Crises d'âge

Les crises d'âge sont des changements naturels dans la psyché humaine, en fonction du stade de développement. Ils se manifestent par un changement dans la vision du monde, la nature de la réaction aux choses familières et la ligne de base du comportement..

À chaque âge, une personne remplit certains rôles et tâches sociaux. Ils changent également avec l'âge, ce qui peut provoquer une crise..

L. Vygotsky, un psychologue soviétique qui a étudié le développement cognitif d'un enfant, a défini une crise comme un tournant dans le cours normal du développement mental, lorsque des changements dans la structure de la personnalité s'accumulent, des néoplasmes liés à l'âge apparaissent et entraînent des changements brusques dans le développement..

L. Vygotsky a appelé une nouvelle formation un type qualitativement nouveau de personnalité et d'interaction humaine avec la réalité, qui est absente dans son ensemble aux stades précédents de son développement. À chaque étape d'âge, il a distingué un néoplasme central qui caractérise la restructuration de la personnalité entière de la personne sur une nouvelle base, et des néoplasmes privés liés aux aspects individuels de la personnalité..

De plus, les besoins et les motivations d'une personne changent, ce qui façonne son comportement..

Selon L. Vygotsky, il est possible de déterminer les signes du «développement normal de l'enfant» et des stades stables. Le développement normal commence à la naissance et se termine à 17 ans.

Toute période de transition s'accompagne d'une réaction stressante du corps, dans le contexte de laquelle une irritabilité personnelle accrue se développe en raison d'un malentendu et d'un manque d'adaptation. Ceci est considéré comme un cours normal. Mais si l'environnement social exerce une pression et ne contribue pas au bon déroulement de la phase de transition, alors la crise peut s'éterniser ou se transformer en conditions plus graves.

A quel âge sont les crises?

Les informations les plus courantes concernent la manière dont les crises liées à l'âge se manifestent chez les enfants. Cela est dû au fait que c'est à un âge précoce que la formation de la psyché et des changements fréquents dans les processus physiologiques se produisent dans le contexte de la croissance. La manière dont une personnalité surmonte les tout premiers états de transition détermine en grande partie son caractère. C'est pourquoi une attention maximale est accordée à l'étude et à la résolution des premières crises..

Crises des enfants

En psychologie, une classification des crises de la vie a été élaborée en fonction du stade d'âge:

  1. Nouveau née. Elle est considérée comme la crise la plus difficile pour le corps, car elle nécessite le niveau maximal d'adaptation - des conditions de séjour intra-utérin aux spécificités du monde environnant. Malgré le fait que l'enfant ne soit pas pleinement conscient de ce qui s'est exactement passé, cet état est assimilé à l'expérience de la mort. La profondeur du stress est aggravée par le fait que l'enfant lui-même n'a aucune compétence ni capacité pour faire une différence..

Les 3 premiers mois de la vie d'un enfant sont considérés par de nombreux spécialistes comme le quatrième trimestre de la grossesse. En fait, la mère «porte» l'enfant à l'extérieur, mais pendant cette période le «cordon ombilical psychologique» est encore très fort. L'enfant se développe inséparablement de la mère, il commence à former une confiance fondamentale dans le monde (qui constituera la base du développement de sa personnalité). C'est pourquoi il est important que les 3 premiers mois se passent bien afin que tous les besoins du nouveau-né soient satisfaits à temps..

Pour le passage réussi de la crise néonatale et la formation d'un sentiment de sécurité, vous devez prendre soin de l'enfant à temps, nourrir à la demande, accorder suffisamment d'attention à la maman et au papa (les parents portent le bébé dans leurs bras, ils rayonnent de chaleur, d'amour et de calme). Le résultat du dépassement réussi de la crise du nouveau-né est l'adaptation à de nouvelles conditions de vie.

  1. Première année de vie. Elle est considérée comme une période d'acquisition d'autonomie - l'enfant se mange, fait les premiers pas, prononce les premiers mots, apprend à contrôler les pulsions de sa vessie et de ses intestins. Pour chaque enfant, cette période de crise peut changer. En moyenne, il dure de 1 à 2 ans. À ce stade également, la formation de la fonction communicative a lieu, il devient possible de verbaliser ses demandes et son mécontentement. En d'autres termes, l'enfant ne réagit plus seulement au chaos de l'environnement à l'aide d'émotions, mais a également la possibilité de le contrôler, bien que dans une petite mesure. Pour que l'enfant réussisse cette étape en toute sécurité, vous devez être avec lui, mais pas l'imposer. Par exemple, donner une cuillère à l'enfant pour qu'il se mange lui-même, lui donner la possibilité de choisir des vêtements pour une promenade, faire l'éloge, l'aider s'il ne peut pas se débrouiller seul. Dans le même temps, il est recommandé de se passer de vocabulaire évaluatif, d'encourager les actions correctes, mais de ne pas commenter quel enfant est en soi.
  2. 3 années. Son deuxième nom est "moi-même!" L'enfant développe un «je» intérieur, un sentiment d'identité de soi, une conscience de lui-même en tant que sujet distinct de relations et d'interaction. Les premières actions et décisions indépendantes apparaissent, de nouveaux systèmes de communication avec des adultes significatifs se construisent. À cet âge, l'enfant accède à une exploration active du monde, ce qui conduit à la fois au développement de la personnalité et au stress du contact avec la réalité dont les règles ne sont pas encore pleinement comprises. Les conflits surviennent en raison du désir de l'enfant de faire preuve d'indépendance (souvent il s'agit de l'obstination et de la désobéissance) et du désir des parents de le protéger du danger. Les adultes doivent être calmes, faire preuve de patience et de compréhension afin que l'enfant puisse surmonter cette étape en toute sécurité. En aucun cas, vous ne devez le comparer à d'autres enfants, succomber à la manipulation et vous perdre avec lui.
  3. École (7 ans). Elle est associée à la nécessité de maîtriser de nouvelles compétences et normes sociales, de pouvoir se concentrer sur les tâches, de créer des interactions avec ses pairs, de prendre la position de quelqu'un d'autre et de défendre la sienne. C'est la période d'acquisition des connaissances et de développement de la volonté. Si les parents, au lieu d'aider à surmonter, enseignent à l'enfant et resserrent les règles dans la famille par rapport à lui, cela peut entraîner des conséquences sous forme de développement de complexes.

Le système éducatif de notre pays est toujours basé sur l'évaluation et la comparaison, ce qui peut à terme réduire l'estime de soi et la motivation de l'enfant. D'un autre côté, c'est l'inclusion dans un groupe social qui forme la vraie volonté d'une personne, et pas seulement la capacité d'exprimer ses désirs - à ce stade, il faut vraiment prendre en compte la situation actuelle et l'opinion des gens. Les anciens schémas d'interaction avec d'autres personnes (manipulation, affection, obéissance) peuvent cesser de fonctionner, il devient donc nécessaire d'en chercher de nouveaux..

Le danger de cette crise réside dans le fait que si un enfant ne s'adapte pas bien à l'école, i.e. Cette crise ne se passe pas bien, il peut avoir des conflits avec ses pairs ou développer des complexes tels que le doute de soi, la réticence à apprendre. À cet âge, il est important pour l'enfant que les parents prennent au sérieux sa future adaptation scolaire. Vous pouvez d'abord l'emmener à des cours de formation pour qu'il comprenne ce que seront le régime et les tâches, en quoi l'école diffère de la maternelle, etc..

Le néoplasme qui surgit dans cette crise est l'arbitraire et la conscience des processus mentaux et leur intellectualisation.

  1. Adolescent. Ses limites temporelles sont plus floues - de 11 à 15 ans, ce qui est dû à des changements physiologiques liés à la puberté. Il s'agit d'un véritable âge de transition de l'enfance à l'âge adulte, où la différence entre les sexes se remarque non seulement au niveau de la compréhension, mais aussi au niveau des sentiments. L'attraction sexuelle donne un nouveau vecteur et une nouvelle énergie pour l'action et le développement, agit comme un puissant motif de changement de vie. Il change la sphère d'intérêt et déplace l'accent dans le comportement. Les filles commencent à consacrer plus de temps à leur apparence, les garçons travaillent sur leur réputation. Dans le même temps, le désir de ressembler à un adulte entre souvent en conflit avec l'incapacité de supporter le niveau de responsabilité requis et de faire face à toutes les tâches. À l'adolescence, la personne elle-même ne comprend pas tout à fait ce qui lui arrive, elle remarque seulement que le monde change de manière irréversible, et maintenant il a besoin de s'adapter à nouveau. Certains tombent dans un état second de stress, quelqu'un s'agite et développe une activité vigoureuse, le nombre de conflits avec les aînés augmente.

