Genèse alcoolique qu'est-ce que c'est

Le terme médical «genèse» est interprété comme l'origine ou l'occurrence de quelque chose.

Habituellement, ce mot est utilisé en tandem avec un autre, qui est la cause de toute maladie..

Autrement dit, si nous disons «genèse alcoolique», alors par cette phrase nous entendons la totalité des diverses maladies du corps et de ses systèmes individuels, dont la cause est la consommation constante et, comme c'est souvent le cas, excessive d'alcool..

Alcoolisme et maladies du système cardiovasculaire

La consommation d'alcool affecte très gravement le cœur et les vaisseaux sanguins. Avec une consommation d'alcool incontrôlée, une personne devient porteuse de nombreuses maladies cardiaques spécifiques caractéristiques des alcooliques. Un exemple illustratif dans ce cas est la cardiomyopathie, c'est-à-dire des lésions des tissus du muscle cardiaque (myocarde) en l'absence de lésions vasculaires. Les hommes reçoivent un diagnostic de ce diagnostic beaucoup plus souvent que les femmes. La maladie commence à se rappeler après environ 10 ans d'utilisation systématique de boissons fortes. Le premier et principal symptôme par lequel la cardiomyopathie peut être reconnue est l'essoufflement. Avec un stress accru, une personne commence à se plaindre d'une toux et, avec le développement de la maladie, elle ressent des douleurs thoraciques et une faiblesse physique générale. Si la cardiomyopathie n'est pas diagnostiquée à temps, elle peut provoquer des maladies cardiaques plus graves, telles qu'une ischémie. L'approvisionnement en sang dans le corps est perturbé et une personne ressent des douleurs non seulement dans la poitrine, mais également dans d'autres parties du corps.

De plus, lorsque vous buvez la prochaine dose d'alcool chez une personne, la pression artérielle augmente. Dans le même temps, le patient peut ne ressentir aucune douleur, mais la charge sur les parois des vaisseaux augmente considérablement, ce qui entraîne leur usure prématurée. Le risque d'avoir une crise cardiaque chez les alcooliques est beaucoup plus élevé que chez les non-buveurs, et si une personne souffre initialement d'hypertension artérielle, la situation peut devenir critique..

Il se peut que dans la vie ordinaire, les symptômes de maladie cardiaque chez une personne n'apparaissent en aucun cas, et ce n'est qu'après avoir bu de l'alcool qu'ils se précipitent pour se déclarer divers écarts. Les arythmies cardiaques dans de tels cas comprennent:

  • Fibrillation auriculaire;
  • Tachycardie auriculaire;
  • Flutter auriculaire;
  • Extrasystoles ventriculaires ou auriculaires;
  • Tachycardie ventriculaire et quelques autres.

Ces arythmies signalent souvent le premier stade de la cardiomyopathie. Certains troubles provoquent parfois une mort subite. Boire de l'alcool fait perdre au cœur son rythme normal et peut rendre une personne handicapée, voire mortelle. Effectuer divers travaux physiques ou mentaux pour les personnes atteintes de maladies de genèse alcoolique est beaucoup plus difficile que pour les personnes en bonne santé.

L'alcool et son effet sur le foie

Puisque le foie est le filtre du corps et que l'alcool est sa toxine, leur hostilité mutuelle est inévitable. L'alcool affecte le foie presque plus que le système cardiovasculaire. Selon les caractéristiques de chaque personne, le degré d'influence de l'alcool sur son corps est différent, cependant, le fait même d'un effet négatif sur le foie ne fait aucun doute.

Si nous prenons la probabilité d'une maladie du foie chez une personne en bonne santé comme une unité, alors pour la doubler, un alcoolique doit boire 2,5 unités d'alcool par jour. D'autres scientifiques pensent que pour atteindre ce chiffre, une personne doit boire 3,8 unités d'alcool par jour. Quoi qu'il en soit, la probabilité d'une maladie du foie augmente proportionnellement à la quantité d'alcool consommée. En plus de la quantité d'alcool dans le corps humain, la probabilité d'avoir un foie malade dépend de:

  • Sexe humain (les femmes sont plus susceptibles de tomber malades);
  • Poids corporel (plus le poids est élevé, plus le risque de tomber malade est élevé);
  • Fréquence de consommation d'alcool;
  • Autres conditions médicales non alcoolisées pouvant entraîner des complications dans les lésions hépatiques (telles que le diabète sucré).

La science médicale identifie trois principaux types de maladies du foie liées à l'alcool:

  • Hépatite toxique aiguë;
  • Cirrhose du foie;
  • Hépatose du foie gras.

La première maladie se développe après avoir bu beaucoup d'alcool pendant une longue période (de plusieurs mois à plusieurs années). L'hépatite alcoolique se caractérise par une détérioration du bien-être du patient, lorsqu'il perd l'appétit, ressent de l'apathie et sa température corporelle augmente périodiquement. En règle générale, avec un diagnostic et un traitement corrects, un résultat positif est observé dans trois cas sur quatre. Si une personne n'abandonne pas l'alcool, il y a une forte probabilité que l'hépatite se transforme en complications plus dangereuses..

L'hépatose graisseuse, c'est-à-dire le remplacement de cellules hépatiques saines par du tissu adipeux, est également causée par une consommation excessive d'alcool pendant une longue période. Jusqu'à un certain moment, les cellules hépatiques survivantes s'acquittent de leurs tâches, de sorte qu'une personne ne ressent aucun symptôme de la maladie. Mais si, à un moment donné, le patient «surestime l'excès», les conséquences peuvent être très graves, pouvant aller jusqu'à la mort. L'hépatose graisseuse peut être reconnue par la livraison rapide de tests, car elle affecte les processus biochimiques se produisant dans le corps. Il n'y a pas de médicaments spécifiques pour son traitement, donc le meilleur moyen de se débarrasser de l'hépatose serait un rejet complet de l'alcool et un régime strict. Le corps se sentira soulagé et commencera le processus de récupération lui-même.

Enfin, la maladie hépatique alcoolique la plus dangereuse (et en même temps la plus courante) est la cirrhose. Comme beaucoup d'autres maladies du foie, la cirrhose est à peine perceptible aux premiers stades. Ses premiers symptômes - fatigue accrue, douleurs abdominales et perte de poids - peuvent être facilement confondus avec les signes d'autres maladies. À l'avenir, l'état d'un patient atteint de cirrhose continue de se détériorer, son poids continue de baisser et les maux de tête et les accès de nausée se reproduisent avec une régularité enviable. Le processus d'infection des cellules saines est accéléré car le tissu conjonctif «inutile» se multiplie de plus en plus vite, déplaçant le tissu «utile». Un traitement correctement diagnostiqué et compétent peut éliminer de nombreux symptômes, cependant, il n'y a pas encore de moyen de guérison complète en science médicale..

Dans les derniers stades de la cirrhose, elle se traduit par diverses complications, qui entraînent généralement la mort du patient:

  • L'encéphalopathie est une maladie qui affecte les tissus du cerveau. Il se développe en raison du fait que le foie ne remplit pas pleinement ses fonctions et que les toxines pénètrent dans le sang;
  • Augmentation de la pression artérielle hépatique, souvent accompagnée d'hémorragies internes;
  • Maladies oncologiques résultant d'une intoxication corporelle.

