Les antidépresseurs peuvent-ils être pris pendant la grossesse??

Aucune femme n'est à l'abri de la dépression pendant la grossesse. Cependant, cette condition affecte à la fois la santé de la femme et du bébé de la manière la plus négative, ce qui signifie que la femme enceinte a besoin d'aide. Et ici, la question se pose: est-il approprié de prendre des antidépresseurs pendant la grossesse et dans quelle mesure sont-ils sûrs??

Grossesse et antidépresseurs - est-ce compatible??

La grossesse provoque des changements colossaux dans le corps d'une femme, non seulement sur le plan physique, mais aussi sur le plan mental. Et c'est l'une des raisons les plus courantes pour lesquelles les femmes enceintes souffrent de dépression de gravité variable..

Les facteurs qui peuvent également contribuer à la dépression pendant la grossesse comprennent:

  • Stress.
  • Prédisposition individuelle et héréditaire.
  • Traits de caractère (impressionnabilité, méfiance, etc.).
  • Circonstances extérieures (changement d'apparence, détérioration des relations, problèmes financiers, etc.).

La dépression présente souvent les symptômes suivants:

  • Humeur dépressive.
  • Fatigue chronique.
  • Troubles du sommeil (insomnie ou somnolence accrue).
  • Perte d'appétit et de poids.
  • Perte d'estime de soi, diminution de l'estime de soi.
  • Culpabilité déraisonnable.
  • Incapacité à se concentrer.
  • Pensées obsessionnelles de mort, de suicide et de tentative de suicide.

Si cette condition persiste pendant plus de deux semaines, la femme enceinte doit consulter d'urgence un spécialiste. Si le diagnostic est une dépression, des médicaments appropriés sont prescrits.

Cependant, cette situation soulève de nombreuses inquiétudes, une femme enceinte est, pour ainsi dire, entre deux feux. D'une part, son état se détériore rapidement, et d'autre part, il y a un risque de nuire à l'enfant.

En règle générale, dans une telle situation, le psychothérapeute prend une décision en fonction de la gravité de la situation du patient et du risque que comportent certains médicaments. Les antidépresseurs sont prescrits lorsque la dépression constitue une menace pour la santé ou la vie d'une femme et que le danger l'emporte sur le risque lié aux médicaments. En d'autres termes, la proportion de bénéfice pour la mère et le risque pour l'enfant est prise en compte. Si ce risque est justifié, des médicaments sont prescrits. Dans chaque cas, la décision est prise individuellement, en tenant compte de divers facteurs.

Effets des antidépresseurs sur le développement fœtal

Lors de la prescription d'antidépresseurs, de nombreux facteurs sont toujours pris en compte, et l'un des plus importants est l'effet des médicaments sur le développement du fœtus..

En pénétrant dans le placenta, les médicaments ont souvent de puissants effets négatifs sur l'enfant à naître..

Et il y a plusieurs raisons à cela:

  1. Les enzymes microsomales du foie fœtal sont moins actives et ont une concentration plus faible que chez un adulte, par conséquent, l'effet des médicaments sur le fœtus aura un effet plus fort.
  2. La barrière hémato-encéphalique chez l'enfant à naître n'est pas complètement formée et le système nerveux central a une grande sensibilité à l'action des médicaments en raison de son immaturité.
  3. Dans les premiers stades de la grossesse, l'embryon passe par les étapes de formation des structures vitales, donc les effets toxiques des antidépresseurs peuvent avoir des conséquences graves, allant jusqu'à une fausse couche.

Les problèmes néonatals les plus courants associés à la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse sont:

  • Troubles du spectre autistique affectant le comportement futur de l'enfant et conduisant à des troubles du comportement.
  • Perturbation du système respiratoire dans les premiers jours de la vie.
  • La pharmacodépendance du fœtus, qui conduit finalement au «syndrome de sevrage» chez les nouveau-nés.
  • Problèmes neurologiques.
  • Retard dans le développement physique.

Attention! Il est fortement conseillé aux femmes souffrant de dépression légère à modérée d'éviter les médicaments chimiques et de les remplacer par des traitements alternatifs (psychothérapie, séances de groupe de soutien, méthodes naturopathiques, etc.).

Quels antidépresseurs peuvent être utilisés pendant la grossesse et l'allaitement

Les propriétés pharmacologiques des médicaments, ainsi que leur sécurité et leur efficacité, ont été décrites pour la majorité des patients prenant le médicament. Si un médicament est en vente dans les chaînes de pharmacies, ses avantages sont prouvés. Cependant, il existe des groupes particuliers de patients pour lesquels même les médicaments approuvés peuvent être dangereux. Ces groupes comprennent les femmes enceintes et allaitantes..

Innocuité des médicaments prescrits pendant la grossesse

Lors du test d'une substance, son effet sur le déroulement de la grossesse, sur le fœtus et sur le nouveau-né est étudié séparément. Toutes les substances médicinales, en fonction des résultats des tests, sont divisées en cinq classes. Les deux premiers d'entre eux peuvent être utilisés chez la femme enceinte sans restrictions. Le troisième et le quatrième - seulement si les avantages de leur utilisation l'emportent sur le risque perçu. La cinquième classe de fonds entraîne la survenue de malformations sévères, son utilisation n'est possible que si la grossesse est interrompue.

Les trois dernières classes de médicaments peuvent provoquer un avortement spontané, une naissance prématurée et affecter le développement du fœtus ou la santé du nouveau-né. Les examens des femmes enceintes qui les ont prises sont d'une grande importance pour déterminer la classe d'une substance..

Quels antidépresseurs sont utilisés pendant la grossesse

De nombreuses femmes ont besoin d'antidépresseurs pendant la grossesse. Chez les patients présentant un trouble dépressif récurrent, la naissance d'un enfant s'accompagne souvent d'épisodes graves de dépression. De plus, certaines femmes enceintes souffrent d'un trouble mental qui persiste après l'accouchement. Chez d'autres femmes, les symptômes de dépression surviennent pendant la grossesse et y sont directement liés. Ils ont tous besoin de trouver le bon traitement pour leur trouble..

Les médicaments du groupe des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine sont considérés comme sûrs pour les femmes enceintes, à savoir:

  • Fluoxetine;
  • Zoloft;
  • Paroxétine.

Cela ne concerne que les médicaments d'origine (leur nom coïncide avec le nom de la substance active): ils peuvent être prescrits aux femmes enceintes sans aucune restriction. Dans le cas de l'utilisation de médicaments de marque du groupe générique, il est nécessaire de regarder les recommandations pour un produit spécifique.

Certains des antidépresseurs sont relativement sûrs:

  • Imipramine;
  • Clomipramine;
  • Désipramine;
  • Sinekwan.