Crises adultes

À l'âge adulte, les gens font également l'expérience d'une réévaluation du sens de la vie, ce qui ne se passe pas toujours sans heurts. Ayant passé avec succès toutes les étapes de la formation de l'enfance, l'âge adulte continue d'exiger des changements et des transformations de la part d'une personne.

Types de crises adultes:

  1. Jeunesse - commence au moment de l'obtention du diplôme de l'école et des premiers cours de l'institut et se termine à 21-25 ans, selon le développement de la personnalité. Elle est associée au passage à l'âge adulte, lorsque, grâce à des erreurs d'adolescence, une expérience suffisante a déjà été acquise, une profession et un projet de vie approximatif ont été choisis. Le stress et la peur sont générés par les étapes qui déterminent la vie future - choisir un partenaire, obtenir une éducation, aller à l'armée, déménager, etc. L'étape de la prise de décisions fatidiques avec une expérience pratique plutôt limitée est toujours une crise.
  2. Crise de la cinquantaine. Selon les conditions de vie et la maturité de l'individu, il vit entre 30 et 40 ans et même plus tard. Par exemple, si une personne âgée de 30 ans vit avec ses parents, elle peut avoir cette crise à 45 ans. Tout dépend d'une personne en particulier, de son intellect, de son développement personnel. A ce stade, l'évaluation de la justesse du choix des décisions fatidiques est faite: profession, travail, lieu de résidence, partenaire, ainsi qu'une réévaluation des repères sélectionnés. La vraie maturité personnelle vient précisément de cette période..

Les gens courageux et débrouillards, si nécessaire, sont capables à cet âge de changer radicalement leur vie dans le sens de choix conscients et de décisions harmonieuses. Il y a ceux qui s'enfoncent dans la dépression, continuent à endurer et prétendent que tout est en ordre, mais leur tension intérieure augmente entre-temps. Si vous ignorez la crise de la quarantaine, des troubles affectifs sévères surviennent, les addictions et addictions apparaissent comme des moyens de se détourner de la réalité.

  1. La crise de conscience du vieillissement et de la retraite est associée à un sentiment d'inutilité et de manque de demande. Une grande quantité de temps libre, une détérioration de la santé et une prise de conscience de la finitude de la vie conduisent à la mélancolie et à l'angoisse, car, s'habituant à un emploi constant, une personne se rencontre soudainement et découvre le vide. Pour sortir de cet état, vous devez vous comprendre et vous écouter, comprendre ce que vous aimez, ce que vous vouliez faire depuis longtemps, à quoi servent les ressources, comment une personne aimerait passer le temps qui lui est alloué..

Caractéristiques des crises

Les particularités de chaque crise résident dans l'éclat de leur expérience. Considérons séparément les caractéristiques des crises pour les enfants et les adultes.

Pour les enfants

Les crises des enfants se manifestent par des explosions émotionnelles, la désobéissance et un comportement de protestation. Tout ceci n'est pas sa relation personnelle avec les gens. Ainsi, l'enfant montre un manque de compréhension et de résistance aux changements en cours, il subit une restructuration mentale et une adaptation à un nouveau rôle social. Dès que l'enfant acquiert les compétences nécessaires et que les néoplasmes mentaux nécessaires à son âge se forment, la crise s'arrête.

Pour adultes

La crise de l'âge à l'âge adulte est moins intense et saturée de manifestations affectives comportementales. Apparition généralement progressive mais dure plus longtemps que chez l'enfant (1 à 3 ans).

La base d'un moment de transition n'est généralement pas tant la physiologie que l'atteinte d'un certain point de son développement, après quoi la situation devient une impasse. Il s'agit de la nécessité de changer les attitudes, les activités, les domaines d'application des efforts, ainsi que de trouver de nouvelles significations. Si elle n'est pas satisfaite, la dégradation s'installe..

La plupart des gens surmontent eux-mêmes la tranche d'âge, mais lorsque la crise se prolonge, il est logique de demander l'avis d'un psychologue.

Pendant les crises de l'enfance et de l'adolescence, des problèmes tels que névrose, crises de colère, tentatives de manipulation peuvent apparaître, difficiles à gérer pour les parents, alors il vaut la peine de contacter un psychologue pour enfants. Le spécialiste dirige des cours avec l'enfant, conseille les parents sur le style de parentalité, sur l'interaction avec l'enfant maintenant et à l'avenir.

Dans les crises d'âge mûr, une personne se tourne elle-même vers un spécialiste pour résoudre des difficultés psychologiques et des problèmes existentiels. Il arrive souvent qu'une crise devienne la cause de problèmes dans les relations conjugales, le choix d'un partenaire, l'insatisfaction quant à l'état matrimonial, etc. Dans de tels cas, vous devez contacter un psychologue familial..

Les psychologues du Centre Ember aident à gérer les conflits internes qui provoquent un état négatif chez les enfants et les adultes. Lors de la réunion initiale, nos spécialistes effectuent des diagnostics psychologiques et une conversation clinique, au cours desquels les détails de la vie d'une personne et ses caractéristiques individuelles sont clarifiés. Ensuite, le psychologue sélectionne les méthodes de travail avec le client, un contrat psychothérapeutique est conclu, les modalités de correction, le nombre de rencontres sont négociés, les objectifs de la thérapie sont fixés en fonction des souhaits et de la vision du client..

Monde de la psychologie

psychologie pour tous

  • domicile
  • À propos de nous
    • Histoire
    • Commander
  • nouvelles
    • Site Internet
    • presse
  • Enfants
    • Poèmes pour enfants
    • Histoires pour enfants
    • Dessins d'enfants
  • Étudiants
    • Conférences
      • Psychothérapie positive
      • Psychodiagnostics
      • La psychologie des relations familiales
      • Psychologie périnatale
      • Psychosomatique
      • Pathopsychologie
      • Neuropsychologie pédiatrique
      • Neuropsychologie
      • Anatomie et physiologie du corps de l'enfant
    • Résumés
      • Psychologie
    • Cours
      • Psychologie
    • Des billets
      • Psychologie générale
      • Psychologie clinique
      • Psychologie pédagogique
      • Philosophie
      • Psychodiagnostics
    • Diplômes
      • Psychologie
    • Études supérieures
      • Conférences
        • Histoire de la science
      • Des billets
        • Psychologie générale
        • Philosophie
    • Des articles
  • Adultes
    • Pour les parents
      • Avant la naissance
      • Enfants de 0 à 1 an
      • Enfants de 1 à 3 ans
      • Enfants de 3 à 7 ans
      • Enfants de 7 à 11 ans
      • Enfants de 11 à 14 ans
      • Enfants de 14 à 18 ans
      • Pour tous
    • Kaléidoscope
  • Liens
  • Chercher
  • Aller au contenu

Crises liées à l'âge

Crises liées à l'âge

Les crises d'âge sont des périodes d'ontogenèse spéciales, relativement courtes (jusqu'à un an), caractérisées par de brusques changements mentaux. Se réfère aux processus normatifs nécessaires au cours progressif normal du développement personnel (Erickson).

La forme et la durée de ces périodes, ainsi que la sévérité du cours, dépendent des caractéristiques individuelles, des conditions sociales et microsociales. En psychologie du développement, il n'y a pas de consensus sur les crises, leur place et leur rôle dans le développement mental. Certains psychologues estiment que le développement devrait être harmonieux et sans crise. Les crises sont un phénomène anormal, «douloureux», le résultat d'une mauvaise éducation. Une autre partie des psychologues soutient que la présence de crises dans le développement est naturelle. De plus, selon certaines idées en psychologie du développement, un enfant qui n'a pas vraiment vécu de crise ne se développera pas complètement. Ce sujet a été abordé par Bozovic, Polivanova, Gail Sheikhi.

