui est considérée comme conditionnellement sûre: 150-200 ml de vin ou 500 ml de bière à 3,5% à faible teneur en alcool.

Autrement dit, un «contact» unique avec une petite quantité d'alcool n'est pas associé à un effet cliniquement significatif sur le corps de l'enfant. Cependant, cela ne signifie pas que les mères qui allaitent sont autorisées à abuser de l'alcool. Si les femmes se voient imposer des limites strictes de consommation d'alcool pendant la période d'hépatite B, alors beaucoup la refuseront. Les bienfaits de l'hépatite B l'emportent sur les risques et, par conséquent, l'alcool n'est pas interdit aux mères qui allaitent - sous réserve de modération et de responsabilité.

L'alcool pendant la grossesse

Les femmes enceintes vous disent souvent: «Je bois de l'alcool pendant la grossesse - et qu'est-ce qui ne va pas avec ça? Il semble à beaucoup qu'un verre de bon vin ou une bouteille de boisson à faible teneur en alcool n'affectera en aucune façon l'état de l'enfant pendant le développement intra-utérin. Cependant, de telles fausses croyances peuvent coûter au bébé non seulement la santé, mais aussi la vie..

Pour celles qui buvaient régulièrement de l'alcool pendant la grossesse, les chances d'avoir un bébé atteint du syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) augmentent de 3 à 4 fois par rapport aux non-buveurs. De plus, chez un nourrisson sur cent, les malformations psychophysiologiques sont irréversibles..

Comment la consommation d'alcool au début de la grossesse affectera l'état de la mère et du fœtus?
Puis-je boire de l'alcool pendant la grossesse: avis d'expert
Conséquences à long terme de l'abus d'alcool pendant la grossesse pour l'enfant
Vin pendant la grossesse
Bière pendant la grossesse

Comment la consommation d'alcool au début de la grossesse affectera l'état de la mère et du fœtus?

Si une femme abuse du tabac et consomme constamment de l'alcool pendant la grossesse, en particulier au cours du premier trimestre, la probabilité de développer le SAF chez le fœtus tend à un degré ou à un autre à 100%. Cette maladie congénitale est caractérisée par de graves défauts mentaux et physiques, qui sont divisés en trois groupes:

  • taille et poids trop petits à la fois pendant le développement intra-utérin et pendant la période postnatale;
  • troubles cérébraux dus à de graves lésions du système nerveux central (retard mental, problèmes de comportement graves, troubles neurologiques et intellectuels, anomalies cérébrales);
  • structures maxillo-faciales malformées: petite taille du crâne (microcéphalie), large pont aplati du nez, pli supplémentaire au coin interne de l'œil, fissure palpébrale rétrécie et raccourcie, hypoplasie des mâchoires et lésions des os de la mâchoire, micrognathie (diverses modifications pathologiques des os de la mâchoire).

Si une femme a bu beaucoup d'alcool pendant la grossesse avant 12 semaines, de multiples malformations chez le bébé sont inévitables. Chez ces enfants, déjà dans la période néonatale, des malformations cardiaques congénitales, des articulations malformées et des organes génitaux externes, une modification des rides sur les paumes, des hémangiomes et des troubles de la motricité fine sont diagnostiqués.

Habituellement, l'ovule est implanté dans l'endomètre de l'utérus seulement 8 à 10 jours après la fécondation. Jusque-là, les méfaits de petites quantités d'alcool pendant la grossesse pour le fœtus seront minimes. Cependant, déjà à 3 semaines et jusqu'à la fin du 3ème mois de grossesse, les systèmes de vie fœtale commencent à se former. L'éthanol et son dérivé dans le corps - l'acétaldéhyde - pénètrent facilement dans le placenta et perturbent ces processus. L'effet de l'alcool sur le fœtus pendant la grossesse peut être si destructeur que déjà lors du deuxième dépistage à 19-21 semaines, le médecin en échographie déterminera à partir de lui:

  • anencéphalie (absence de certaines parties vitales du cerveau);
  • spina bifida;
  • déformation du foie et des organes du système cardiovasculaire;
  • défauts des systèmes respiratoire, nerveux ou urinaire.

Il est très difficile de prédire exactement si votre bébé sera en bonne santé si vous vous autorisez quelques bières le week-end. Mais afin de minimiser les risques potentiels, immédiatement après un test positif et une confirmation échographique de la consommation d'alcool pendant la grossesse, vous devez abandonner complètement. De plus, les boissons alcoolisées peuvent provoquer un avortement spontané. Dans certains cas, les règles sont simplement retardées, puis elles commencent, et la femme n'a aucune idée qu'elle pourrait devenir mère.