Les médicaments listés à des doses thérapeutiques n'affectent pas le déroulement de la grossesse et le fœtus. Cependant, lorsque les doses moyennes sont dépassées, leur effet toxique sur le corps de la mère et de l'enfant est possible. Ces médicaments sont prescrits si les bénéfices du remède sont supérieurs aux risques perçus..

Plusieurs moyens du groupe des antidépresseurs tricycliques sont contre-indiqués pour les femmes enceintes, notamment:

Quels antidépresseurs sont associés à l'allaitement

Dans la période post-partum, les femmes présentent souvent des symptômes de dépression. Le développement de cette maladie est le plus probable dans les trois premiers mois après l'accouchement. Dans le même temps, la mère, malgré le trouble survenu, doit continuer à prendre soin de son bébé et ne pas interrompre l'allaitement. Le traitement de la dépression dans ce cas a également ses propres caractéristiques..

Lors de la prescription de médicaments pour les mères qui allaitent, le médecin prend en compte leur capacité à pénétrer dans le lait maternel, ainsi que l'effet sur le processus de lactation lui-même. Certaines substances arrêtent la synthèse et la sécrétion du lait, tandis que d'autres modifient ses propriétés. Si le produit entre dans le corps de l'enfant avec du lait, sa nomination pendant l'allaitement est contre-indiquée.

Les médicaments présentant un risque minimal de pénétration dans le lait comprennent:

  • L'antidépresseur tétracyclique miansérine;
  • Inhibiteur de la monoamine oxydase de moclobémide;
  • Antidépresseurs tricycliques de la liste utilisés chez la femme enceinte, ainsi que l'amoxapine.

Médicaments ayant une capacité moyenne à pénétrer dans le lait, utilisés pour des indications spéciales:

  • Tous les représentants des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, à l'exception de la venlafaxine;
  • Tous les représentants des inhibiteurs de la monoamine oxydase, à l'exception du moclobémide et de la doxépine;
  • Antidépresseur tétracyclique mirtazapine.

Les médicaments non répertoriés présentent un risque élevé d'effets secondaires pendant la grossesse ou l'allaitement. Leur utilisation n'est pas justifiée, elle est dangereuse pour une femme ou un enfant. En alternative à la pharmacothérapie, un traitement psychothérapeutique est actuellement recommandé pour les femmes enceintes et post-partum..

L'effet des antidépresseurs sur le corps d'une femme enceinte et sur le fœtus

Une femme enceinte sur sept souffre de dépression et de mauvaise humeur. Le plus souvent, la dépression est souvent traitée avec des médicaments.

Les antidépresseurs correctement choisis pendant la grossesse ne nuiront pas à la santé de l'enfant.

Effets des antidépresseurs sur la conception

Les médecins recommandent de planifier la conception au plus tôt 3 à 4 mois après la prise d'antidépresseurs par une femme, de poursuivre le traitement avec le programme prescrit par un psychothérapeute et d'envisager de remplacer les médicaments pris par des médicaments plus sûrs.

L'arrêt brutal des médicaments peut aggraver l'état de la mère, faire revenir les symptômes ou même rechuter la dépression..

Avant de planifier une grossesse après ou pendant la prise d'antidépresseurs, une femme devrait discuter avec un psychiatre:

  • la sécurité du médicament qu'elle prend;
  • s'il est possible de réduire la dose de ce médicament ou de modifier le régime de son administration;
  • est-il possible de se passer de lui.

La prise d'antidépresseurs a également un effet négatif sur les cellules sexuelles mâles. Il y a un risque de conception, cependant, le risque de fécondation d'un ovule par un sperme avec un ADN endommagé est augmenté.

Chez les hommes, après avoir pris des antidépresseurs, la capacité de concevoir un enfant diminue de 30%. Ces médicaments endommagent la structure de l'ADN.

Il n'est pas recommandé de planifier une grossesse pendant qu'un homme prend Paxil. La qualité du sperme reprend 2 à 3 mois après l'annulation complète du traitement antidépresseur.

Dangers liés à l'utilisation d'antidépresseurs pendant la grossesse

1 trimestre

Selon les statistiques, pendant cette période, 3,7% des femmes enceintes prennent des antidépresseurs.

Au cours des premières semaines de grossesse, les bases de la santé de l'enfant à naître sont posées. Les principaux organes commencent à se former. Le cerveau et la colonne vertébrale sont visibles à travers sa peau translucide. En même temps, le système circulatoire se forme, le cœur commence à battre. Le fœtus reçoit des nutriments et de l'oxygène par le placenta et le cordon ombilical nouvellement formés. À l'heure actuelle, il est trop vulnérable aux effets de divers facteurs dommageables, y compris les substances médicinales..

Il est fortement déconseillé d'utiliser des médicaments, y compris les antidépresseurs. Dommage possible de leur part - le développement de malformations cardiaques congénitales.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine recommandés.

Ces médicaments améliorent l'humeur en bloquant la recapture de la sérotonine dans le cerveau. Il aide les cellules cérébrales à recevoir et à envoyer des signaux.

Les benzodiazépines et la paroxétine sont interdites. La paroxétine peut provoquer des maladies cardiaques chez les nourrissons.

2 trimestre

Au deuxième trimestre, le fœtus continue de former tous les organes et systèmes. Cette période pour les femmes enceintes est considérée comme plus calme, l'état général de la femme s'améliore..

Le problème le plus courant pendant cette période est le tonus utérin. Le préjudice possible de cette condition est la menace d'une naissance prématurée..

Comme au premier trimestre, des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine autres que la paroxétine sont recommandés. Les benzodiazépines interdites.

3 trimestre

La prise d'antidépresseurs pendant la période prénatale peut entraîner des symptômes de sevrage chez le nouveau-né. Ses manifestations:

  • pleurs hystériques;
  • insomnie;
  • anxiété;
  • anxiété;
  • membres et tête tremblants;
  • la diarrhée;
  • vomissement;
  • convulsions.

Par conséquent, 1 à 2 mois avant l'accouchement, il est conseillé d'arrêter de prendre des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine et 2 semaines avant la naissance prévue - benzodiazépines.

Si une femme enceinte continue à utiliser ces médicaments pendant cette période, le nouveau-né doit être sous surveillance médicale pendant au moins 3 à 5 jours. De plus, le fœtus et le nouveau-né peuvent saigner..

Pour éviter la récidive de la dépression après l'accouchement, le traitement doit être repris immédiatement. La dose du médicament doit être la même qu'avant la grossesse.

Recommandations

Il existe aujourd'hui de nombreux antidépresseurs. Le traitement de la dépression pendant la grossesse est possible, mais il est important de choisir des antidépresseurs sûrs pour les femmes enceintes qui n'affectent pas le fœtus ou ne provoquent pas de malformations.

Médicaments interdits: Pyrazidol, Amitriptyline, Maprotiline, Lerivon.

