Apraxie

L'apraxie (inactivité, inactivité) est une maladie dans laquelle le patient ne peut effectuer aucun mouvement ou geste, bien qu'il ait la capacité physique et le désir de les effectuer. Dans cette maladie, les hémisphères cérébraux sont affectés, ainsi que les voies du corps calleux. L'apraxie peut se développer après un accident vasculaire cérébral, une tumeur cérébrale, une lésion cérébrale, une infection, des maladies dégénératives du cerveau (maladie d'Alzheimer, démence frontotemporale, maladie de Huntington, dégénérescence du ganglion corticobasal).

Types d'apraxie

Distinguer l'apraxie unilatérale, dans laquelle les troubles du mouvement ne se manifestent que sur un côté du visage ou du corps, et bilatérale. Cette maladie est classée par manifestations symptomatiques, ainsi que par localisation des lésions des hémisphères cérébraux. L'apraxie frontale, motrice, prémotrice, corticale et bilatérale se distingue par sa localisation dans le cerveau. Avec l'apraxie frontale, la séquence des actes moteurs est perturbée en raison de dommages à la région préfrontale des hémisphères cérébraux. Avec l'apraxie motrice, le patient est capable de planifier les actions nécessaires, mais il ne peut pas les réaliser. Avec l'apraxie prémotrice, la région prémotrice du cortex cérébral est affectée, ce qui perd la capacité de transformer des mouvements simples en mouvements plus complexes. L'apraxie bilatérale se produit avec des lésions bilatérales du lobe pariétal inférieur des hémisphères cérébraux.

Selon les types de troubles cognitifs et de compétences, l'apraxie est akinétique, amnésique, idéatoriale, idéocinétique, articulatoire, kinesthésique, constructive, orale, spatiale et afférente. Le type de maladie le plus difficile est l'apraxie articulatoire. L'apraxie articulatoire est caractérisée par l'incapacité du patient à articuler les mots, malgré l'absence de parésie et de paralysie des organes d'articulation. L'apraxie akinétique est causée par une motivation insuffisante pour bouger. La forme amnésique de la maladie est caractérisée par une violation des mouvements volontaires. Ideatorial - l'incapacité de désigner une séquence d'actions pour la mise en œuvre de faux mouvements. Le type kinesthésique de la maladie est caractérisé par une altération des actes moteurs volontaires. Avec une forme constructive de la maladie, le patient n'est pas capable de composer un objet entier à partir de parties séparées. Apraxie spatiale - désorientation dans l'espace.

Types d'apraxie motrice

Avec l'apraxie motrice, il y a violation des actions spontanées et des actions à imiter. Ce type de maladie est le plus souvent unilatéral. L'apraxie motrice est divisée en deux types: mélocinétique et idéocinétique. Avec l'apraxie idéocinétique, le patient n'est pas capable d'effectuer consciemment des mouvements simples, mais en même temps il peut les exécuter accidentellement. Il exécute correctement des actions simples, mais pas en mission. Le patient confond généralement les mouvements (touche le nez au lieu de l'oreille, etc.). L'apraxie mélocinétique se manifeste par la distorsion de la structure des mouvements qui composent une certaine action et leur remplacement par des mouvements indéfinis sous forme de doigts mobiles et écartés au lieu de serrer une main dans un poing ou de secouer un doigt.

Apraxie afférente

L'apraxie afférente se développe généralement dans le contexte d'une lésion du cortex cérébral post-central (pariétal). Cette maladie se caractérise par l'incapacité du patient à reproduire des poses uniques (doigt et main, oral et articulation). Cependant, de telles postures dans ce type de maladie se reproduisent facilement avec des actions involontaires habituelles - s'habiller, manger.

Apraxie constructive

L'apraxie constructive est considérée comme un type de maladie spécial et le plus courant. Il se développe avec des lésions du lobe pariétal, des hémisphères droit et gauche. Avec cette maladie, le patient a du mal ou est incapable de représenter, d'esquisser de mémoire les figures d'animaux et d'humains, des figures géométriques. Dans le même temps, le patient déforme les contours de l'objet, ne complète pas ses éléments et détails individuels. En copiant le visage d'une personne, il peut attirer un œil sur l'autre, sans dessiner certaines parties du visage. Avec l'apraxie constructive, il est difficile de choisir un endroit pour dessiner sur papier.

Traitement de l'apraxie

Les psychiatres et les neurologues sont impliqués dans le traitement de l'apraxie, tout dépend du type et de la cause des troubles. Le plus souvent, des schémas thérapeutiques individuels sont prescrits en utilisant la physiothérapie, l'orthophonie et la formation professionnelle. Les patients ayant des handicaps similaires ont besoin d'un psychologue, d'un soignant et d'un travailleur social.

Les informations sont généralisées et fournies à titre informatif uniquement. Au premier signe de maladie, consultez votre médecin. L'automédication est dangereuse pour la santé!

Apraxie - la perte de la capacité de faire des mouvements intentionnels

Imaginez une personne qui est incapable d'assembler un modèle à partir d'un jeu de construction, même s'il y a un échantillon devant lui. Il ne faut pas penser que cette personne a un intellect peu développé: le fameux «i-q» peut être bien supérieur à la moyenne; cependant, il peut souffrir d'un trouble connu sous le nom d'apraxie. Qu'est-ce que c'est et peut-il être traité ou corrigé?

Qu'est-ce que l'apraxie

Chaque jour, une personne doit effectuer un grand nombre d'actions - simples, complexes, composées. Nous faisons certaines de ces actions automatiquement, sans y penser. Une autre partie de l'action nécessite un plan clair et réfléchi..

L'exécution de complexes séquentiels de mouvements est la fonction mentale la plus élevée acquise par une personne au cours d'une longue évolution. Cette fonction n'est acquise par une personne que dans le processus de la vie - pendant la formation et l'accumulation d'une expérience individuelle. Certaines perturbations du fonctionnement du cerveau entraînent la perte de cette fonction. Une personne peut effectuer des actions simples qui sont des éléments constitutifs d'un complexe complexe, cependant, il devient problématique pour lui de les combiner dans ce très complexe..

Bien que la «praxis» humaine soit étudiée par des scientifiques et des philosophes depuis des milliers d'années, l'attention des spécialistes sur l'apraxie n'est apparue que dans la seconde moitié du XIXe siècle, au même moment où ce terme est apparu. En 1871, le concept d '«apraxie» a été utilisé pour la première fois par le philologue allemand Heyman Steinthal; cependant, une description détaillée des symptômes de cette maladie a été présentée beaucoup plus tard - cela a déjà été fait au XXe siècle par le médecin allemand G. Lilmann.

Types d'apraxie

Il existe de nombreuses variétés d'apraxie. Le plus souvent, l'exécution d'actions volontaires est violée dans un ordre local: le trouble ne peut affecter que la moitié du corps, des membres, du visage et ne peut affecter que des actions d'une certaine nature.

