La deuxième étape de l'alcoolisme: tableau clinique et traitement

L'alcoolisme est une dépendance pathologique qui se forme progressivement, imperceptiblement pour une personne et son environnement. Dans son développement, plusieurs étapes sont distinguées, caractérisées par divers symptômes et degré d'implication. Le deuxième stade de l'alcoolisme est le plus fréquent (environ 90% des personnes inscrites auprès d'un narcologue). À ce stade, la maladie devient évidente et nécessite un traitement..

Description de l'étape

Au début du développement d'une dépendance pathologique à l'alcool, les gens ne remarquent généralement pas que quelque chose ne va pas avec eux. En raison de la mentalité russe, la consommation de boissons alcoolisées n'est pas considérée comme anormale. Personne ne fait attention au désir accru de boire, à l'augmentation des doses d'alcool et à d'autres signes avant-coureurs. Par conséquent, au premier stade de la maladie, les gens ne se tournent guère vers les narcologues. Cela n'arrive pas si souvent aux stades ultérieurs du développement de la dépendance, car la plupart des alcooliques ne se reconnaissent pas comme malades. C'est la principale difficulté pour identifier et traiter la dépendance à l'alcool.

La deuxième étape de l'alcoolisme est considérée comme une sorte de «point de non-retour».

La maladie devient chronique et seuls quelques-uns parviennent à y faire face seuls. En règle générale, à ce stade, les gens boivent tous les jours ou se lancent dans de longues périodes d'alcool..

À ce stade de la dépendance à l'alcool, une tolérance aux effets de l'alcool se forme. L'éthanol est toxique et le corps réagit en conséquence à son apport en grands volumes. Comme pour les autres intoxications, un mécanisme de protection se met en marche: une personne est malade et vomit. Au deuxième stade de l'alcoolisme, le corps cesse de répondre à l'intoxication à l'éthanol par des vomissements. Un syndrome de gueule de bois prononcé apparaît.

Une personne souffre des conséquences d'une intoxication: maux de tête sévères, nausées, dyspepsie.

Une tentative de soulager les symptômes désagréables en prenant une nouvelle dose d'alcool entraîne l'alcoolique dans une frénésie et aggrave la dépendance.

La deuxième étape est caractérisée par des changements physiologiques et psychologiques prononcés. Diverses maladies se développent, le caractère spécifique de l'alcoolique, un sens de l'humour particulier, des habitudes se forment. Le risque de troubles mentaux graves augmente.

Symptômes

À ce stade, une personne veut constamment boire, elle ne peut pas surmonter l'attirance pour l'alcool, et donc elle boit tous les jours. Dans le même temps, les doses augmentent considérablement. Cela est dû au fait que les petits volumes n'apportent pas satisfaction, ne mettent pas à "l'état requis". Dans le même temps, le tractus gastro-intestinal ne réagit pas à la substance toxique, le dosage d'alcool atteint donc un volume impressionnant. Une personne avec la deuxième étape peut boire une quantité d'alcool 5 à 8 fois plus élevée que la norme physiologique.

En l'absence d'alcool, une personne est nerveuse, irritée et peut se comporter de manière agressive. S'il y a une opportunité de boire, l'ambiance devient joyeuse, exaltée..

Le sommeil est perturbé: il est presque impossible de s'endormir sans alcool. Il y a des signes d'un état dépressif, une insatisfaction avec la réalité environnante. Sans alcool, une personne ressent des symptômes désagréables sur le plan physique: elle se sent mal, maux de tête, faiblesse. Souvent, ces personnes ne sont pas en mesure de formuler clairement la localisation et la nature de la maladie. Mais après avoir pris la dose suivante, il supprime toutes les sensations désagréables comme à la main.

Les symptômes de sevrage

Les symptômes de sevrage sont courants. Ce terme fait référence à l'ensemble des symptômes qui surviennent après avoir arrêté de boire. La durée et l'intensité de la manifestation des symptômes de sevrage dépendent de la durée de la frénésie, de l'état général de santé humaine.

En règle générale, au deuxième stade de l'alcoolisme, les symptômes aigus sont observés pendant 2-3 jours..

Les manifestations des symptômes de sevrage alcoolique comprennent:

  • nausées Vomissements;
  • troubles digestifs, diarrhée;
  • violations de la thermorégulation: augmentation périodique de la température, transpiration sévère;
  • tachycardie;
  • chutes de pression soudaines;
  • tremblement des membres;
  • douleur, lourdeur dans la tête;
  • mauvaise coordination des mouvements;
  • faiblesse musculaire;
  • contractions musculaires involontaires soudaines.

Après une consommation excessive d'alcool prolongée, des crises ressemblant à des crises d'épilepsie, accompagnées de convulsions, peuvent se produire une vidange involontaire de la vessie..

Cette condition ne doit pas être confondue avec une gueule de bois, malgré le fait que les symptômes sont très similaires. Cela peut également survenir chez une personne en bonne santé si elle surcharge accidentellement de l'alcool.

Le sevrage est typique de la dépendance à l'alcool. Il a une période de manifestation plus longue. De plus, avec le syndrome de sevrage alcoolique, une attraction pathologique secondaire est notée: une personne pense qu'elle a juste besoin de boire, sans cela, elle ne peut pas imaginer une existence ultérieure. Les personnes en bonne santé qui ont la gueule de bois ont une aversion pour l'alcool.

Le développement inverse des symptômes de sevrage s'accompagne d'une diminution de l'intensité des symptômes, d'une récupération du sommeil et d'une amélioration générale du bien-être. Les symptômes neurologiques persistent le plus longtemps.

Prendre une nouvelle dose d'alcool à ce moment améliore considérablement les performances, soulage les symptômes aigus: maux de tête, nausées. La concentration d'attention augmente, l'anxiété diminue, l'humeur monte.

Une gueule de bois aide à déterminer si la détérioration de l'état mental est une manifestation du sevrage lui-même ou est-elle le signe d'un trouble mental. Dans le premier cas, chez une personne, après avoir pris de l'alcool, les symptômes de sevrage sont atténués. Avec les troubles mentaux, le trouble des fonctions cognitives, le processus de réflexion est aggravé.

Après l'arrêt des manifestations aiguës du syndrome de sevrage alcoolique, les processus physiologiques et mentaux sont restaurés. Le cynisme disparaît, les signes moraux et éthiques reviennent à la normale.

En règle générale, une telle récupération est typique des étapes initiales de la deuxième étape de l'alcoolisme..

Si, après le retrait de l'abstinence, l'alcoolique garde des idées de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, alors on parle de dégradation de la personnalité.

Votre narcologue met en garde: les maladies qui se développent au deuxième stade de l'alcoolisme

Au deuxième stade de l'alcoolisme, sous l'influence d'une intoxication constante, diverses pathologies somatiques se développent. L'éthanol a un effet sur tous les organes et systèmes, en conséquence, ils commencent à fonctionner moins bien, des déviations apparaissent. Tout d'abord, les maladies chroniques sont exacerbées si un alcoolique en est atteint. Divers troubles surviennent également en fonction des caractéristiques individuelles de l'organisme..

Les pathologies les plus courantes chez les alcooliques au deuxième stade:

  • maladies du tube digestif (gastrite, ulcère gastroduodénal, colite, pancréatite);
  • maladie du foie (stéatose, hépatite d'étiologie alcoolique, à mesure que ces processus progressent, ces processus conduisent à une cirrhose);
  • dysfonctionnement du système nerveux central, détérioration du cerveau, troubles du système nerveux autonome;
  • lésions du cœur et des vaisseaux sanguins (hypertension, maladie coronarienne, athérosclérose, cardiopathie);
  • pathologie rénale.

Le risque d'hémorragie cérébrale et d'accident vasculaire cérébral hémorragique augmente. Chez les personnes prédisposées à ce stade du développement de la dépendance à l'alcool, il existe une forte probabilité d'apparition de troubles mentaux (délire, psychose, hallucinose, encéphalopathie).