La relation entre les fausses couches spontanées et la fréquence de consommation d'alcool est bien illustrée par le tableau suivant:

Style de vie sobreAlcool une fois par semaineAlcool 2 fois par semaineAlcool 3 fois par semaineAlcool plus de 3 fois par semaine
Le pourcentage de fausses couches spontanées,%07.410,7quinze40

Puis-je boire de l'alcool pendant la grossesse: avis d'expert

La plupart des médecins recommandent aux mères responsables d'éliminer l'alcool même pendant la planification de la grossesse au moins 12 semaines avant la conception. Cela est dû au fait que les substances contenues dans votre vin ou cognac préféré «empoisonnent» facilement l'œuf prêt pour la conception. Cela signifie que déjà au niveau génétique, l'enfant souhaité ne sera pas viable ou souffrira de problèmes de santé..

La réponse à la question de savoir s'il est possible d'au moins un peu d'alcool pendant la grossesse viendra naturellement dès que vous vous familiariserez avec les faits suivants:

  1. Le corps du fœtus n'est pas en mesure d'éliminer efficacement l'éthanol et ses produits de désintégration dans le corps, qui lui parviennent par le cordon ombilical. Cela menace de graves perturbations de la structure génétique des cellules résultantes dans presque tous les organes. Le système nerveux central est particulièrement sensible à l'action des substances contenues dans les boissons alcoolisées, ce qui peut finalement conduire à un handicap mental.
  2. Une dépendance excessive à l'alcool provoque souvent un déséquilibre hormonal dans le corps de la femme enceinte. Les processus de synthèse de l'acide folique et de la progestérone sont inhibés, dont la carence augmente considérablement le risque de fausse couche et de naissance prématurée.
  3. Il est très important de savoir comment l'alcool affecte le placenta pendant la grossesse. La violation de ses fonctions avec la consommation régulière de boissons alcoolisées se traduit par une vasoconstriction, la survenue d'hémorragies microscopiques et une formation accrue de thrombus. Ces symptômes indiquent un «vieillissement» précoce du placenta, ce qui signifie que l'apport nutritionnel et d'oxygène à l'enfant est altéré..

Conséquences à long terme de l'abus d'alcool pendant la grossesse pour l'enfant

Dès que la future mère commence à se demander s'il est possible de boire de l'alcool pendant la grossesse, elle devrait se demander s'il vaut la peine de sacrifier l'avenir du bébé pour un plaisir momentané..

Toute boisson contenant même un minimum d'alcool peut augmenter le taux d'éthanol chez le fœtus d'un facteur 10 par rapport à la concentration moyenne dans le sang de la mère. Cela est dû à l'immaturité du foie, le bébé n'est pas encore complètement formé.

En outre, votre fils ou votre fille, immédiatement après la naissance et au cours de plusieurs années, peut avoir de tels écarts dans son état de santé, tels que:

  • hypotrophie (faible poids) à la naissance;
  • sous-développement du cerveau;
  • hypoxie;
  • physique disproportionné;
  • déformations de la poitrine, sous-développement des articulations de la hanche, raccourcissement des pieds;
  • mauvaise extension des bras au niveau des coudes;
  • mauvais placement des doigts sur les membres;
  • troubles du développement du système cardiovasculaire;
  • les troubles mentaux;
  • discours mal formé;
  • agression non motivée;
  • hyperactivité et attention distraite;
  • trouble d'apprentissage.

Vin pendant la grossesse

La future maman subit souvent un stress très fort, ce qui lui donne envie de boire au moins un peu de vin. Des scientifiques britanniques ont mené une expérience selon laquelle les enfants, dont les mères ne se refusaient parfois pas un verre de cette boisson, ont montré un intellect plus développé que leurs pairs. Ils ont appris les couleurs, les lettres et les chiffres plus rapidement et ont également appris à communiquer plus facilement avec le monde extérieur..

Cependant, vous ne devez pas vous fier aux résultats de telles études. Chaque organisme est individuel, et une soirée en compagnie du vin provoque parfois des conséquences irréversibles. Par conséquent, il est très important de ne choisir qu'une boisson de haute qualité. Les connaisseurs recommandent le Cahors cher ou le vin rouge sec. Dans certains cas, il augmente même l'appétit et élimine les manifestations de toxicose, et augmente également l'hémoglobine..

Il faut se rappeler que même avec un déroulement favorable de la grossesse, vous ne devez pas boire plus de 6 verres de vin par semaine. De plus, chaque portion d'alcool ne doit pas contenir plus de 10 ml d'alcool éthylique. Une bonne option est le vin sans alcool, dans lequel la teneur en éthanol ne dépasse pas 0,5%. Il est non seulement presque sans danger pour la mère et le bébé, mais il tonifie également, augmente l'appétit, améliore la digestion et aide à abaisser la tension artérielle.

Bière pendant la grossesse

Bien que la bière soit une boisson à faible teneur en alcool et que beaucoup pensent qu'elle est inoffensive pour un bébé dans l'utérus, c'est loin d'être le cas. Une bouteille de 0,5 litre de bière a le même effet sur le corps que 50 g de vodka. Les partisans de la boisson «vivante» affirment qu'elle contient de fortes concentrations de vitamines (y compris du groupe B), d'oligo-éléments et d'enzymes. Cependant, les amateurs de bière pendant la grossesse risquent de faire face:

  • syndrome de dépendance à l'alcool foetal;
  • fausse couche ou naissance prématurée;
  • rupture du placenta;
  • déséquilibre hormonal dangereux en raison de la teneur en phytoestrogènes de la bière;
  • retard de croissance intra-utérin;
  • syndrome de sevrage au troisième trimestre avec consommation fréquente de bière, se manifestant par des tremblements de la main, une envie irrésistible de boire et une irritabilité accrue.