Certains de ces troubles comprennent:

  • Akinétique - exprimé par un manque de motivation pour les mouvements volontaires.
  • Amnésique - violation des mouvements volontaires tout en maintenant la capacité d'imitation.
  • Ideatorial - l'incapacité à esquisser un plan d'action complexe nécessaire à la réalisation du complexe moteur.
  • Idéocinétique - l'incapacité à effectuer délibérément des actions simples qui constituent un complexe moteur complexe, tout en conservant la capacité de les exécuter de manière aléatoire.
  • Kinesthésique - une violation des mouvements volontaires et imitatifs, dans laquelle une personne n'est pas capable d'effectuer même une action symbolique (par exemple, pour montrer comment allumer une allumette).
  • Constructif - une violation décrite ci-dessus, dans laquelle une personne ne peut pas assembler un objet à partir de ses parties.
  • Habiller l'apraxie - un trouble dans lequel une personne est incapable de s'habiller.
  • Orale - apraxie motrice du visage, dans laquelle le mouvement de la langue et des lèvres est difficile, ce qui entraîne des troubles de la parole.
  • Spatial - avec cette violation, le patient ne peut pas naviguer dans l'espace, tout d'abord, il est difficile de déterminer où se trouve à droite et où est à gauche.
  • L'apraxie de la marche est une violation du processus de marche qui n'est associée à aucun autre trouble.
  • L'apractoagnosie est un trouble complexe, un syndrome dans lequel la perception spatiale est perturbée et la possibilité d'actions ciblées orientées spatialement disparaît; c'est l'un des types les plus graves de la maladie, dans lequel une vie normale est presque impossible.

Il existe une autre classification de l'apraxie. Ainsi, la variété motrice se produit lorsqu'une personne a le désir d'effectuer une séquence d'actions, mais ne peut pas le faire. L'apraxie frontale est l'incapacité de programmer une séquence arbitraire d'actions.

Diagnostic et symptômes de la maladie

L'apraxie est une maladie dont les signes externes sont assez spécifiques. Par conséquent, le plus souvent, le diagnostic correct peut être obtenu dès la première visite chez le médecin. Cependant, ce n'est qu'un diagnostic général, mais un type spécifique de maladie nécessite une identification supplémentaire. Ici, le médecin doit étudier l'histoire de la maladie, interroger le patient sur sa vie, effectuer un examen neurologique, effectuer des tests qui montreront comment le patient effectue les mouvements les plus simples. En outre, le médecin peut prescrire des procédures telles que l'échographie, la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique.

Pour le diagnostic final, il peut être nécessaire d'examiner d'autres spécialistes - un orthophoniste, un ophtalmologiste, un neurochirurgien, un psychologue. De plus, certains types d'apraxie sont extérieurement similaires à des maladies très différentes; par exemple, l'apraxie de la marche a des manifestations qui ressemblent extérieurement à un trouble de l'appareil vestibulaire, des troubles du mouvement et une ataxie (violation de la coordination du travail musculaire). Par conséquent, pour un diagnostic correct, il est parfois nécessaire d'exclure la possibilité de maladies similaires, mais complètement différentes..

Comment l'apraxie peut-elle se manifester extérieurement? Par exemple, un patient peut marcher à petits pas, ses mouvements sont contraints, il peut répéter le même élément de mouvement plusieurs fois de suite. Il peut également avoir des troubles de l'élocution, des difficultés à contrôler le mouvement de la langue et des lèvres. Il peut être difficile pour une personne souffrant de cette maladie d'ouvrir et de fermer les yeux, de se concentrer sur un objet spécifique, elle éprouve des difficultés d'orientation spatiale. En outre, une personne souffrant d'apraxie peut ne pas être en mesure d'habiller, de se déshabiller, d'assembler une structure entière à partir de ses composants..

Mais ce sont tous des symptômes spécifiques. Il existe également des symptômes plus généraux de la maladie, tels que la dépression, l'instabilité émotionnelle, l'agressivité, l'irritabilité. Certains de ces signes peuvent être de nature «acquise»: après tout, la maladie rend difficile pour une personne une vie à part entière, les manifestations de la maladie provoquent souvent le ridicule des autres. Dès que les premiers signes de la maladie chez un adulte ou un enfant sont détectés, il doit être immédiatement emmené chez un neurologue; afin que vous puissiez sauver la victime de conséquences plus graves.

Il arrive que la présence d'une maladie ne puisse être établie que par hasard. La maladie peut pratiquement ne pas se manifester pendant une longue période ou ses manifestations sont ignorées, car elles n'interfèrent pas beaucoup avec la vie normale. Par exemple, un enfant peut avoir une écriture médiocre, ce que les parents et les enseignants attribuent à la paresse, au matériel d'écriture peu pratique, à la gaucherie et à d'autres circonstances, bien qu'en réalité un tel enfant puisse souffrir d'apraxie..

Causes d'occurrence

Les causes de l'apraxie sont enracinées dans des troubles cérébraux. Pour être précis, avec divers types de cette maladie, certaines zones du cortex cérébral sont touchées; de plus, le travail du corps calleux, l'organe qui relie les deux hémisphères du cerveau, peut être perturbé. Dans ce dernier cas, l'apraxie affecte le plus souvent le côté gauche du corps. Les causes des lésions cérébrales peuvent être très différentes: il s'agit du mauvais traitement des lésions cérébrales traumatiques et des néoplasmes qui apparaissent naturellement dans le cerveau.

Certaines maladies du cerveau peuvent également entraîner l'apparition de la maladie. Il peut s'agir d'un accident vasculaire cérébral, de la démence, de tumeurs malignes et bénignes du cerveau, de la maladie d'Alzheimer, d'un traumatisme crânien, de la maladie de Parkinson, d'un accident cérébrovasculaire et de certaines autres affections..

La maladie peut survenir à tout âge - même à l'âge adulte, même en tant qu'enfant. Les enfants peuvent être considérés comme un groupe à risque, car ils sont souvent soumis à des coups à la tête, à des traumatismes crâniens, à l'autisme, à la paralysie cérébrale, à l'encéphalite, aux tumeurs cérébrales - toutes ces maladies peuvent provoquer le développement de l'apraxie. Après tout, le corps d'un enfant est beaucoup moins protégé qu'un adulte, les os du crâne n'ont pas suffisamment grandi et les réactions émotionnelles n'ont pas été formées selon les normes requises. Cette maladie n'apparaît jamais d'elle-même, mais est toujours le résultat d'une autre maladie et blessure.

Méthodes de traitement

Différents types de cette maladie ont différentes options de traitement. Cependant, dans de nombreux cas, la maladie peut être éliminée avec succès ou du moins arrêtée..