À mesure que l'alcoolisme s'aggrave, le risque de troubles mentaux augmente.

Troubles mentaux et dégradation de l'alcool

Les personnes dépendantes de l'alcool subissent des changements pathologiques dans leur psychisme. Ils sont classiquement divisés en trois types:

  • dégradation de la personnalité;
  • aiguisage de certaines qualités personnelles qui ne sont pas de la pathologie;
  • syndrome psycho-organique.

Ces violations sont observées indépendamment du fait que l'alcoolique soit sous l'influence de l'alcool éthylique ou non..

En outre, les troubles mentaux qui se développent dans le contexte d'une consommation excessive d'alcool prolongée sont classés dans les types suivants:

  • dépressif - il y a de fortes sautes d'humeur, de la dépression, de l'irritabilité, une tendance à créer des situations de conflit prévaut;
  • explosif - labilité émotionnelle élevée, accès d'agression;
  • borderline - une personne a tendance à tricher pour de l'argent ou de l'alcool, le désir de se faire plaisir aussi facilement que possible;
  • asthénique - caractérisé par une faiblesse mentale, une irritabilité excessive, une hystérie, une tendance au chantage émotionnel des êtres chers;
  • conforme - une personne tombe facilement sous l'influence des autres, elle est très inquiète de l'opinion des autres;
  • syntonique - un alcoolique est constamment de bonne humeur, blagues (humour spécifique), déraisonnablement optimiste, intrusif, se comporte sans vergogne;
  • schizoïde - un ivrogne est émotionnellement froid par rapport aux autres, indifférent, méfiant, enclin à boire seul;
  • hystérique - tendance au comportement démonstratif, égocentrisme, tromperie, infantilisme, impulsivité.

La dégradation de l'alcool est un processus de détérioration des traits de personnalité, une baisse du niveau intellectuel et des fonctions cognitives. Une personne perd les compétences et les connaissances acquises, l'assimilation de nouvelles informations est difficile, voire impossible. Les désirs et les pensées se résument à la façon de boire, de trouver de l'argent pour une autre bouteille. Les principes moraux et moraux subissent progressivement des changements négatifs.

L'alcoolique a tendance à passer du temps à ne rien faire, il ne s'intéresse à rien. En conséquence, il cesse de prêter attention à ses proches, perd le contact émotionnel avec eux, en conséquence, les relations avec les autres se détériorent, les familles se séparent.

Ces personnes se séparent facilement d'un bon travail, acceptent un statut social inférieur et un travail peu rémunéré et non prestigieux, qu'elles refusent également facilement si cela interfère avec la consommation d'alcool..

Traitement des alcooliques avec la deuxième étape

La plupart des gens prennent conscience de leur maladie à ce stade. Certains essaient de le cacher, d'autres surmontent la honte et se tournent vers un narcologue. Le traitement est effectué avec l'utilisation de médicaments, des effets psychothérapeutiques. Les résultats les plus significatifs sont obtenus avec une thérapie complexe effectuée dans un hôpital. L'isolement de l'alcoolique de l'environnement social habituel, l'incapacité d'acheter de l'alcool sont des conditions importantes pour l'efficacité de la thérapie.

Les méthodes utilisées pour la dépendance à l'alcool comprennent des mesures de désintoxication et un traitement symptomatique si le patient est admis à l'hôpital en état de sevrage.

Si le patient se tourne vers le médecin dans un état sobre, des médicaments peuvent être prescrits qui provoquent une aversion pour l'alcool (disulfirame, médicaments à base de celui-ci - Teturam, Esperal, Antabuse). L'utilisation de ces médicaments inhibe l'activité de l'enzyme acétaldéhyde déshydrogénase, qui décompose le métabolite toxique de l'éthanol. En conséquence, le patient éprouve des symptômes de sevrage intenses. En règle générale, le traitement est effectué de cette manière: le médicament est administré et après un certain temps, une petite dose d'alcool est administrée. C'est ainsi qu'un réflexe conditionné à l'alcool se forme..

Pour normaliser le sommeil, soulager l'anxiété, les manifestations dépressives, des médicaments du groupe anxiolytique sont prescrits. Les médicaments nootropes sont utilisés pour restaurer l'activité cérébrale.

Dans le processus de traitement de l'alcoolisme, le traitement des maladies qui se développent dans le contexte d'une consommation excessive d'alcool est effectué en parallèle.

En plus d'un narcologue, un psychothérapeute doit participer à la thérapie des alcooliques. Le cours du traitement avec ce spécialiste augmente considérablement l'efficacité, réduit la probabilité d'échecs ultérieurs.

Le complexe dans les bonnes cliniques inclut l'adaptation sociale du patient. Une personne doit être sortie de l'environnement qui a contribué au développement de la dépendance, l'aider à trouver un emploi.

Étapes de développement de l'alcoolisme et méthodes de traitement

L'alcoolisme est une maladie mentale chronique avec une grave dépendance mentale et physique à l'alcool. Comme toute autre maladie, l'alcoolisme se développe progressivement et a ses propres signes caractéristiques. Le développement de la dépendance se caractérise par une augmentation progressive de la quantité d'alcool consommée, une personne perd la capacité de se contrôler et de contrôler son comportement et d'évaluer de manière adéquate ce qui se passe autour. Les stades de développement de l'alcoolisme sont les mêmes pour les hommes et les femmes. Il y a trois étapes de l'alcoolisme. Il est important de connaître les étapes de l'alcoolisme et les traitements possibles.

Première étape - initiale

La première étape de l'alcoolisme se traduit par une augmentation progressive de la quantité et de la fréquence de consommation d'alcool. Pour boire, le toxicomane commence à trouver diverses excuses, par exemple des problèmes au travail; mauvaise humeur; un jour férié qui n'est pas toujours significatif. Le premier stade de l'alcoolisme se caractérise par la manifestation d'un signe tel qu'un comportement inapproprié et effronté résultant d'une perte rapide de contrôle sur soi-même. À ce stade de la maladie, l'intoxication par les boissons alcoolisées et leurs produits de décomposition est caractéristique..

Après un festin, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • Mal de crâne.
  • Transpiration excessive.
  • Nausées Vomissements.
  • Anxiété.
  • Trouble du sommeil.
  • Écart de pression artérielle par rapport à la norme.

Souvent, il est à noter que la consommation d'alcool recommence le matin. Cela semble être dans le but d'améliorer le bien-être, bien qu'il n'y ait pas d'envie de boire. Au contraire, l'odeur de l'alcool peut aggraver la situation. Mais cela vaut la peine de prendre un peu d'alcool et l'inconfort associé à la consommation d'alcool disparaît. Une personne ressent une sorte d'euphorie et oublie qu'elle s'est récemment sentie mal.

Un toxicomane, quel que soit son état, qu'il soit sobre ou ivre, se condamne pour l'usage fréquent d'alcool. Mais en même temps, il ne peut pas surmonter le désir de boire. Au stade initial, il n'y a pas encore de signes de symptômes de sevrage. Le développement de ce stade de dépendance à l'alcool se produit progressivement, la période peut varier de un à dix ans, après quoi il passe doucement à la deuxième étape. Il est impossible de prédire combien de temps s'écoulera avant que la deuxième étape de l'alcoolisme ne se développe. Chaque organisme est différent. Pendant cette période, il est plus facile de guérir la dépendance naissante, car le patient est conscient du problème.

Traitement initial

Le traitement au stade initial du développement de la dépendance doit commencer par un examen du corps afin d'identifier les troubles qui en résultent. Il est nécessaire d'examiner les organes du tractus gastro-intestinal et du système nerveux. Si des violations sont constatées, le médecin vous prescrira le traitement nécessaire. Vous pouvez être traité en ambulatoire, en gardant la routine habituelle: aller au travail, communiquer avec les autres, assister à divers événements. Dans le processus de traitement, les personnes proches doivent soutenir pleinement le patient et en aucun cas condamner pour une faute passée. Leurs jugements peuvent provoquer un stress supplémentaire, provoquer la progression de la maladie et évoluer vers le deuxième stade..