L.S. Vygotsky examine la dynamique des transitions d'un âge à un autre. À différents stades, des changements dans la psyché de l'enfant peuvent se produire lentement et progressivement, ou ils peuvent - rapidement et brusquement. On distingue les stades de développement stables et de crise, leur alternance est la loi du développement de l'enfant. La période de stabilité se caractérise par un déroulement régulier du processus de développement, sans changements brusques et changements dans la personnalité de l'enfant. Longue durée. Des changements mineurs et minimes s'accumulent et en fin de période donnent un saut qualitatif dans le développement: des néoplasmes liés à l'âge apparaissent, stables, fixés dans la structure de la Personnalité.

Les crises ne durent pas longtemps, plusieurs mois, avec un ensemble de circonstances défavorables pouvant aller jusqu'à un an, voire deux ans. Ce sont des étapes brèves mais tumultueuses. Changements de développement significatifs, l'enfant change radicalement dans plusieurs de ses caractéristiques. Le développement peut devenir catastrophique en ce moment. La crise commence et se termine imperceptiblement, ses frontières sont floues et indistinctes. L'aggravation survient au milieu de la période. Pour les personnes autour de l'enfant, il est associé à un changement de comportement, à l'émergence de «difficile à éduquer». L'enfant est hors de contrôle des adultes. Explosions affectives, humeurs, conflits avec les êtres chers. Les écoliers ont une baisse de la capacité de travail, un affaiblissement de l'intérêt pour les classes, une baisse des performances scolaires, des expériences parfois douloureuses, des conflits internes surgissent.

Dans une crise, le développement prend un caractère négatif: ce qui s'est formé au stade précédent se désintègre, disparaît. Mais quelque chose de nouveau est également créé. Les néoplasmes s'avèrent instables et dans la période stable suivante, ils sont transformés, absorbés par d'autres néoplasmes, se dissolvent en eux et meurent ainsi..

D.B. Elkonin a développé les idées de L.S. Vygotsky sur le développement de l'enfant. «Un enfant aborde chaque point de son développement avec un certain décalage entre ce qu'il a appris du système des relations homme-homme et ce qu'il a appris du système des relations homme-objet. Ce sont précisément les moments où cet écart prend la plus grande valeur, et sont appelés crises, après quoi se produit le développement du camp qui a pris du retard dans la période précédente. Mais chacune des parties prépare le développement de l'autre ".

Crise néonatale. Associé à un changement brutal des conditions de vie. Un enfant dans des conditions de vie habituelles confortables tombe dans des conditions difficiles (nouvelle alimentation, respiration). Adaptation de l'enfant aux nouvelles conditions de vie.

Crise d'un an. Associé à une augmentation des capacités de l'enfant et à l'émergence de nouveaux besoins. Un élan d'indépendance, l'apparition de réactions affectives. Des explosions affectives en réaction à un malentendu de la part des adultes. L'acquisition principale de la période de transition est une sorte de discours d'enfants, appelé L.S. Vygotsky autonome. Il diffère considérablement du discours des adultes également par sa forme sonore. Les mots deviennent ambigus et situationnels.

Crise 3 ans. La frontière entre l'âge précoce et préscolaire est l'un des moments les plus difficiles de la vie d'un enfant. C'est la destruction, la révision de l'ancien système de relations sociales, la crise de la séparation de son «moi», selon D.B. Elkonin. L'enfant, se séparant des adultes, essaie d'établir avec eux de nouvelles relations plus profondes. L'émergence du phénomène «moi-même», selon Vygotsky, est une nouvelle formation de «moi-même extérieur». "L'enfant essaie d'établir de nouvelles formes de relation avec les autres - la crise des relations sociales".

L.S. Vygotsky décrit 7 caractéristiques de la crise pendant 3 ans. Le négativisme est une réaction négative non pas à l'action elle-même, qu'il refuse d'accomplir, mais à la demande ou à la demande d'un adulte. Le principal motif d'action est de faire le contraire..

La motivation du comportement de l'enfant change. À l'âge de 3 ans, il devient d'abord capable d'agir contrairement à son désir immédiat. Le comportement de l'enfant n'est pas déterminé par ce désir, mais par la relation avec un autre adulte. Le motif du comportement est déjà en dehors de la situation donnée à l'enfant. Entêtement. C'est la réaction de l'enfant, qui insiste sur quelque chose, non parce qu'il le veut vraiment, mais parce qu'il en a lui-même parlé aux adultes et exige que son opinion soit prise en compte. Obstination. Elle n'est pas dirigée contre un adulte en particulier, mais contre tout le système de relations qui s'est développé dans la petite enfance, contre les normes d'éducation adoptées dans la famille..

La tendance à l'indépendance se manifeste clairement: l'enfant veut tout faire et décider par lui-même. En principe, il s'agit d'un phénomène positif, mais lors d'une crise, une tendance hypertrophiée à l'indépendance conduit à la volonté de soi, elle est souvent inadaptée aux capacités de l'enfant et provoque des conflits supplémentaires avec les adultes..

Pour certains enfants, les conflits avec leurs parents deviennent réguliers, ils semblent être constamment en guerre avec les adultes. Dans ces cas, ils parlent d'une manifestation anti-émeute. Dans une famille avec un enfant unique, le despotisme peut apparaître. S'il y a plusieurs enfants dans la famille, au lieu du despotisme, la jalousie surgit généralement: la même tendance au pouvoir agit ici comme source d'attitude jalouse et intolérante envers d'autres enfants qui n'ont presque pas de droits dans la famille, du point de vue d'un jeune despote..

Dépréciation. Un enfant de 3 ans peut commencer à jurer (les anciennes règles de comportement sont dévalorisées), jeter ou même casser un jouet préféré offert au mauvais moment (les anciens attachements aux choses sont dévalorisés), etc. L'attitude de l'enfant envers les autres et envers lui-même change. Il est psychologiquement séparé des adultes proches.

La crise de 3 ans est associée à la prise de conscience de lui-même en tant que sujet actif dans le monde des objets, pour la première fois un enfant peut agir contrairement à ses désirs.

La crise a 7 ans. Il peut commencer à 7 ans et changer à 6 ou 8 ans. Découverte de la signification d'une nouvelle position sociale - la position d'un étudiant liée à l'exécution d'un travail éducatif très apprécié par les adultes. La formation d'une position interne appropriée change radicalement sa conscience de soi. Selon L.I. Bozovic est la période de la naissance du social. «Je» de l'enfant. Un changement de conscience de soi conduit à une réévaluation des valeurs. Il y a de profonds changements dans le plan des expériences - des complexes affectifs stables. Il semble que L.S. Vygotsky appelle la généralisation des expériences. Une chaîne d'échecs ou de réussites (à l'école, en communication large), à ​​chaque fois à propos de la même expérience de l'enfant, conduit à la formation d'un complexe affectif stable - un sentiment d'infériorité, d'humiliation, de fierté offensée ou un sentiment d'estime de soi, de compétence, d'exclusivité. Grâce à la généralisation des expériences, la logique des sentiments apparaît. Les expériences acquièrent un nouveau sens, des connexions s'établissent entre elles, une lutte d'expériences devient possible.

Cela conduit à l'émergence de la vie intérieure de l'enfant. La différenciation initiale de la vie externe et interne de l'enfant est associée à un changement dans la structure de son comportement. Une base d'orientation sémantique pour une action apparaît - un lien entre le désir de faire quelque chose et les actions qui se déroulent. Il s'agit d'un moment intellectuel qui permet d'évaluer plus ou moins adéquatement une action future au regard de ses résultats et de ses conséquences plus lointaines. L'orientation sémantique dans ses propres actions devient un aspect important de la vie intérieure. Dans le même temps, elle exclut l'impulsivité et l'immédiateté du comportement de l'enfant. Grâce à ce mécanisme, la spontanéité enfantine est perdue; l'enfant réfléchit avant d'agir, commence à cacher ses sentiments et ses hésitations, essaie de ne pas montrer aux autres qu'il est mauvais.

Une manifestation purement de crise de la différenciation de la vie externe et interne des enfants est généralement des singeries, des maniérismes, une tension artificielle du comportement. Ces caractéristiques externes, ainsi que la tendance aux caprices, aux réactions affectives, aux conflits, commencent à disparaître lorsque l'enfant sort de la crise et entre dans une nouvelle ère..

Néoplasme - arbitraire et conscience des processus mentaux et de leur intellectualisation.