Des méthodes de traitement alternatives peuvent améliorer l'état psychologique des femmes enceintes:

  • méditation;
  • programmes anti-stress;
  • la natation
  • l'art-thérapie;
  • yoga;
  • consultation d'un psychologue;
  • repos et promenades au grand air;
  • les hobbies et centres d'intérêt.

Vous devez suivre les règles pour prendre des médicaments:

  • discutez de tous les risques possibles avec votre médecin;
  • ne dépassez pas la dose;
  • se familiariser avec les contre-indications à l'admission.

Grossesse et antidépresseurs - est-ce compatible??

Une femme enceinte peut-elle prendre des antidépresseurs? Pourquoi est-ce dangereux pour le fœtus? Pouvez-vous vous passer de médicaments? Quels groupes d'antidépresseurs sont autorisés pendant la grossesse? À quel moment de la grossesse est-il le plus dangereux de prendre des antidépresseurs? Cet article est consacré à ces questions et à d'autres..

Les antidépresseurs affectent-ils la conception??

Les antidépresseurs affectent la fertilité différemment chez les hommes et les femmes. Si un homme prend des antidépresseurs, il existe une possibilité d'affaiblir l'activité du sperme et d'augmenter le nombre de spermatozoïdes dont l'ADN est détruit. De telles cellules sont présentes chez l'homme et normalement, mais après avoir pris des antidépresseurs, leur nombre augmente de 30%. De plus, de telles cellules apparaissent lors de la prise d'antidépresseurs de l'ancienne et de la nouvelle génération. En revanche, dans les formes sévères de dépression, un homme ne peut pas refuser les antidépresseurs. Dans les formes plus douces, il suffit de subir une psychothérapie appropriée.

La probabilité d'une diminution de la capacité d'une femme à concevoir augmente lorsque les antidépresseurs sont arrêtés. Chez une femme, la probabilité de conception diminue l'aggravation de la dépression. Par conséquent, elle doit prendre des antidépresseurs de la dernière génération du groupe ISRS (nous en parlerons ci-dessous), qui agissent plus doucement que d'autres..

Quand peut-on planifier une grossesse après les antidépresseurs??

Vous pouvez planifier une grossesse dans 2-3 mois. après arrêt progressif (attention!) des antidépresseurs et uniquement dans les cas légers de dépression!

Les antidépresseurs peuvent-ils être pris pendant la grossesse et?

La prise d'antidépresseurs pendant la grossesse doit être strictement encadrée par un psychiatre! En savoir plus sur la dépression pendant la grossesse.

Un rejet complet des antidépresseurs conduit au soi-disant «syndrome de sevrage» - une augmentation des conditions dépressives, qui affecte négativement le développement du fœtus, peut provoquer une fausse couche chez la mère, la naissance d'un enfant mort et une dépression post-partum.

Il existe des antidépresseurs de différentes générations qui ont l'un ou l'autre effet sur le fœtus. De plus, le degré d'exposition dépend du trimestre de la grossesse, du type et de la génération auxquels appartient tel ou tel antidépresseur. Considérez certains types d'antidépresseurs et leurs effets sur le fœtus.

Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS)

Ce groupe comprend:

  • Paroxetine;
  • Fluoxetine;
  • Citalopram;
  • Sertraline.

La paroxétine (Paxil, Rexetin, Risset) est contre-indiquée lors du portage d'un bébé, car au cours du premier trimestre de la grossesse peut provoquer:

  • maladie cardiaque congénitale,
  • craniosténose (fermeture prématurée des sutures crâniennes en raison d'un développement anormal du crâne),
  • anencéphalie (absence complète des hémisphères cérébraux en combinaison avec un défaut des os du crâne)
  • hernie embryonnaire (une partie des organes abdominaux est située dans les membranes du cordon ombilical).

La fluoxétine (Prodep, Prozac, Proflusac) est autorisée, mais dans certains cas dans la seconde moitié de la grossesse, elle peut provoquer une hypertension pulmonaire persistante chez les nouveau-nés (altération persistante de la circulation pulmonaire).

Le citalopram (oprah, sedopram, tsipramil) est autorisé, mais parfois au cours du premier trimestre, il peut provoquer une anencéphalie, une craniosténose et dans le troisième - une hypertension pulmonaire persistante chez les nouveau-nés.

La sertraline (Zoloft, Stimuloton, Asentra) est autorisée dans certains cas. Lorsqu'il est pris dans la seconde moitié de la grossesse, il peut entraîner une hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né. Il existe également un risque de malformations cardiaques congénitales septales et de hernie embryonnaire.

Il convient de noter que toutes les malformations fœtales ci-dessus sont extrêmement rares, même avec une utilisation prolongée des ISRS. Par conséquent, les antidépresseurs de ce groupe sont plus souvent prescrits pendant la grossesse que les antidépresseurs des autres groupes..

Antidépresseurs tricycliques

Ce groupe comprend:

  • Amitriptyline;
  • Azafen;
  • Maprotilline;
  • Nortriptillin et coll..

Ils sont acceptables pour les femmes enceintes. Auparavant, on pensait que les médicaments de ce groupe pouvaient provoquer un sous-développement des membres fœtaux, mais les dernières recherches rejettent ce fait.

Cependant, les antidépresseurs tricycliques ont de nombreux effets secondaires qui manquent aux ISRS:

  • augmentation du poids corporel;
  • somnolence;
  • abaissement A / D;
  • action anticholinergique (constipation, rétention urinaire, palpitations cardiaques, perte de conscience);
  • convulsions;
  • troubles de la conduction cardiaque;
  • dyspepsie.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO)

Ceux-ci comprennent l'iproniazide (nialamide, phénelzine, tranylcypromine). Contre-indiqué en raison du risque de crise cardiaque.

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline

Ceux-ci comprennent la venlafaxine, la duloxétine et le milnacipran.

L'utilisation de la venlafaxine et de la duloxétine n'est autorisée qu'en cas d'urgence, lorsque les bénéfices pour la mère l'emportent sur les risques pour l'enfant. L'effet du médicament sur le fœtus n'est pas bien compris..

Le milnacipran est contre-indiqué pendant la grossesse.

Antidépresseurs atypiques

Ceux-ci incluent des médicaments de différents groupes chimiques. Pas le médicament de choix pour la grossesse.

Ainsi, les antidépresseurs peuvent être pris pendant la grossesse si un certain nombre de conditions sont remplies:

  • Prenez des antidépresseurs strictement sous surveillance médicale.
  • Les ISRS et les antidépresseurs tricycliques sont préférés.
  • Les médicaments doivent être pris à petites doses pour éviter le risque d'effets secondaires sur le corps de la femme enceinte et l'effet sur le fœtus.
  • Au cours des premier et troisième trimestres de la grossesse, réduisez au minimum l'apport d'antidépresseurs.
  • Si possible, remplacez la prise d'antidépresseurs par des séances avec un psychothérapeute et un psychologue.