Pour un soutien supplémentaire et l'exclusion du développement de la dépression, il est utile d'avoir des séances de psychothérapie. Un psychothérapeute vous aidera à comprendre la raison du développement de la dépendance et vous donnera des conseils sur la façon de prévenir sa progression. Au cours d'un tel traitement, l'état émotionnel et mental d'une personne qui a abandonné le mode de vie habituel sera renforcé. Les experts donneront des conseils sur la façon de faire face aux problèmes et aux difficultés sans boire. Le cours de psychothérapie n'a un résultat positif qu'avec un désir personnel de se débarrasser de la dépendance.

Deuxième étage - moyen

Pour le deuxième stade de la maladie, l'apparition de symptômes de sevrage est caractéristique. Une personne dépendante, au réveil le matin, est sûre qu'une certaine dose d'alcool lui apportera la meilleure aide. Une amélioration à court terme se produit, mais les symptômes de sevrage reviennent rapidement. Le toxicomane continue de noyer les sensations désagréables avec de l'alcool, une sorte de cercle vicieux se forme qui conduit à une forte consommation d'alcool. Un refus catégorique des boissons alcoolisées peut entraîner de nombreuses conséquences graves, auquel cas l'aide de médecins est nécessaire.

Le stade intermédiaire de l'alcoolisme est caractérisé par une exacerbation ou le développement de nombreuses maladies chroniques, par exemple:

  • Gastrite.
  • Ulcères.
  • Gastroduodénite.
  • Hépatite alcoolique.
  • Pancréatite.
  • Syndrome de dystonie autonome.
  • Cardiomyopathie.
  • Autres maladies cardiaques.

L'évolution de la maladie à ce stade est compliquée par le fait que les personnes environnantes condamnent la personne dépendante. Le stress augmente, les conflits surviennent au travail et à la maison. Dans l'espoir de faire face aux problèmes, les patients changent de cercle social, composé d'agriculteurs individuels qui vivent avec la même dépendance. L'alcool est un médicament qui soulage les problèmes.

Traitement du stade intermédiaire de l'alcoolisme

La deuxième étape de l'alcoolisme se manifeste par des signes graves de la maladie. En conséquence, une attitude responsable envers le traitement est nécessaire. Le traitement doit être complet.

Traitement aversif - cette méthode est utilisée pour traiter les personnes qui ne veulent pas se débarrasser de la dépendance. Pour leur traitement, on utilise des médicaments qui provoquent l'aversion pour l'alcool, en agissant sur les réflexes naturels.

La désintoxication corporelle est un traitement qui repose sur l'utilisation de médicaments pour nettoyer le corps des produits de dégradation de l'alcool. La désintoxication soulage la dépendance physique et atténue généralement la condition. La dépendance psychologique demeure.

La psychothérapie est une méthode de traitement efficace. Comme déjà indiqué, les psychothérapeutes et les psychologues vous aideront à vous habituer à une nouvelle vie sans alcool. Avec leur aide, le patient reconnaît le problème et fera tout son possible pour empêcher son développement. Le travail des psychothérapeutes et des psychologues ne sera efficace que si le patient est conscient de la nécessité d'un traitement.

Adaptation sociale - il y a des cas où le patient décide lui-même d'arrêter de boire, mais ne peut pas faire face. Dans une telle situation, il est pertinent d'appliquer la méthode d'adaptation sociale. Les spécialistes aideront la personne dépendante à améliorer ses relations avec ses proches, à retourner au travail, à recommencer à interagir avec les gens qui l'entourent.

Se débarrasser de la dépendance à l'alcool est un processus difficile et chronophage. Tout d'abord, le désir du patient est nécessaire. L'utilisation de toutes les méthodes en combinaison peut apporter de bons résultats..

La troisième étape est la dernière

La troisième étape de l'alcoolisme est considérée comme définitive. Avec ce degré d'alcoolisme, les symptômes de la maladie sont prononcés et se manifestent sous des formes sévères. Leur exposition peut avoir de graves conséquences. Le troisième stade de l'alcoolisme est caractérisé par des troubles importants de la psyché et d'autres organes. Le patient boit quotidiennement plusieurs fois par jour. L'intoxication au dernier stade de l'alcoolisme se produit rapidement avec un peu d'alcool. La manifestation des symptômes de sevrage est sévère.

Au dernier stade, une personne est complètement dégradée. Les violations des organes internes et du système nerveux sont si importantes que souvent leurs manifestations entraînent une limitation de la fonction motrice, des troubles de la parole, une personne peut être paralysée et la probabilité de décès n'est pas exclue. Les toxicomanes perdent beaucoup de poids. Leurs mouvements deviennent hésitants. La dernière étape de l'alcoolisme est caractérisée par un signe tel qu'une augmentation de l'abdomen, cela se produit parce que le foie est considérablement élargi.

Les symptômes de troubles mentaux se manifestent par l'agressivité, l'irritabilité, la propension au meurtre et au suicide. Les symptômes sont aggravés par des symptômes de sevrage. Presque tous les cas de la maladie au stade final se terminent par la mort d'une personne. La cause peut être due à une maladie, mais il y a des cas où leur décès survient à la suite d'un homicide ou d'un suicide.

Traitement au stade final

Le troisième stade de l'alcoolisme est une maladie très grave difficile à traiter. Mais le traitement est toujours possible. L'hospitalisation est nécessaire dans un établissement hospitalier pour restaurer les organes affectés. À ce stade de l'alcoolisme, les patients ont rarement la gueule de bois, car ils ne se dégrisent jamais. Le patient doit exclure complètement la consommation d'alcool afin de détoxifier le corps et de commencer le traitement. La désintoxication nettoiera le corps des toxines et éliminera l'apparition de symptômes de sevrage.

La pharmacothérapie consiste en l'utilisation de médicaments qui soulagent la douleur et rétablissent le fonctionnement des organes. Le traitement médicamenteux doit chevaucher la psychothérapie, en particulier avec des signes prononcés de troubles mentaux. Il existe divers symptômes qui apparaissent avec l'arrêt complet de l'alcool, mais ce sont les psychothérapeutes et les psychologues qui aideront à les transférer sous une forme plus facile. L'adaptation sociale du patient aidera à améliorer la relation avec ses proches et avec le monde extérieur..

La troisième étape de l'alcoolisme est considérée comme la dernière et il est impossible de dire exactement combien de temps une personne peut vivre. Mais il faut comprendre que si le traitement n'est pas suivi, cette période sera courte..

L'alcoolisme est une maladie terrible qui peut détruire des familles, des carrières et ruiner complètement la vie des gens. L'aide doit être fournie au patient le plus tôt possible, principalement de la part de ses proches. Leur aide est nécessaire pendant le processus de traitement. Les personnes proches doivent savoir quels signes sont caractéristiques et comment déterminer le stade de l'alcoolisme afin d'évaluer correctement la complexité de la situation.

Symptômes et traitement de la deuxième étape de l'alcoolisme

L'alcoolisme est une maladie qui survient chez une personne qui abuse de boissons alcoolisées. Beaucoup de gens appellent cela une mauvaise habitude, mais ce n'est fondamentalement pas vrai, car à la suite de la consommation d'alcool, une grave dépendance psychologique se développe. Le premier stade de la maladie n'est pas toujours que les proches, et le patient lui-même, peut le reconnaître, mais le deuxième stade de l'alcoolisme se manifeste déjà par des symptômes particuliers. À ce stade, il est urgent d'apporter une assistance à une personne, car la maladie peut se transformer en une forme chronique, sur laquelle des complications irréversibles surviennent.