La crise de puberté (de 11 à 15 ans) est associée à la restructuration du corps de l'enfant - la puberté. L'activation et l'interaction complexe des hormones de croissance et des hormones sexuelles provoquent un développement physique et physiologique intense. Des caractères sexuels secondaires apparaissent. L'adolescence est parfois qualifiée de crise prolongée. En relation avec le développement rapide, des difficultés surviennent dans le fonctionnement du cœur, des poumons, de l'apport sanguin au cerveau. À l'adolescence, le contexte émotionnel devient inégal, instable.

L'instabilité émotionnelle augmente l'excitation sexuelle associée à la puberté.

L'identification du genre atteint un nouveau niveau plus élevé. L'orientation vers les modèles de masculinité et de féminité dans le comportement et la manifestation des propriétés personnelles se manifeste clairement.

En raison de la croissance rapide et de la restructuration du corps à l'adolescence, l'intérêt pour leur apparence augmente fortement. Une nouvelle image du «je» physique se forme. En raison de sa signification hypertrophiée, l'enfant éprouve intensément tous les défauts d'apparence, réels et imaginaires.

L'image du «je» physique et la conscience de soi en général sont influencées par le taux de puberté. Les enfants à maturité tardive sont dans la position la moins avantageuse; l'accélération crée des opportunités plus favorables pour le développement personnel.

Un sentiment d'âge adulte apparaît - un sentiment d'être un adulte, un néoplasme central de la jeune adolescence. Il y a un désir passionné, sinon d'être, du moins de paraître et d'être considéré comme un adulte. Défendant ses nouveaux droits, un adolescent protège de nombreux domaines de sa vie du contrôle de ses parents et entre souvent en conflit avec eux. Outre le désir d'émancipation, un adolescent a un fort besoin de communication avec ses pairs. L'activité principale pendant cette période est la communication intime et personnelle. Des amitiés adolescentes et des groupes informels émergent. Il y a aussi des passe-temps brillants, mais qui remplacent généralement.

Crise 17 ans (15 à 17 ans). Se pose exactement au tournant de l'école habituelle et de la nouvelle vie d'adulte. Peut être déplacé de 15 ans. En ce moment, l'enfant est au bord de la vraie vie d'adulte..

La majorité des écoliers de 17 ans sont orientés vers la poursuite de leurs études, quelques-uns vers la recherche d'un emploi. La valeur de l'éducation est une grande bénédiction, mais en même temps, atteindre cet objectif est difficile et à la fin de la 11e année, le stress émotionnel peut fortement augmenter.

Pour ceux qui traversent la crise depuis 17 ans, diverses craintes sont caractéristiques. Responsabilité envers soi-même et sa famille pour le choix, les vraies réalisations en ce moment sont déjà un gros fardeau. À cela s'ajoute la peur d'une nouvelle vie, de la possibilité d'une erreur, d'un échec à l'entrée à l'université, chez les jeunes hommes - de l'armée. Une forte anxiété et dans ce contexte, une peur prononcée peut entraîner des réactions névrotiques, telles que de la fièvre avant l'obtention du diplôme ou des examens d'entrée, des maux de tête, etc. Une exacerbation de la gastrite, de la neurodermatite ou d'une autre maladie chronique peut commencer.

Un changement radical de mode de vie, l'inclusion dans de nouveaux types d'activités, la communication avec de nouvelles personnes provoquent des tensions importantes. Une nouvelle situation de vie nécessite de s'y adapter. Principalement deux facteurs aident à s'adapter: le soutien familial et la confiance en soi, un sens de la compétence.

Lutter pour l'avenir. Période de stabilisation personnelle. En ce moment, un système de perspectives stables sur le monde et sa place - une vision du monde - prend forme. Connu associé à ce maximalisme juvénile dans les évaluations, passion à défendre son point de vue. Le néoplasme central de la période est l'autodétermination, professionnelle et personnelle.

La crise a 30 ans. Vers l'âge de 30 ans, parfois un peu plus tard, la plupart des gens vivent une crise. Cela se traduit par un changement d'idées sur votre vie, parfois par une perte totale d'intérêt pour ce qui était auparavant l'essentiel, dans certains cas même par la destruction du mode de vie précédent..

La crise de 30 ans survient à la suite de l'échec de la réalisation d'un plan de vie. Si en même temps il y a une «réévaluation des valeurs» et une «révision de sa propre personnalité», alors nous parlons du fait que le plan de vie en général s'est avéré faux. Si le chemin de la vie est choisi correctement, alors l'attachement "à une certaine Activité, un certain mode de vie, certaines valeurs et orientations" ne limite pas, mais au contraire développe sa Personnalité.

La crise de 30 ans est souvent appelée la crise du sens de la vie. C'est à cette période que la recherche du sens de l'existence est généralement associée. Cette quête, comme toute la crise en général, marque le passage de la jeunesse à la maturité..

Le problème du sens dans toutes ses variantes, du privé au global - le sens de la vie - se pose lorsque le but ne correspond pas au mobile, lorsque sa réalisation ne conduit pas à la réalisation de l'objet du besoin, c'est-à-dire lorsque l'objectif a été mal fixé. Si nous parlons du sens de la vie, alors l'objectif de vie commun s'est avéré erroné, c'est-à-dire plan de vie.

Certaines personnes à l'âge adulte connaissent une autre crise «non planifiée», qui ne se limite pas à la frontière de deux périodes stables de la vie, mais qui survient pendant cette période. C'est la soi-disant crise de 40 ans. C'est comme une répétition de la crise pendant 30 ans. Elle survient lorsque la crise de 30 ans n'a pas conduit à une solution adéquate des problèmes existentiels..

Une personne est profondément insatisfaite de sa vie, du décalage entre les plans de vie et leur mise en œuvre. UN V. Tolstykh note que s'ajoute à cela un changement d'attitude de la part des collègues de travail: le moment où l'on pourrait être considéré comme «prometteur», «prometteur» passe, et une personne ressent le besoin de «payer ses factures».

Outre les problèmes liés à l'activité professionnelle, la crise de 40 ans est souvent provoquée par l'aggravation des relations familiales. La perte de certains proches, la perte d'un aspect commun très important de la vie des époux - la participation directe à la vie des enfants, les soins quotidiens pour eux - contribuent à la compréhension finale de la nature de la relation conjugale. Et si, mis à part les enfants des époux, rien de significatif pour les deux ne se lie, la famille peut s'effondrer.

En cas de crise pendant 40 ans, une personne doit à nouveau reconstruire son projet de vie, développer un «I-concept» largement nouveau. De graves changements de vie peuvent être associés à cette crise, jusqu'à un changement de profession et la création d'une nouvelle famille..

La crise des retraites. Tout d'abord, une violation du régime et du mode de vie habituels est affectée négativement, souvent combinée à un sentiment aigu de contradiction entre la capacité continue de travailler, la capacité de bénéficier et leur manque de demande. Une personne s'avère être, pour ainsi dire, «mise à l'écart» de la vie actuelle sans sa participation active. Une diminution de son statut social, la perte du rythme de vie qui a été préservé pendant des décennies conduisent parfois à une forte détérioration de l'état physique et mental général, et dans certains cas même à une mort relativement rapide.

La crise de la retraite est souvent aggravée par le fait qu'à cette époque, la deuxième génération - les petits-enfants - grandit et commence à vivre une vie indépendante, ce qui est particulièrement douloureux pour les femmes qui se consacrent principalement à leur famille..

La retraite, qui coïncide souvent avec l'accélération du vieillissement biologique, est souvent associée à une aggravation de la situation financière, parfois à un mode de vie plus isolé. De plus, la crise peut être compliquée par le décès d'un conjoint, la perte de quelques amis proches.

Qu'est-ce qu'une crise de développement?

La crise développementale est le prochain élément fondamental du mécanisme de développement de l'enfant. L.S. Vygotsky a compris une crise développementale comme la concentration de changements et de déplacements brusques et capitalistiques, de changements et de fractures dans la personnalité de l'enfant..

Une crise est un tournant dans le cours normal du développement mental. Elle survient lorsque «le cours interne du développement de l'enfant a terminé un cycle et que la transition vers le cycle suivant sera nécessairement un tournant...» (L. S. Vygotsky).

Une crise est une chaîne de changements internes chez un enfant avec des changements externes relativement mineurs. L'essence de chaque crise est une restructuration de l'expérience intérieure qui détermine l'attitude de l'enfant envers l'environnement, un changement des besoins et des motivations qui animent son comportement. Ces contradictions émergentes peuvent donner lieu à de fortes expériences émotionnelles, à des violations du comportement des enfants, dans leurs relations avec les adultes..