La bière sans alcool présente également les inconvénients d'être riche en conservateurs et en additifs chimiques. Par conséquent, il vaut mieux s'abstenir de l'acheter jusqu'à la naissance du bébé..

L'alcool et la grossesse sont une combinaison très dangereuse. Les femmes enceintes qui souhaitent maintenir une fonction de reproduction complète et porter et donner naissance à un bébé en bonne santé devraient minimiser l'apport d'éthanol dans le corps pendant les 9 mois..

Alcool pendant la grossesse - pouvez-vous boire, l'effet sur l'embryon et les conséquences de la libation

Les jeunes consomment régulièrement des boissons alcoolisées, certaines en quantité limitée, d'autres souffrent même d'alcoolisme. L'alcool pendant la grossesse dans les premiers stades et les dernières semaines est strictement interdit, c'est la première chose que la femme enceinte devrait refuser. L'influence de l'alcool éthylique de la composition de la boisson a un effet tangible sur le développement du fœtus, conduit à des pathologies incorrigibles, affecte négativement de nombreux systèmes corporels d'une femme enceinte.

Comment l'alcool affecte la grossesse

Les jeunes mères ont souvent un dilemme: les femmes enceintes peuvent-elles boire? Tout médecin dira que cela est interdit à tout stade de la grossesse et même avant la conception elle-même, si vous la prévoyez. Il est recommandé d'abandonner l'alcool aux deux parents afin d'exclure un effet nocif sur le bébé à naître. Vous trouverez ci-dessous des descriptions spécifiques d'exemples de la façon dont l'alcool affecte la grossesse. L'effet nocif de l'alcool s'étend à la mère et au bébé à naître. Cela conduit à des pathologies mentales et physiologiques de l'enfant. perturbation des systèmes internes d'une femme.

Les méfaits des boissons alcoolisées

Diverses études sont constamment menées qui révèlent la relation entre les handicaps physiques et mentaux du bébé avec la consommation d'alcool. L'alcool et la grossesse sont des choses mutuellement exclusives qui entraînent toujours des conséquences négatives, elles peuvent apparaître immédiatement ou avec le temps. L'alcool et ses produits de désintégration obstruent le système vasculaire, font travailler le foie, les reins et d'autres organes internes d'une personne pour l'usure. Le mal est associé à sa capacité à être absorbé par les parois de l'intestin, de l'estomac et à pénétrer dans la circulation sanguine.

Le degré d'impact dépend du stade de l'alcoolisation - il s'agit de la période pendant laquelle l'alcool a été bu et de l'intensité de sa consommation. Lorsqu'il est consommé en quantités incontrôlées sur une base régulière, il conduit à des changements pathologiques rapides chez une femme. Sur l'enfant, l'effet négatif, appelé FDA (syndrome d'alcoolisation foetale), se propage encore plus rapidement. Voici une courte liste des effets de l'alcool sur le corps d'un adulte:

  • obésité;
  • accident vasculaire cérébral;
  • démence;
  • hydrocéphalie;
  • ulcère intestinal, estomac;
  • cirrhose du foie;
  • impuissance (chez les hommes).

Effet sur le fœtus

Si un adulte fait lui-même consciemment un choix, l'effet de l'alcool sur un enfant ne dépend en aucun cas de son désir. L'alcool pendant la grossesse est un crime de la part de la mère contre le bébé. Les écarts qui surviennent au cours du développement intra-utérin, si la future mère est alcoolique, sont appelés ASP. Ce terme parle de la présence de nombreux troubles indiquant l'effet de l'alcool sur le développement du fœtus. Ils créent des problèmes dans la vie (déformations physiques, retard mental).

Une anomalie grave se développe en raison de l'abus d'alcool pendant la grossesse - pathologie de la structure du visage, ralentissement du développement physique, croissance et faible poids à la naissance. Ces enfants sont difficiles à apprendre, ils souffrent souvent de problèmes comportementaux et neurologiques. Le principal problème est que le syndrome d'alcoolisme ne peut pas être guéri, ce qui signifie que tous les symptômes ci-dessus resteront pour toujours chez l'enfant..

Avec la consommation constante d'alcool par une femme pendant la grossesse, une fausse couche peut survenir et une naissance prématurée (mort-né ou prématuré) peut commencer. L'influence sur chaque personne est différente, par exemple, un verre pour un homme est la norme, pour une femme c'est trop, ce qui provoque une intoxication. Il est fortement recommandé à la femme enceinte pendant la grossesse, même d'acheter des remèdes contre le rhume avec prudence, car certains contiennent de l'alcool (parfois jusqu'à 25%).