L'effet de l'alcool sur le pancréas

La recherche confirme que l'effet de l'alcool sur les cellules pancréatiques est encore plus dommageable qu'il ne l'est sur les cellules hépatiques. Par conséquent, l'utilisation constante d'alcool peut entraîner diverses maladies dangereuses du pancréas - en particulier, la pancréatite..

Dans la pancréatite, les enzymes sécrétées par le pancréas n'entrent pas dans le duodénum en raison de spasmes, mais restent dans le pancréas lui-même. En conséquence, la glande semble commencer à se «digérer», ce qui entraîne principalement des dommages à l'organe lui-même et peut également affecter les reins, le foie, le cœur, les poumons et même le cerveau..

Une enzyme du pancréas est produite même lorsqu'une petite quantité d'alcool est ingérée. Si l'alcool pénètre dans le corps trop souvent et en grande quantité, trop de jus s'accumule dans le pancréas, qui n'a pas le temps de le quitter et commence à affecter les parois de la glande elle-même, tout en libérant une grande quantité de toxines.

Si le corps a néanmoins fait face au premier assaut de l'alcool, il est immédiatement contraint de se battre avec les produits de sa décomposition. Le foie transforme l'alcool éthylique en acétaldéhyde, ce qui affecte négativement les tissus du pancréas. Avec une exposition systématique à l'alcool, le tissu vasculaire de la glande est remplacé par un tissu conjonctif incapable de transporter le sang et les nutriments. En conséquence, le corps reçoit moins d'oxygène et d'autres éléments importants. D'autres dommages au pancréas peuvent conduire au diabète.

Si le problème est ignoré, la pancréatite «simple» peut évoluer en pancréatite chronique, qui se développe particulièrement fortement sur la base de l'alcoolisme. Cette maladie présente les caractéristiques distinctives suivantes:

  • Sensations douloureuses qui se déplacent du pancréas vers tout le côté gauche de la cavité abdominale, puis vers le dos;
  • Diarrhée avec de très grandes quantités de selles et une forte odeur;
  • Syndrome dyspeptique caractérisé par des nausées, des ballonnements, le rejet des aliments gras et d'autres signes associés au travail du tractus gastro-intestinal.

En outre, les maladies pancréatiques peuvent être signalées par une perte de poids, une déshydratation et une peau sèche..

Genèse alcoolique des maladies de l'estomac

Puisque l'alcool pénètre d'abord dans l'estomac après avoir bu, il commence son effet négatif sur le corps avec lui. Les parois de l'estomac produisent une substance spéciale appelée mucine, qui protège l'estomac des toxines et autres substances nocives qui pénètrent dans le corps avec la nourriture. L'alcool éthylique bloque la production de mucine, ce qui rend l'estomac et tout le corps presque sans défense face aux menaces extérieures. De tels dommages à l'estomac sont particulièrement dangereux à un jeune âge, car son vieillissement prématuré est ensuite transmis à d'autres organes et systèmes du corps..

La carence en mucine causée par une consommation fréquente d'alcool est caractérisée par:

  • Fatigue et somnolence constantes;
  • Violations de l'appareil vestibulaire;
  • Crises de vomissements pendant et après les repas;
  • Dommages à l'appareil vocal - le patient commence à parler lentement et indistinctement.

En l'absence de mucine, le corps n'est pas capable de traiter les aliments gras et se prive ainsi de nombreuses vitamines et éléments utiles. Au fil du temps, cela peut entraîner une gastrite, des ulcères ou même un cancer de l'estomac..

Le degré de dommage à l'estomac dépend de la force de l'alcool - plus il est fort, plus l'effet sur l'estomac est fort. En plus du manque de mucine, lors de la consommation d'alcool, la production de suc gastrique diminue, ce qui fait qu'une partie de la nourriture reste non digérée et pénètre dans les intestins sous cette forme. Cela, à son tour, est également obligé de reconstruire sa structure, ce qui réduit finalement la capacité du corps à absorber complètement les aliments..

Maladies du cerveau et du système nerveux liées à l'alcool

Comme vous le savez, les gens boivent de l'alcool pour se détendre, pour ressentir un certain sentiment de joie et d'euphorie. Et c'est un effet direct sur le système nerveux. Lorsque l'alcool est abusé, les éléments suivants sont touchés:

  • La partie occipitale du cerveau, responsable de l'appareil vestibulaire. La coordination est perturbée, des vertiges apparaissent, la personne ne peut pas se tenir debout;
  • Le "centre moral" responsable du comportement humain et de la honte. Sous l'influence de l'alcool, ses cellules meurent et la personne se sent libérée de tout;
  • Cellules de mémoire, ce qui rend difficile pour de nombreuses personnes de se souvenir des détails de la fête d'hier.

En buvant des doses particulièrement importantes d'alcool, des troubles temporaires de la psyché humaine sont possibles - par exemple, il peut devenir excessivement agressif. Avec l'utilisation constante d'alcool dans le cerveau, des processus de dégradation encore plus profonds se produisent, ce qui peut entraîner une diminution de l'intelligence et une dégradation. Le traitement dans ce cas peut en être un - un rejet complet de l'alcool..

De plus, avec une consommation excessive d'alcool, diverses formes de dépression et de troubles mentaux se développent, des pertes de mémoire se produisent et une tendance au suicide apparaît (les suicides de buveurs se produisent 50 fois plus souvent que les non-buveurs et les personnes en bonne santé). Le manque de vitamines et de nutriments essentiels entraîne des modifications du tissu musculaire, à la suite desquelles la démarche et les mouvements de l'alcoolique acquièrent une "écriture" reconnaissable.

Autres maladies liées à l'alcool

En plus des organes et des systèmes corporels énumérés, l'alcool affecte d'autres parties de celui-ci. Les alcooliques souffrent de maladies de la peau, du système respiratoire, beaucoup d'entre eux souffrent d'impuissance et d'infertilité. Un problème sérieux est l'utilisation d'alcool de mauvaise qualité - divers substituts, purificateurs et autres liquides contenant de l'éthanol. Les substances dangereuses qu'ils contiennent peuvent provoquer des lésions rénales ou hépatiques instantanées. Non moins dangereux est l'alcool méthylique (méthanol), qui a un goût et une odeur indiscernables de l'éthanol, mais provoque la cécité à petites doses, la paralysie et la mort à fortes doses..

La meilleure façon d'éviter les maladies de la genèse alcoolique est d'abandonner complètement l'alcool. Mais si cela n'est pas possible, vérifiez soigneusement la qualité des boissons alcoolisées et la quantité bu, et dès les premiers signes de maladie, consultez immédiatement un médecin.

Méthodes de traitement de l'encéphalopathie alcoolique

Une consommation excessive d'alcool inflige un coup sérieux au corps et provoque le développement de maladies. Presque tous les organes, y compris le cerveau, ont un impact négatif. Les dommages systématiques au système nerveux central par les boissons alcoolisées peuvent entraîner une maladie aussi grave que l'encéphalopathie alcoolique.

Qu'est-ce que l'encéphalopathie alcoolique

L'encéphalopathie alcoolique est une lésion cérébrale due à une exposition prolongée à l'éthanol sur ses cellules. Il y a aussi un nom - l'encéphalopathie toxique. Conformément à la CIM 10 (Classification internationale des maladies), il appartient aux maladies du système nerveux et porte le code G93.4 "Encéphalopathie, sans précision". La maladie précoce a été codée avec le code G31.2 «Dégénérescence du système nerveux causée par l'alcool», plus tard ce code a été exclu de la CIM 10. Conformément à la CIM 9, le diagnostic appartient à la maladie mentale et porte le code 291.1.