La deuxième étape de l'alcoolisme

La deuxième étape de l'alcoolisme

Tout le monde ne peut pas remarquer la frontière entre les premier et deuxième stades de l'alcoolisme. Au fur et à mesure que cette étape se développe, la durée de la consommation excessive d'alcool augmente progressivement et les intervalles entre eux se réduisent. La deuxième étape de l'alcoolisme dure de 5 à 15 ans. Tout dépend de la quantité d'alcool consommée par une personne. Il se caractérise par une dose quotidienne d'alcool d'une quantité de 500 ml ou plus. Chez les femmes, la dépendance à l'alcool dépend dans une large mesure de la fréquence à laquelle elles consomment de l'alcool. La quantité consommée n'est pas si importante. Et chez les hommes, les deux facteurs sont importants. Par conséquent, les femmes sont plus sujettes au développement de l'alcoolisme et les étapes se succèdent également plus rapidement. De nombreux médecins affirment qu'il est impossible de guérir l'alcoolisme féminin au stade avancé 2.

Lorsqu'une personne boit de l'alcool à ce stade, son humeur s'améliore immédiatement. Mais en même temps, la dose est déjà supérieure à celle de la première étape.

Une caractéristique distinctive de l'étape 2 est un niveau élevé de tolérance aux boissons alcoolisées. Ce moment est très dangereux pour la santé et la vie d'un alcoolique. De plus, à ce stade, une personne ne boit souvent pas d'alcool. Avec un manque d'argent, un alcoolique peut consommer des teintures de pharmacie, de l'eau de Cologne et d'autres types de substituts, ce qui entraîne des problèmes de santé graves et rapides. La raison en est la perte de statut social, de travail, de famille et, en général, la dégradation des effets individuels. Une personne ne peut pas évaluer de manière indépendante le danger d'une situation et son objectif n'est qu'une autre dose d'alcool.

Attention! Pour la deuxième étape, il est caractéristique qu'une personne boive de l'alcool non plus pour améliorer son humeur, mais pour satisfaire les besoins physiques du corps.

Symptômes et signes

L'intoxication du corps au 2ème stade de l'alcoolisme se manifeste déjà par des symptômes aigus. Ceux-ci incluent des maux de tête, des nausées, des épisodes de vomissements, des tremblements des extrémités, une tachycardie. Pour que ces signes disparaissent, vous avez besoin d'une autre dose d'alcool..

Un alcoolique peut être reconnu par les caractéristiques psychologiques suivantes:

  • périodes d'agression et de colère;
  • dépression, apathie;
  • actions inappropriées;
  • tendance au conflit;
  • envie constante de boissons alcoolisées.

2 stade de l'alcoolisme: définition

Déjà à ce stade, de longues frénésie apparaissent. Mais il est caractéristique qu'une personne après avoir bu ne soit pas inhibée et que son efficacité augmente en état d'intoxication alcoolique. De plus, une personne grandit plus vite et effectue des activités physiques et mentales de manière très productive. Après la libération d'alcool du corps ou une diminution de sa concentration, l'état psycho-émotionnel change et la personne se réveille avec une irrésistible envie d'alcool..

Quand un alcoolique est sobre, il est léthargique, se fatigue rapidement et toutes ses qualités négatives se manifestent. En général, l'alcoolique commence à se dégrader. Sa capacité intellectuelle diminue et la résolution des problèmes domestiques courants devient difficile..

Un autre symptôme est l'insomnie. Une personne ne peut pas s'endormir sans une dose d'alcool, mais en buvant beaucoup d'alcool, elle deviendra active et ne pourra pas non plus s'endormir. En plus de l'insomnie, un alcoolique peut faire des cauchemars..

Dans la deuxième étape de l'alcoolisme, une personne entre dans des crises prolongées, après quoi une crise se produit souvent. Les signes d'une telle crise peuvent être des convulsions pendant le processus, qu'une personne peut mordre la langue, ainsi qu'une miction involontaire.

Après une forte consommation d'alcool, une personne devient victime d'hallucinations, de delirium tremens et d'idées paranoïaques. Et aussi, beaucoup montrent une jalousie alcoolique. Il s'agit d'un trouble de la personnalité dans lequel un alcoolique devient pathologiquement jaloux sans fondement de son partenaire, ne voyant pas ses problèmes et les vraies causes des problèmes dans la famille.

Une condition caractéristique de l'alcoolisme du 2ème degré est la psychose «alcoolique de Korsakovsky». Une telle complication liée à la consommation d'alcool se manifeste par une violation de la sensibilité des membres - son absence ou une douleur intense. Les troubles de la mémoire sont un autre symptôme de cette psychose. Parfois, il arrive au point qu'une personne qui se réveille dans sa maison ne se souvient plus où elle se trouve.

Traitement

Le stade 2 de l'alcoolisme est le cas lorsque le traitement apporte des résultats positifs, mais sans l'aide de spécialistes, il ne sera pas possible de faire face. Le traitement est complexe et vous aurez besoin de l'aide de nombreux médecins.

La première condition pour commencer le traitement est le rejet complet de l'alcool. La dépendance demeure pour la vie, donc si une personne commence à boire de l'alcool à petites doses après le traitement, cela conduira tôt ou tard à une rechute et à une forte consommation d'alcool..

  • Désintoxication.
  • Rééducation psychologique.
  • Adaptation sociale.
  • Le traitement médicamenteux vise à éliminer les maladies concomitantes et à soulager les symptômes caractéristiques.
retour au contenu ↑

Thérapie médicamenteuse

Le traitement médicamenteux se déroule également en plusieurs étapes. Le premier est la désintoxication, dans laquelle le corps est nettoyé des substances toxiques et des produits de décomposition de l'alcool éthylique. La thérapie de désintoxication soulage le patient de la dépendance physique, c'est-à-dire du syndrome de la gueule de bois. En outre, les processus métaboliques et le sommeil commencent à se normaliser. Les médicaments de désintoxication sont l'Unithiol, le thiosulfate de sodium.

Une place particulière dans la pharmacothérapie est réservée à la correction des troubles mentaux. Dans ce cas, des médicaments sédatifs ou psychotropes sont prescrits. Il aide à soulager les symptômes tels que la tension, l'irritabilité, l'anxiété et un effet stabilisateur végétatif général est observé. Préparations - Aminazine, lévomépromazine.

Il est important que les médicaments psychotropes ne soient prescrits que par un spécialiste qualifié et ne doivent être pris que selon le schéma et la posologie prescrits. Étant donné qu'avec la prise incontrôlée de ces médicaments, une dépendance à leur égard peut se développer. Les tranquillisants comprennent des médicaments tels que Elenium, Trioxazine, Diazepam.

Les nootropiques constituent un autre groupe de médicaments. Ils contribuent à la normalisation des processus métaboliques dans le corps, en conséquence, le besoin d'alcool deviendra moins prononcé..

Il existe une procédure telle que le "codage" d'un alcoolique. Pour ce faire, une personne reçoit une injection de disulfiram, qui, en interagissant avec l'alcool, provoque des symptômes désagréables - maux de tête, étourdissements, tachycardie, vomissements, etc..

La principale condition de la thérapie est un rejet complet de l'alcool.

Attention! Un traitement médicamenteux est également prescrit si d'autres maladies concomitantes ont été diagnostiquées. Par exemple, gastrite, ulcère gastroduodénal, hépatite alcoolique, etc..

Méthode psychologique

Un alcoolique doit subir une rééducation psychologique après avoir suivi un traitement médicamenteux. Étant donné que le deuxième stade de la dépendance à l'alcool développe une dépendance psychologique persistante, c'est-à-dire que le problème d'un alcoolique est profondément ancré dans la tête et que le simple fait de creuser une personne ne sera pas guéri. Parfois, il faut 6 à 8 mois ou plus pour terminer le traitement.

L'un des programmes les plus connus au monde est la technique en 12 étapes. Cela implique une introspection du patient, un changement de pensée et une aide en groupe. Il est important qu'une personne soit isolée de tout pendant un certain temps pour commencer à changer..

L'adaptation sociale est une étape du traitement qui se déroule à domicile. Un psychologue aide une personne à s'adapter à la société, à retourner au travail collectif et à renouer avec les membres de sa famille. Il est également recommandé à un alcoolique d'assister aux réunions des Alcooliques anonymes..