Dans les premiers jours

On pense qu'au début, l'alcool ne nuira en aucun cas au bébé. L'alcool au cours de la première semaine de grossesse ne peut pas atteindre le fœtus, car le placenta n'est pas formé, l'enfant ne reçoit pas de nutrition de la mère. Cette affirmation n'est pas entièrement vraie, car une petite quantité d'alcool qui est entrée dans la circulation sanguine peut empêcher les cellules d'adhérer à l'utérus, ce qui interrompra une grossesse tant attendue. Les médecins recommandent fortement aux couples qui ont des problèmes de conception d'abandonner l'alcool longtemps avant d'essayer de tomber enceinte..

L'alcool en début de grossesse est extrêmement dangereux même lorsque l'embryon a pris racine. Conduit l'utilisation à des conséquences graves dans le développement du fœtus, qui provoquent un retard mental dans le développement, des déformations physiologiques. Pour un enfant, cette étape est difficile, dangereuse et importante, vous ne pouvez donc pas l'exposer à des risques supplémentaires. De nombreuses études confirment que le syndrome d'alcoolisme se développe même avec 3-4 petites doses d'alcool. Si vous l'utilisez 2 fois par jour, le risque est réduit. Vous n'avez pas besoin de limiter la quantité, vous devez arrêter complètement de boire.

  • Écoulement muqueux chez la femme
  • Pilaf dans une poêle avec du poulet
  • Maladie des oreillons chez les adultes

Dans les premières semaines

Premièrement, la cellule fécondée se déplace le long de la trompe de Fallope vers l'utérus lui-même. L'ovule se divise activement, il pénètre dans la cavité dans un état d'accumulation lâche. L'alcool dans les premières semaines de grossesse peut causer des dommages irréparables aux cellules, entraînant la mort de l'œuf. Vous pouvez comprendre le processus même du développement fœtal et l'effet de l'alcool sur celui-ci pendant la grossesse si vous considérez toutes les étapes:

  1. Fertilise les spermatozoïdes les plus actifs, puis la cellule se déplace vers l'utérus.
  2. Il y a un endomètre prêt pour l'implantation. À travers lui, l'œuf se développe dans la muqueuse de l'utérus, il continue à se diviser.
  3. À ce stade, certaines des cellules créent une membrane laineuse appelée chorion, qui devient alors le placenta.
  4. L'alcool qui est entré dans le corps peut pénétrer dans l'utérus et endommager l'ovule, ce qui provoque parfois des fausses couches au cours des premières semaines de grossesse.

À une date ultérieure

La consommation régulière d'alcool pendant la grossesse entraîne le développement d'une embryophétopathie chez le bébé. Les enfants handicapés ont des problèmes de réflexe de déglutition et refusent de téter. Il est fortement conseillé aux femmes de s'abstenir de tout type de boissons alcoolisées en toute quantité (même en petite quantité) pendant la période de gestation. La probabilité de développer des défauts est d'environ 50%. L'alcool en fin de grossesse peut causer:

  1. Développement anormal du système génito-urinaire, anus.
  2. Défauts du système cardiovasculaire.
  3. Troubles du développement des membres supérieurs et inférieurs.
  4. Hypoplasie, doigts manquants.
  5. Anomalies pathologiques dans le développement de la plaque à ongles, dysplasie des articulations.
  6. Retard de croissance intra-utérin: hypoxie (manque d'oxygène), faible poids.
  7. Défauts craniofaciaux: pont large et plat du nez, yeux étroits, front bas - tout cela est les conséquences de la consommation d'alcool pendant la grossesse.
  8. L'embryopétopathie alcoolique se forme chez les embryons femelles aux derniers stades de la grossesse sous l'influence de l'alcool.
  9. Chez les enfants, un processus d'adaptation perturbé se manifeste, des mécanismes compensatoires sont absents ou peu développés, ce qui entraîne une hypoglycémie et une excitabilité sévère.

Dans les dernières semaines

Avant la date prévue, l'alcool est encore plus dangereux qu'avant. L'alcool dans les dernières semaines de grossesse atteint le fœtus par le placenta. L'alcool est la substance toxique la plus dangereuse de tout ce qui entraîne une déficience mentale et physique du développement de l'enfant. Il est absorbé dans le sang, traverse la barrière placentaire sans problème.

L'alcool éthylique et ses produits de désintégration sont nocifs pour le bébé. L'alcool affecte négativement les cellules des tissus, les organes de l'enfant à naître, cause des dommages irréparables au système nerveux, en particulier au cerveau. Il y a une violation du fond hormonal, du métabolisme, la quantité de vitamines diminue. Avec l'alcoolisme chronique pendant la grossesse, le risque d'avoir un enfant avec des défauts, des anomalies, par exemple:

  • anomalies du développement des membres;
  • faible gain de poids, développement mental retardé (retard mental);
  • dommages au système cardiovasculaire;
  • défauts craniofaciaux.

À cause de cette boisson, les opinions des gens et des spécialistes divergent, certains affirment que dans les dernières étapes du vin en très petites quantités peut affecter positivement la formation du fruit. Toutes les boissons alcoolisées sont toujours nocives en grande quantité, et même les médecins les plus avancés recommandent aux deux parents de s'abstenir de boire avant la conception et pendant la gestation pour la femme enceinte.