L'encéphalopathie toxique dans l'alcoolisme se manifeste généralement au troisième stade et se traduit par une psychose alcoolique sévère. La durée de la consommation continue varie de 6 à 20 ans. Les femmes et les personnes qui consomment des boissons alcoolisées de mauvaise qualité sont soumises à des lésions cérébrales plus rapides. Pour ces catégories, la durée peut être réduite à 10 ans ou moins. La maladie peut survenir sous des formes aiguës et chroniques. La pathologie comprend la manifestation simultanée de troubles du système nerveux central, du cerveau, du tube digestif, de l'activité végétative vasculaire et cardiaque.

Symptômes de la maladie

Bien que l'encéphalopathie alcoolique conforme à la CIM 10 se réfère à des maladies neurologiques, ses symptômes sont également exprimés dans des troubles somatiques et mentaux. Les symptômes peuvent être moins ou plus graves selon le degré de lésion cérébrale. Les signes courants comprennent: troubles du sommeil, confusion, manque de coordination, faiblesse, fatigue accrue, troubles de la mémoire.

Les symptômes suivants sont caractéristiques de l'encéphalopathie alcoolique:

  • Gonflement du haut du corps.
  • Troubles du rythme cardiaque, fréquence cardiaque supérieure à 100 battements par minute.
  • Saisies.
  • Augmentation de la température corporelle à 40 degrés ou plus.
  • Circulation sanguine altérée dans le cerveau.
  • Strabisme.
  • Hémorragie rétinienne.
  • Délire alcoolique (delirium tremens).

Si vous ne commencez pas le traitement aux premiers stades de la manifestation, la progression rapide de la maladie conduira au syndrome de Gaie-Wernicke, puis à la psychose de Korsakov. Le syndrome de Gaje-Wernicke est une lésion cérébrale aiguë due à une carence en vitamine B1. La psychose de Korsakov est une lésion organique du cerveau. C'est une complication de l'encéphalopathie de Gaie-Wernicke. La guérison des conditions compliquées est peu probable.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'encéphalopathie alcoolique est un long processus. Cela commence par la désintoxication du corps, pour éliminer les substances du corps qui ont un effet toxique. Ensuite, le traitement est basé sur l'utilisation de médicaments nootropes pour stimuler l'activité cérébrale, des doses élevées de vitamines B, des médicaments pour stabiliser l'intracrânien, la pression artérielle, normaliser la glycémie.

Le traitement médicamenteux n'aura pas d'effet positif si l'alcool n'est pas exclu. L'éthanol contenu dans les boissons alcoolisées aggrave considérablement l'évolution de la maladie et contribue à sa progression ultérieure. Si le patient ne peut pas arrêter de boire de lui-même, il serait alors conseillé de demander l'aide d'un psychothérapeute..

Le spécialiste peut prescrire des séances de psychothérapie individuelles ou en groupe. Avec l'aide d'un traitement psychothérapeutique, il sera plus facile pour le patient de se rendre compte de la gravité du problème et de la nécessité de s'en débarrasser..

Le traitement est le plus souvent effectué dans un établissement médical hospitalier, en particulier si des troubles mentaux sévères sont constatés. Après stabilisation de la condition, ils passent au traitement ambulatoire. L'encéphalopathie alcoolique toxique ne peut pas être complètement guérie. La thérapie soulage l'état du patient et ne permet pas de développement ultérieur. Les symptômes deviennent moins sévères. L'efficacité du traitement dépendra de la gravité de la maladie. Plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic..

Prévention des maladies

Afin de ne pas amener l'évolution de la maladie à un état de gravité critique et la nécessité d'une hospitalisation dans un hôpital dans un établissement médical, il est nécessaire de prendre des mesures préventives qui peuvent éliminer l'apparition de conséquences indésirables.

Pour la prévention, il faut:

  • Arrêtez complètement de boire de l'alcool.
  • Menez une vie saine. Faites de l'exercice et mangez des aliments enrichis en vitamines.
  • Effectuez périodiquement une fortification du corps à l'aide de complexes spéciaux.
  • Effectuer un examen rapide du corps.
  • Surveiller la glycémie et la pression artérielle.
  • Trouvez un passe-temps pour vous-même. S'engager dans des activités qui évoquent des émotions positives et distraient le désir de boire de l'alcool.
  • Discutez avec des gens positifs, assistez à des événements sociaux.
  • Passez plus de temps à l'extérieur. Les marches lentes et calmes sont encouragées.
  • Ajustez la routine quotidienne. Les périodes de sommeil et d'éveil devraient commencer à la même heure chaque jour..

Les mesures de prévention sont simples et réalisables. La difficulté ne peut survenir qu'avec le rejet des boissons alcoolisées. Dans ce cas, vous pouvez demander l'aide d'un psychothérapeute et d'un psychologue. La psychothérapie vous aidera à comprendre qu'éviter l'alcool peut améliorer considérablement le bien-être physique et émotionnel. Il est beaucoup plus facile de prévenir le développement d'une maladie que de guérir.

Conséquences et prévisions

Plus vous commencez le traitement tôt, plus vous avez de chances d'obtenir une amélioration significative de votre état. En l'absence de traitement médicamenteux, les conséquences peuvent être assez graves et entraîner une grave détérioration de la qualité de vie..

Parmi eux se trouvent:

  • Développement de maladies cardiovasculaires.
  • Troubles du tractus gastro-intestinal.
  • Maladies des organes de la vision.
  • Coordination altérée.
  • Développement de l'épilepsie alcoolique.
  • Perte de mémoire.
  • Tumeurs du cerveau.
  • Schizophrénie (troubles de la pensée et réactions émotionnelles).
  • Démence (diminution de l'activité de réflexion).
  • Énurésie (incontinence urinaire).
  • Paralysie des membres.
  • La défaite de l'hypothalamus (diencéphale).
  • Coma, mortel par la suite.

Un changement irréversible du comportement humain peut être noté. L'intellect diminue, le cercle des intérêts se rétrécit, il y a un besoin constant de boire dur, d'agressivité, d'irritabilité, d'apathie. Une personne perd le désir de faire quoi que ce soit et de travailler. L'état dépressif se manifeste constamment, un léger soulagement ne se produit qu'en cas d'intoxication alcoolique.

Le pronostic de la maladie dépend de la gravité de l'évolution de la maladie, du degré des lésions cérébrales, de la rapidité du début du traitement, de la qualité et de la durée de la consommation d'alcool. Il est inutile de s'attendre à une amélioration sans rejet complet de l'alcool. Si aucun traitement n'est reçu, la maladie entraînera un coma hémorragique et la mort, soit 10 à 20% des cas..

L'encéphalopathie alcoolique est une maladie cérébrale grave due à l'utilisation systématique de boissons alcoolisées. Les symptômes de la maladie sont variés et sévères dans leurs manifestations. L'absence de traitement opportun et adéquat peut entraîner des conséquences graves, pouvant aller jusqu'à la mort. Par conséquent, la maladie doit être traitée le plus tôt possible. Il est beaucoup plus facile de faire face à la maladie au stade initial que sous une forme prolongée. Et bien sûr, il est nécessaire d'éliminer complètement l'alcool de la vie..