Le traitement conservateur de l'apraxie implique la prise de certains médicaments. Ce sont des nootropiques, des médicaments pour améliorer la circulation cérébrale, des médicaments qui normalisent le tonus sanguin, des agents antiplaquettaires, des substances anticholinestérases. Les méthodes de traitement spécifiques sont également d'une grande importance: ergothérapie, massage thérapeutique, procédures de physiothérapie, exercices de physiothérapie, cours avec un orthophoniste et rendez-vous avec un psychologue. Dans certains cas, la capacité à effectuer des actions complexes peut être corrigée en observant attentivement vos mouvements. Dans certains cas, un traitement chirurgical de l'apraxie est utilisé, surtout si la maladie est causée par des néoplasmes dans le cerveau.

On a remarqué que des patients d'âges différents sont guéris avec des degrés de succès variables. La récupération la plus rapide et la plus facile de la «praxis» se produit chez les enfants et à l'âge adulte, les personnes âgées et séniles, la récupération est plus lente et moins réussie..

Il convient de noter que si certains types de violations de la praxis restent invisibles pour le patient et d'autres, d'autres limitent considérablement la vie de la victime, et une surveillance et des soins attentifs sont mis en place pour elle. Des types de maladies comme, par exemple, une perception spatiale altérée sont particulièrement graves; un mouvement indépendant pour ces personnes peut constituer un grave danger. De plus, de nombreux types d'apraxie affectent négativement les activités professionnelles et rendent impossible une carrière dans un certain nombre de professions. Cela peut causer un traumatisme psychologique aux victimes, puisque tous les autres «composants» de la conscience qu'elles conservent.

En général, une personne, par exemple, est capable de conduire une voiture, veut le faire et pourrait auparavant être un conducteur normal; la violation de la «praxis» l'a privé de cette opportunité, ce qui a été un coup psychologique pour lui. Ces personnes doivent consulter un psychologue. Une personne ne devrait pas être autorisée à être complètement «effacée» de la vie. Il est possible d'organiser la sélection d'un métier et d'un type d'activité adapté, où les troubles moteurs ne joueront pas un rôle significatif. Par exemple, si la maladie se traduit par une violation de la marche, une personne est tout à fait capable de travailler sur un ordinateur. Les troubles de la parole n'interfèrent pas avec l'écriture. Des acteurs célèbres, des politiciens et d'autres célébrités ont tel ou tel type de cette maladie.

L'acteur Daniel Radcliffe, qui a joué Harry Potter dans la série de films sur lui, est l'une des personnes célèbres souffrant de troubles de la "praxis". Malgré sa maladie (il ne peut notamment pas nouer des lacets sur des chaussures), il continue à jouer dans des films et mène une vie créative et sociale à part entière. Radcliffe donne souvent des conseils à ceux qui souffrent de la même maladie et essaie de les soutenir de toutes les manières possibles. En 2019, l'acteur a joué le rôle principal dans le prochain film - la série "Miracle Workers".

En général, on peut dire que l'apraxie n'est pas une maladie si grave qu'elle transforme une personne en «légume». Les troubles graves des mouvements de tout le corps sont rares. Il est arrivé que des personnes atteintes de maladies beaucoup plus graves poursuivent leur vie normale et ne quittent même pas leur profession. Le musicien de rock Seth Putnam a continué à être le chanteur de son groupe même après avoir été complètement paralysé la moitié de son corps..

Qu'est-ce que l'apraxie? Types d'apraxie chez les enfants et les adultes

L'apraxie est une violation de la détermination des mouvements. Dans la vie, une personne n'hésite pas à effectuer de nombreux mouvements connexes. Par exemple, vous devez vous peigner les cheveux. Il s'agit d'un complexe de mouvements simples - prenez un peigne, levez la main avec, passez le peigne dans vos cheveux plusieurs fois dans la bonne direction.

Ce complexe de mouvements est soutenu par une activité nerveuse plus élevée. Et soudain, une violation est survenue - l'homme a pris le peigne et s'est figé. Cela n'a pas fonctionné automatiquement. Vous devez penser à CHAQUE mouvement simple.

Autrement dit, l'apraxie est une perte de la capacité d'effectuer automatiquement des mouvements complexes.

Le nom de la pathologie se compose de deux parties: le préfixe négatif grec a- et le mot grec praxis - c'est-à-dire action. Cela fait référence à la violation de formes complexes d'action délibérée arbitraire avec la sécurité de ses mouvements élémentaires constitutifs, la force, la précision et la coordination des mouvements.

Apraxie - qu'est-ce que c'est

L'apraxie est une condition pathologique, accompagnée d'une violation de la capacité à effectuer des mouvements séquentiels ciblés, à condition que le volume nécessaire des fonctions sensorielles et motrices soit préservé. L'apraxie se produit dans le contexte de lésions focales du cortex cérébral et / et des ganglions sous-corticaux.

Les raisons du développement de l'apraxie peuvent être des tumeurs cérébrales, un TBI (traumatisme crânien), des infections accompagnées de lésions des méninges et du cortex cérébral, des hémorragies cérébrales.

Praxis - qu'est-ce que c'est

L'activité nerveuse supérieure d'une personne est appelée un ensemble de processus neurophysiologiques qui assurent le processus d'assimilation des informations, l'apprentissage de nouveaux types d'activité, la formation d'un comportement, d'une pensée, d'une conscience et d'une activité mentale déterminés.

L'activité nerveuse supérieure (HND) d'une personne comprend la pensée, la parole, la mémoire, l'attention, la perception, les émotions et le tempérament, la volonté, l'imagination, la praxis.

Praxis est le GNI, qui est chargé d'assurer la capacité de faire des mouvements conscients et déterminés. Traduit du grec, la praxis est «mouvement» (par conséquent, l'apraxie est l'absence d'action, l'inaction).


Praxis comprend:

  • entraînement aux actes moteurs complexes;
  • faire des mouvements ciblés;
  • automatisme de mouvements complexes et simples effectués.

La praxis est régulée au niveau du cortex et des structures sous-corticales du cerveau. Lorsque les zones du cerveau responsables de la praxis sont touchées, l'apraxie se développe.

Pour référence. Dans le même temps, l'apraxie ne s'accompagne pas d'une violation du tonus musculaire ou de pathologies dans la sphère motrice. La perte de la motricité acquise dans l'apraxie est précisément associée à des lésions des structures cérébrales responsables de la régulation de la praxis.

Dans la plupart des cas, l'apraxie se développe dans le contexte de lésions des zones frontales-pariétales du cortex cérébral..