Tous les experts affirment sans équivoque que le vin est strictement interdit dans les premières étapes de la gestation. Pendant cette période, la formation du fœtus se produit et l'alcool peut fortement affecter ce processus, l'alcool a un effet tératogène, pénètre sans entrave dans les organes, les tissus du bébé. Les médecins disent qu'à une date ultérieure, le vin rouge est autorisé pour les femmes enceintes, la boisson augmente la quantité d'hémoglobine chez le fœtus.

Quel est le danger de boire de l'alcool pendant la grossesse - comment cela affecte-t-il la santé de l'enfant à naître et comment ne pas nuire au bébé

L'augmentation de la consommation d'alcool chez les femmes enceintes est un problème de santé publique. Dans les pays européens, la fréquence de ce phénomène atteint 30 à 60% (Irlande, Grande-Bretagne, Danemark, Russie, Biélorussie).

Même dans l'Antiquité, les gens l'ont compris: les enfants en mauvaise santé sont nés d'amoureux des boissons fortes. Hippocrate a noté que si les parents boivent du vin le jour de la conception, cela peut entraîner l'apparition d'enfants souffrant d'idiotie, d'épilepsie et d'autres troubles mentaux. Depuis lors, dans de nombreux pays, une tradition est de ne pas boire d'alcool lors d'un mariage, de sorte que l'enfant n'est pas conçu par des parents ivres..

La consommation d'alcool par les femmes a augmenté au cours des dernières décennies. Jusqu'au 20e siècle, les femmes ivres étaient extrêmement rares, mais récemment, elles ont commencé à être incluses dans le nombre d'alcooliques sur un pied d'égalité avec les hommes. L'écart entre la popularité des boissons alcoolisées chez les hommes et les femmes se rétrécit. La forte prévalence de l'alcool chez les femmes est facilitée par une augmentation de la position des femmes dans la société, un large choix de boissons alcoolisées légères et féminines, la disponibilité de l'alcool et l'approbation publique de cette habitude..

  1. Pourquoi l'alcool est dangereux
  2. L'effet de l'alcool sur la conception
  3. Régularités de l'effet des substances toxiques sur le fœtus
  4. Les conséquences de la consommation d'alcool pendant la grossesse
  5. Traitement
  6. Prévention de l'intoxication fœtale à l'alcool
  7. Conclusion

Pourquoi l'alcool est dangereux

Toutes les boissons alcoolisées contiennent un ingrédient commun, l'alcool éthylique (éthanol). Une fois dans l'estomac, il est transporté à travers le corps par la circulation sanguine et pénètre dans tous les organes. Le métabolisme, ou traitement de l'alcool, se produit dans le foie. En conséquence, une autre substance toxique se forme - l'acétaldéhyde, qui joue également un rôle important dans le développement de la pathologie..

Le placenta est un organe intermédiaire entre la mère et le fœtus, il fournit au corps en développement des substances vitales. Le placenta relie les systèmes circulatoires de la mère et du fœtus. La seule source de nutrition pour un organisme en développement est le sang maternel.

Le placenta n'a aucun mécanisme de défense contre l'alcool. Cela signifie que l'alcool contenu dans le sang passe librement la barrière placentaire par diffusion et que la concentration d'éthanol dans le sang de l'embryon devient égale à celle de la mère. Le fœtus a des organes internes insuffisamment développés, y compris le foie. Cela détermine l'incapacité du système enzymatique fœtal à métaboliser l'éthanol. L'élimination de l'alcool dans le corps de la mère se produit par diffusion élémentaire, dont la vitesse n'est pas si élevée.Par conséquent, après un certain temps, le sang du fœtus contient de l'alcool à une concentration plus élevée que le sang de la mère. La présence à long terme d'alcool dans le corps du fœtus, puis du nouveau-né, entraîne des lésions de ses organes et tissus.

L'intoxication à l'alcool entraîne des modifications destructrices du placenta: les vaisseaux sanguins se rétrécissent, des caillots sanguins apparaissent, des zones non viables se forment et sa masse diminue. Une hypoxie (manque d'oxygène) se produit, l'apport de nutriments à l'enfant à naître diminue, ce qui conduit à son développement insuffisant.

L'éthanol a une affinité pour les lipides, dont les membranes de toutes les cellules du corps sont principalement composées, donc il pénètre facilement dans la cellule et endommage l'ADN, perturbe la synthèse des protéines, réduit la teneur en vitamines A, E, acide folique et oligo-éléments (Zn, Fe, Se), nécessaire pour un développement normal. Certaines cellules meurent. En conséquence, des anomalies et des mutations se forment..

L'effet de l'alcool sur la conception

La grossesse commence au moment de la fécondation. C'est une rencontre des cellules sexuelles d'un homme et d'une femme et leur connexion pour former une cellule commune. L'alcool affecte la vitalité du sperme et la qualité des ovules, ainsi que le processus de fécondation lui-même..