Prévoir

Il n'est possible de guérir l'alcoolisme de stade 2 qu'avec un traitement complet prescrit par des médecins. Et aussi avec le plein soutien de la famille et des amis. Ce stade de la maladie est déjà une grave dépendance psychologique à l'alcool. Par conséquent, les gens tombent souvent en panne et recommencent à faire des crises. Un résultat positif n'est observé que chez ceux qui sont pleinement conscients de leur maladie..

Comment se manifeste la deuxième étape de l'alcoolisme et comment elle menace l'ivrogne

La consommation excessive de boissons alcoolisées est une maladie dont le terrible nom est l'alcoolisme. Ce n'est pas seulement une mauvaise habitude. Il s'agit d'une dépendance psychologique sévère, qui se divise en plusieurs étapes. Si la première étape n'est pas si effrayante pour une personne, la phase suivante nécessite une aide professionnelle. La deuxième étape de l'alcoolisme peut durer de 3 à 15 ans. Il se caractérise par un certain ensemble de signes, symptômes, maladies psychologiques.

La transition vers la deuxième étape de l'alcoolisme: danger, état et comportement d'une personne

Chaque personne apprend depuis son enfance que boire de l'alcool en grande quantité est nocif et dangereux. Pourquoi cette instruction ne fonctionne-t-elle pas pour tout le monde? Dans les rues, dans les immeubles à appartements, dans les familles d'amis et de connaissances, vous pouvez toujours rencontrer une personne qui boit. Les yeux endoloris, les mains tremblantes, la parole incohérente sont les signes d'un alcoolique. Comment se déroule la dégradation de l'ivrogne, qui est indifférent à tout sauf à la bouteille? Quelles sont les étapes d'une personne qui utilise une boisson enivrante en grandes et grandes quantités.

La première étape de l'alcoolisme est caractérisée par une consommation modérée de boissons alcoolisées. À ce stade, la personne a le contrôle total de elle-même, elle peut s'arrêter à temps. Son comportement ivre est contrôlable. Tout change lorsqu'une personne entre dans la deuxième étape. Ayant remarqué les changements, les proches doivent être vigilants. Cette étape s'appelle ménage.

Un homme ou une femme qui est passé à ce stade de l'alcoolisme est immédiatement visible. Le temps libre est apparu - ils achètent immédiatement des boissons fortes. Les week-ends, les vacances, les congés et, bien sûr, les vacances, ces personnes passent en compagnie d'une bouteille. La prochaine dose d'alcool apporte de la satisfaction, l'humeur que vous buvez s'améliore. Cependant, le nombre d'esprits, qui suffit à calmer un alcoolique, grimpe invariablement. Pour le beau sexe ou la moitié forte de l'humanité, le chemin de l'abîme s'ouvre.

Symptômes et signes de la deuxième étape de l'alcoolisme

Une femme qui consomme régulièrement des boissons fortes s'y habitue plus rapidement, ce qui signifie que le passage d'une étape à l'autre se fait plus rapidement. Les particularités de la deuxième étape de l'alcoolisme pour le beau sexe sont qu'il est très difficile, et parfois impossible, de guérir une femme d'une mauvaise habitude. Le buveur à ce stade est toujours prêt à guérir. Parmi les propriétés distinctives qui caractérisent la deuxième étape, on trouve:

  • il faut de plus en plus d'alcool pour se sentir ivre;
  • changements de caractère (d'humeur joyeuse à sombre);
  • les scandales commencent dans la famille, la confrontation, les conflits à l'improviste;
  • après l'ivresse, l'alcoolique ne se souvient plus des événements qui se sont produits;
  • dans le but d'obtenir la dose suivante, une personne est capable de commettre des actes criminels.

La deuxième étape de l'alcoolisme, dont les signes s'expriment même dans le fait que lorsqu'une entreprise se rassemble, une personne qui est passée dans cette étape essaie de verser tout le monde à la fois et, sans écouter de toasts, boit, pratiquement sans manger. Il convient de prêter attention à l'apparence de l'ivrogne, qui parle d'une dépendance aux boissons fortes. Le visage semble généralement bouffi, les yeux sont rouges et larmoyants et les mains tremblent. Après avoir bu, un alcoolique ne peut pas sortir du lit, se mettre en ordre.

Au deuxième stade de l'alcoolisme, la maladie mentale se manifeste. Au fil du temps, une personne se transforme en un véritable ivrogne qui peut consommer de l'alcool pendant plusieurs jours sans se soucier de sa santé. C'est pourquoi de nombreux décès ont été enregistrés à ce stade..

Les effets secondaires possibles

L'alcool aide à se détendre, à oublier un moment l'actualité. Au stade initial, les boissons fortes ne peuvent pas avoir un effet terrible sur le corps humain. Plus une personne consomme de plus en plus souvent des substances intoxicantes, plus les conséquences seront déplorables. Un regard malsain, une odeur constante de fumées, des excuses et des querelles avec des êtres chers - telles sont les caractéristiques d'un ivrogne qui se trouve au deuxième stade de l'alcoolisme. Avec le développement de la dépendance, une personne peut observer et développer certaines des maladies mentales suivantes:

  • delirium tremens. C'est l'une des psychoses les plus courantes qui modifie la conscience d'une personne. L'ivrogne a simplement besoin d'une aide médicale. Sans le soutien de spécialistes, il est peu probable qu'il soit lui-même capable de faire face aux manifestations de la maladie. Nous parlons du fait qu'une personne voit constamment des images étranges, des événements irréels et entend des voix. Il lui semble qu'ils veulent le tuer, le paralyser. Les gens sont constamment agités, ne dorment pas bien ou ne peuvent pas dormir du tout;
  • syndrome de sevrage. Elle se caractérise par une détérioration de l'humeur, l'apparition de cauchemars, de la vigilance. De plus, la poursuite de la consommation de boissons alcoolisées ne fait qu'exacerber la situation. L'ivrogne a mal à la tête, faiblesse, palpitations;
  • hallucinose. Des voix inexistantes régissent le comportement d'une personne qui a un deuxième stade d'alcoolisme. Il arrête de travailler pour faire les tâches ménagères. Il pense toujours que quelque chose menace sa vie. Les voix dans la tête disent à l'alcoolique quoi faire et comment agir.
  • paranoïa. Ce trouble mental survient également chez les alcooliques. Il se caractérise par l'apparition d'idées inhabituelles pour une personne normale. Le fait est qu'un homme ou une femme est constamment poursuivi par quelqu'un. Conspirations d'êtres chers, services spéciaux, êtres extraterrestres - la liste de ceux qui interfèrent avec la vie est longue. Parfois, les alcooliques parlent de ce qu'ils utilisent pour mener des expériences et des recherches.

Les symptômes de la deuxième étape de l'alcoolisme comprennent l'apparition du soi-disant délire de jalousie. Une personne qui en est à ce stade commence à perdre ses proches. En raison de son comportement, il rompt généralement avec sa femme ou son mari, quand il s'agit d'une femme, il commence à lui reprocher à l'infini. Il voit partout des signes de trahison, essaie d'amener tout le monde à l'eau potable, vérifie la correspondance personnelle, écoute les conversations téléphoniques. En conséquence, la famille ne peut pas le supporter, et l'ivrogne reste dans un splendide isolement. Si vous constatez un trouble mental, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Façons de se débarrasser de la dépendance à l'alcool désagréable

La deuxième étape de l'alcoolisme chez les femmes ou les hommes nécessite de consulter un médecin. Seul, personne parvient rarement à reprendre une vie normale. Vous ne pouvez pas faire face seul au «serpent vert». Des experts possédant les connaissances appropriées sont en mesure d'aider l'ivrogne à vaincre l'envie d'alcool. Les sceptiques affirment qu'il est presque impossible de faire face à la maladie au deuxième ou au troisième stade. Même si une personne arrête temporairement de boire pendant son séjour à l'hôpital, elle redeviendra plus tard dépendante de la bouteille..