Classification

  1. Moteur. Le patient ne peut reproduire aucune action active, ni à la demande du médecin, ni par imitation. Une personne comprend le type de mouvement qu'elle doit effectuer, mais elle ne peut pas terminer la tâche, même après que le médecin lui a montré cette action ou ce mouvement (par exemple, pour dénouer un simple nœud sur une dentelle):
      Moteur afférent. Une personne ne peut pas s'adapter correctement à la forme et à la longueur de l'objet qu'elle tente de manipuler, la main du patient ne prend pas la forme ou la posture appropriée nécessaire pour effectuer une certaine action (prenez une cuillère et commencez à manger de la soupe);
  2. Moteur efférent. Une personne a de grandes difficultés à effectuer plusieurs mouvements séquentiels qui sont nécessaires pour certaines actions. Souvent, le patient peut observer des persévérations prononcées. Les gens ont une écriture cassée, ils ne peuvent pas taper un rythme simple avec leurs doigts;
  3. Ideatorial. Une personne a une violation de la planification de l'activité motrice, ainsi qu'un contrôle altéré des actions effectuées. Avec ce type d'apraxie, le patient a une violation de la séquence d'actions correcte, il y a des mouvements inappropriés et inutiles. Le patient ne peut pas effectuer d'actions avec des données ou des objets imaginaires. Par exemple, le patient ne peut pas montrer au médecin comment préparer un sachet de thé dans une tasse, comment se coiffer. Cependant, une personne peut effectuer ces actions si elle répète après le médecin, certains patients effectuent automatiquement un certain nombre d'actions. Avec cette maladie, le patient perd non seulement presque complètement ses compétences professionnelles, mais il ne peut plus se servir lui-même. L'apraxie idéationnelle se produit à la suite de lésions de la région temporale et des lobes frontaux du cerveau;

Zones cérébrales impliquées dans la progression primaire de l'apraxie de la parole

Constructif. Une personne manque de représentations spatiales, de sens du volume d'un objet. Le patient a une orientation spatiale altérée. Avec cette maladie, les patients, à la demande d'un médecin, ne peuvent pas assembler un tout à partir de ses composants (un carré de quatre allumettes). Mais, avec ce type d'apraxie, le patient peut reproduire un certain nombre d'autres actions, à la fois à la demande du médecin et en copiant après lui. L'apraxie constructive est une conséquence des lésions des lobes pariétaux inférieurs. Avec cette maladie, le patient est confronté à un problème de choix spatial d'un lieu d'écriture sur une feuille vierge, certains patients ne peuvent pas redessiner un simple dessin, parfois l'écriture elle-même est perturbée;

  • Apraxie de la marche. La démarche du patient est perturbée, il manque de confiance en sa démarche, tombe et trébuche souvent. Avec l'apraxie de la marche, les troubles moteurs et sensoriels ne sont pas diagnostiqués chez l'homme. L'apraxie de la marche est un symptôme d'une lésion du cortex du lobe frontal;
  • Apraxie orale. Il y a une violation de la parole, le patient ne peut pas reproduire correctement divers sons. Avec cette maladie, une personne éprouve de grandes difficultés à effectuer des mouvements articulatoires simples avec la participation des muscles de la cavité buccale (il ne peut pas atteindre le palais dur avec le bout de sa langue, comprimer ses lèvres avec un "tube", tirer fortement la langue). L'apraxie buccale est souvent associée à une aphasie motrice afférente;
  • Apractoagnosie spatiale. Une personne éprouve de grandes difficultés à écrire des lettres, à reproduire des lettres;
  • Mimique ou facial. Le patient a des troubles de la parole (dysarthrie);
  • Syndrome de la main étrangère - fait référence aux troubles psycho-neurologiques. et se caractérise par le fait qu'une ou deux mains agissent d'elles-mêmes, quels que soient les souhaits du patient lui-même (ce syndrome s'accompagne de crises d'épilepsie). Avec cette maladie, une main du patient peut peigner les cheveux et, au contraire, les gâcher. Le syndrome de la «main étrangère» a un autre nom - «main anarchiste», la main douloureuse du patient se comporte de manière autonome et peut se blesser (mettez vos doigts dans l'eau bouillante ou dans des fils dénudés);
  • Apraxie cinétique. Une personne peut planifier et contrôler ses mouvements actifs, mais elle a perdu ses compétences automatiques. Si vous observez un patient atteint d'apraxie cinétique, vous pouvez voir que tous ses mouvements sont très lents et incertains. Ces patients sont obligés de contrôler la mise en œuvre des mouvements les plus simples, y compris dans la vie quotidienne. Avec ce type d'apraxie, la tomographie par ordinateur montre les zones touchées des zones prémotrices frontales postérieures du cerveau;
  • Apraxie kinesthésique (idéomotrice). Chez l'homme, les représentations spatiales et somatotopiques sont perdues, mais la planification de l'activité motrice est préservée. Dans la vie quotidienne, un exemple d'apraxie kinesthésique est l'apraxie de l'habillage, qui se caractérise par une violation de l'acte même de s'habiller (en essayant de mettre un pantalon, le patient les habille à l'envers et ne peut pas mettre correctement sa jambe dans la jambe du pantalon). Chez une personne atteinte de ce type de maladie, la compréhension du processus de mouvement et la performance des actions symboliques sont altérées. Le diagnostic est confirmé par les résultats de la tomodensitométrie, sur laquelle se trouvent diverses lésions des lobes pariétaux du cerveau;
  • Conducteur. Les patients éprouvent de grandes difficultés à reproduire les actions du médecin, bien que l'activité indépendante ne soit pas perdue. Dans cette maladie neurologique, le patient peut effectuer des actions symboliques à la demande du médecin. Sur un tomogramme calculé, les zones de lésions des lobes pariétaux du cerveau sont visibles;
  • Dissociatif. Une personne éprouve de grandes difficultés à effectuer un mouvement à la demande d'un médecin, bien que la performance indépendante et la répétition de la plupart des actions pour le médecin soient préservées. Avec ce type d'apraxie, il y a une violation de la connexion entre les zones responsables: les composants sensoriels de la parole et les zones motrices du cerveau. Une étude informatique révèle une lésion de la commissure antérieure du corps calleux;
  • Dynamique. La personne a une attention involontaire altérée et le processus de mémorisation et d'automatisation de nouveaux mouvements est également difficile. Ces symptômes se manifestent par la défaite de structures profondes non spécifiques du cerveau. Lors de l'exécution de programmes d'action mémorisés, les patients subissent de longues pauses et des mouvements erronés, mais la personne elle-même y prête attention et essaie de le corriger;
  • Apraxie de la parole. Il survient à la suite de la lésion d'une partie du cerveau, il y a violation de la participation d'un groupe musculaire à la parole, chez de tels patients, des troubles de l'élocution. L'apraxie de la parole est une pathologie très complexe de l'enfance.
  • Causes d'apraxie

    L'apraxie peut se développer en raison de:

    • les tumeurs cérébrales (le plus souvent, les gliomes, les astrocytomes, les ganglioneuroblastomes, qui ont tendance à se développer progressivement dans le cortex et les centres sous-corticaux, et à détruire progressivement les zones impliquées dans la praxis, conduisent au développement de l'apraxie);
    • LCR et kystes dermoïdes, anévrismes et malformations artério-veineuses, conduisant à la compression et à la mort des neurones corticaux, ainsi qu'à la déconnexion des connexions entre les champs associatifs dans le cortex des structures sous-corticales du cerveau;
    • les maladies neurodégénératives accompagnées de lésions diffuses du cortex et des noyaux gris centraux dans le contexte de la maladie d'Alzheimer, de la démence, de la maladie de Pick, des encéphalopathies alcooliques, des dégénérescences corticobasales, des complications du diabète sucré, de la maladie de Parkinson;
    • accidents vasculaires cérébraux (la cause de l'apraxie peut être à la fois ischémique (résultant d'un spasme des artères du cerveau, thromboembolie) et accidents vasculaires cérébraux hémorragiques associés à la rupture de la paroi du vaisseau cérébral);
    • traumatisme cranio-cérébral (l'apraxie peut se développer à la suite de lésions directes des zones du cortex responsables de la praxis et dans le contexte de lésions secondaires de ces zones dues à un hématome post-traumatique, un œdème, des processus ischémiques, une inflammation);
    • lésions infectieuses du cerveau ou / et de ses membranes en cas d'encéphalite, méningo-encéphalite, abcès cérébral;
    • maladies auto-immunes, accompagnées de lésions diffuses de la matière grise et blanche du cerveau;
    • diverses intoxications graves (alcooliques, narcotiques, intoxications médicamenteuses, produits chimiques toxiques).

    Pour référence. Les facteurs de risque de développement de l'apraxie sont considérés comme l'âge de plus de soixante ans, la présence d'une prédisposition héréditaire, une hypertension sévère, un diabète sucré, des maladies cardiovasculaires, un alcoolisme chronique, des antécédents d'AVC.

    Apraxie constructive

    Ce type de maladie se caractérise par une diminution des capacités constructives du cerveau. Ces violations peuvent être vues particulièrement clairement lorsque le patient tente de représenter quelque chose sur papier. Avec l'apraxie constructive, le patient effectue un dessin avec des violations clairement marquées. Certains détails du sujet sont perdus, ses contours sont déformés, il n'y a pas de choix clair de l'emplacement de l'image. L'apraxie constructive se développe en cas de lésion du lobe pariétal de l'un ou l'autre hémisphère.

    L'apraxie constructive est considérée comme un type de maladie spécial et le plus courant. Il se développe avec des lésions du lobe pariétal, des hémisphères droit et gauche. Avec cette maladie, le patient a du mal ou est incapable de représenter, d'esquisser de mémoire les figures d'animaux et d'humains, des formes géométriques.

    PLUS: Premiers secours pour un AVC avant l'arrivée d'une ambulance: un algorithme d'actions

    Apraxie en tant que violation d'une activité nerveuse supérieure

    L'apraxie est une violation de la détermination des mouvements. Dans la vie, une personne n'hésite pas à effectuer de nombreux mouvements connexes. Par exemple, vous devez vous peigner les cheveux. Il s'agit d'un complexe de mouvements simples - prenez un peigne, levez la main avec, passez le peigne dans vos cheveux plusieurs fois dans la bonne direction.

    Ce complexe de mouvements est soutenu par une activité nerveuse plus élevée. Et soudain, une violation est survenue - l'homme a pris le peigne et s'est figé. Cela n'a pas fonctionné automatiquement. Vous devez penser à CHAQUE mouvement simple.

    Autrement dit, l'apraxie est une perte de la capacité d'effectuer automatiquement des mouvements complexes.

    Le nom de la pathologie se compose de deux parties: le préfixe négatif grec a- et le mot grec praxis - c'est-à-dire action. Cela fait référence à la violation de formes complexes d'action délibérée arbitraire avec la sécurité de ses mouvements élémentaires constitutifs, la force, la précision et la coordination des mouvements.

    Apraxie - qu'est-ce que c'est

    L'apraxie est une condition pathologique, accompagnée d'une violation de la capacité à effectuer des mouvements séquentiels ciblés, à condition que le volume nécessaire des fonctions sensorielles et motrices soit préservé. L'apraxie se produit dans le contexte de lésions focales du cortex cérébral et / et des ganglions sous-corticaux.

    Les raisons du développement de l'apraxie peuvent être des tumeurs cérébrales, un TBI (traumatisme crânien), des infections accompagnées de lésions des méninges et du cortex cérébral, des hémorragies cérébrales.

    Praxis - qu'est-ce que c'est

    L'activité nerveuse supérieure d'une personne est appelée un ensemble de processus neurophysiologiques qui assurent le processus d'assimilation des informations, l'apprentissage de nouveaux types d'activité, la formation d'un comportement, d'une pensée, d'une conscience et d'une activité mentale déterminés.

    L'activité nerveuse supérieure (HND) d'une personne comprend la pensée, la parole, la mémoire, l'attention, la perception, les émotions et le tempérament, la volonté, l'imagination, la praxis.

    Praxis est le GNI, qui est chargé d'assurer la capacité de faire des mouvements conscients et déterminés. Traduit du grec, la praxis est «mouvement» (par conséquent, l'apraxie est l'absence d'action, l'inaction).

    Praxis comprend:

    • entraînement aux actes moteurs complexes;
    • faire des mouvements ciblés;
    • automatisme de mouvements complexes et simples effectués.

    La praxis est régulée au niveau du cortex et des structures sous-corticales du cerveau. Lorsque les zones du cerveau responsables de la praxis sont touchées, l'apraxie se développe.

    Pour référence. Dans le même temps, l'apraxie ne s'accompagne pas d'une violation du tonus musculaire ou de pathologies dans la sphère motrice. La perte de la motricité acquise dans l'apraxie est précisément associée à des lésions des structures cérébrales responsables de la régulation de la praxis.

    Dans la plupart des cas, l'apraxie se développe dans le contexte de lésions des zones frontales-pariétales du cortex cérébral..

    Causes d'apraxie

    L'apraxie peut se développer en raison de:

    • les tumeurs cérébrales (le plus souvent, les gliomes, les astrocytomes, les ganglioneuroblastomes, qui ont tendance à se développer progressivement dans le cortex et les centres sous-corticaux, et à détruire progressivement les zones impliquées dans la praxis, conduisent au développement de l'apraxie);
    • LCR et kystes dermoïdes, anévrismes et malformations artério-veineuses, conduisant à la compression et à la mort des neurones corticaux, ainsi qu'à la déconnexion des connexions entre les champs associatifs dans le cortex des structures sous-corticales du cerveau;
    • les maladies neurodégénératives accompagnées de lésions diffuses du cortex et des noyaux gris centraux dans le contexte de la maladie d'Alzheimer, de la démence, de la maladie de Pick, des encéphalopathies alcooliques, des dégénérescences corticobasales, des complications du diabète sucré, de la maladie de Parkinson;
    • accidents vasculaires cérébraux (la cause de l'apraxie peut être à la fois ischémique (résultant d'un spasme des artères du cerveau, thromboembolie) et accidents vasculaires cérébraux hémorragiques associés à la rupture de la paroi du vaisseau cérébral);
    • traumatisme cranio-cérébral (l'apraxie peut se développer à la suite de lésions directes des zones du cortex responsables de la praxis et dans le contexte de lésions secondaires de ces zones dues à un hématome post-traumatique, un œdème, des processus ischémiques, une inflammation);
    • lésions infectieuses du cerveau ou / et de ses membranes en cas d'encéphalite, méningo-encéphalite, abcès cérébral;
    • maladies auto-immunes, accompagnées de lésions diffuses de la matière grise et blanche du cerveau;
    • diverses intoxications graves (alcooliques, narcotiques, intoxications médicamenteuses, produits chimiques toxiques).