La prise d'antidépresseurs pendant la grossesse est associée à des bébés plus intelligents

Les enfants exposés aux antidépresseurs pendant le développement prénatal (c'est-à-dire même avant la naissance) ont obtenu de meilleurs résultats aux tests d'intelligence à 12 ans par rapport aux pairs dont les mères ne prenaient pas d'antidépresseurs pendant la grossesse. C'est une conclusion intéressante à laquelle sont parvenus les auteurs d'une petite étude menée au Canada..

Le travail a été suivi par 51 enfants qui "se sont familiarisés" avec les drogues psychoactives littéralement dans les premières semaines de leur existence. Les tests dans lesquels ces enfants obtenaient de meilleurs résultats comparativement ont été consacrés à l'évaluation de la capacité à une activité ciblée, qui, à son tour, est associée à un certain nombre de compétences mentales essentielles, y compris la capacité de se concentrer sur une tâche, de se contrôler et de penser avec souplesse..

L'étude en question est devenue l'un des derniers travaux consacrés à une question extrêmement d'actualité: les enfants dont les mères ont pris des antidépresseurs du groupe des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) pendant la grossesse sont-ils différents des enfants qui ne les ont pas rencontrés pendant le développement prénatal? médicaments.

Certaines études ont montré que lorsque les femmes prennent des ISRS pendant la grossesse, leurs enfants ont un risque légèrement accru de développer des maladies mentales telles que l'autisme, le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et quelques autres. Cependant, des articles ont également été publiés dans lesquels aucun lien de ce type n'a été trouvé..

La question de savoir si la prise d'ISRS pendant la grossesse a un effet sur le développement du fœtus est essentielle, selon le Dr James Murrough, directeur du programme pour les troubles affectifs et anxieux à l'hôpital Mount Sinai..

Le Dr Merrau, qui n'a pas participé à la nouvelle étude, explique:

«La dépression est répandue. Elle est plus fréquente chez les femmes [que chez les hommes] et chez les femmes, elle est le plus souvent affectée par celles qui sont en âge de procréer. En réunissant ces faits, vous pouvez comprendre pourquoi la dépression pendant la grossesse est un grave problème de santé publique. ".

Cependant, poursuit Merrau, il est également très difficile d'isoler les effets directs des ISRS sur le développement cérébral d'un enfant. "Combien de facteurs affectent la façon dont un enfant de 12 ans réussira un test cognitif?" Bien sûr, les gènes, les facteurs environnementaux et, bien sûr, la dépression de maman sont en grande partie..

Bien que les nouveaux travaux semblent être bénéfiques pour les enfants exposés aux ISRS, le Dr Merrau pense que l'étude était trop petite pour tirer des conclusions définitives. L'équipe d'auteurs est d'accord avec cette affirmation..

Aujourd'hui, les auteurs de l'ouvrage continuent d'observer un échantillon plus large de 120 enfants. L'étude à laquelle ces enfants participeront ne différera pas seulement par la taille du groupe d'observation. Les scientifiques prévoient de ne pas se limiter aux tests informatiques, qui peuvent ne pas évaluer avec précision les capacités mentales des enfants dans la vie quotidienne - dans les travaux futurs, les rapports des parents seront également pris en compte..

Les résultats des travaux déjà achevés ont été présentés par l’une des auteurs, Sarah Hutchison du British Columbia Children’s Hospital, lors d’une réunion des Pediatric Academic Societies à Toronto. Les données soumises seront considérées comme préliminaires jusqu'à ce qu'elles soient publiées dans une revue à comité de lecture.

Selon l'auteur principal, le Dr Tim Oberlander, 15 à 20% des femmes souffrent de troubles de l'humeur «cliniquement significatifs» pendant la grossesse. Par conséquent, il est extrêmement important de comprendre ce que les mères et les enfants doivent payer pour la correction pharmaceutique de ces troubles. Cependant, les nouveaux travaux ne répondent pas à la question de savoir si les antidépresseurs sont «sûrs» pendant la grossesse. Selon l'expert, toute femme confrontée au problème de la dépression en attendant un enfant doit décider elle-même comment faire face à cette maladie. Le Dr Oberlander a cependant souligné que les solutions trouvées devraient être discutées avec votre médecin..

Quant aux parents et amis de la femme enceinte, ils devraient réfléchir à la manière d'aider la femme à maintenir sa santé mentale pendant cette période difficile. Dans tous les cas, les points suivants seront utiles: gérer le stress, faire de l'exercice régulièrement et dormir suffisamment. Quant aux soins spécialisés, qu'ils soient pharmacologiques ou psychothérapeutiques, la décision de les utiliser doit être prise en collaboration avec des spécialistes, rappelle le médecin, ajoutant qu'une dépression non traitée en elle-même est dangereuse pour les mères comme pour les enfants..

antidépresseurs et grossesse

// Bonjour, ceux qui planifient et ceux qui sont déjà tombés :)

Nous prévoyons un bébé avec mon mari, les deux sont en bonne santé physique.

Mais je dois boire des antidépresseurs (Paxil), qui sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Y a-t-il un environnement pour vous les filles qui ont enduré et donné naissance à un bébé en bonne santé?

J'ai demandé à de nombreux médecins qui ont dit quoi, certains sont catégoriquement contre, d'autres disent - ça va!

Qui croire? Y a-t-il de vraies histoires?

Aidez-moi s'il vous plaît. TRÈS VEUX BÉBÉ.

  • Maladies, traitements, médicaments lors de la planification
  • * Règles communautaires
  • De
  • Où et quand commencer?
  • Choisir une institution médicale, un spécialiste
  • Examens, analyses
  • Ovulation
  • Définition de la grossesse
  • Nous l'avons fait!
  • Température basale
  • Calendrier des femmes (cycle menstruel)

Commentaires des utilisateurs

  • 1
  • 2

J'ai accouché sur Paxil. Le monde entier donne naissance aux antidépresseurs. Les médecins de l'ancienne génération interdisent. Les jeunes sont généralement autorisés. Risque de développement: anomalies cardiaques. Pas de pilules 2%. Avec comprimés 4%.

Je peux dire de moi: l'enfant n'avait pas de syndrome de sevrage. Il n'y a pas d'anomalies cardiaques. Je ne suis pas le seul avec mon médecin. Il vaut mieux ne pas annuler le médicament si vous devenez enceinte. Il existe un risque de perdre la grossesse elle-même en cas de sevrage. Votre corps souffre - le fœtus souffre. Il est préférable d'essayer de réduire légèrement la dose à un état normal. Si la condition n'est pas très bonne, il y aura un ton et, en conséquence, un risque constant.

Il ne sera pas possible d'allaiter uniquement.