Chacun de nous a été confronté à des manifestations de telles crises. Le premier dans la littérature scientifique à décrire la crise de la puberté. Plus tard, une crise de trois ans a été découverte. Plus tard encore, la crise de sept ans a été étudiée. Avec eux, on distingue la crise du nouveau-né et la crise d'un an..

Ainsi, un enfant de la naissance à l'adolescence passe par 5 périodes de crise.

Caractéristiques de la crise du développement:

1) elle se caractérise par l'indistinction des frontières séparant le début et la fin de la crise des âges voisins, il est donc important pour les parents, les enseignants, les éducateurs ou les pédiatres de connaître le tableau psychologique de la crise, ainsi que les caractéristiques individuelles de l'enfant, qui laissent leur empreinte sur le cours de la crise.

2) nous sommes confrontés à la difficulté d'éduquer les enfants en ce moment du fait «que le changement du système pédagogique appliqué à l'enfant ne suit pas les changements rapides de sa personnalité» (LS Vygotsky). Les conflits avec les adultes à ce moment surviennent plus souvent, et avec eux des expériences douloureuses et douloureuses surviennent. Un enfant de trois ans devient têtu, capricieux, obstiné et volontaire pendant un certain temps. Un enfant de sept ans à cette époque devient déséquilibré, débridé et capricieux. Chez les adolescents de 13 ans, la capacité de travail diminue, les anciens intérêts s'estompent et meurent souvent et le comportement devient négatif..

La nature du cours de la crise dépend largement des situations de vie spécifiques. Si les parents, les éducateurs, les enseignants et les autres personnes importantes pour l'enfant prennent en compte les changements qui se produisent en lui en temps opportun et construisent leur attitude conformément à eux, alors le cours de la crise est largement atténué..

En fait, les crises ne sont pas des compagnons inévitables du développement mental. Ce ne sont pas des crises inévitables, mais des fractures, des changements qualitatifs dans le développement. La crise est la preuve que le tournant, le changement ne s'est pas produit en temps opportun. Il ne peut y avoir de crise si le développement mental de l'enfant ne se développe pas spontanément, mais est un processus raisonnablement contrôlé - le processus d'éducation.

La crise du développement en psychologie s'appelle

La crise développementale est le prochain élément fondamental du mécanisme de développement de l'enfant. LS Vygotsky a compris une crise développementale comme la concentration de changements et de déplacements brusques et majeurs, de changements et de fractures dans la personnalité de l'enfant. Une crise est un tournant dans le cours normal du développement mental. Elle survient lorsque «le cours interne du développement de l'enfant a achevé un cycle et que la transition vers le cycle suivant sera nécessairement un tournant. "(Vygotsky L. S, 1984, p. 384). Une crise est une chaîne de changements internes chez un enfant avec des changements externes relativement mineurs. L'essence de chaque crise, a-t-il noté, est la restructuration de l'expérience intérieure qui détermine l'attitude de l'enfant envers l'environnement, le changement des besoins et des impulsions qui animent son comportement. Cela a également été indiqué par L. I. Bozhovich, selon lequel la cause de la crise est l'incapacité à répondre aux nouveaux besoins de l'enfant (Bozhovich L. I., 1979). Les contradictions qui constituent l'essence de la crise peuvent se dérouler sous une forme aiguë, donnant lieu à de fortes expériences émotionnelles, à des violations du comportement des enfants, dans leurs relations avec les adultes.

Une crise développementale signifie le début de la transition d'un stade de développement mental à un autre. Il se produit à la jonction de deux âges et marque la fin de la période d'âge précédente et le début de la suivante. La source de la crise est la contradiction entre les capacités physiques et mentales croissantes de l'enfant et les formes préalablement établies de sa relation avec les personnes qui l'entourent et les types (méthodes) d'activité. Chacun de nous a été confronté à des manifestations de telles crises.

Le premier dans la littérature scientifique à décrire la crise de la puberté. Plus tard, la crise de trois ans a été découverte. Plus tard, la crise de sept ans a été étudiée. Avec elles, la crise du nouveau-né et la crise d'un an. Ainsi, l'enfant de la naissance à l'adolescence connaît cinq périodes de crise..

Toute crise a deux faces, dont il faut tenir compte lors de la révélation de son contenu psychologique et de son importance pour le développement ultérieur de l'enfant..

Le premier est le côté destructeur de la crise. Le développement de l'enfant comprend les processus de coagulation et de dépérissement. L'émergence du nouveau signifie certainement le dépérissement de l'ancien. Les processus de dépérissement des anciens se concentrent principalement à l'ère de la crise. Mais le côté négatif de la crise est le contraire, le côté sombre du positif, const-

64 ■ Partie I. Aperçu des principales théories du développement

côté. «Des processus constructifs sont toujours réalisés ici, des changements positifs se produisent, qui constituent le sens principal de chaque période critique», souligne V. V. Davydov (Davydov V. V., 1986, p. 76). Nous parlons de néoplasmes psychologiques que nous connaissons déjà..

En conclusion, quelques mots sur les spécificités de la crise du développement.

Premièrement, elle se caractérise par des frontières indistinctes séparant le début et la fin de la crise des âges voisins. Par conséquent, il est important que les parents, les enseignants, les éducateurs ou les pédiatres connaissent le tableau psychologique de la crise, ainsi que les caractéristiques individuelles de l'enfant, qui marquent le cours de la crise..

Deuxièmement, nous sommes confrontés à la difficulté d'élever des enfants en ce moment du fait que «le changement du système pédagogique appliqué à l'enfant ne suit pas les changements rapides de sa personnalité» (Vygotsky L. S, 1984, pp. 252-253). Les conflits avec les adultes à cette époque surviennent plus souvent, et avec eux des expériences douloureuses et douloureuses surviennent. Un enfant de trois ans devient têtu, capricieux, obstiné et volontaire pendant un certain temps. Un enfant de sept ans à cette époque devient déséquilibré, débridé et capricieux. Chez les adolescents de 13 ans, la capacité de travail diminue, les anciens intérêts s’évanouissent et meurent souvent et le comportement devient négatif (Davydov V.V., 1986). En général, il faut garder à l'esprit que le stade de la crise s'accompagne toujours d'une diminution du taux de progression de l'enfant au cours de ses études..

Dans le même temps, il convient de garder à l'esprit que la nature de l'évolution de la crise dépend largement de situations de vie spécifiques. Si les parents, les éducateurs, les enseignants et d'autres personnes importantes pour l'enfant prennent en compte les changements qui se produisent en lui en temps opportun et construisent leur attitude en fonction d'eux, alors le cours de la crise est largement atténué. Comme le note A. N. Leont'ev, «en réalité, les crises ne sont en aucun cas des compagnons inévitables du développement mental. Ce ne sont pas des crises inévitables, mais des fractures, des changements qualitatifs dans le développement. Au contraire, une crise est la preuve d'une rupture, d'un changement qui n'a pas eu lieu à temps. Il ne peut y avoir aucune crise si le développement mental de l'enfant ne se développe pas spontanément, mais c'est un processus raisonnablement contrôlé - le processus d'éducation »(Leontyev A. N., 1981, p. 518).

La présence de périodes de crise dans le développement d'un enfant suppose l'existence de périodes stables. S'ils sont caractérisés par le développement progressif de l'enfant, alors le développement de la crise elle-même est négatif, destructeur. Le caractère progressif du développement se détériore. C'est probablement pourquoi Léon Tolstoï a appelé cette fois "le désert de la solitude".

Crises d'âge

Les crises d'âge sont des étapes de transition qui sont naturelles pour chaque personne, dont la connaissance est très demandée. Si une personne, vivant une période déterminée, n'atteint pas les objectifs fixés par l'âge, un certain nombre de problèmes d'ordre général et psychologique apparaissent. Tout le monde veut vivre heureux et longtemps, en plus, rester dans l'esprit jusqu'au bout, rester actif. Seul le désir, cependant, ne suffit pas ici, les psychologues sont sûrs que c'est la réussite du passage des crises d'âge qui affecte la plénitude de la vie.

A quel âge les crises commencent-elles, sont-elles soumises à des restrictions d'âge, comment se déroulent les crises pour les différents sexes? En cas de crise, vous ne voulez généralement pas agir, comment retrouver l'envie de bouger à nouveau?