Les experts ont une opinion différente. Après tout, de nombreux cas ont été enregistrés lorsqu'une personne a réussi à se vaincre. Il est revenu à la vie normale, au travail, aux relations personnelles avec le sexe opposé. Même si nous parlons d'alcoolisme chronique, ne pensez pas qu'il est incurable. La règle principale est le désir de l'ivrogne d'arrêter de boire, le soutien de ses proches. Habituellement, le cours du traitement pour un ivrogne avec un deuxième stade d'alcoolisme est le suivant:

  • thérapie professionnelle par un narcologue en ambulatoire ou en hospitalisation. Ici, le corps est nettoyé, une thérapie et des médicaments sont prescrits. Les médicaments sont sélectionnés strictement individuellement, en fonction de l'état du patient;
  • passer un cours de rééducation psychologique. Des consultations à long terme avec un psychologue aident l'ancien alcoolique à croire à nouveau en lui-même;
  • adaptation sociale. Une personne qui s'est remise d'une dépendance au biberon a besoin d'une aide qui lui permettra d'établir des relations avec ses proches, d'obtenir un emploi, de retrouver un mode de vie normal et sain.

Les particularités de la deuxième étape de l'alcoolisme sont que l'ivrogne doit être soigné dans un hôpital. C'est le seul moyen de vaincre la dépendance. Dans un hôpital, le patient, qui sera sous la surveillance constante du personnel de l'établissement médical, se verra prescrire un traitement efficace, des procédures et un programme de rétablissement individuel sera développé.

Les équipements et le personnel des cliniques modernes contribuent au rétablissement des patients dont l'alcoolisme est entré dans la deuxième étape. Ces institutions emploient des spécialistes formés professionnellement capables de fournir toute l'assistance nécessaire. Ils sortiront l'ivrogne de la frénésie, lui feront croire à nouveau en sa force. Offrant une attitude amicale et un confort psychologique, le personnel fera face au cas le plus apparemment négligé.

La deuxième étape de la dépendance à l'alcool n'est pas une condamnation lorsqu'il s'agit d'une personne qui cherche à se rétablir, à reprendre une vie normale. S'il y a une famille accro aux boissons contenant de l'alcool, vous ne devriez pas laisser les choses aller d'elles-mêmes. Ainsi, vous pouvez perdre un être cher, perdre le contact avec lui. Les parents, la famille, les amis sont des personnes qui doivent s'unir et sortir l'alcoolique de l'abîme. Seuls des efforts conjoints peuvent aboutir à des résultats positifs. Il convient de rappeler que l'alcoolisme est une maladie, mais vous pouvez également en être guéri, en oubliant à jamais la dépendance à la bouteille.!

La deuxième étape de l'alcoolisme

Contenu:

  1. Où est la frontière entre les variétés d'ivresse et de dépendance à l'alcool
  2. Comment se manifeste le stade 2 de l'alcoolisme?
  3. Que se passe-t-il si la dépendance à l'alcool n'est pas traitée?
  4. Traitement de l'alcoolisme chronique
  5. Problèmes de confidentialité

L'alcoolisme chronique est une maladie dans laquelle le buveur est à la merci d'une dépendance mentale et physique vis-à-vis des boissons alcoolisées. Il n'est pas capable d'arrêter de boire tout seul, bien qu'il assure le contraire à ses proches. Seuls les professionnels - les narcologues peuvent l'aider. Pour vous débarrasser de la dépendance à l'alcool, vous devez suivre un traitement dans une clinique de toxicomanie, suivi d'un codage et d'une rééducation. Dans ce cas, la maladie va reculer, mais à une condition: mener une vie sobre. Toute tentative de boire «culturellement» est vouée à l'échec, après quoi la maladie reprend entièrement les droits perdus. La pathologie se présente sous la forme de 3 phases douloureuses. Tenez compte des signes du stade 2 de l'alcoolisme, des caractéristiques du diagnostic et du traitement.

Où est la frontière entre les variétés d'ivresse et de dépendance à l'alcool

Les traditions de boisson sont cultivées dans de nombreux pays du monde. Boire de l'alcool accompagne les vacances, les événements marquants, les nouvelles connaissances, la résolution de situations en affaires, etc. Boire est très rapide. Si le buveur ne s'arrête pas à temps, alors après un certain temps (généralement plusieurs années), il tombe dans les réseaux de la dépendance.

Le désir de boire de l'alcool devient un besoin.

Sans boissons alcoolisées, les événements suivants se produisent:

  • Inconfort mental et dévastation.
  • Perte d'intérêt pour la vie et le travail.
  • Apathie et dépression.

La prise des doses habituelles élimine rapidement ces phénomènes. Ce sont ces critères qui sont la raison d'aller chez le médecin. Très probablement, le buveur a déjà soit une ivresse malveillante, soit un stade de dépendance à l'alcool avec un désir obsessionnel de boire. C'est l'envie qui domine les autres désirs qui donne lieu à parler de la présence d'une addiction douloureuse chez le patient..

Comment se manifeste le stade 2 de l'alcoolisme?

À ce stade de la maladie, des signes clairs de dépendance sont révélés, selon lesquels le médecin détermine avec précision la variante de l'évolution de la maladie. Il est très important que le patient soit conscient de son problème. S'il s'oppose au narcologue et résiste, il sera impossible de l'aider.

La clinique de l'alcoolisme avancé en 2 étapes comprend:

  • L'émergence d'un besoin primaire d'alcool, se manifestant par un caractère violent (compulsif). La soif sous forme de passion supprime tous les autres traits de caractère de la personnalité buveuse.
  • Manque de critique et de conscience de son vice avec hostilité envers ceux qui essaient de compter différemment.
  • Méchanceté, agressivité, anxiété, pointillosité, irritabilité avec abstinence forcée. Le patient ne dort pas bien, perd l'appétit, ressent de la douleur.
  • Augmentation de la dose quotidienne. Les volumes moyens sont de 0,6 à 2 litres d'alcool fort. L'intoxication à de faibles doses, caractéristique des personnes en bonne santé, ne se produit pas chez les buveurs.
  • L'émergence de la consommation excessive d'alcool - de nombreux jours d'excès de consommation excessive d'alcool. Les patients peuvent boire pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Ils ne mangent pratiquement rien, ne dorment pas, boivent seulement..
  • Formation de symptômes de sevrage (gueule de bois) dans le contexte d'une forte consommation d'alcool. Une gueule de bois se manifeste par la nécessité de soulager les plaintes végétatives et somatiques qui se développent après un alcoolisme massif.
  • Identification des symptômes de dégradation de la personnalité provoqués par la destruction du cerveau sous l'influence de l'alcool et de ses toxines-catabolites. Les alcooliques dégradés développent une grossièreté morale et éthique. Ils deviennent impolis, effrontés. Le cercle des intérêts se rétrécit. Afin d'obtenir des fonds pour boire, ils vont à n'importe quel niveau de tromperie, perdent complètement leur autocritique.

Pour l'alcoolisme du 2ème degré, les types d'alcoolisation suivants sont caractéristiques:

  • Excès d'un jour avec ivresse (au début de la phase de formation).
  • Ivresse intermittente avec une petite dose le matin pour soulager les symptômes de sevrage. Habituellement, les patients prennent des quantités importantes d'alcool le soir et la gueule de bois le matin avec 50 à 100 grammes de vodka. Ceci est répété pendant plusieurs jours. Mais pendant la journée, les patients peuvent travailler et faire d'autres choses..
  • Ivresse constante avec ivresse. Les alcooliques commencent à boire presque tous les jours. La "récupération" matinale à l'aide d'alcool passe par la consommation ultérieure de quantités plus importantes de produits à base de vin et de vodka.
  • Consommation abusive d'alcool. Les excès ivres éloignent complètement les buveurs du rythme de la vie ordinaire. Ils commencent à boire quotidiennement et beaucoup, atteignant à chaque fois un stade profond d'intoxication. Le matin, après avoir éliminé les sensations de gueule de bois les plus dures avec une dose «thérapeutique», les alcooliques se saoulent à nouveau. Cela dure plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Ensuite, la frénésie se termine et les patients qui ont de grandes difficultés à se débarrasser de cet état..
  • C'est à la sortie de l'état d'ivresse qu'apparaissent les complications: le delirium tremens et l'œdème cérébral. La période entre deux boissons peut durer plusieurs jours, semaines ou 2-3 mois. C'est ce qui donne aux buveurs l'occasion de dire qu'ils n'ont pas de dépendance, car ils ne boivent pas d'alcool depuis si longtemps.
  • Ivresse intermittente. Dans ce cas, sur fond d'abus constants, des crises périodiques apparaissent. Ce formulaire indique le passage au stade 3 de la maladie.