Bonjour. Les filles qui boivent du Paxil, ici j'ai essayé de ne pas le boire et j'ai attrapé une telle annulation que ma mère n'a pas pleuré, j'ai même appelé une ambulance. Tout s'est passé après que j'ai recommencé à boire le tabla. Je bois depuis novembre 2018 pour 2 tables, maintenant je suis passé à 1. Mais j'ai vu 1,5 fois par mois

En général, n'essayez pas d'arrêter rapidement, ne trompez pas le cerveau.

Qui a un PA LIRE LE LIVRE DE KURPATOV là-bas, il écrit en détail sur comment et pourquoi ces AP apparaissent. J'ai commencé il y a près de 5 ans, quand j'ai donné naissance à un fils et que je l'ai toujours. Pas comme sans Pakmil, mais avec lui il y a de l'anxiété. Par conséquent, s'il faut croire les médecins qu'il est possible de tomber enceinte, je pense que cela n'en vaut pas la peine, ayez pitié de vous-même et de l'avenir de votre enfant. Je veux une fille, le gynépologue dit que c’est possible, mais il vaut mieux en discuter avec un neurologue, mais j’ai déjà ressenti le refus de Paxil sur moi-même, alors je dois d’abord nettoyer mon cerveau et mon corps

Et je me demande... et je suis sur Paxil

mon psychothérapeute m'a dit que lorsque je tomberai enceinte, j'annulerai progressivement le médicament (simbalta) et je ne ressentirai pas de syndrome de sevrage, car après 8 semaines de grossesse, le corps lui-même commence à produire l'hormone nécessaire. La grossesse est donc le meilleur antidépresseur))

J'ai eu une grossesse, mais en novembre, j'ai fait une fausse couche, et malgré cela, j'essaie toujours d'abandonner ces pilules. Cela semble fonctionner. il suffit d'allonger progressivement les jours entre les doses.

Et quand je commence à m'inquiéter, je bois du thé sucré fort et chaud et je lis des prières) et je lâche progressivement))

Bonjour à tous, je bois du Paxil depuis 4,5 mois, le médicament est bon, de nombreux médecins et patients en font l'éloge, l'essentiel ici est de choisir le médicament par vous-même, d'essayer différents, il ne devrait y avoir aucun effet secondaire et devrait aider, je recommande de tout lire sur Tatyana Naynik, elle est malade avec 2008, en été, elle a donné naissance à une fille merveilleuse, a bu des pilules tout au long de la grossesse, des médicaments puissants, les filles ont assez peur des drogues, bien sûr, les instructions disent que les femmes enceintes ne peuvent pas être saoulées, de nombreux médicaments le disent, dans notre pays, malheureusement, ces maladies ne savent pas comment et ne savent pas comment à traiter, en Europe, ils sont activement traités avec des antidépresseurs, tout le monde donne naissance à des enfants normaux, assez de vapeur, si vous pouvez vivre sans pilules, accoucher sans eux, si vous ne pouvez pas, prendre des pilules, l'avenir n'est connu que de Dieu, ne devinez pas et n'ayez peur de rien.

Qu'est-ce que cela a à voir avec les enfants normaux! Ces tabla peuvent ne pas donner d'action terratogène (laideur) (mais pas dans 100% des cas) Et vous pensiez généralement qu'il y aurait un syndrome de sevrage sévère! Vous buvez vous-même des psychotropes, et puis brusquement courageux, je vais voir ce qui vous arrive. Si une personne a annulé sans aucun problème, alors 99% ne peuvent pas le faire pendant des mois / années. Autrement dit, vous buvez et vous ne vous souciez pas qu'un homme innocent subisse alors des tourments par votre faute. La tête doit être allumée et pensée, et ne pas lire les forums et croire tout implicitement.

J'ai bu des médicaments puissants pendant toute la grossesse) elle est cool. Pauvre enfant, c'était malchanceux que la mère ne pense même pas à lui.

Filles, je souffre moi-même d'AP depuis 4 ans pendant cette période j'ai donné naissance à un garçon (en bonne santé) J'ai pris un dépresseur avant la grossesse Paroxetine. Quand elle est tombée enceinte, elle a arrêté de boire brusquement! Il n'y avait pas de syndrome de sevrage! Tout au long de ma grossesse, je suis restée sans médicaments, je n'ai jamais été tourmentée par l'AP, il n'y a pas eu de coups de bélier! Dès qu'elle a accouché, une semaine plus tard, ce terrible diagnostic est revenu... J'ai dû retourner aux pilules. En bref, les filles doivent accoucher à l'infini avec un tel diagnostic.

Et pendant combien de temps ils ont bu un antidépresseur et de quoi?

Salut les filles! Je suis tombé par hasard sur votre correspondance, alors que je peaufine un enfant :) Après avoir lu vos histoires, je me suis vu! Aussi stardala PA pendant trois ans à coup sûr, c'était juste de l'horreur. Il me semblait que je ne sortirais jamais de ça de ma vie et ça allait sans cesse, je ne voulais rien, j'ai marqué les derniers cours à l'institut, je n'allais qu'aux examens, puis en taxi, j'ai changé de travail, par intervalles, quand je ne pouvais pas du tout quitter la maison... tout a commencé tout aussi, sans aucune raison du tout... bien que juste après que je sois très malade de bronchite, la température était élevée pendant 2 semaines, après cela, cela a commencé... se promener dans vrcham et me regarder comme un idiot, tout va bien, vous êtes en bonne santé, juste VSD... boire des thés, des herbes, des sédatifs et des tranquillisants - je n'ai rien bu à la fin... même si Corvalol était toujours à portée de main, je ne pouvais tout simplement pas m'en passer... en général, je ne sais pas comment j'ai réussi, maintenant j'analyse et je comprends que j'ai seulement aidé Dieu, je suis allé à l'église, j'ai demandé à Dieu de m'aider, maintenant tout semble aller bien (ugh ugh), je vis déjà depuis 3 ans sans Corvalol, etc.)) c'est bien que je ne me sente pas spécial, mais ce n'est qu'une fleur... maintenant je prévois une grossesse, pas plus tout mec adko, il y a eu une embryon en mai de cette année, maintenant je passe des tests, je me prépare... et je suis sûr que tout ira bien :) alors les filles, laissez tomber les pilules, allez à l'église, confessez, faites un test et Dieu vous aidera! santé à vos enfants forts et en bonne santé! :))

Nastya, mais comment sans drogue alors.

Comment avez-vous récupéré? quelle méthodologie?

Malheureusement, je n'ai pas la possibilité d'aller voir un psychothérapeute (((

ceux. le but du traitement est de se détendre!?

