Caractéristiques de la névrite du nerf hypoglosse

La névrite hyoïde ne se développe pas très souvent. Dans ce cas, une inflammation se produit dans le nerf hypoglosse. Le patient, en même temps, ressent un mal de tête. Parfois, les performances de la langue sont perturbées. Cet article abordera les causes et les mécanismes de la névrite hypoglosse, ainsi que ses principes de diagnostic et de traitement..

Causes et mécanismes de développement

Le tabagisme est l'une des causes de la névrite

La névrite hyoïde peut se développer pour de nombreuses raisons. Il existe une liste de facteurs qui contribuent à l'apparition de l'inflammation du nerf hypoglosse. Ceux-ci inclus:

  • les opérations effectuées dans la cavité buccale;
  • angine;
  • tuberculose;
  • alcoolisme chronique;
  • manque de vitamines B dans le corps;
  • tumeurs malignes ou bénignes dans la bouche;
  • fumeur;
  • kystes buccaux;
  • manque de vitamines B;
  • anémie hyperchromique par déficit en B12;
  • inflammation des glandes salivaires sous-maxillaires.

L'inflammation peut couvrir la fibre elle-même, ou seulement le canal nerveux hypoglosse. Il peut être unilatéral ou bilatéral.

Les symptômes de la névrite

La névrite du nerf sous-maxillaire se manifeste par des symptômes spéciaux spécifiques de l'inflammation du nerf hypoglosse. Les principaux symptômes sont présentés dans le tableau:

Les principaux symptômes de la névrite hypoglosse
Nom du symptômeCaractéristique
Fonction motrice altérée du nerf hypoglosseEn sortant la langue de la bouche, elle s'écarte vers la lésion. En outre, le patient peut souffrir de troubles de la parole, de dysarthrie. Les troubles de la parole sont altérés lors d'une exacerbation de l'inflammation dans le canal nerveux hypoglosse ou dans la fibre nerveuse elle-même.
Douleur dans la langueEn règle générale, le patient a des accès de douleur dans la langue, ils sont plus prononcés du côté affecté.
Mal de crâneC'est un symptôme très courant d'inflammation du nerf hypoglosse. Il disparaît généralement dès que la crise de douleur se termine dans la langue elle-même.
Type de langueLa pointe de la langue est étendue vers le côté sain et la racine de la langue, lors d'une crise de douleur, remonte du côté affecté.

Le tableau clinique a une évolution paroxystique. La durée d'une attaque peut varier de quelques secondes à plusieurs heures. Le plus souvent, la langue fait mal du côté de la lésion et un mal de tête est également observé du même côté. C'est à cause d'une douleur unilatérale que cette maladie est parfois confondue avec la migraine..

Dans de rares cas, le processus inflammatoire est bilatéral. Dans le même temps, la douleur n'est pas observée du côté de la lésion, mais sur toute la surface de la langue.

Principes du diagnostic et du diagnostic de la maladie

Étant donné que la névrite du nerf hypoglosse a un tableau clinique spécifique et spécial, un neuropathologiste ne peut suggérer une inflammation de ce nerf que par des symptômes. Pour choisir une méthode de traitement, il est également nécessaire d'identifier la cause même de l'inflammation nerveuse. Pour cela, il est nécessaire de mener un certain nombre d'études en laboratoire et instrumentales. Leur liste est présentée dans le tableau ci-dessous:

Recherche pour la névrite du nerf hypoglosse
Nom de la méthode de rechercheQuelles maladies responsables de la névrite du nerf hypoglosse peuvent être utilisées pour identifierCaractéristiques et interprétation des résultats obtenus
Analyse sanguine généraleVous pouvez détecter la présence d'un processus inflammatoire bactérien ou viral dans le corps, une anémie, des allergies.Avec une infection bactérienne, il y aura une augmentation du taux de neutrophiles, un déplacement de la formule leucocytaire vers la gauche. Avec une infection d'étiologie virale, les lymphocytes seront augmentés dans le sang. Des éosinophiles élevés dans le sang parleront en faveur de l'allergie. Avec l'anémie, il y aura une diminution du nombre d'érythrocytes et d'hémoglobine.
Tomodensitométrie de la tête (TDM)La tomodensitométrie peut visualiser les modifications osseuses du tissu osseux pouvant entraîner une compression du nerf, comme un traumatisme à la mandibule.Sur les images de tomographie en couches, vous pouvez voir les changements dans la structure osseuse.
Imagerie par résonance magnétique de la tête (IRM)L'IRM est utilisée pour détecter les tumeurs et les kystes malins ou bénins.Les tumeurs et les kystes peuvent être visualisés, leur taille, leur épaisseur de paroi et leur emplacement exact peuvent être déterminés.
Semis de l'oropharynxUtilisé pour une angine suspectée ou une autre maladie bactérienne.L'écouvillon de l'oropharynx est semé sur divers milieux nutritifs. Et donc, comment les colonies se développent sur ces milieux, la présence ou l'absence de certaines bactéries dans l'oropharynx est évaluée.
Radiographie pulmonaireUtilisé pour détecter la tuberculose. Puisque dans certains cas, la névrite hypoglosse est un symptôme de la tuberculose.Avec la tuberculose, pas une simple radiographie des organes de la cavité thoracique, vous pouvez voir des foyers de dissémination, des cavités, des cavités.