Que se passe-t-il si la dépendance à l'alcool n'est pas traitée?

Sans thérapie, le processus progresse rapidement. En moyenne, la deuxième étape de l'alcoolisme dure 10 à 12 ans. De nombreux patients meurent des complications qui en résultent. Les survivants entrent dans la troisième forme finale de la maladie. Le pronostic sans cure est négatif. Les alcooliques deviennent souvent handicapés, perdent leur capacité de travailler, leur famille et leur logement. Les personnes dégradées commencent à mener un style de vie vagabond et mendiant.

Traitement de l'alcoolisme chronique

Le rétablissement de la dépendance à l'alcool est un processus complexe, en plusieurs étapes et à long terme. Pour vous débarrasser d'une dépendance douloureuse, vous devez suivre un traitement dans une clinique de traitement de la toxicomanie..

La cure comprend:

  • Mesures pour éliminer la consommation excessive d'alcool et les autres formes d'alcoolisme.
  • Détoxification, éliminant l'intoxication chronique à l'alcool. Le nettoyage est effectué par perfusion. La désintoxication est complétée par des méthodes non médicamenteuses: irradiation sanguine au laser et aux ultraviolets, plasmaphérèse, hémosorption.
  • Traitement des conséquences de l'intoxication du cerveau, du cœur, du foie, des reins, des organes du système endocrinien. À ces fins, les médecins sélectionnent des médicaments dans le groupe des métabolites, des cardioprotecteurs, des nootropiques, des hépatoprotecteurs..
  • Traitement des maladies concomitantes du système nerveux: neuropathies, encéphalopathie.
  • Pharmacothérapie psychotrope. Avec son aide, le besoin d'alcool, les déviations émotionnelles et volontaires sont éliminés, le sommeil normal et l'appétit sont rétablis.

Pendant le traitement médicamenteux, une psychothérapie est constamment effectuée avec les patients. Ils sont motivés pour un mode de vie sobre, éliminant les conséquences de l'alcoolisme: insécurité, faiblesse. Les psychothérapeutes préparent les convalescents au codage, une méthode prohibitive qui empêche les individus codés de boire pendant de longues périodes.

Après avoir terminé le cours principal, les médecins recommandent de suivre une rééducation dans l'un des centres de récupération.

Problèmes de confidentialité

Pendant le traitement et 2 stades de l'alcoolisme dans les centres de traitement de la drogue de l'État, tous les patients sont enregistrés, ce qui entraîne certaines restrictions à l'avenir. Les toxicomanes n'ont pas le droit de conduire des véhicules, un permis d'armes et de travailler dans certaines structures. Pour éviter les interdictions, il est logique de se rendre dans une clinique privée. L'ensemble de notre processus de traitement est effectué de manière anonyme.

Paternité et édition de texte:
Chef du département de psychiatrie et de narcologie, MC "Alkoklinik", psychiatre-narcologue A.G. Popov, psychiatre-narcologue L.A. Serova.

Stades de développement de l'alcoolisme

L'alcoolisme est une maladie chronique causée par un besoin pathologique d'alcool avec formation d'une dépendance mentale puis physique. La soif d'alcool est l'un des problèmes les plus graves de la société moderne, et chaque année le nombre de patients augmente.

Il est difficile de donner des chiffres exacts, car toutes les personnes atteintes d'alcoolisme ne vont pas chez le médecin, cependant, selon le RLMS-HSE (Surveillance russe de la situation économique et de la santé de la population), seul un tiers de la population mène une vie sobre dans notre pays, le reste boit occasionnellement ou constamment de l'alcool. breuvages. L'ampleur du problème est également mise en évidence par les ventes d'alcool en constante augmentation et le volume moyen de consommation d'alcool par habitant (selon les statistiques de l'OMS).

Malheureusement, l'alcoolisme est une maladie extrêmement insidieuse qui peut être latente pendant une longue période, et non seulement le patient lui-même, mais aussi son environnement immédiat pendant longtemps ne voient pas ou ne veulent pas se rendre compte du fait de la dépendance formée.

Dans le développement de l'alcoolisme, plusieurs étapes sont distinguées - d'une faible attraction à une envie irrésistible qui prévaut sur tous les autres sentiments, désirs et besoins. Mais quelle que soit la gravité des symptômes et le degré d'alcoolisme, il doit être traité sans échec, et il est préférable de le faire immédiatement après avoir identifié les signes de la maladie, dès que l'occasion se présente de convaincre le patient de la nécessité de demander de l'aide. Le traitement de la toxicomanie ne doit être traité que par des spécialistes - narcologues et psychothérapeutes. Une inactivité prolongée ou des tentatives pour surmonter par vous-même l'attraction pernicieuse ne peuvent qu'aggraver la situation, conduire à des formes négligées et créer des difficultés supplémentaires pour se débarrasser de la maladie..

Comment déterminer le stade de l'alcoolisme est la question la plus importante à résoudre lorsqu'un patient demande un traitement, car le degré de dépendance détermine l'approche du choix de la méthode et la durée du traitement. Des spécialistes qualifiés devraient également diagnostiquer l'alcoolisme comme une maladie. En général, il existe trois étapes de l'alcoolisme. Considérez leur parcours et leurs principaux signes.

Première étape

Le premier stade de l'alcoolisme est caractérisé par une sévérité minimale de la dépendance mentale, un manque de dépendance physique et des symptômes flous et cachés. Le patient est socialement adapté - il travaille ou étudie, se trouve dans un environnement familier, ne s'éloigne pas de sa famille et ne considère pas son passe-temps pour l'alcool dangereux ou nocif. De plus, les parents et amis proches à ce stade refusent également de reconnaître une personne comme alcoolique, jugeant parfaitement acceptable et normal son désir de boire de temps en temps «pour se détendre» ou en vacances.

Cette attitude des membres de la famille envers le patient, le déni de l'alcoolisme déjà formé, même s'il ne fait que commencer, caractérise la codépendance - des changements dans l'état mental et le mode de vie des proches de l'alcoolique. La perception du patient de son état se caractérise par l'absence d'autocritique et la capacité à s'évaluer adéquatement et ses actions, la non-reconnaissance de la maladie. Il n'acceptera jamais de se considérer comme un alcoolique et trouvera de nombreuses explications et excuses à sa dépendance. Par conséquent, il est extrêmement important qu'au moins les parents puissent remarquer les symptômes typiques du premier stade de l'alcoolisme, sonner l'alarme à temps et consulter un médecin..

Les symptômes de la première étape comprennent:

Augmentation de la tolérance à l'alcool - une personne est capable de boire, sans se saouler, beaucoup plus d'alcool par rapport aux autres personnes ou avec ses doses précédentes d'alcool.

Dans le même temps, une suppression des réactions protectrices, en particulier des vomissements, est notée en cas de surdosage d'éthanol. Le corps, pour ainsi dire, s'habitue à la consommation constante de fortes doses d'alcool et cesse de le percevoir comme un poison. Cependant, l'effet toxique de l'alcool éthylique reste le même, ce qui crée un risque élevé d'intoxication alcoolique aiguë dans les premiers stades de l'alcoolisme: une personne boit, sans se saouler et sans bâillonnement, d'énormes doses d'alcool qui peuvent provoquer de graves perturbations dans le travail du cerveau, du cœur, du foie et un rein.