Antidépresseurs pendant la grossesse

La grossesse est une période pendant laquelle la prise de divers médicaments peut nuire au fœtus, arrêter ou perturber son développement. Même les médicaments les plus simples doivent être utilisés avec prudence par une femme enceinte. Pendant la grossesse, en raison des caractéristiques du système neuroendocrinien, les femmes souffrent souvent de dépression. La dépression prénatale est un état persistant de pessimisme et d'anxiété constante. Les raisons du développement de la dépression ne sont pas seulement dans les caractéristiques du système neuroendocrinien, l'élan de son développement peut être une grossesse non désirée, la présence d'une dépression avant la grossesse, une prédisposition héréditaire aux troubles mentaux, des situations stressantes, diverses complications de la grossesse et une toxicose sévère.

Les antidépresseurs pendant la grossesse ne peuvent être prescrits que par un médecin, l'automédication est très dangereuse pour une femme enceinte. L'hôpital Yusupov traite les états dépressifs, y compris les états dépressifs chez les femmes enceintes. La dépression non traitée cause beaucoup de tort à l'enfant à naître: un bébé peut avoir un faible poids à la naissance, des malformations, une faible émotivité, de la passivité. La prise d'antidépresseurs sans ordonnance médicale peut également nuire à la santé du bébé: insuffisance respiratoire, faible poids à la naissance, malformations. La dose, le type de médicament, la durée d'admission ne peuvent être calculés que par un spécialiste en fonction de l'état de santé de la femme enceinte, de la gravité du trouble psychologique.

Quels antidépresseurs vous pouvez ou ne devriez pas prendre pendant la grossesse

Les recherches menées par des scientifiques du monde entier sur les effets des antidépresseurs chez les femmes enceintes sont toujours en cours. On pense que la prise d'antidépresseurs (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine) pendant la grossesse affecte le développement de l'autisme chez les enfants. Des études ont montré qu'environ 1% des enfants nés de femmes en bonne santé souffrent d'autisme; lorsque les femmes enceintes prennent des antidépresseurs, les taux d'autisme chez les enfants augmentent jusqu'à 2%. Pendant le traitement de la dépression, le médecin doit empêcher le risque de complications de santé fœtale de se développer. Dans certains cas, une femme n'est pas encore au courant de sa grossesse et prend des médicaments.

L'effet des médicaments psychotropes sur le fœtus est plus élevé en raison des particularités de la barrière hémato-encéphalique qui ne s'est pas encore formée, des particularités du foie et de l'immaturité du système nerveux central. L'effet toxique sur le fœtus augmente et une pharmacodépendance peut se développer. Les antidépresseurs sont prescrits aux femmes enceintes selon les indications cliniques et la présence de certains facteurs:

  • La femme enceinte a des pensées suicidaires, il y a une tendance au suicide.
  • Augmentation de l'anxiété, de l'agitation, des troubles de l'appétit, des troubles du sommeil, une détérioration de la condition physique.

La violation du développement embryonnaire est causée par un certain nombre de médicaments, qui sont divisés en classes:

  • Classe A - il n'y a pas de risque de tératogénicité chez l'homme ou aucune étude n'a été réalisée, il n'y a pas de tératogénicité chez les animaux ou la toxicité du médicament chez les animaux a été établie.
  • Classe B - le niveau de toxicité chez l'homme et l'animal n'a pas été étudié, des études ont prouvé le risque de tératogénicité chez l'animal.
  • Classe B - toxicité prouvée, disons prendre des médicaments lorsque les avantages de la prise (mettant la vie en danger) l'emportent sur le risque de complications.

Médicaments de classe A: paroxétine, sertraline, fluoxétine.

Médicaments du groupe B: imipramine, clomipramine, désipramine, doxépine.

Médicaments du groupe B: amitriptyline (TCA), nortriptyline (TCA), élénium (chlordiazépoxide), diazépam, alprazolam, lorazépam, oxazépam (tranquillisants), butyrophénone et dérivés de phénothiazine (antipsychotiques), tianeptimine (CCOZS), lithium.

Si aucune étude de toxicité n'a été menée, l'utilisation des médicaments n'est pas recommandée chez la femme enceinte. Les médicaments du groupe MAOI irréversible ne sont pas recommandés pour le traitement de la dépression chez les femmes enceintes et allaitantes. On pense que le médicament fluoxétine est sans danger pour le traitement de la dépression chez les femmes enceintes, les médicaments de classe A ont un effet tératogène minimal. le fœtus n'a pas été noté. Les médicaments TCA de classe B ne sont pas recommandés en raison du risque élevé de troubles du développement fœtal, les médicaments ne sont utilisés qu'en cas de menace pour la vie de la femme.

Antidépresseurs d'allaitement

La dépression survient chez 15% des femmes après l'accouchement ou après la perte d'un enfant (avortement spontané, travail difficile, mort fœtale intra-utérine). Le plus souvent, un trouble mental se développe chez les femmes ayant une prédisposition à la dépression, seules, en état de stress. Une femme a une mauvaise humeur constante, elle est agacée, peut montrer de l'agressivité, gémir, se fatigue rapidement, souffre de somnolence. La dépression conduit à la perte de contacts sociaux, la femme devient secrète, évite la communication. Très souvent, une femme en dépression n'éprouve pas d'émotions positives, la joie de la maternité. Elle se blâme pour la mauvaise attitude envers l'enfant, la dépression s'aggrave. Si elle n'est pas aidée, la dépression post-partum peut conduire au suicide, il y a souvent des cas de décès de l'enfant.

Pendant l'allaitement, les antidépresseurs sont prescrits avec beaucoup de prudence chez les femmes souffrant de troubles mentaux en raison du risque de complications néonatales. Il est plus judicieux de continuer à se nourrir de lait de donneur ou de nutrition artificielle. Les complications les plus courantes chez les enfants sont causées par les médicaments à haut risque suivants:

  • Doxépine
  • Maprotiline.
  • Venlafaxine.
  • Néfazodone.

Un certain nombre de médicaments avec un niveau moyen de toxicité:

  • IMAO.
  • ISRS.
  • Mirtazapine.

Médicaments à faible niveau de toxicité:

  • TCA (la plupart des médicaments).
  • Trazodone.
  • Mianserin.
  • Moclobémide.
  • Amoksapin.

Dans le même temps, des études menées par certains auteurs ont montré que lors de l'utilisation de médicaments ISRS (sertraline, fluoxétine, fluvoxamine) pendant l'alimentation, aucun effet toxique sur les enfants du groupe d'étude n'a été détecté..

Traitement à Moscou

Les états dépressifs sont traités par un psychiatre ou un psychothérapeute. Une grande attention est accordée à l'attitude dans la famille de la part des parents et du mari. Des séances de psychothérapie, l'attention des proches, les antidépresseurs aideront à faire face à un état dépressif, à commencer à vivre une vie bien remplie. En tenant compte de l'état de santé, de la gravité de la dépression, le médecin sélectionne un antidépresseur, une dose du médicament et surveille le patient. Les conditions dépressives, la dépression prénatale et postnatale sont traitées à l'hôpital Yusupov. Un hôpital est un centre médical moderne, qui comprend plusieurs cliniques multi-profils, un hôpital, un laboratoire, un centre de diagnostic et un centre de réadaptation..