Chez les hommes qui boivent périodiquement de l'alcool, même en petites quantités, des changements négatifs dans les spermatozoïdes se produisent: leur mobilité diminue, leur forme est perturbée et des mutations génétiques se produisent. De plus, l'alcool du sang pénètre dans le sperme, ce qui assure le développement et la vitalité du sperme. La période de maturation du sperme est de 3 mois. L'alcool consommé pendant cette période et immédiatement avant la conception augmente la probabilité de fécondation avec un sperme défectueux, ce qui conduit au développement d'un enfant handicapé.

Les filles naissent avec un ensemble d'œufs immatures qui seront impliqués dans la fonction de reproduction tout au long de la vie de la femme. La maturation d'un ovule, capable de fusion avec le sperme et de fécondation, se produit mensuellement pendant l'ovulation. L'alcool consommé entre le début des menstruations et le moment de la conception n'est pas susceptible d'affecter mortellement la santé de l'enfant à naître. Cependant, il convient de rappeler que toute dose d'alcool a une contribution négative à l'accumulation de mutations et de défauts dans les cellules germinales d'une femme, qui sont pondues à sa naissance et ne se renouvellent pas tout au long de sa vie..

Il est recommandé de refuser la consommation d'alcool pour les hommes 3 mois avant la conception et au moment de la conception, et pour les femmes au moment de la conception et après..

Immédiatement après la fécondation, l'embryon devient vulnérable et acquiert une sensibilité accrue aux facteurs nocifs qui conduisent à sa mort ou à des dommages au futur organisme.

Régularités de l'effet des substances toxiques sur le fœtus

L'éthanol, avec ses produits de désintégration, qui se forment dans le foie après sa consommation, agit sur le corps selon les principes universels pour tous les organismes vivants. Des dommages cellulaires se produisent, entraînant des manifestations pathologiques dans tout le corps.

Lors du développement d'un nouvel organisme du début de la grossesse à l'accouchement, il existe plusieurs périodes critiques où le fœtus est le plus sensible à l'action de facteurs nocifs:

  • 1-10 jours de grossesse (le temps nécessaire à la migration d'une cellule fécondée vers le lieu de son implantation dans la paroi utérine). Dans les premières heures et les premiers jours après la conception, l'embryon obéit à la loi du «tout ou rien», c'est-à-dire que les facteurs nocifs n'ont pas d'effet pathologique sur le corps ou entraînent la mort, le résultat est une fausse couche. Le plus souvent, les embryons mâles meurent d'effets toxiques.
  • 10ème jour - 8ème semaine. Pendant cette période, les organes internes sont posés, le placenta se forme. Si l'embryon n'est pas mort sous l'influence de substances toxiques avant le dixième jour de son développement, des malformations des organes, une insuffisance placentaire se forment. Le fœtus a sous-développé tous les systèmes, réduit la résistance aux facteurs dommageables. Pendant cette période, la mort foetale est également possible..
  • 12-14 et 18-22 semaines. Dans une période critique, le système nerveux central du fœtus et les organes génitaux se forment. L'exposition à des substances toxiques pendant cette période peut entraîner des anomalies du système reproducteur, endocrinien, des troubles cérébraux.

Les conséquences de la consommation d'alcool pendant la grossesse

Prenant de l'alcool pendant la grossesse, toute femme dans 100% des cas expose son fœtus à des effets toxiques, quelle que soit la période.

Ce qui détermine la gravité des conséquences négatives:

  • fréquence et volume - la quantité d'alcool conduisant au développement d'une pathologie fœtale chez une femme en bonne santé varie de 20 à 80 ml par jour. Il convient de noter que même les personnes en bonne santé ont différentes concentrations et activités d'enzymes qui traitent l'alcool. Les valeurs de ces indicateurs peuvent changer, il est donc impossible de deviner la dose sûre d'alcool. Avec une diminution de l'activité des enzymes nécessaires, les plus petites quantités d'alcool provoquent une pathologie fœtale. La consommation la plus dangereuse de fortes doses d'alcool à un moment donné;
  • facteur héréditaire - le nombre et l'activité des enzymes qui utilisent l'alcool dans le corps (alcool déshydrogénase, aldéhyde déshydrogénase, catalase) dépendent de la composition et de l'activité des gènes correspondants. Les enzymes sont un type spécifique de protéine dont les informations sont codées dans l'ADN. Plus l'expression de ces gènes est élevée, plus la quantité d'enzymes est élevée et plus il élimine rapidement l'alcool du corps de la mère, ce qui accélère le processus d'expulsion de l'alcool du fœtus;
  • l'état de santé d'une femme enceinte - la présence de maladies somatiques de la femme survenues avant sa grossesse, ainsi que les complications de l'évolution de la grossesse elle-même, aggravent l'effet de l'alcool sur le système mère-fœtus;
  • la présence d'autres mauvaises habitudes chez une femme enceinte (tabagisme).