Psychose alcoolique

La psychose alcoolique est un type de trouble mental qui apparaît dans les deuxième et troisième stades de l'alcoolisme et a un pronostic dangereux et une évolution sévère. Cette condition est une complication grave de l'ivresse prolongée. Au premier stade de l'alcoolisme, les psychoses ne se développent jamais..

Les psychoses métal-alcool peuvent se développer dans le contexte de facteurs prédisposants qui contribuent à la formation de certaines réactions du système nerveux faible d'une personne. Ceux-ci inclus:

Lire aussi

Lire aussi

  • maladies infectieuses graves;
  • processus inflammatoires dans le corps;
  • un traumatisme crânien;
  • surmenage nerveux, stress.

Il existe également plusieurs formes de ce trouble:

  1. tranchant;
  2. subaiguë;
  3. chronique.

La psychose alcoolique aiguë peut durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. La forme subaiguë se manifeste sous forme d'exacerbations sur plusieurs mois. La psychose chronique se produit dans le contexte de la forme aiguë transférée.

Psychoses alcooliques: types et symptômes

Il existe toute une classification des variétés de cette pathologie, chacune ayant son propre tableau clinique, sa genèse et son cours.

La psychose métal-alcool passe toujours sous une forme aiguë. La psychose elle-même se caractérise par une perception déformée par le patient de la réalité environnante, de sa personnalité, ainsi que par un certain nombre de symptômes physiologiques graves et potentiellement mortels. Un alcoolique avec plus de 5 ans d'expérience est presque toujours garanti l'apparition de la maladie. Avec une psychose répétée, son évolution sera plus sévère..

Délire alcoolique

Cette condition occupe la première place parmi toutes les autres formes de psychose. Il est également appelé «delirium tremens». Se développe dans le contexte des symptômes de sevrage, avec un arrêt brutal forcé de la consommation d'alcool. L'apparition du délire est caractérisée par des troubles du sommeil. De nouvelles insomnies se développent, auxquelles les hallucinations visuelles et auditives, ainsi que la perte d'orientation dans l'espace, se rejoignent progressivement. Dans ce cas, ce sont les hallucinations visuelles qui prédominent. Ces visions se caractérisent par une certaine multiplicité d'images. Avec le delirium tremens, l'humeur d'un alcoolique change de façon très spectaculaire et varie d'états de panique et d'apathie profonde au désespoir et à l'agressivité complets..

La genèse du délire sera nécessairement accompagnée de symptômes physiologiques tels que:

  • des frissons;
  • tremblement des bras et des jambes;
  • pâleur de la peau;
  • augmentation de la transpiration;
  • changement de couleur des globes oculaires (ils deviennent jaunes);
  • déshydratation.

Hallucinose alcoolique

Prend la deuxième place après le delirium tremens. L'hallucinose est le plus souvent diagnostiquée chez les femmes. Contrairement au délire, la conscience n'est pas perturbée, l'orientation dans le temps et dans l'espace reste intacte. Dans ce cas, les hallucinations auditives prédominent. Après la fin de la psychose, l'alcoolique garde des souvenirs distincts de ce qu'il a ressenti et fait. Les symptômes de cette forme de trouble:

  • hallucinations auditives sous la forme de voix et de sons différents;
  • hallucinations visuelles et tactiles (rares);
  • paranoïa (il semble à un alcoolique qu'il est surveillé, ils veulent nuire);
  • état dépressif;
  • agression envers les autres;
  • tente de se défendre, de se cacher.

Paranoïaque alcoolique

Ce trouble se produit comme une illusion primaire qui n'est pas associée à des hallucinations. Cela peut être aigu et chronique. Elle s'accompagne d'une perception inadéquate de la réalité environnante. Les idées délirantes apparaissent souvent basées sur la jalousie et la peur. Le patient contrôle mal ses émotions, devient agressif, irritable ou au contraire inhibé. Symptômes de cette condition:

  • les pics de tension artérielle;
  • chaleur;
  • trouble du sommeil;
  • sommeil agité, avec une prédominance de visions cauchemardesques;
  • vertiges.

Psychose délirante

Cela se produit dans le contexte d'une intoxication grave du corps. La genèse de cette condition dépend directement de la situation difficile pour le corps. Par exemple, le trouble peut être précédé d'une blessure, d'un surmenage sévère ou lorsqu'un alcoolique se retrouve dans un environnement inconnu. Le principal symptôme de cette forme de psychose est le délire paranoïaque. Dans le même temps, la perception normale de la réalité est perdue. Il semble à une personne que son entourage est extrêmement négatif contre lui et sa famille, veut le tuer ou lui faire du mal. Dans cet état, le patient devient dangereux, il attaque des méchants imaginaires, tente de se défendre. Il pense qu'ils veulent l'empoisonner, alors il refuse les médicaments et la nourriture. Très souvent, ces personnes se suicident. De plus, la paranoïa alcoolique s'accompagne d'un délire de jalousie, surtout si l'on considère que les personnes atteintes des deuxième et troisième stades d'alcoolisme souffrent de dysfonctionnement sexuel.

Pseudoparalyse alcoolique

Il se développe chez les personnes qui consomment depuis longtemps des boissons alcoolisées et des substituts de mauvaise qualité. Cela se produit dans le contexte d'une mauvaise nutrition, d'une carence dans le corps en vitamines, en oligo-éléments essentiels et en un métabolisme altéré. La pseudoparalyse alcoolique est caractérisée par une dégradation mentale complète. Dans ce cas, le patient est dans un état d'excitation, d'euphorie. Il est incapable de donner une évaluation correcte de ses actions et de ses actes et devient même sujet à la mégalomanie. Peu à peu, l'activité mentale commence à décliner, les idées délirantes sont moins prononcées, l'apathie apparaît.
La pseudoparalyse alcoolique présente les symptômes suivants:

  • manque de réaction des élèves à la lumière;
  • douleur dans les jambes et les bras;
  • tremblement de la main;
  • troubles de la parole (il devient flou).

Encéphalopathie alcoolique

Il s'agit d'une maladie cérébrale acquise qui est assez courante chez les alcooliques ivres. La genèse de cette forme est associée à un déséquilibre dans le corps de la pyridoxine et de l'acide nicotinique, des troubles métaboliques, un manque de vitamines et de thymine. Tout cela inhibe l'activité du cerveau et affecte négativement le fonctionnement du foie..

Les symptômes de l'encéphalopathie seront les suivants:

  • déficience de mémoire;
  • opacification de la conscience;
  • état dépressif;
  • maux de tête;
  • insomnie;
  • distraction;
  • indifférence à ce qui se passe;
  • oppression.

Polyencéphalite hémorragique

Cette forme est également appelée maladie de Wernicke. C'est un complexe de troubles neurologiques, mentaux et somatiques sur fond de nombreuses années d'alcoolisme. La condition est très dangereuse, souvent accompagnée de stupeur, de coma et peut être fatale. Les symptômes dans ce cas seront les suivants:

  • une forte baisse de la pression artérielle;
  • tremblement des membres;
  • la diarrhée;
  • trouble de la parole;
  • perte partielle du réflexe respiratoire et de déglutition;
  • spasmes musculaires;
  • hypertrophie pathologique du foie.