Concept de crise d'âge

Comment le concept de crise est-il révélé, quels sont ses symptômes, ses délais? Comment distinguer une crise d'autres problèmes psychologiques, la fatigue ordinaire? Le mot crise, de sa racine grecque antique, signifie une décision, un tournant, un résultat. En effet, une crise est toujours associée à l'adoption d'une décision, au besoin de changement. Une personne est consciente du début d'une période de crise lorsqu'elle résume la réalisation des objectifs fixés plus tôt dans la vie, et n'est pas satisfaite du résultat - elle regarde dans le passé et analyse ce qu'elle n'a pas reçu.

Tout au long de notre vie, nous traversons plusieurs périodes de crise, et chacune d'elles ne vient pas soudainement, mais par l'accumulation de mécontentement dû à l'écart entre ce qui était attendu et ce qui s'est réellement passé. Par conséquent, la crise de la quarantaine est plus connue que d'autres, car une personne a vécu la majeure partie de sa vie et a commencé à penser au passé et aux réalisations, et se compare souvent aux autres..

Il arrive, avec un mot de crise, qu'une personne couvre ses autres maux mentaux qui ne sont pas liés au passage des étapes d'âge. Si les crises liées à l'âge chez les enfants sont facilement observables, alors chez un adulte, le délai peut être décalé, généralement chaque étape est donnée de 7 à 10 ans.De plus, l'une peut passer presque sans laisser de trace, tandis que l'autre sera évidente même pour les autres. Cependant, le contenu de la crise à chaque âge est universel, en tenant compte des décalages horaires, par exemple, les personnes de 30 et 35 ans peuvent être dans une crise, résolvant approximativement les mêmes problèmes.

Les crises liées au développement de l'âge doivent être distinguées des crises biographiques personnelles associées à des conditions objectives telles que, par exemple, l'obtention du diplôme scolaire, la perte de la famille ou des biens. Les crises de développement liées à l'âge se caractérisent par le fait qu'extérieurement tout est normal, mauvais, mais intérieur. Une personne commence à provoquer des changements, parfois destructeurs, afin de changer la vie et la situation interne, alors que son entourage peut ne pas la comprendre, considèrent les problèmes d'une personne comme exagérés.

Crises d'âge en psychologie

Vygotsky a également déclaré qu'un enfant parfaitement adapté ne se développe pas davantage. Un adulte est littéralement assuré contre une telle stagnation - dès qu'il s'habitue d'une manière ou d'une autre à la vie, une crise survient qui nécessite des changements. Puis s'installe une période d'accalmie assez longue, suivie d'une autre crise. Si une crise oblige une personne à se développer, qu'est-ce que le développement? Le plus souvent, il est compris comme une sorte de progrès, d'amélioration. Cependant, il existe un phénomène de développement pathologique - la régression. Nous parlons de développement qui apporte des changements d'un ordre supérieur. Presque tout le monde traverse certaines crises en toute sécurité, tandis qu'une crise, par exemple à la quarantaine, confond souvent une personne et se déroule dans son développement. L'essence de la crise est bien véhiculée par le caractère chinois, qui contient deux significations à la fois: danger et opportunité.

Les psychologues ont identifié des schémas généraux de crises spécifiques à l'âge, ce qui nous permet non seulement de s'y préparer à l'avance, mais aussi de réussir chaque étape, maîtrisant pleinement les tâches de chaque bel âge. À chaque étape de l'âge, il est impératif de prendre une décision, qui bénéficie de l'avantage de la société. En résolvant des problèmes, une personne vit sa vie en toute sécurité. Si une personne ne trouve pas de solution, elle a un certain nombre de problèmes, déjà de nature plus aiguë, qui doivent être traités, sinon cela menace non seulement d'états névrotiques, mais aussi de vie troublante. Chaque étape comporte les crises dites normatives, dont certaines, comme les crises de 20 et 25 ans, sont assez mal décrites, tandis que d'autres, des crises de 30 et 40 ans, sont connues de presque tout le monde. Ces crises doivent une telle renommée à leur force destructrice souvent obscure, lorsqu'une personne qui est en bien-être visible commence soudainement à changer radicalement sa vie, à commettre des actes imprudents associés à l'effondrement des significations antérieures, sur lesquelles il espérait..

Les crises d'âge chez les enfants sont bien observées et nécessitent l'attention des parents, car l'échec à surmonter chaque crise se superpose à la suivante. Les crises de l'enfance sont particulièrement profondément imprimées sur le caractère d'une personne et déterminent souvent la direction de toute une vie. Ainsi, un enfant sans confiance de base peut être incapable de relations personnelles profondes en tant qu'adulte. Une personne qui n'a pas ressenti d'indépendance dans son enfance n'a pas la possibilité de compter sur sa force personnelle, reste infantile et toute sa vie à la recherche d'un remplaçant d'un parent dans un conjoint, patrons, ou cherche à se dissoudre mollement dans un groupe social. Un enfant qui n'a pas appris à travailler dur, à l'âge adulte, éprouve des problèmes avec l'établissement d'objectifs, la discipline interne et externe. Si vous manquez le temps et ne développez pas les compétences de l'enfant, il aura un certain nombre de complexes et rencontrera des difficultés à cause de cela, il aura besoin de plusieurs fois plus d'efforts. Un grand nombre d'adultes n'ont pas traversé la crise de l'âge de l'adolescence, n'ont pas assumé l'entière responsabilité de leur vie, leur rébellion naturelle a été étouffée, mais elle reste désormais irrésolue tout au long de leur vie. Même dans la crise de la quarantaine, l'enfance se rappelle d'elle-même, puisque le plus grand nombre de contextes d'ombre se sont formés dans l'enfance.

Dans chaque crise, une personne doit rester le temps imparti, ne pas essayer de contourner les virages serrés, pour vivre pleinement les thèmes de la crise. Cependant, il existe des différences entre les sexes au cours des crises. Cela est particulièrement visible dans la crise du milieu de la vie, lorsque les hommes s'évaluent en fonction des réalisations professionnelles, de la sécurité financière et d'autres indicateurs objectifs, et des femmes - du bien-être familial..

Les crises liées à l'âge sont également directement liées au sujet aigu de l'âge, car il est largement admis que toutes les bonnes choses ne peuvent être présentes que chez les jeunes, cette croyance est de toutes les manières possibles alimentée par les médias et souvent même grâce au sexe opposé. Les changements externes importants, lorsqu'il n'est plus possible de convaincre les autres et soi-même de leur propre jeunesse, soulèvent beaucoup de problèmes psychologiques, certaines personnes à ce stade, à travers leur apparence, se rendent compte de la nécessité de changements personnels internes. Si une personne essaie de devenir jeune de manière inappropriée pour son âge, cela parle de crises non résolues, de rejet de son âge, de son corps et de sa vie en général..

Les crises d'âge et leurs caractéristiques

Le premier stade de crise, correspondant à l'âge de la naissance à un an, est en corrélation avec la confiance dans le monde environnant. Si un enfant n'a pas la possibilité dès sa naissance d'être dans les bras de ses proches, au bon moment pour recevoir de l'attention, des soins - même à l'âge adulte, il ne fera guère confiance aux gens qui l'entourent. Les raisons de la douloureuse prudence par rapport aux autres résident souvent précisément dans les besoins non satisfaits de ces enfants que nous avons essayé de dire à nos parents avec nos grands cris. Peut-être que les parents n'étaient pas du tout autour, ce qui devient une condition préalable à la méfiance fondamentale du monde. Par conséquent, il est important que des personnes proches soient à proximité pendant un an maximum, qui peuvent satisfaire le besoin de l'enfant dès le premier cri. Ce n'est pas un caprice, ni une complaisance, mais une nécessité inhérente à cette époque..

La deuxième étape, que les psychologues identifient généralement, est l'âge de 1 à 3 ans. Puis l'autonomie s'installe, l'enfant veut souvent tout faire lui-même - il est important pour lui de s'assurer qu'il en est capable. Dans le même temps, on rencontre souvent des caprices d'enfants, des crises de colère, de l'entêtement, qui n'existaient pas auparavant, le rejet et le rejet d'un adulte, les tentatives de l'enfant de s'établir au-dessus de l'adulte. Ce sont des moments naturels pour cette période, il faut absolument la traverser. Les adultes doivent définitivement fixer des limites à l'enfant, dire ce qui peut être fait, quoi faire, pourquoi. S'il n'y a pas de frontières, un petit tyran grandit, qui tourmente ensuite toute la famille avec ses problèmes. Il est également important de soutenir l'enfant, de lui permettre de faire quelque chose par lui-même. De plus, maintenant que le concept de honte est posé, les enfants s'intéressent souvent à leurs organes génitaux, il y a une prise de conscience de la différence avec le sexe opposé. Il est important de ne pas tirer sur l'enfant, de ne pas avoir honte de l'intérêt naturel.