Il existe un éventail de troubles associés à la consommation d'alcool pendant la grossesse, allant de manifestations bénignes, presque invisibles, à des manifestations graves telles que le syndrome d'alcoolisme foetal ou le syndrome d'alcoolisme foetal. Ce phénomène a été officiellement décrit et présenté au monde en France dans les années 70. Aujourd'hui, il est inclus dans la classification internationale des maladies. Selon l'Organisation mondiale de la santé, cette pathologie congénitale de l'enfant survient avec une fréquence de 1 femme sur 67 qui a confirmé avoir consommé de l'alcool pendant la gestation..

Le diagnostic de SAF est posé lorsqu'un nouveau-né présente les symptômes suivants:

  1. Hypotrophie corporelle. La conséquence d'un apport insuffisant de nutriments dans le corps du fœtus est un poids corporel inférieur (environ 1 200 g de moins que celui des enfants en bonne santé). Il y a un retard de croissance dès les premiers jours de la vie et après des mois et des années après la naissance.
  2. Dommages au système nerveux central. Des symptômes tels qu'un développement mental et physique retardé, une réactivité et une excitabilité accrues, une diminution du tonus musculaire, des lésions des nerfs crâniens (se manifestant sous forme de strabisme, des fissures palpébrales asymétriques, un affaissement de la paupière supérieure), un retard mental se manifestent à des degrés divers..
  3. Anomalies cranio-faciales: microcéphalie (petit crâne), yeux étroits et courts, globes oculaires anormalement petits, petit nez en selle, front saillant, mâchoire supérieure ou menton sous-développé, grande bouche, développement anormal des oreillettes.

Le fait même de la naissance d'un enfant implique la fin de la communication avec le système circulatoire de la mère, par conséquent, les enfants présentant des signes de syndrome d'alcoolisation fœtale peuvent présenter des symptômes de sevrage immédiatement après la naissance - tremblements corporels, essoufflement, irritabilité, troubles du sommeil, difficulté à sucer et à avaler.

Les enfants nés de mères qui ont consommé de l'alcool pendant la grossesse ne présentent pas nécessairement toute la gamme des déficiences, mais dans une certaine mesure, ils seront présents dans tous. La manifestation peut être légère, modérée ou sévère..

En général, la consommation d'alcool pendant la grossesse augmente la probabilité de détecter les signes suivants chez votre bébé:

  • en retard dans le développement physique de leurs pairs, des changements dans le squelette et des différences d'apparence. Le visage a des traits caractéristiques: un visage asymétrique allongé, une forme d'œil mongoloïde, un front bas, un petit nez, une grande bouche en combinaison avec des lèvres fines («poisson»), des dents inégales, des oreilles basses, des déformations du visage - la «fente palatine» est assez courante. Fente labiale;
  • maladies congénitales des organes internes. 30 à 50% des enfants ont des malformations cardiaques - canal de Botallov ouvert, sous-développement de l'artère pulmonaire, anomalies septales auriculaires et interventriculaires. Un enfant sur deux présente des anomalies du système génito-urinaire (anomalies des organes génitaux, de la vessie, hypoplasie, kyste rénal).
  • des troubles du système nerveux central surviennent chez 80 à 90% des enfants. Le retard mental, le syndrome d'hyperexcitabilité et l'énurésie se manifestent à des degrés divers. Les pires cas développent une maladie psychiatrique.

Les pathologies congénitales limitent la fonctionnalité de l'organisme dans son ensemble, contribuent à l'émergence de nouvelles maladies à l'avenir, réduisent la qualité de vie.

Cela laisse une empreinte sur le comportement et l'adaptation sociale de l'enfant. Les enfants deviennent déséquilibrés, capricieux, agressifs, incontrôlables, ils développent des névroses, une tendance aux crises de colère, des troubles du sommeil, de l'anxiété, des tics, des bégaiements apparaissent. Les performances scolaires diminuent, la communication avec les pairs devient difficile, des conflits avec les parents et les gens autour d'eux apparaissent. Pour une socialisation et une correction plus poussées des troubles de la personnalité, ces enfants auront besoin de l'aide d'un psychologue..

Traitement

Le syndrome d'alcoolisme foetal ne peut être guéri. Les changements dans le corps de l'enfant sont irréversibles et progressent souvent. Le seul moyen est d'éliminer la cause de la maladie avant même qu'elle ne survienne, à savoir: refuser catégoriquement de prendre de l'alcool pendant toute la durée de la grossesse.

Lorsque les médecins posent un diagnostic similaire ou découvrent des symptômes d'intoxication alcoolique, un traitement symptomatique est effectué pour corriger les anomalies et les conséquences de la maladie:

  • traitement chirurgical - des opérations sur le cœur, les intestins, les reins, les organes génitaux, les membres, ainsi que la chirurgie plastique du visage sont effectuées;
  • traitement thérapeutique - observation ou traitement hospitalier par un neurologue, psychothérapeute, psychiatre;
  • assistance psychologique et correction pédagogique - adaptation de l'enfant, socialisation de la personnalité en cas de troubles du comportement, cours avec un orthophoniste,
  • formation dans des écoles spéciales et correctionnelles - les enfants ayant des retards de développement, mental ou physique, une intelligence réduite ont besoin d'un programme de formation spécial.