Le service d'hospitalisation de l'hôpital répond pleinement aux exigences modernes, le centre de diagnostic est équipé d'un équipement médical innovant qui vous permet de diagnostiquer rapidement et efficacement. Tous les examens des patients peuvent être réalisés en milieu hospitalier, les études qui ne sont pas réalisées en hôpital peuvent être réalisées dans un réseau de cliniques partenaires. L'hôpital Yusupov est un personnel de médecins avec une vaste expérience, un personnel médical courtois et une attitude attentive envers les patients. Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin en appelant l'hôpital.

Grossesse et antidépresseurs - Grossesse - 2020

Grossesse et dépression / antidépresseurs (juin 2020).

  • Dépression et grossesse
  • Grossesse et antidépresseurs: ce que disent les experts
  • continuation
  • Grossesse et dépression non traitée
  • Grossesse et antidépresseurs: comprendre les risques
  • continuation
  • Antidépresseurs et grossesse: garder les risques en perspective
  • Grossesse et antidépresseurs: options de médicaments
  • Grossesse et antidépresseurs: que faire?

La décision de continuer ou d'arrêter d'utiliser des antidépresseurs pendant la grossesse est l'une des décisions les plus difficiles qu'une femme doit prendre. Non traitée, la dépression peut être préjudiciable à la fois à la mère et au bébé. Mais la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse peut augmenter le risque de problèmes de votre bébé.

Il est important de tenir compte de votre santé, de celle de votre enfant à naître et du bien-être de votre famille, y compris de vos autres enfants, au moment de prendre une décision. Il est également important de ne pas prendre de décision avant d'en discuter avec vos médecins. Cela comprend un gynécologue et un psychiatre. Ensemble, vous pouvez peser le pour et le contre de continuer ou d'arrêter votre traitement et prendre la bonne décision pour vous..

Dépression et grossesse

De nombreuses femmes souffrent de dépression et ont besoin d'antidépresseurs pour gérer leurs symptômes. Dans le passé, on pensait que la grossesse protégeait contre la dépression. Mais les scientifiques comprennent maintenant que ce n'est pas le cas. De plus en plus de femmes prennent des antidépresseurs pendant la grossesse pour contrôler leurs symptômes. Une étude a révélé qu'entre 1998 et 2005, environ une femme sur 20 a déclaré avoir utilisé un antidépresseur trois mois avant ou pendant la grossesse..

Il y a des questions sur la sécurité de la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse. Mais la recherche montre que la plupart des antidépresseurs, en particulier les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les médicaments plus anciens, sont généralement considérés comme sûrs. Des anomalies congénitales et d'autres problèmes sont possibles. Mais le risque est très faible.

Grossesse et antidépresseurs: ce que disent les experts

Les psychiatres et les experts en obstétrique et gynécologie conviennent que si vous souffrez de dépression légère et êtes asymptomatique depuis au moins six mois, vous pouvez arrêter de prendre des antidépresseurs sous la supervision d'un médecin avant la grossesse ou pendant la grossesse. La psychothérapie, ainsi que des mesures de style de vie, peuvent être tout ce dont vous avez besoin pour faire face à la dépression. Vous pouvez survivre à votre grossesse sans antidépresseurs si vous:

  • Parlez régulièrement à un thérapeute
  • Faites plus d'exercice
  • Passer du temps dehors
  • Pratiquez le yoga et la méditation
  • Minimisez le stress

Mais comme le soulignent les experts, il sera préférable pour vous et votre bébé de continuer à prendre des antidépresseurs pendant la grossesse si vous faites l'une des choses suivantes:

  • Vous avez des antécédents de dépression sévère ou récurrente
  • Avoir des antécédents d'autres maladies mentales comme le trouble bipolaire
  • Avez-vous déjà été suicidaire

continuation

Grossesse et dépression non traitée

Si elle n'est pas traitée, la dépression peut avoir de lourdes conséquences sur votre santé et celle de votre enfant. Les femmes déprimées sont moins susceptibles de prendre soin d'elles-mêmes. Par exemple, ils peuvent ne pas être en mesure de suivre une alimentation saine ou manquer des rendez-vous avec des médecins. De plus, les femmes souffrant de dépression peuvent être plus susceptibles d'adopter des comportements à risque tels que boire, fumer ou consommer des drogues pendant la grossesse. Toutes ces activités peuvent entraîner des problèmes de santé potentiellement graves chez le bébé, notamment une fausse couche, une naissance prématurée et un faible poids à la naissance..

Non traitée, la dépression peut également affecter la dynamique familiale. Cela comprend votre relation avec votre conjoint et les autres enfants. Si vous avez des enfants plus âgés, vous devez vous en occuper. Certaines femmes enceintes, quel que soit leur état mental, peuvent avoir besoin de toute l'énergie dont elles disposent pour prendre soin d'elles-mêmes. Ajoutez la dépression au mélange et la souffrance peut devenir insupportable pour tout le monde. Si la dépression vous empêche de prendre soin de votre famille, vous devrez peut-être prendre des antidépresseurs à cette période vulnérable..

Grossesse et antidépresseurs: comprendre les risques

Peu de médicaments, voire aucun, sont considérés comme totalement sûrs pendant la grossesse. Les recherches sur les effets des antidépresseurs sur l'enfant en pleine croissance sont mitigées et peu concluantes. Une étude peut trouver qu'un antidépresseur particulier est associé à un type de risque. Un autre, cependant, peut trouver que ce n'est pas le cas. De plus, le risque pour un bébé peut varier en fonction du type d'antidépresseur et du moment où il est pris pendant la grossesse. Malgré cela, la plupart des risques relevés par les chercheurs étaient faibles..

Les risques signalés à l'enfant comprennent:

  • Hypertension pulmonaire persistante chez le nouveau-né (HPPN), maladie vasculaire pulmonaire sévère.
  • fausse couche
  • Malformations cardiaques
  • Malformations congénitales, y compris anencéphalie (lésion de la moelle épinière et du cerveau), craniosynostose (lésion du crâne), omphalocèle (lésion des organes abdominaux) et malformation des membres
  • Naissance prématurée (née avant 37 semaines de gestation)
  • Faible poids à la naissance (moins de 5 livres, 8 onces à la naissance)
  • Faibles scores sur l'échelle d'Apgar

De plus, les bébés exposés à des antidépresseurs dans l'utérus peuvent présenter des symptômes de sevrage tels que:

  • Problèmes de respiration
  • nervosité
  • Irritabilité
  • Problèmes d'alimentation
  • Faible taux de sucre dans le sang (hypoglycémie)
  • Mauvais ton

Certains nécessitent un court séjour (un à quatre jours) dans l'unité de soins intensifs néonatals. Aucun de ces symptômes n'est censé causer des dommages à long terme à l'enfant..