Dans la période suivante, de 3 à 6 ans, les fondements du travail acharné, l'amour des affaires quotidiennes sont assignés. Un enfant peut déjà effectuer presque tous les travaux ménagers sous la supervision d'un adulte lui-même, si en même temps on ne lui donne pas la possibilité de montrer son initiative - plus tard, il ne s'habituera pas à fixer des objectifs et à les atteindre. Si l'enfant veut laver le sol, arroser les fleurs, essayer de passer l'aspirateur - apprenez-lui. Mais cela ne devrait pas être fait en poussant et en ordonnant, mais en jouant. Les jeux de rôle gagnent en importance, vous pouvez jouer avec des poupées, avec des personnages de livres, même faire des personnages vous-même, par exemple, à partir de papier, jouer une scène qui sera intéressante pour votre enfant. Emmenez votre enfant au spectacle de marionnettes pour regarder les personnages interagir. L'enfant reçoit des informations précisément à travers les parents, le développement de l'enfant en dépend de manière correcte et harmonieuse.

La période suivante est la période des cercles, de 6 à 12 ans. L'enfant doit maintenant être chargé au maximum de ce qu'il veut faire. Vous devez savoir que maintenant, son corps se souvient bien de l'expérience acceptée, de toutes les compétences maîtrisées dans une période de temps donnée, l'enfant les conservera toute sa vie. S'il danse, il dansera magnifiquement toute sa vie. Chanter et faire du sport sont les mêmes. Peut-être qu'il ne deviendra pas un champion, mais il sera en mesure de révéler davantage ses capacités à n'importe quelle période de sa vie à l'avenir. Lorsqu'il est possible d'amener votre enfant à des cercles - faites-le, prenez le plus de temps possible avec les cours. Le développement intellectuel est utile, car maintenant l'enfant reçoit des informations de base qui lui seront utiles plus tard, aideront à former une réflexion.

La période de l'adolescence, la suivante, est probablement la plus difficile, car la plupart des parents ont recours à des psychologues précisément en relation avec les difficultés de communication avec un adolescent. C'est une période d'auto-identification, si une personne ne la réussit pas, alors à l'avenir, elle peut rester limitée dans son potentiel. Une personne en pleine croissance commence à penser à qui elle est et à ce qu'elle apporte au monde, à quelle est son image. C'est à l'adolescence que naissent différentes sous-cultures, les enfants commencent à se percer les oreilles, changent d'apparence parfois même en autodestruction, des loisirs inhabituels peuvent apparaître. Les adolescents recourent à des formes de vêtements intéressantes qui attirent l'attention, soulignent ou, au contraire, révèlent tous les défauts. Les expériences d'apparence peuvent être illimitées, elles sont toutes liées à l'acceptation par l'enfant de son corps, qui change considérablement à cet âge. L'adolescent l'aime ou ne l'aime pas, les problèmes de chacun sont strictement individuels, il est donc logique que les parents parlent attentivement des complexes associés au changement d'apparence.

Les parents doivent surveiller attentivement le comportement d'un adolescent lorsqu'ils sont sûrs que la forme de vêtement qu'ils ont choisie ne convient pas à l'enfant - cela vaut la peine de l'inviter doucement, et aussi de regarder de qui l'adolescent est entouré, qui fait partie de l'entreprise, parce que ce qu'il prendra du monde qui l'entoure, jouera un rôle dominant à l’avenir. Il est également important qu'il y ait devant les yeux de l'adolescent des exemples d'adultes dignes qu'il aimerait, car plus tard, il pourra adopter leur comportement, leurs manières, leurs habitudes. S'il n'y a pas d'exemple, par exemple, une famille se compose uniquement d'une mère et d'un fils, vous devez lui donner la possibilité de communiquer avec des parents du même sexe afin qu'il sache comment un homme doit se comporter. Il est important qu'un adolescent trouve son style, son image, comment il veut s'exprimer à ce monde, quels sont ses objectifs et ses projets. À l'heure actuelle, les adultes devraient discuter de tout cela avec un enfant. Même si l'enfant ne semble pas vouloir vous écouter, il vous écoute probablement de toute façon, votre opinion pèse lourdement sur lui..

Dans la période suivante de 20 à 25 ans, une personne est complètement séparée de ses parents, commence une vie indépendante, cette crise est donc souvent plus perceptible que d'autres. C'est la crise de la séparation, cependant, il y a aussi le besoin opposé de fusionner. À ce stade, il est important de commencer une relation personnelle étroite avec le sexe opposé. S'il n'y a pas de relation de ce genre, la personne n'a pas traversé l'adolescence précédente comme elle le devrait, n'a pas compris qui elle est, qui elle veut voir à côté de elle. À cet âge, les problèmes relationnels sont très pertinents, il est important d'apprendre à communiquer avec le sexe opposé. L'amitié et les contacts professionnels sont également importants, ainsi que la recherche d'un nouveau cercle d'amis, dont une personne fait déjà partie en tant qu'adulte. Assumera-t-il la responsabilité de ses démarches personnelles? Les erreurs seront certainement, il est important de savoir comment la personne agira - qu'elle revienne sous l'aile parentale ou qu'elle trouve un remplaçant pour les parents dans un partenaire, régressant ainsi à nouveau dans l'enfance, ou devienne responsable des décisions prises avec leurs conséquences. Le néoplasme de cette crise est la responsabilité. La complexité de cet âge est toujours l'image dominante de l'acceptabilité sociale, quand on s'attend à ce qu'une très jeune personne réussisse à l'école, au travail, ait des relations profondes, paraisse bien, ait de nombreux passe-temps, soit active, active. Le conflit ici est que commencer à plaire à la désirabilité sociale signifie se perdre, ne pas permettre aux potentiels personnels et individuels de se déployer, la séparation ne se produira pas, une personne suivra le chemin parcouru par les attentes de son entourage, ne prendra pas la responsabilité maximale de sa vie.

La non-acceptabilité sociale au stade décrit indique souvent que la personne est en contact avec elle-même. Les gars le font mieux parce que la société leur donne plus d'occasions de le faire. La résistance à l'autorité, héritée de l'adolescence, va ici au-delà de la famille, au lieu de maman et papa, une personne commence à résister, par exemple, aux autorités. L'un des scénarios pour le passage de cette crise est un destin prédéterminé, lorsque la famille a tracé et peint à l'avance le chemin d'une personne. Il s'agit souvent d'une direction professionnelle, mais la vie de famille peut également se révéler être dans les traditions conservatrices. Dans ce scénario, une personne n'utilise pas l'occasion de se séparer de ses parents, comme si la crise de 20 ans passait, le trompant, mais le sujet de l'autodétermination personnelle et de la séparation demeure, revenant à la personne parfois même après 10-20 ans, déjà douloureux. Une crise non résolue se superpose à la suivante, et il faudra choisir une direction ayant déjà souvent une famille, des enfants, ce qui est beaucoup plus difficile. L'autodétermination professionnelle prolongée, lorsque vous devez changer de domaine de travail à 30 ans, en commençant par un nouveau, est également une tâche difficile..

Une période très fructueuse commence à l'âge de 25 ans, lorsque l'occasion se présente de recevoir les bienfaits de la vie, sur laquelle il comptait à l'adolescence. Habituellement, dans cette période, je veux vraiment trouver rapidement un emploi, fonder une famille, avoir des enfants, faire carrière. La volonté et l'aspiration sont posées dès l'enfance, si cela ne s'est pas produit, la vie peut s'avérer ennuyeuse et sans espoir. La crise fait écho au thème de l'estime de soi, quand une personne se demande ce pour quoi elle peut se respecter. Le thème des réalisations et de leur collecte est ici à son apogée. A 30 ans, il y a un bilan de la vie antérieure, l'opportunité de se respecter. Fait intéressant, à ce stade, les extravertis ont tendance à équiper la partie extérieure de la vie en formant un arbre de connexions sociales, tandis que les introvertis comptent sur leurs propres ressources personnelles et des relations profondes dans un cercle limité. S'il y a un biais important, lorsque, par exemple, une personne est engagée dans des contacts sociaux depuis longtemps, réussit au travail, fait carrière, crée un cercle d'amis et une image dans la société - maintenant, il commence à penser davantage au confort de la maison, aux enfants, aux relations familiales.