Dépression alcoolique

La dépression alcoolique n'est pas une maladie distincte. Sa durée peut atteindre plusieurs jours, plusieurs semaines, voire plus. L'humeur d'une personne va du profond remords à l'accusation d'autrui d'une mauvaise attitude à son égard. Le patient se sent inutile, seul, abandonné, devient larmoyant et sensible. Il est triste, tout autour est agaçant, des crises d'angoisse peuvent survenir. Le fond émotionnel est peint dans des couleurs sombres. Cette condition est très dangereuse, une personne commence à avoir des pensées suicidaires, qu'elle porte et essaie finalement de traduire dans la réalité.

Dipsomanie

Cet état, qui est un désir de boire prolongé, fait une frénésie. Cette forme de psychose est observée chez les personnes atteintes de maladies du système endocrinien, d'épilepsie et de dépression maniaque. La consommation excessive d'alcool peut commencer à la suite d'une abstinence prolongée de boire de l'alcool, et se poursuivre pendant plusieurs semaines, puis s'arrête brusquement.

Très souvent, après une frénésie, une personne développe une aversion persistante pour l'alcool..
Les crises de dipomanie surviennent en relation avec un trouble du sommeil ou d'autres conditions pathologiques conduisant à un épuisement nerveux et physique du corps.

Psychose antabuse

Cette condition est une complication grave après un traitement avec des médicaments tels que Atabus et Disulfiram. Une prise incontrôlée de médicaments ou une sensibilité accrue du corps humain au principal ingrédient actif - Le téturame en association avec des troubles du système nerveux central, une intoxication chronique à l'alcool ou un traumatisme crânien provoquent la genèse de la psychose.
Symptômes du stade initial:

  • insomnie;
  • état dépressif;
  • maux de tête;
  • vertiges;
  • malaise général.

D'autres hallucinations visuelles, auditives et paranoïa apparaissent..
Cette forme de psychose confirme une fois de plus le danger d'un traitement à domicile, lorsque les proches du patient ne recourent pas à l'aide d'un professionnel, ce qui est extrêmement nécessaire pour tout type de psychoses alcooliques..

Diagnostique

Pour poser un diagnostic précis, tout d'abord, le patient est examiné et une anamnèse est prise (parler avec des proches, étudier les antécédents médicaux). Le diagnostic, d'une manière ou d'une autre, devrait être basé sur un deuxième ou troisième stade bien établi de l'alcoolisme. La genèse de la psychose alcoolique est directement liée aux symptômes de sevrage, sa présence dans ce cas jouera un rôle décisif. S'il est absent, le diagnostic sera incorrect..

Traitement

Le traitement de la psychose alcoolique doit être effectué strictement en milieu hospitalier, tout en tenant compte de toutes les caractéristiques psychologiques et physiologiques d'un patient particulier.
La thérapie complexe comprend les méthodes suivantes:

  1. Détoxification du corps (peut être à la fois médicamenteuse et non médicamenteuse).
  2. Restauration des processus métaboliques - élimination de la privation d'oxygène des tissus, normalisation de l'équilibre acido-basique, reconstitution de la carence en vitamines et minéraux.
  3. Thérapie par perfusion pour corriger les déséquilibres hydro-électrolytiques.
  4. Élimination des problèmes du cœur et des vaisseaux sanguins.
  5. Thérapie de déshydratation - réalisée pour prévenir ou soulager l'œdème pulmonaire.
  6. Ventilation artificielle des poumons - nécessaire en cas de dysfonctionnement respiratoire.
  7. Élimination des pathologies rénales et hépatiques.
  8. Soulagement de l'agitation psychomotrice, normalisation du sommeil.
  9. Identification et traitement des comorbidités.

Pour le traitement, des médicaments des groupes suivants sont utilisés:

  • les antipsychotiques;
  • nootropiques;
  • complexes de vitamines;
  • tranquillisants;
  • antidépresseurs.

En cas de délire alcoolique et d'encéphalopathie aiguë, l'utilisation d'antipsychotiques est interdite.!

La partie principale du traitement dure de plusieurs mois à six mois, tout dépendra des caractéristiques individuelles de l'organisme et de nombreux autres facteurs. Le rétablissement complet de la psychose implique une purification complète du sang, arrêtant les processus dégénératifs dans les organes internes et les systèmes vitaux du corps, arrêtant le développement ultérieur de la dépendance.

Conséquences et prévisions

Il est très difficile de faire un pronostic pour cette maladie. La survenue de psychoses alcooliques isolées dépend directement de l'intoxication chronique à l'alcool, c'est-à-dire de la durée des périodes de forte consommation d'alcool. Les psychoses isolées sont caractéristiques du deuxième stade de l'alcoolisme. La psychose, qui a une évolution défavorable prolongée, se développe dans la troisième étape avec l'utilisation constante de boissons alcoolisées dans un contexte de dégradation personnelle.

La récidive de la maladie peut survenir un ou deux ans après la toute première crise. Ce mécanisme est associé à la progression de la maladie elle-même et à l'augmentation de la dépendance à l'alcool. Le plus grand intervalle se produit entre la première et la deuxième psychose. À l'avenir, lorsque les attaques deviennent multiples, les intervalles entre elles sont raccourcis.

Les conséquences de ce trouble peuvent être très graves, allant d'une détérioration des capacités mentales à un effondrement complet de la personnalité. Malheureusement, presque toutes les personnes qui ont vécu une psychose alcoolique deviennent distraites, oublieuses et, en général, leur intellect diminue. La perturbation du travail des organes internes, qui ne peut pas être rétablie, n’a pas de conséquences moins dangereuses..

À ce jour, il n'y a pas de prévention claire de cette pathologie, cependant, le patient doit prendre des mesures visant un mode de vie sain et abandonner complètement la dépendance.

En outre, la guérison de la psychose dépend de l'âge du patient. Plus la personne est jeune, plus la phase de rééducation est rapide et facile..

Afin d'éviter les complications et de sauver la vie du patient, vous ne devez en aucun cas ignorer les symptômes de la psychose et essayer de la traiter vous-même à la maison. Les mauvaises actions non seulement ne donneront pas de résultats positifs, mais peuvent également aggraver considérablement la situation. S'il y a des signes de pathologie, la personne doit être hospitalisée d'urgence.

Il est impossible de guérir l'alcoolisme.

  • J'ai essayé de nombreuses façons, mais rien n'y fait?
  • Un autre codage s'est avéré inefficace?
  • L'alcoolisme détruit votre famille?

Ne désespérez pas, un remède efficace contre l'alcoolisme a été trouvé. Un effet cliniquement prouvé, nos lecteurs l'ont essayé eux-mêmes. En savoir plus >>

Quelle est la genèse alcoolique?

Genèse alcoolique - qu'est-ce que c'est? Toute maladie a son origine, le groupe de pathologies de la genèse alcoolique est assez nombreux et contient de nombreux dysfonctionnements d'organes potentiellement mortels.

Le concept de genèse alcoolique

Dans l'histoire des maladies, vous pouvez souvent trouver le mot «genèse», qui signifie la nature, l'origine de quelque chose. Chaque maladie a sa propre origine et est associée à une cause spécifique. Et une raison peut donner lieu à un certain nombre de maladies.

En parlant de genèse alcoolique, cela inclut un groupe de pathologies causées par la consommation d'alcool.