Diminution du contrôle sur la quantité d'alcool consommée - l'alcoolique ne boit pas seulement un ou deux verres «pour l'entreprise» ou pour porter un toast, il boit le maximum d'alcool possible pour lui-même. Il ne lui suffit plus de ressentir une légère intoxication, il se saoule de plus en plus souvent jusqu'à s'évanouir avec des trous de mémoire.

Au stade initial de l'alcoolisme, une gueule de bois commence - un ensemble de symptômes caractéristiques qui se développent après une intoxication aiguë à l'alcool. Le lendemain matin, après avoir pris une grande quantité d'alcool, un certain nombre de sensations désagréables se manifestent - nausées, vomissements, tremblements dans les mains, maux de tête. Ces symptômes sont nivelés en prenant une autre dose d'alcool..

Les pannes d'alcool sont un autre symptôme qui survient au premier stade de l'alcoolisme. Les épisodes individuels et les longs intervalles de temps peuvent perdre la mémoire.

Dépendance psychique - sa formation sépare clairement même l'alcoolisme précoce de l'ivresse domestique. Le patient est clairement tracé (surtout vu de côté) la présence d'inconfort psychologique, d'irritabilité, de sautes d'humeur pendant de longues périodes sans alcool. Et, au contraire, en buvant de l'alcool ou même en planifiant, en attendant l'occasion de boire, il devient complaisant, ravive.

La dépendance psychique associée à une tolérance accrue et à la suppression des réactions protectrices à l'alcool entraîne une augmentation de la fréquence de consommation d'alcool. Les expériences alcooliques (parfois inconsciemment) mélancoliques sans la dose habituelle, et le développement retardé de l'intoxication et l'absence du réflexe nauséeux créent un faux sentiment de permissivité, la capacité de boire sans mal même tous les jours.

Le début d'un changement dans le système de valeurs - le rôle de l'alcool devient de plus en plus important dans la vie d'un alcoolique Il n'est plus toujours capable de renoncer à boire à la veille d'un événement important (un examen, un contrôle au travail, une promenade planifiée avec des enfants, etc.), et s'il refuse, alors se maîtriser et éprouver un sentiment d'insatisfaction face à la vie. Peu à peu, l'alcool commence à déplacer toutes les autres valeurs et priorités de la vie du patient..

Si à ce stade du développement du traitement de l'alcoolisme n'a pas été commencé, la maladie progressera inévitablement et passera à la phase suivante.

Deuxième étape

La principale différence entre le 2ème stade de l'alcoolisme et le premier est la formation d'une dépendance non seulement mentale, mais aussi physique, ainsi qu'une augmentation des autres symptômes de la maladie.

La dépendance physique s'explique par l'effet spécial de l'éthanol sur le corps avec formation de dépendance, lorsque les organes et les systèmes organiques ne peuvent plus fonctionner normalement sans son apport constant.

La dépendance mentale continue de progresser - sans dose d'alcool, une personne éprouve un inconfort important et seul l'alcool peut lui redonner de la bonne humeur et des performances..

Une dépendance mentale et physique sévère entraîne l'apparition de symptômes de sevrage au deuxième stade de l'alcoolisme, ou syndrome de sevrage, caractérisés par des troubles psychosomatiques sévères avec refus prolongé (volontaire ou forcé) de l'alcool. Un alcoolique qui ne reçoit pas une dose d'éthanol déjà vitale pour lui, l'humeur change. Il éprouve une profonde dépression et des accès d'agressivité, il est déprimé, il est tourmenté d'insomnie et de cauchemars. Les troubles somatiques se manifestent par des douleurs cardiaques, une tachycardie, des maux de tête et des douleurs musculaires. Contrairement à une gueule de bois, tous ces symptômes ne surviennent pas après un abus, mais avec une absence prolongée d'alcool, mais sont également éliminés avec une dose d'éthanol..

La croissance de la tolérance à l'alcool se poursuit, mais pas indéfiniment - avec l'alcoolisme du 2ème degré, le moment vient où le soi-disant plateau de tolérance apparaît - elle cesse de croître et reste au même niveau constant avec les doses maximales d'alcool qui ne provoquent pas d'intoxication.

Au 2ème stade de l'alcoolisme, la maladie peut passer sous une forme chronique ou ivre. Dans une évolution chronique, le patient prend quelques doses d'alcool tous les jours (pas toujours en état d'intoxication sévère), et lorsqu'il est ivre, il boit pendant plusieurs jours (semaines voire mois) d'affilée, se saoulant jusqu'à ce qu'il soit complètement sorti..

La perte de contrôle et l'amnésie alcoolique continuent de progresser - de plus en plus souvent, une personne ne boit pas à une légère intoxication et une euphorie agréable, mais s'enivre «avant de s'évanouir» et ne peut alors se souvenir de périodes significatives de sa vie. Avec une forte consommation d'alcool, des semaines et des mois entiers peuvent perdre la mémoire - du premier verre à la dégringolade.

Un changement dans la nature de l'intoxication - euphorie inhérente à l'alcoolisme quotidien et naissant, la complaisance est remplacée par de l'agressivité ou des accès de mélancolie.

Inadaptation sociale - le patient commence à avoir des problèmes dans la famille (querelles, divorce), au travail (absentéisme suivi de réprimandes et de licenciement).

Si le traitement n'a pas été effectué au 2ème stade de l'alcoolisme, la maladie passe à la phase suivante.

Troisième étape

Le troisième stade de l'alcoolisme est le plus grave. Elle se caractérise par la décompensation de tous les processus protecteurs et adaptatifs, l'apparition de troubles mentaux et physiologiques sévères, la dégradation et l'inadaptation sociale complète de la personnalité.

Ses principaux symptômes comprennent:

Diminution de la tolérance - l'ancienne immunité aux doses élevées d'alcool au dernier stade de l'alcoolisme est remplacée par le développement rapide de l'intoxication après une quantité minimale - dès le premier verre.

De longues crises de boulimie souvent chroniques - le patient ne sort pratiquement pas de l'état d'intoxication.

Amnésie profonde pendant de très longues périodes.

Symptômes de sevrage sévères avec apparition du délire (delirium tremens) dans le contexte d'un arrêt soudain de la consommation d'alcool.

Dégradation personnelle et inadaptation sociale - perte d'objectifs dans la vie, indifférence à la moralité et aux valeurs. L'alcoolique ne s'intéresse qu'à la dose d'alcool. Tout le reste - membres de la famille, travail, logement, lois - cesse absolument de l'inquiéter. Pour obtenir des fonds pour l'achat d'alcool, il est capable de commettre un crime. Boissons souvent seul ou avec une entreprise à proximité.

Symptômes de dommages causés par l'éthanol aux organes internes - l'apparition de problèmes avec le cœur, le foie, les reins, le système nerveux, etc..

Bien que le 3ème stade de l'alcoolisme soit le plus sévère, il peut et doit être traité. Si l'abus d'alcool n'est pas arrêté, le patient peut mourir d'une intoxication alcoolique, d'un accident sur fond d'intoxication ou en raison de la décompensation du travail d'organes appauvris par l'éthanol.

L'identification des stades de l'alcoolisme et de leurs signes relève du pouvoir des proches du patient, cependant, les médecins doivent clarifier le degré de la maladie. Mais quel que soit le stade de l'alcoolisme diagnostiqué, vous devez commencer le traitement le plus tôt possible afin de récupérer le plus rapidement possible et d'éviter l'apparition de complications irréversibles des organes internes..

Les méthodes de traitement efficace à tout stade de l'alcoolisme comprennent des méthodes de psychothérapie. C'est l'orientation psychologique du patient vers un mode de vie sain, la possibilité d'une existence à part entière sans alcool qui est la condition initiale et la plus importante pour se débarrasser de la dépendance. Si l'alcoolique ne repense pas les valeurs de la vie et ne veut pas surmonter lui-même la dépendance, toutes les autres méthodes de traitement seront inefficaces.

L'article a été écrit sous la supervision du Dr A. Gontova.