Les effets à long terme sur le développement et le comportement des antidépresseurs ne sont toujours pas clairs. Mais les études n'ont trouvé aucune différence significative dans le QI, le comportement, l'humeur, l'attention ou le niveau d'activité chez les enfants exposés à des antidépresseurs dans l'utérus..

continuation

Antidépresseurs et grossesse: garder les risques en perspective

Il est important de considérer les risques associés à l'utilisation d'antidépresseurs pendant la grossesse à long terme. Toutes les femmes enceintes ont un risque moyen de 3% d'avoir un bébé avec n'importe quel type d'anomalie congénitale dans la plupart des cas. Lorsque les chercheurs disent que les antidépresseurs peuvent augmenter le risque de certaines malformations congénitales, ils ne parlent que d'une légère augmentation. Par exemple, une étude a révélé que les antidépresseurs augmentaient de 1% le risque d'avoir un bébé atteint d'HPPN. Ainsi, même si vous prenez un antidépresseur pendant la grossesse, le risque global de problèmes de votre bébé est encore très faible. D'autres études ont montré des niveaux de risque variables associés aux antidépresseurs et à l'HPPN, avec 1% au sommet. Le risque pourrait donc être encore plus faible.

Grossesse et antidépresseurs: options de médicaments

Certains antidépresseurs sont considérés comme plus sûrs pour les femmes enceintes que d'autres. Les antidépresseurs considérés comme plus sûrs comprennent:

  • Fluoxétine (Prozac, Sarafem)
  • Citalopram (Celexa)
  • Sertraline (Zoloft)
  • Amitriptyline (Elavil)
  • Désipramine (Norpramine)
  • Nortriptyline (Pamelor)
  • Bupropion (Wellbutrin)

Mais si vous êtes enceinte et que vous prenez un antidépresseur qui ne figure pas sur cette liste, ne vous inquiétez pas. Même les plus controversés, y compris la paroxétine (Paxil), ont un risque relativement faible. Changer de médicament en milieu de grossesse pose ses propres problèmes. Parlez à votre médecin et découvrez ce qu'il pense être le mieux pour vous.

Si vous n'êtes pas enceinte mais prévoyez le devenir, il peut être utile d'essayer un autre médicament si vous êtes préoccupé par la sécurité de votre antidépresseur actuel. Encore une fois, parlez-en à votre médecin pour vous assurer qu'il s'agit d'une bonne option pour vous..

Grossesse et antidépresseurs: que faire?

Quel que soit le risque, aucune mère ne veut exposer inutilement son enfant à des médicaments. Décider de prendre ou d'arrêter de prendre des antidépresseurs pendant la grossesse n'est pas facile. Il n'y a pas de réponse correcte. Vous devez tenir compte de vos propres circonstances et prendre une décision en fonction des risques et des récompenses qui vous sont propres. Si vous et votre médecin pensez que vous pouvez arrêter de prendre votre médicament pendant que vous êtes enceinte, vous devez absolument l'essayer. Mais ne cessez jamais de prendre votre médicament sans en parler à votre médecin. La plupart des antidépresseurs nécessitent un sevrage pour arrêter de prendre le médicament en toute sécurité. Si vous devez prendre un antidépresseur pendant la grossesse, ne paniquez pas. N'oubliez pas que les risques associés à la plupart des antidépresseurs pendant la grossesse sont extrêmement faibles. Une dépression non traitée peut présenter un risque plus élevé.

Quoi que vous décidiez de faire, n'essayez pas de vous deviner. Une fois que vous avez pris une décision, prenez-la et passez à autre chose. Faites confiance à vous et à vos médecins. Comme vous, vos médecins veulent le meilleur résultat possible - une mère et un bébé en bonne santé.

Dépression et grossesse - que faire? 14 recommandations de scientifiques et de médecins

Les antidépresseurs peuvent être d'une importance cruciale pour les personnes qui souffrent de dépression ou d'autres états psycho-émotionnels inhabituels qui ne disparaissent pas d'eux-mêmes: apathie, rage. Mais prendre des pilules magiques pendant la grossesse peut avoir des conséquences néfastes sur le bébé. Comment être? Voici ce que la science sait avec certitude sur la combinaison des deux..

1. La dépression, hélas, n'est pas rare, tout comme la prise de pilules pendant la grossesse

Aux États-Unis, selon les dernières données, un habitant sur sept souffrait de dépression, et parmi les femmes enceintes, jusqu'à 18%. Il est très important pour une femme de se sentir bien pendant cette période afin qu'il n'y ait pas de conséquences négatives pour elle, son enfant et ses autres enfants, disent les médecins. Mais la décision de prendre des médicaments appartient toujours à la femme, il n'y a pas de règle claire ni d'instructions médicales. On sait qu'environ 13% des femmes enceintes prenaient encore des pilules.

2. Une dépression non traitée peut avoir des conséquences sur l'enfant

La grossesse en soi n'est pas la condition la plus facile pour une femme. Et s'il est complété par des problèmes psychologiques... Les enfants dans l'utérus, en fait, souffrent également, ce qui se traduit par des malformations, des problèmes cardiaques, une naissance prématurée, un faible poids à la naissance. Les nouveau-nés peuvent être plus passifs et moins émotifs que les bébés nés de mères sans signes de dépression. Certaines preuves suggèrent que les effets à long terme peuvent persister même dans l'enfance préscolaire..

La science ne sait pas encore exactement pourquoi la dépression maternelle affecte le fœtus, mais on suppose que les enfants dans ce cas reçoivent d'autres doses de produits chimiques importants pour le développement du cerveau. Ainsi, ne pas recevoir de médicaments pour la dépression peut avoir un impact plus important sur l'enfant que de les prendre..

3. Mais il y a un risque que les antidépresseurs interfèrent également avec le développement normal de l'enfant.

Des études montrent que ces bébés peuvent également naître plus tôt, avec un faible poids à la naissance et des troubles du développement. Ils peuvent également avoir du mal à respirer. Ces enfants sont deux fois plus susceptibles de se retrouver dans des unités de soins intensifs dans les premiers jours de leur vie, selon une étude basée sur l'observation d'environ 750 000 enfants aux États-Unis..

Néanmoins, il n'y a eu aucune étude hautement spécialisée sur l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse pour le moment, les scientifiques n'ont pas d'opinion sans équivoque sur la relation causale..

4. Plus la dose est élevée, plus le risque est grand

Le fait est évident, mais il faut le garder à l'esprit. Les substances actives pénètrent dans le placenta, vous ne devez donc pas en faire trop avec le dosage.

5. Le premier trimestre est la période la plus dangereuse

Surtout la période de 3-8 semaines, lorsque les principaux organes et parties du squelette sont formés: cœur, cerveau, colonne vertébrale. Et dans les deuxième et troisième trimestres, les risques sont réduits.