Cela comprend les maladies suivantes:

  • Alcoolisme;
  • Diverses formes de psychose et troubles du fonctionnement du cerveau;
  • Maladies du tube digestif;
  • Pathologie du système cardiovasculaire;
  • Lésions d'autres organes et systèmes;

L'alcoolisme est causé par une utilisation fréquente à des doses qui causent des dommages toxiques aux organes et aux structures du corps. Lorsque les boissons alcoolisées fortes se décomposent, l'acétaldéhyde toxique se forme, ce qui affecte le cerveau, provoquant des envies d'alcool. Une personne commence à éprouver du plaisir uniquement en buvant de l'alcool, des vacances sont impensables sans des doses abondantes d'alcool. À la mention de l'alcool, une personne est visiblement gaie, commence à plaisanter et semble prendre vie.

Après les vacances, des signes de symptômes de sevrage apparaissent: tremblements des membres, apparition de peur, envie de supprimer les manifestations désagréables avec une nouvelle dose d'alcool. De plus, la raison de boire de l'alcool est toute situation de conflit, un désir de se détendre, une querelle avec des êtres chers. L'obligation des proches de réfléchir à leur comportement, de se regarder de l'extérieur provoque la protestation, l'indignation et la colère, le rejet de la situation.

La consommation fréquente d'alcool entraîne des problèmes de santé et des dommages aux organes internes. Leur genèse devient déjà claire à partir de l'apparence du patient. Une personne commence à boire beaucoup, c'est-à-dire à certaines périodes, qui peuvent devenir de plus en plus longues.

Formes de psychose

Voici quelques formes de psychose et de dysfonctionnements cérébraux qui surviennent avec l'alcoolisme:

  • Le refus de boire peut provoquer une psychose alcoolique ou un délire. Le moment de son apparition est fixé dans les 3 à 5 jours suivant la dernière prise de boissons enivrantes. Les manifestations peuvent être variées: il s'agit souvent de l'apparition d'anxiété, d'excitation, de troubles du sommeil, de l'apparition d'une peur sans cause. Souvent, des hallucinations sont ajoutées, ce qui terrorise une personne. Ils peuvent être visuels, auditifs, tactiles. Les sentiments d'une personne peuvent entraîner un risque de blessure pour elle-même et pour les autres, y compris le suicide.
  • Dans les cas avancés, une personne est tellement plongée dans le délire alcoolique qu'elle cesse d'entrer en contact avec les autres, se parle à elle-même, effectue des actions erratiques avec ses mains, repoussant les objets invisibles. Pendant le délire, le malade n'est pas orienté dans l'espace et le temps.
  • Contrairement au délire, l'hallucinose alcoolique peut apparaître même en buvant de l'alcool. Dans le même temps, les images sont souvent de nature auditive: une personne entend des voix, de la musique, souvent de nature menaçante. Cela provoque un sentiment de peur. Cependant, les hallucinations disparaissent après un certain temps. Une personne, même en présence d'hallucinations, sait où elle se trouve, qui est autour d'elle.
  • Dans certains cas, une personne commence à éprouver des états paranoïaques lorsqu'elle est hantée par des pensées de danger pour elle et ses proches. Un comportement paranoïaque peut prendre des heures à des mois pour se développer. L'une des manifestations de cette forme de psychose est la confiance dans la trahison d'un conjoint. Cela se manifeste par un contrôle constant sur le comportement de la seconde moitié, des tentatives de la suivre, trouvant la confirmation de ses pensées. Au fil du temps, le délire de jalousie s'éloigne de plus en plus de la réalité, accompagné de conclusions illogiques d'une personne.
  • La genèse de l'apparition de l'encéphalopathie ne fait aucun doute si elle se développe chez des personnes d'un âge relativement jeune avec une histoire sociale chargée. Les manifestations de cette maladie sont souvent différenciées comme un accident vasculaire cérébral aigu. Les manifestations de l'encéphalopathie sont les suivantes: d'abord, le patient perd le contact avec le monde extérieur, cesse de contacter les autres, puis des signes de conscience altérée apparaissent.

Les formes de ces troubles peuvent être la stupeur, la stupeur et le coma: la première est caractérisée par une réaction à des cris forts, un contact tactile ou un stimulus de la douleur. La deuxième forme est caractérisée par une réaction à la douleur. Dans le coma, les réactions ci-dessus sont absentes, un type de respiration pathologique peut apparaître (fréquence accrue ou diminuée des mouvements respiratoires), une réponse pupillaire altérée à la lumière, pas de pouls dans les artères périphériques et des troubles circulatoires. Pour déterminer la forme d'altération de la conscience, il existe une échelle spéciale, lorsque, après avoir répondu aux questions de base, il est possible de déterminer le type et le degré d'altération de la conscience par les points collectés..

Après altération de la conscience, des signes d'anomalies neurologiques sont observés: une augmentation du tonus musculaire, jusqu'au développement de convulsions, l'apparition de signes d'affaissement de la paupière, ainsi que des mouvements erratiques du globe oculaire et de la pupille dans une ou plusieurs directions. De plus, une augmentation de la fréquence cardiaque est déterminée avec l'apparition de signes de perturbation du rythme.

Ce type de perturbation de l'activité cérébrale entraîne la mort:

  • Outre diverses formes de psychoses, les produits alcoolisés affectent les centres situés dans le cerveau: l'un d'eux est responsable de la coordination des mouvements, le second du comportement humain et le troisième de la mémoire. En conséquence, une instabilité de la démarche apparaît, un chaos de mouvements des membres, une personne devient plus détendue. Le sentiment de honte disparaît et la mémoire est également altérée. Une personne peut ne pas se souvenir de ce qui s'est passé la veille, oublier certains épisodes de la vie, ne pas critiquer son comportement.
  • La genèse associée à l'alcool a une maladie telle que la polyneuropathie. L'effet de l'alcool sur le cerveau entraîne également la mort des troncs nerveux et des fibres, qui se manifeste par une violation de l'innervation des membres inférieurs. Il y a un engourdissement dans les jambes, des picotements, des douleurs, la progression de la maladie provoque la mort de certains muscles.
retour au contenu ↑

Pathologie du système digestif

Comme tout produit alimentaire, l'alcool est décomposé dans le tube digestif..

Par conséquent, il a un effet spécial sur les organes digestifs:

  • Estomac;
  • Foie;
  • Le pancréas;

Les boissons alcoolisées endommagent la muqueuse gastrique, ce qui augmente le risque d'endommagement de l'épithélium de l'organe digestif par d'autres produits alimentaires: aliments épicés, boissons gazeuses, frites, régime épicé, aliments fumés.

L'alcool bloque la production d'une substance sous forme de gel, qui se compose de glycoprotéines de poids moléculaire élevé - la mucine. Au début, la sécrétion de cette substance diminue, puis s'arrête complètement. La conséquence en est l'apparition de nausées et de vomissements, à la fois pendant et après les repas, somnolence et léthargie, ralentissement de la parole.

L'absorption des vitamines, oligo-éléments et autres substances nécessaires à l'organisme est altérée. Cela provoque non seulement leur carence dans le corps, mais provoque également l'apparition d'un ulcère gastrique, d'une gastrite et même d'un cancer..