Le pronostic de la maladie est mauvais, les patients ont besoin de soins médicaux à vie, car les troubles du système nerveux central sont de nature progressive. Il est important de diagnostiquer les signes d'intoxication fœtale à l'alcool le plus tôt possible et de commencer un traitement complexe. Sinon, les comportements antisociaux, l'inadaptation et les anomalies mentales entraîneront des problèmes d'apprentissage et de travail..

Prévention de l'intoxication fœtale à l'alcool

Les méthodes symptomatiques de traitement de l'intoxication alcoolique sont d'une efficacité minimale et ne résolvent pas les problèmes; le processus pathologique ne peut pas être arrêté. Dans cette situation, la place principale et décisive est prise par la prévention de cette pathologie. Il existe plusieurs stratégies de prévention:

  • élimination complète de l'alcool de l'alimentation d'une femme enceinte. L'efficacité de cette méthode est de 100%. La gravité de la pathologie dépend de la durée de la consommation d'alcool. L'effet néfaste des toxines sur le fœtus s'arrête lorsque vous arrêtez de boire, quelle que soit la durée de l'arrêt. Cependant, les effets de la consommation d'alcool (trouble du comportement d'un enfant) apparaissent même si vous buvez une unité standard d'alcool (10 grammes d'alcool absolu) par semaine. Une de ces doses est contenue dans 100 ml de vin ou 30 ml d'alcool à 40 degrés, 250 ml de bière ou de cidre. Si la femme enceinte boit 2 doses de ce type par jour, l'intellect de l'enfant diminue, un comportement antisocial, une envie de drogue et d'alcool se manifeste. De plus, l'alcool ayant tendance à pénétrer dans le lait maternel, la période d'abstinence doit être prolongée pendant l'allaitement;
  • planifier une grossesse. Dans la moitié des cas, les femmes apprennent l'existence d'une grossesse plusieurs semaines ou plusieurs mois après la conception. Pendant cette période, ils continuent à mener une vie normale, exposant le fœtus à l'alcool pendant les périodes critiques de son développement. Dans ce cas, des dommages alcooliques au fœtus se sont déjà produits, mais la plupart des femmes restent enceintes. Approche rationnelle - utiliser des méthodes contraceptives ou éviter l'alcool au moment où la conception peut survenir;
  • travail des médecins auprès des femmes enceintes et des femmes qui abusent de l'alcool: enquêtes de dépistage pour déterminer la quantité d'alcool consommée, informer les femmes enceintes des effets nocifs de l'alcool sur l'enfant à naître Il a été démontré que les femmes incapables d'arrêter de boire de l'alcool (ayant des antécédents d'alcoolisme) prennent des agents détoxifiants qui accélèrent la réaction d'oxydation de l'éthanol et de l'acétaldéhyde pour réduire les effets nocifs sur le placenta et le fœtus;
  • le travail des médias pour mener des actions anti-alcool, expliquant aux femmes en âge de procréer les principes de l'influence de l'alcool sur la progéniture.

Évitez de boire de l'alcool au moment de la conception et pendant toute la durée de la grossesse et de l'allaitement. Il n'y a pas de dose minimale acceptable, toute quantité d'alcool nuit à la santé de l'enfant à naître.

Conclusion

La consommation croissante de boissons alcoolisées par les jeunes femmes qui créent des familles, planifient des enfants, attendent un enfant entraîne des conséquences négatives pour leur progéniture. L'éthanol et les substances apparentées sont des agents toxiques qui endommagent les cellules de l'embryon, ainsi que les cellules germinales des futurs parents. En conséquence, tout un spectre de troubles liés à l'alcool se développe. Le risque de fausse couche augmente 2-3 fois.

Un enfant naît avec l'un ou l'autre ensemble de troubles - anomalies squelettiques, sous-développement cérébral, malformations cardiaques, pathologie du système génito-urinaire. Par ailleurs, il convient de noter une diminution de l'intelligence et des troubles du comportement conduisant à une adaptation difficile dans la société. Les troubles sont mal traitables et progressent tout au long de la vie.

Toute dose d'alcool consommée en attendant le bébé est dangereuse. La seule différence réside dans le degré de manifestation des violations. Il n'y a pas non plus de période de grossesse sans risque, l'alcool est dangereux à toutes les périodes. Étant donné qu'au début, une fille ignore souvent la grossesse et mène une vie habituelle, il est extrêmement important de planifier une grossesse..

Heureusement, le syndrome d'alcoolisme foetal est facile à prévenir. Pour cela, le travail de prévention de la santé publique dans chaque pays est important: diffusion d'informations auprès des femmes sur l'impact négatif de l'alcool sur le fœtus, dépistage des femmes enceintes pour la quantité d'alcool consommée. Cependant, la responsabilité d'une progéniture en bonne santé incombe principalement aux parents. Pour les femmes qui attendent un bébé, le soutien d'un partenaire, des prestataires de soins, de la famille, des amis est essentiel.