    Pour référence. Les facteurs de risque de développement de l'apraxie sont considérés comme l'âge de plus de soixante ans, la présence d'une prédisposition héréditaire, une hypertension sévère, un diabète sucré, des maladies cardiovasculaires, un alcoolisme chronique, des antécédents d'AVC.

    Types d'apraxie

    L'apraxie est divisée selon la localisation du processus pathologique dans les tissus du cerveau et selon les types de déficiences cognitives développées.

    En fonction de l'emplacement du foyer pathologique, les types d'apraxie suivants sont distingués:

    • frontal (se développant dans le contexte d'une lésion du cortex de la partie antérieure du lobe frontal (cortex préfrontal), les principaux symptômes de l'apraxie frontale sont: perte ou altération de la capacité à effectuer des mouvements complexes et séquentiels);
    • motrice (l'apraxie motrice se manifeste par la préservation de la capacité de planifier leurs actions ultérieures, mais la perte de la capacité d'effectuer ces actions);
    • prémoteur (se développe dans le contexte de dommages à la région prémotrice du cortex et du 6ème CPB (champ cytoarchitectonique de Brodmann), se manifeste par une perte d'automatisme des actions, ainsi qu'une perte de compétences nécessaires pour transformer des actions simples en actions complexes);
    • cortical (se développer dans le contexte de dommages au cortex dans l'hémisphère dominant du cerveau);
    • bilatérale (formes bilatérales d'apraxie qui se développent lorsque le lobe pariétal inférieur est affecté).

    Lire aussi sur le sujet


    Selon le type de déficience cognitive développée, il est habituel de distinguer les types d'apraxie suivants:

    • akinétique (apraxie psychomotrice due à un stimulus insuffisant pour effectuer des mouvements);
    • amnétique (apraxie, accompagnée de la préservation des mouvements imitatifs, avec la perte de la capacité d'effectuer leurs propres mouvements volontaires);
    • idéationnelle (l'apraxie idéationnelle est un trouble du mouvement caractérisé par l'impossibilité d'élaborer un plan d'actions complexes, cette apraxie est aussi appelée apraxie idéationnelle de Pik, apraxie de Marcuse ou apraxie associative de Bongeffer);
    • idéocinétique (se manifestant par la perte de la capacité à effectuer délibérément des mouvements simples qui composent des actes moteurs complexes, tandis que le patient conserve la capacité d'effectuer des mouvements simples spontanés);
    • kinesthésique (l'apraxie de Lipman, apraxie idéomotrice, afférente ou kinesthésique est un trouble du mouvement accompagné d'une perte de la capacité à effectuer des mouvements volontaires en raison de l'incapacité du cortex à analyser les signaux entrants, à la suite de quoi le patient essaie constamment de «trouver» les mouvements nécessaires). L'apraxie kinesthésique se développe lorsque le cortex de la région postcentrale est affecté;
    • constructif (se manifestant par la perte de la capacité à «assembler» un acte moteur complexe à partir de plusieurs composants de ses mouvements;
    • cinétique (accompagnée d'une perte d'automatisme du mouvement);
    • pansement apraxie (observée dans le contexte de lésions des zones pariéto-occipitales du cortex (principalement dans l'hémisphère droit) et se manifestant par l'apparition de difficultés ou une perte complète de la capacité de s'habiller de manière indépendante);
    • orale (l'apraxie orale s'accompagne d'une violation de mouvements complexes des lèvres, de la langue, nécessaires à la reproduction de la parole);
    • spatial (accompagné d'une violation de l'orientation dans l'espace et les directions);
    • apraxie de la marche (se développe dans le contexte de lésions du cortex du lobe frontal et se manifeste par une violation de la marche, alors que le patient ne présente pas d'ataxie, de troubles proprioceptifs moteurs et vestibulaires);
    • apractoagnosie (se développe dans le contexte de la défaite du 39e champ de Brodmann et se manifeste par une violation de la perception spatiale et la perte de la capacité à effectuer une activité organisée spatialement).

    Symptômes d'apraxie

    Les symptômes de l'apraxie dépendent principalement du type d'apraxie et de sa gravité.

    Le seul point commun à tous les types d'apraxie est que le patient présente un trouble du mouvement dans le contexte d'une préservation complète du volume requis de fonctions sensori-motrices.

    Pour référence. Les patients souffrant d'apraxie ne sont pas caractérisés par une parésie, des troubles sensoriels, une paralysie, des troubles du tonus musculaire, des lésions de l'appareil ligamentaire, des contractures articulaires. Autrement dit, les membres du patient souffrant d'apraxie sont tout à fait «adaptés» pour effectuer l'amplitude de mouvement requise.

    D'autres symptômes de certains types d'apraxie sont les suivants.

    Apraxie cinétique de Lipman

    Pour référence. L'apraxie de Lipman cinétique (idéomotrice) se développe le plus souvent dans le contexte de la maladie d'Alzheimer progressive (dans le contexte de lésions dégénératives des analyseurs secondaires sensibles et somatotopiques du cortex).

    Si le cortex de l'hémisphère dominant est atteint (hémisphère gauche pour les droitiers et droit pour les gauchers) apraxie bilatérale.

    Les principaux symptômes de l'apraxie de Lipman sont:

    • "Se coincer" du patient à un certain stade de l'acte moteur,
    • manque de transition douce entre les mouvements,
    • délimitation claire des mouvements,
    • troubles de la coordination des mouvements et de la motricité fine.

    Les patients ont une capacité réduite à maintenir la posture requise, une écriture altérée, une capacité à tenir des objets, à boutonner et déboutonner des boutons, à coudre.

    En outre, le patient perd la capacité de comprendre les mouvements symboliques (clins d'œil, souffler un baiser).

    Les patients atteints d'apraxie cinétique ne sont pas en mesure de démontrer une action avec un objet sans le ramasser (montrer symboliquement comment manger de la soupe, boire dans une tasse).

    En même temps, le patient conserve la capacité de planifier une action, mais il ne peut pas l'exécuter. Dans certains cas, avec une concentration d'attention prononcée et un contrôle visuel constant de l'action effectuée, le patient peut effectuer le mouvement prévu.

    Apraxie spatiale

    Pour référence. Les types spatiaux d'apraxie s'accompagnent d'une violation de l'orientation dans l'espace et dans la direction (droite-gauche, haut-bas).

    Ces patients ne sont pas en mesure de s'habiller seuls, de collecter un objet composé de plusieurs parties. De plus, chez les personnes atteintes d'apraxie spatiale, la capacité d'écrire des lettres et des chiffres est diminuée..