Le foie est un organe détoxifiant, il neutralise tous les poisons de l'organisme, y compris l'alcool. Ses cellules sont capables de se régénérer, c'est-à-dire de récupérer, mais pour cela, il est nécessaire d'abandonner complètement l'alcool pendant 30 à 40 jours. Cette condition est valable avec l'utilisation périodique d'alcool, avec un empoisonnement constant, le processus est irréversible.

La consommation régulière d'alcool, en particulier d'alcool fort, a un effet néfaste sur le foie à un degré ou à un autre. On ne sait pas à quel moment ces dommages irréparables surviendront. Cela dépend du type d'alcool, de la régularité de la consommation, du poids corporel, des caractéristiques métaboliques.

La genèse de nature alcoolique est caractéristique des maladies suivantes:

  1. Cirrhose du foie;
  2. Hépatose grasse;
  3. Hépatite aiguë;

La cirrhose du foie est la maladie du foie la plus connue, caractérisée par des modifications irréversibles de cet organe, lorsqu'il ne peut pas remplir sa fonction directe. L'apparition de ce diagnostic peut être indiquée par l'apparition de jaunissement de la peau et de la sclérotique, une perte de poids, une faiblesse, un assombrissement des selles, des nausées et des vomissements, des douleurs dans l'hypochondre droit. Avec le développement de la cirrhose, au lieu du tissu hépatique, le tissu conjonctif se développe, le foie augmente en taille et les cellules normales meurent. La violation de la purification du sang due à des lésions hépatiques provoque le développement d'une encéphalopathie.

L'hépatose graisseuse est le remplacement du tissu hépatique par du tissu adipeux. Normalement, il peut se développer avec l'âge avec une mauvaise alimentation. La détérioration de la maladie peut provoquer une embolie graisseuse, c'est-à-dire un blocage du vaisseau par un morceau de tissu adipeux qui a déchiré le foie. Si la genèse de la maladie est alcoolique, l'arrêt de la consommation d'alcool résout le problème.

L'hépatite aiguë survient lors de la consommation de grandes quantités d'alcool et pendant une longue période. Les manifestations commencent par des symptômes d'intoxication, de fièvre, de jaunisse de la peau et des muqueuses. La guérison peut prendre beaucoup de temps et seulement après avoir abandonné l'alcool.

Souvent, le pancréas souffre également, donnant une clinique de pancréatite aiguë, puis d'exacerbations du processus chronique. L'action de l'alcool provoque l'activation du duodénum, ​​qui produit ses propres enzymes pour décomposer le produit. L'activité fonctionnelle du pancréas lui-même ne change pas, car les enzymes obstruent les canaux de la glande, forçant le tissu glandulaire à être digéré. Même une petite dose d'alcool provoque une douleur intense dans la région de l'estomac, à gauche et à droite de celui-ci. La genèse de la pancréatite peut également être associée à des lésions toxiques de l'organe, des médicaments à long terme, mais le plus souvent, elle est alcoolique.

Pathologie du système cardiovasculaire

Une petite quantité d'alcool aide à prévenir la formation d'athérosclérose dans les vaisseaux, avec l'alcoolisme, le cœur lui-même et les vaisseaux sanguins souffrent.

Les maladies des organes et des vaisseaux sanguins se manifestent par les troubles suivants:

  • Cardiomyopathie;
  • Troubles du rythme;
  • Lésions vasculaires;

Une telle personne a tendance à augmenter la tension artérielle, surtout si vous ne prenez pas une autre dose d'alcool. Après avoir bu de l'alcool, diverses formes de troubles du rythme cardiaque peuvent survenir: tachycardie auriculaire et ventriculaire, fibrillation auriculaire, extrasystole.

Quant au cœur, la genèse des maladies de l'alcoolisme ne fait aucun doute: la cardiomyopathie émergente n'affecte que le cœur, sans toucher les vaisseaux. L'apparence du patient lui-même peut révéler l'origine des lésions cardiaques, mais pas toujours.

Il existe d'autres maladies dont la genèse est associée à la consommation d'alcool: il s'agit d'une violation de la puissance, de l'infertilité, de diverses pathologies cutanées. Habituellement, toute maladie dont la genèse est alcoolique commence à se manifester avec une consommation régulière d'alcool pendant 10 à 15 ans. Leur meilleure prévention est le rejet de l'alcool, même si une violation se manifeste, le refus préservera la fonctionnalité de l'organe affecté.

Encéphalopathie alcoolique

Encéphalopathie alcoolique - lésions des cellules cérébrales dues à la consommation d'alcool. Il se développe généralement à la fin du stade II - début III de l'alcoolisme, bien qu'une apparition plus précoce soit possible. Cela peut être aigu ou chronique. Elle s'accompagne de troubles mentaux, somatiques et neurologiques. Caractérisé par une détérioration de l'appétit, une perte de poids, une mauvaise coordination des mouvements, une fatigue constante, de l'anxiété, une instabilité de l'humeur et des troubles de la mémoire. Des troubles délirants et hallucinatoires sont possibles. Un traitement conservateur.

  • Raisons du développement de l'encéphalopathie alcoolique
  • Encéphalopathie alcoolique aiguë
  • Encéphalopathie alcoolique chronique
  • Diagnostic et traitement de l'encéphalopathie alcoolique
  • Prix ​​des traitements

informations générales

L'encéphalopathie alcoolique est une maladie accompagnée de la destruction des cellules cérébrales sous l'influence de l'alcool. La maladie survient généralement peu de temps avant la transition ou après la transition du stade II de l'alcoolisme à III. La durée de la consommation continue d'alcool avant l'apparition des premiers symptômes varie de 7 à 20 ans, mais une apparition plus précoce de la maladie est également possible. Dans certains cas, des symptômes peuvent survenir en l'absence d'alcoolisme dans le contexte d'une consommation d'alcool périodique.

L'encéphalopathie alcoolique est une maladie grave et nécessite un traitement qualifié précoce. Le nombre de décès dans cette pathologie, selon divers experts dans le domaine de la narcologie, est de 30 à 70%. Dans d'autres cas, le résultat est généralement des troubles mentaux de gravité variable. Peut-être le développement d'un syndrome psycho-organique, d'un syndrome pseudoparalytique ou d'une démence. Le traitement de l'encéphalopathie alcoolique est à long terme, effectué dans un hôpital narcologique.

Raisons du développement de l'encéphalopathie alcoolique

La raison du développement de cette maladie dans la très grande majorité des cas est l'utilisation prolongée de fortes doses d'alcool. En règle générale, l'apparition des premiers symptômes est précédée d'une consommation excessive d'alcool, qui dure des semaines ou des mois, ou la consommation quotidienne habituelle d'alcool pendant de nombreuses années. Le risque de développer la maladie augmente avec l'utilisation de fluides techniques et de substituts d'alcool. Parfois, en raison des caractéristiques individuelles du corps du patient, la maladie se développe en l'absence d'alcoolisme, dans le contexte d'une consommation régulière de petites doses d'alcool ou d'excès alcooliques rares.

La maladie est basée sur des troubles métaboliques caractéristiques de l'alcoolisme. Le rôle principal est joué par le manque de vitamines (principalement du groupe B). Avec l'utilisation constante d'alcool, le besoin du corps en vitamine B1 augmente et son niveau diminue. Cela est dû à un régime alimentaire monotone irrégulier, au manque d'appétit lors d'une consommation excessive d'alcool, à une mauvaise absorption de la vitamine B1 dans l'intestin et à une fonction hépatique altérée. La carence en B1 entraîne des troubles métaboliques dans le cerveau. Le problème est exacerbé par un manque de vitamine P et B6. En raison de la carence en ces vitamines, les fonctions du système digestif sont encore altérées et les capillaires du cerveau deviennent plus perméables, ce qui peut entraîner un œdème cérébral..