Au contraire, si les 10 premières années de la vie adulte ont été consacrées à la famille, qui est souvent un scénario féminin, lorsqu'une fille se marie, devient mère et femme au foyer, alors cette crise nécessite de quitter le nid dans le monde extérieur. Pour passer cette crise, une personne doit avoir une collection de réalisations. Tout le monde l'a, mais tout le monde n'est pas capable de se respecter, ce qui est souvent le cas lorsqu'on se concentre sur les lacunes. À ce stade également, il y a une opportunité de travailler sur soi personnellement, de changer la vie en celle que vous aimez. Voyez ce qui vous manque. C'est peut-être une personne proche, pensez à ce à quoi elle devrait ressembler, à quel genre de personne vous vouliez voir et à quel point vous répondez vous-même à l'image de l'être cher que vous avez en tête pour vous-même. Si vous n'êtes pas entièrement satisfait du travail, vous souhaitez changer de domaine d'activité, mais vous ne savez pas comment le faire - essayez de commencer par un passe-temps, une passion que vous pouvez transférer dans la catégorie du travail permanent. Pensez également à la façon dont vous vous reposez, à ce qui vous apporte votre repos - bon ou mauvais. Après tout, le repos occupe la majeure partie de votre temps personnel et son manque affecte négativement la qualité de vie, diverses situations pénibles se développent qui n'existeraient pas si vous vous reposiez bien et pleinement. Pendant cette période, une personne devient souvent déjà parent et souhaite aider les enfants à mieux vivre leur vie. Pensez aux fondements que vous allez poser en eux, en passant par votre propre vie, à ce que vous avez reçu dans votre enfance, à ce qui manquait, y a-t-il confiance dans le monde, sinon, ce qui l'a empêché de se former.

La crise suivante au milieu de la vie a été traitée avec bonté non seulement par les psychologues, mais aussi par les gens ordinaires. Pour la majorité en milieu de vie, tout est stabilisé, lorsqu'une personne se met soudain à lutter pour des raisons incompréhensibles pour les autres, et parfois même pour elle-même, elle se retrouve dans une situation confuse. L'apparition d'une crise s'accompagne d'un état d'ennui, d'une perte d'intérêt pour la vie, une personne commence à faire des changements externes qui ne conduisent pas au soulagement souhaité, rien ne change à l'intérieur. C'est le changement interne qui devrait être le principal, qui, s'il se produit, peut ne pas apporter de changements externes. De nombreux films ont été tournés sur la crise de la quarantaine, lorsque les hommes ont plus souvent des maîtresses et que les femmes deviennent des enfants, ce qui ne change pas la donne. Le passage réussi de la crise n'est pas associé à des tentatives extérieures de changement, mais à une acceptation intérieure absolue de la vie, qui donne un état d'esprit merveilleux et harmonieux. A ce stade, il n'est plus question de réalisations et d'estime de soi, mais seulement d'acceptation de soi-même, de la vie telle qu'elle est. L'acceptation ne signifie pas que tout s'arrêtera - au contraire, le développement n'ira que plus intensément, puisqu'une personne arrête la guerre en elle-même. Une trêve avec soi-même libère beaucoup de force pour une vie plus productive, de plus en plus de nouvelles opportunités s'ouvrent. Une personne pose des questions sur la mission de sa vie, de plus, elle peut faire beaucoup, découvrir ses vraies significations.

La crise de 40 ans initie une recherche spirituelle, pose des questions globales pour une personne, auxquelles il n'y a pas de réponses sans équivoque. Ce conflit est associé à la structure psychologique de l'Ombre - ces contextes inacceptables qu'une personne supplante sans cesse, essayant de se mentir même à elle-même. Les enfants qui grandissent ne permettent pas à une personne d'être plus jeune que lui, exigeant la sagesse du parent. L'existentialité de cette crise est renforcée par les sentiments de la fugacité du temps, quand il ne sera plus possible d'écrire des brouillons, il faut vivre propre, et il est heureux qu'il y ait encore une opportunité pour cela.

La crise des 50-55 ans met à nouveau une personne à la croisée des chemins, le long d'un chemin, il peut aller vers la sagesse, le long de l'autre - vers la folie. Une personne fait un choix interne, vivra-t-elle ou survivra-t-elle, quelle est la prochaine étape? La société informe la personne que souvent elle n'est plus à la mode, dans des positions différentes il faut céder la place à la jeunesse grandissante, y compris dans la profession. Souvent, ici, une personne cherche à être nécessaire aux autres, part pour s'occuper complètement de ses petits-enfants, ou s'accroche au travail, craignant d'aller à la marge. Cependant, une issue harmonieuse de la crise sera de tout lâcher, de vous dire avant que vous avez payé toutes les dettes sociales possibles, vous n'êtes obligé envers personne, maintenant vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Pour une telle acceptation de la vie et des désirs, vous devez traverser toutes les crises précédentes, car vous aurez besoin de ressources matérielles, de ressources de relations et de perception de soi.

A propos de la dernière période, à partir de 65 ans, on pense souvent que la vie à cet âge se termine déjà. Le phénomène de la mort a déjà été personnifié, car il y a une expérience de départ d'êtres chers de la vie. Cependant, c'est une période très précieuse et intéressante, dans laquelle vous pouvez compter sur votre vie, il y a quelque chose à retenir, quelque chose à partager, quelque chose à se réjouir lorsque les proches sont reconnaissants pour le soin que nous leur avons montré, et nous leur sommes reconnaissants d'être là. C'est le moment d'acquérir la sagesse qu'une personne peut apporter à sa famille, à ses proches, à son environnement, voire au monde. Vous pouvez, par exemple, commencer à écrire, faire ce que vous aimez, voyager ou simplement vous détendre sur le canapé, personne ne dira maintenant que cela vous nuit. N'oubliez pas de bouger, alors à tout âge vous commencerez toujours à vous sentir bien, vous traverserez toutes les crises comme prévu.

Caractéristiques des crises d'âge

Et si une personne ne note pas le passage des crises dans sa vie, cela signifie-t-il qu'il n'y en a pas eu? Les psychologues sont convaincus qu'une crise psychologique est aussi naturelle que les changements du corps humain avec l'âge. Les personnes ayant un faible niveau de réflexion, d'inattention envers elles-mêmes, quand il repousse sa détresse plus loin, ne peuvent pas se rendre compte qu'elles sont maintenant en crise psychologique. Ou une personne de toutes les manières possibles retient ses sentiments en elle-même, craignant de détruire son image positive devant les autres, de se montrer comme une personne ayant des problèmes. Cette ignorance non-vivante de la crise donne ensuite l'unification de toutes les étapes non franchies, comme une avalanche. Inutile de dire que c'est un résultat difficile, une charge psychologique énorme, qu'une personne ne peut parfois pas faire face.

Une autre variante du déroulement atypique des crises est souvent observée chez les individus hypersensibles ouverts aux changements, aux transformations de la personnalité. Ils sont enclins à la prévention et, lorsque les premiers symptômes d'une crise imminente apparaissent, ils essaient de tirer immédiatement des conclusions, de s'adapter. Leurs crises sont plus douces. Cependant, une telle approche anticipative ne s'imprègne pas totalement de la leçon qu'une crise apporte à une personne..

Chaque crise contient quelque chose qui aidera une personne dans le segment futur de sa vie, fournit un soutien pour le passage des prochaines crises. Une personne ne se développe pas de manière linéaire, elle se développe par étapes, et la crise n'est que ce moment d'une percée dans le développement, après quoi une période de stabilisation, un plateau, commence. Les crises aident un individu à grandir, nous ne grandissons pas volontairement, nous ne voulons pas nous déséquilibrer seuls et, semble-t-il, ce n’est pas nécessaire. Par conséquent, la psyché engage nos conflits internes. Grâce aux crises, une personne, bien qu'inégale, grandit toute sa vie.

Auteur: Psychologue pratique N.A. Vedmesh.

Conférencier du Centre Médical et Psychologique "PsychoMed"