    Apraxie

    L'apraxie est un trouble de la capacité à effectuer des actions séquentielles tout en maintenant le volume requis de fonctions sensorielles et motrices. Cela se produit lorsque diverses parties du cortex, les nœuds sous-corticaux sont affectés. Elle est diagnostiquée selon les données d'un examen neurologique, y compris des tests neuropsychologiques spécifiques. La cause des troubles identifiés est déterminée à l'aide de méthodes de neuroimagerie (IRM, CT, MSCT). Le traitement de l'apraxie dépend de l'étiologie de la lésion, il est réalisé à l'aide de médicaments, de techniques neurochirurgicales, de rééducation.

    CIM-10

    • Causes d'apraxie
    • Pathogénèse
    • Classification
    • Symptômes d'apraxie
    • Diagnostique
    • Traitement de l'apraxie
    • Prévision et prévention
    • Prix ​​des traitements

    informations générales

    Praxis - traduit du grec «action», dans le sens médical - la fonction nerveuse supérieure, fournissant la capacité d'effectuer des actions séquentielles intentionnelles. Apprendre à exécuter habilement des actes moteurs complexes se produit dans l'enfance avec la participation de diverses zones du cortex et des ganglions sous-corticaux. Par la suite, les actions quotidiennes fréquemment effectuées atteignent le niveau des automatismes, sont fournies principalement par des structures sous-corticales. La perte de la motricité acquise avec la préservation de la sphère motrice, le tonus musculaire normal s'appelait apraxie. Le terme a été proposé pour la première fois en 1871. Une description détaillée de la violation a été faite par le médecin allemand Lipmann, qui a créé la première classification de la pathologie au début du XXe siècle..

    Causes d'apraxie

    Les violations de la praxis se produisent lorsque diverses parties du cerveau sont endommagées: le cortex, les formations sous-corticales et les voies nerveuses qui assurent leur interaction. Le plus souvent, l'apraxie accompagne la défaite des régions corticales fronto-pariétales. Les étiofacteurs dommageables sont:

    • Tumeurs cérébrales. Les néoplasmes intracérébraux (gliome, astrocytome, ganglioneuroblastome), se développant dans le cortex, les centres sous-corticaux, ont un effet néfaste sur les zones impliquées dans la réalisation de la praxis.
    • Accident vasculaire cérébral: L'AVC hémorragique (hémorragie cérébrale) survient lors d'une rupture de la paroi d'un vaisseau cérébral, ischémique - avec thromboembolie, spasme des artères cérébrales.
    • Lésion cérébrale traumatique. L'apraxie est causée par des dommages directs aux zones cérébrales responsables de la praxis, leurs dommages secondaires dus à la formation d'un hématome post-traumatique, un œdème, une ischémie, une réaction inflammatoire.
    • Lésions infectieuses. Encéphalite, méningo-encéphalite d'étiologies diverses, abcès cérébral avec localisation de foyers inflammatoires dans le cortex, ganglions sous-corticaux.
    • Processus dégénératifs. Maladies accompagnées d'une atrophie corticale progressive: démence, maladie de Pick, Alzheimer, encéphalopathie alcoolique, dégénérescence corticobasale. Causé par une ischémie cérébrale chronique, des dommages toxiques (alcoolisme), des troubles dysmétaboliques (diabète sucré), des facteurs génétiques.

    Les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer des troubles de la praxis comprennent l'âge de plus de 60 ans, la prédisposition héréditaire, l'hypertension, des antécédents d'accident vasculaire cérébral, les maladies cardiovasculaires et l'alcoolisme chronique.

    Pathogénèse

    Le mécanisme de formation de mouvements complexes organisés dans le temps et dans l'espace est à l'étude. On sait que la base neurophysiologique des actions séquentielles est fournie par un large réseau de contacts interneuronaux de diverses zones anatomiques et fonctionnelles des deux hémisphères. Le travail amical de tous les départements du système est nécessaire pour mener à bien des actions anciennes et nouvelles. Le rôle prédominant de l'hémisphère dominant est observé dans la mise en œuvre de mouvements complexes visant à résoudre un nouveau problème qui sort du comportement habituel. L'apraxie se produit lorsque la fonction de certaines parties du système est altérée sous l'influence des facteurs étiologiques ci-dessus. L'organisation complexe du système de praxis, l'entrée de diverses structures cérébrales en elle fournit une grande variabilité du tableau clinique, l'existence de nombreux types d'apraxie.

    Classification

    La division des troubles de la praxis proposée par Lipmann par le niveau d'échec dans la chaîne de formation des actions séquentielles est utilisée en neurologie étrangère à l'heure actuelle. Conformément à cette classification, l'apraxie est divisée en:

    • Idéomoteur. Elle se manifeste par des difficultés à réaliser des actes moteurs simples. Il est observé lorsque le lobe pariétal est affecté dans la zone du gyrus supra-marginal et angulaire, la zone prémotrice, les voies de communication entre eux, les connexions corticales interhémisphériques et cortico-sous-corticales.
    • Ideatorial. Il est associé aux difficultés d'exécuter systématiquement des actions complexes avec la mise en œuvre correcte de leurs différentes parties. Les zones spécifiques de lésion cérébrale n'ont pas été identifiées. L'apraxie idéatorale se produit lorsque les lobes pariétaux, frontaux et sous-corticaux sont affectés.
    • Limbic-cinétique. Elle se caractérise par un manque de dextérité et de rapidité des mouvements fins, elle est visible principalement dans les doigts de la main. Il survient controlatéral à la lésion. Un certain nombre d'auteurs associent la forme limbico-cinétique à des lésions du cortex prémoteur du lobe frontal, à une perturbation de ses connexions avec les structures basales. D'autres chercheurs pointent l'absence de différences nettes entre cette pathologie et des troubles légers de la sphère motrice (insuffisance pyramidale).

    Les neurologues domestiques utilisent la classification du fondateur de la neuropsychologie soviétique A.R. Luria, suggérant la division des violations de la praxis selon le mécanisme de leur survenue. En conséquence, l'apraxie est divisée en:

    • Cinétique - un trouble de la dynamique d'un acte de mouvement, une violation des transitions entre des mouvements simples individuels qui forment une seule action complexe. L'apraxie est bilatérale, moins prononcée du côté affecté.
    • Kinesthésique - une violation des actions subtiles (boutons de fermeture, nouer des lacets) en raison de la perte de la capacité de sélectionner les mouvements nécessaires.
    • Spatial - difficulté à effectuer des actions orientées spatialement (s'habiller, faire le lit). Une sous-espèce distincte est l'apraxie constructive - la perte de la capacité de créer un tout à partir de parties séparées.
    • Réglementation - difficultés de planification, de contrôle, d'assimilation de la mise en œuvre de nouvelles actions complexes.