En fonction du taux de développement, des symptômes dominants, des caractéristiques du cours et des options de résultat, deux groupes d'encéphalopathies alcooliques sont distingués: aiguë et chronique. Les encéphalopathies aiguës comprennent la polyencéphalite hémorragique (syndrome de Gaie-Wernicke), l'encéphalopathie aiguë atténuée et l'encéphalopathie à évolution fulminante. Dans l'histoire des patients souffrant d'encéphalopathies chroniques, en règle générale, des psychoses alcooliques graves ou des encéphalopathies aiguës sont détectées. Il existe deux formes d'encéphalopathie alcoolique chronique: la psychose de Korsakov (paralysie alcoolique, psychose polyneuritique) et la pseudoparalyse alcoolique.

Encéphalopathie alcoolique aiguë

Au début, apparaissent des symptômes précurseurs de la maladie. L'asthénie est associée à des troubles du sommeil et de l'appétit. Les patients ressentent une aversion pour les aliments riches en graisses et en protéines, et préfèrent les aliments riches en glucides, ce qui contribue à l'aggravation de troubles métaboliques déjà existants. Parfois, une anorexie se développe. Des troubles du tractus gastro-intestinal sont révélés. Souvent (surtout le matin) il y a des nausées et des vomissements. Douleurs abdominales possibles, éructations, brûlures d'estomac et troubles des selles. L'état physique des patients se détériore rapidement, le poids diminue et l'épuisement augmente. Des signes de polyneuropathie alcoolique peuvent être présents.

L'encéphalopathie de Gaie-Wernicke dans la version classique commence par un délire modéré. Les patients développent des illusions visuelles fragmentaires monotones et des hallucinations associées à des mouvements répétitifs complexes. Les périodes d'excitation sont remplacées par de courts épisodes d'immobilité, et le tonus musculaire pendant ces épisodes reste élevé. Les patients marmonnent ou crient quelque chose, une communication productive devient impossible.

Il y a un gonflement du visage combiné à un épuisement général. Une ataxie survient, de multiples troubles neurologiques sont révélés (nystagmus, différentes tailles de pupilles, parésie légère, etc.). La température corporelle est élevée, le pouls et la respiration sont accélérés, il y a une tendance à une diminution de la pression artérielle avec une détérioration de l'état général. Du côté du système digestif, on constate un changement de couleur de la langue (cramoisi) et une hypertrophie du foie. Des troubles des selles sont possibles. Au fur et à mesure que les symptômes cliniques s'aggravent, des troubles progressifs de la conscience se produisent - de l'étourdissement léger à la stupeur. Le coma se développe dans les cas graves.

La mort peut survenir 10 à 15 jours après l'apparition des premiers symptômes du délire. La probabilité de décès augmente avec l'ajout de maladies intercurrentes - pneumonie, escarres, etc. Avec un développement favorable des événements, le délire dure de 3 semaines à 1,5 mois. Le résultat de la maladie est un syndrome psycho-organique, qui se traduit par une impuissance mentale, des troubles de la mémoire et une perte de capacité à s'adapter à la vie quotidienne normale. Chez les patients, la sphère volontaire en souffre, la capacité de travail et le niveau de résistance au stress diminuent. Transition possible de l'encéphalopathie alcoolique aiguë en chronique.

L'encéphalopathie aiguë atténuée commence par des précurseurs de l'asthénie, une baisse de l'humeur, une perte d'appétit et des troubles du sommeil. Il y a une anxiété marquée et une tendance à l'hypocondrie. Les troubles neurologiques sont représentés par une névrite légère. La période prodromique dure 1 à 2 mois, puis le délire se développe. Après la guérison d'une psychose, des effets résiduels sont observés sous forme d'asthénie et à long terme, peu propices à la correction médicale des troubles de la mémoire..

La forme hyperaiguë d'encéphalopathie alcoolique se caractérise par un développement rapide et une évolution défavorable avec des issues mortelles fréquentes. La durée de la période précurseur est d'environ 3 semaines. Ensuite, il y a une psychose sévère, accompagnée de troubles neurologiques et somatiques sévères. La température corporelle monte à 40-41 degrés, des troubles progressifs de la conscience sont observés. Le coma s'installe pendant plusieurs jours, puis la mort. Après la fin du délire, les patients survivants développent un syndrome pseudoparalytique - insouciance, sentiment de satisfaction totale envers soi-même et les autres, combiné à un manque de critique, une surestimation de leurs capacités et un comportement ridicule.

Encéphalopathie alcoolique chronique

La psychose de Korsakov est plus fréquente chez les femmes, se manifestant par des troubles de la mémoire, de faux souvenirs et une désorientation. Les patients ne se souviennent pas bien des nouvelles informations, ils se souviennent à peine de ce qui leur est arrivé avant le début de la maladie. Lors d'une conversation avec des patients, il s'avère qu'ils «se souviennent» souvent d'événements qui n'existaient pas dans la réalité. L'orientation dans l'espace, le lieu et le temps est difficile. On note une mauvaise parole et des réactions motrices. Troubles neurologiques révélés sous forme de névrite. Avec le sevrage alcoolique, les symptômes de la maladie peuvent être réduits.

La pseudoparalyse alcoolique survient généralement chez les hommes. Un développement progressif et une progression rapide des symptômes après une psychose alcoolique aiguë sont possibles. La démence se caractérise par une perte de connaissances et de compétences antérieures, des troubles de la mémoire et une diminution de la critique de son état. Il y a une grossièreté (grossièreté, cynisme) en combinaison avec des sautes d'humeur soudaines. Les symptômes neurologiques sont représentés par une polynévrite, des troubles de la parole, des tremblements des muscles des mains et du visage.

Diagnostic et traitement de l'encéphalopathie alcoolique

Le diagnostic est posé sur la base de l'anamnèse et des symptômes cliniques, le diagnostic différentiel est effectué avec d'autres formes de psychose, de schizophrénie, de néoplasmes malins et bénins du cerveau. Le traitement implique la sélection d'un menu équilibré riche en protéines et en vitamines. Les patients se voient prescrire de fortes doses de thiamine, des nootropiques, des médicaments pour améliorer la circulation cérébrale et activer le métabolisme dans le cerveau. Effectuer le traitement de la pathologie somatique concomitante.

Le rôle le plus important dans le traitement réussi de l'encéphalopathie alcoolique, la minimisation des effets résiduels et la prévention de la transition de la forme aiguë de la maladie vers l'encéphalopathie chronique est joué par le rejet complet de l'alcool. Le choix des tactiques et des méthodes de traitement de la dépendance à l'alcool est déterminé individuellement par le narcologue, en fonction du cas spécifique. Il est possible d'insérer un implant, d'utiliser des méthodes de traitement médicamenteux, une thérapie hypno-suggestive ou un codage selon Dovzhenko. Il est souhaitable de réaliser une rééducation complexe avec la supervision ultérieure d'un spécialiste, de consulter un psychothérapeute ou des groupes de soutien.