    Le mécanisme complexe de la praxis n'étant pas précisément établi, certains auteurs modernes critiquent ces classifications et proposent de distinguer les formes d'apraxie en tenant compte de troubles fonctionnels spécifiques. Selon ce principe, apraxie de l'habillage, apraxie de la marche, apraxie de la manipulation avec des objets, etc..

    Symptômes d'apraxie

    Un seul symptôme clinique est un trouble dans l'exécution des actions tout en maintenant le volume requis de la fonction sensorimotrice. Les patients ne présentent pas de troubles de la sensibilité, de parésie, de changements prononcés du tonus musculaire. Leurs membres sont capables d'effectuer des mouvements au niveau d'une personne en bonne santé. L'action n'est pas réalisée en raison de la perte de la séquence des mouvements. L'apraxie peut survenir dans le contexte d'autres troubles d'activité nerveuse plus élevée (agnosie, amnésie), déclin cognitif.

    L'apraxie cinétique se caractérise par une perturbation de la douceur de la transition entre les éléments successifs de l'action, "collée" du patient sur les performances d'un élément moteur séparé. Les mouvements brusques et maladroits sont typiques. La frustration concerne à la fois les activités nouvelles et habituelles. Dans la forme kinesthésique, le patient est incapable d'effectuer des mouvements délicats des doigts (boutonner / déboutonner, coudre, nouer des nœuds), donner aux mains la pose montrée par le médecin et, en cours d'action, ne peut pas trouver la position nécessaire des doigts. Le manque de contrôle visuel aggrave la situation. Le patient perd la capacité de démontrer l'action sans objet (ne pas avoir de tasse, montrer les mouvements nécessaires pour verser de l'eau dans une tasse).

    L'apraxie spatiale se manifeste par un désordre des idées «droite / gauche», «haut / bas», combiné à une agnosie spatiale. Le patient ne peut pas s'habiller seul, assembler un objet à partir de pièces; si l'hémisphère dominant est endommagé, il est difficile d'écrire des lettres. L'apraxie réglementaire se distingue par la préservation d'actions simples et habituelles dans le contexte d'une altération des performances des nouvelles actions. Les actes moteurs sont caractérisés par la routine. La mise en œuvre d'un nouveau programme d'actions (tâches pour allumer une bougie avec une allumette) s'accompagne de glisser dans de simples opérations automatisées (pour les fumeurs - une tentative d'allumer une bougie comme une cigarette), en effectuant un fragment séparé (allumer et éteindre une allumette).

    L'apraxie persistante entraîne une invalidité dont le degré dépend de la forme de la pathologie. Le patient s'avère être professionnellement incompétent, souvent incapable de prendre soin de lui-même. La conscience de son propre défaut provoque un inconfort psychologique sévère, contribue à l'inadaptation sociale.

    Diagnostique

    En raison de l'absence d'une classification unifiée, d'une compréhension précise de la pathogenèse et du substrat morphologique, la détection de l'apraxie est une tâche difficile pour un neurologue. Le diagnostic est effectué dans le contexte de l'exclusion d'autres mécanismes de troubles moteurs, déterminant la nature des lésions cérébrales. L'examen du patient comprend:

    • Examen neurologique. Destiné à évaluer les sphères sensibles, motrices et cognitives. Aide à détecter les symptômes focaux concomitants (parésie, troubles sensoriels, hyperkinésie extrapyramidale, ataxie cérébelleuse, dysfonctionnement du nerf crânien, troubles de la mémoire, réflexion). Les violations de la praxis peuvent être combinées avec une parésie, une hypesthésie. Dans de tels cas, le diagnostic d '«apraxie» est établi si les troubles du mouvement existants ne rentrent pas dans le cadre de ces troubles..
    • Tests neuropsychologiques. Un certain nombre de tests sont effectués dans lesquels le patient effectue des actions selon les instructions, copie les postures et les mouvements du médecin, compose un tout à partir de pièces, effectue des actions avec un / plusieurs objets et sans eux. Certains tests sont effectués les yeux fermés. L'analyse des résultats comprend une évaluation du nombre et de la nature des erreurs d'exécution des tests.
    • Neuroimagerie. Elle est réalisée en utilisant CT, IRM, MSCT du cerveau. Permet de diagnostiquer le foyer de la lésion: tumeur, zone d'AVC, abcès, hématome, foyers inflammatoires, changements atrophiques.

    Il est nécessaire de différencier l'apraxie des troubles extrapyramidaux, de l'insuffisance pyramidale, de l'ataxie sensorielle, des troubles cérébelleux, de l'agnosie. Le libellé du diagnostic doit contenir une indication de la maladie sous-jacente (traumatisme, accident vasculaire cérébral, encéphalite, maladie d'Alzheimer, etc.).

    Traitement de l'apraxie

    La thérapie est effectuée pour la maladie causale. Pharmacothérapie, traitement neurochirurgical, techniques de restauration sont utilisées selon les indications.

    La pharmacothérapie comprend:

    • Amélioration de l'hémodynamique cérébrale. La thérapie vasculaire pour les lésions ischémiques aiguës et chroniques est réalisée avec l'utilisation de vasodilatateurs (vinpocétine), de fonds thrombolytiques (héparine), améliorant la microcirculation (pentoxifylline). Lors d'un AVC hémorragique, des préparations d'acide aminocaproïque, des angioprotecteurs sont administrés.
    • Thérapie neuroprotectrice. Destiné à augmenter la résistance des neurones à l'hypoxie, aux changements dysmétaboliques dans les troubles aigus de la circulation cérébrale, aux traumatismes, aux processus inflammatoires.
    • Thérapie nootropique. Les nootropiques (piracétam, acide gamma-aminobutyrique, ginkgo biloba) augmentent l'activité des neurones, améliorent les interactions interneuronales et aident à restaurer les fonctions cognitives.
    • Traitement étiotropique des neuroinfections. Selon l'étiologie, une antibiothérapie, un traitement antiviral et antimycotique est effectué.

    Les interventions neurochirurgicales sont effectuées selon les indications afin de restaurer l'apport sanguin intracrânien, d'éliminer l'hématome intracrânien, l'abcès et la tumeur. Les opérations sont effectuées par des neurochirurgiens en urgence ou de manière planifiée. La thérapie de rééducation est basée sur des cours spéciaux avec un médecin en réadaptation, qui améliorent les capacités cognitives, compensent partiellement le trouble de la praxis et adaptent le patient au déficit neurologique apparu.

    Prévision et prévention

    L'apraxie a un pronostic différent, qui dépend directement de la nature de la pathologie causale. Après un AVC, un TBI, une encéphalite, le degré de guérison dépend de la gravité de la lésion, de l'âge du patient et de la rapidité de la fourniture de soins médicaux qualifiés. Les processus tumoraux inopérables et les maladies dégénératives progressives ont un pronostic défavorable. Les mesures préventives consistent à prévenir les traumatismes crâniens, les infections et les effets cancérigènes; traitement rapide des maladies cardiovasculaires, pathologie cérébrovasculaire.