Principes de base du traitement

La névrite sublinguale est généralement traitée par un neurologue. Après avoir établi la cause de l'inflammation du nerf, un traitement étiologique et symptomatique leur est prescrit..

Principes du traitement étiologique

Ce traitement doit viser précisément la cause même du processus inflammatoire dans la fibre nerveuse. Selon la raison, il peut être composé des éléments suivants:

  • Si la cause de la maladie est un néoplasme ou un kyste, le traitement doit être chirurgical. Tout d'abord, l'élimination des excroissances tissulaires est effectuée, puis leur examen histologique. Habituellement, les symptômes de la névrite disparaissent immédiatement après la chirurgie..
  • Si un patient reçoit un diagnostic de tuberculose, le traitement ultérieur est effectué exclusivement dans des établissements médicaux spécialisés pour la tuberculose. Là, la thérapie consiste en des médicaments antituberculeux.
  • Avec l'angine de poitrine, le patient se voit prescrire un traitement antibiotique.
  • Avec l'anémie par carence en B12, des préparations contenant de la vitamine B12 sont prescrites.

Thérapie symptomatique

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Le traitement symptomatique vise à soulager la douleur et les troubles de la langue. À cette fin, les médicaments suivants peuvent être utilisés:

  1. Anti-inflammatoires non stéroïdiens:
    • avec un effet analgésique prononcé: Ketorolac, Analgin, Baralgin, Ketanov;
    • avec un effet anti-inflammatoire prononcé: Diclofénac, acide méfénamique, indométacine;
    • avec effet antipyrétique: paracétamol, ibuprofène.
  2. Antispasmodiques: No-shpa, Spazmalgon.
  3. Diurétiques: Furosémide, Torasémide, Lasix.

Tous ces médicaments ne doivent être pris qu'après consultation du médecin traitant. Des préparations de multivitamines, qui contiennent des vitamines B, peuvent être ajoutées au schéma thérapeutique. Ces substances participent à la restauration des faisceaux nerveux. Parfois, la cause de l'inflammation réside précisément dans le manque de ces vitamines..

La névrite submandibulaire est une maladie très désagréable. Lors de ses crises, le patient a de fortes douleurs dans la langue et des troubles de la parole. Parfois, la douleur peut couvrir une partie de la tête, et cette condition est confondue avec une migraine. Cette condition est traitée par un neurologue. Après avoir établi le diagnostic et identifié la cause de la douleur et de l'inflammation, il prescrit un traitement étiologique et symptomatique. Le traitement symptomatique comprend des anti-inflammatoires, des antispasmodiques et des diurétiques. Parfois, les vitamines B sont incluses dans le schéma thérapeutique.

Névrite insidieuse: symptômes et traitements de l'inflammation du nerf glossopharyngé

Des centaines de nerfs traversent notre corps, qui transmettent des impulsions de différentes parties du corps au cerveau. Si le travail de l'un d'entre eux est perturbé, la personne ressent une douleur aiguë et fulgurante.

Il provoque une irritation des terminaisons nerveuses, qui se produit en raison de la compression, du pincement ou de tout autre dommage au nerf. Lorsque la cause des changements est inflammatoire, la pathologie est appelée névrite..

L'évolution d'une maladie particulière et ses manifestations dépendent des zones touchées. La névrite glossopharyngée survient si les paires IX et X de nerfs crâniens sont endommagées. Nous parlerons des symptômes et du traitement de la névrite (inflammation) du nerf glossopharyngé dans l'article.

Qu'est-ce que la névrite sublinguale?

La névrite glossopharyngée est une maladie inflammatoire caractérisée par des lésions des branches des paires IX et X des nerfs crâniens. Il se manifeste par une douleur aiguë dans la région de la langue, du pharynx, de la mâchoire inférieure.

Il se distingue de la névralgie non seulement par la cause inflammatoire, mais également par l'étendue de la lésion: la gaine externe du nerf et ses tissus internes sont impliqués dans des processus pathologiques.

La maladie est basée sur le processus inflammatoire. Elle peut être causée à la fois par des blessures et des infections (bactéries, virus) et d'autres causes.

La maladie a un numéro distinct dans la classification internationale des maladies (CIM-10) - G52.1 "Lésions du nerf glossopharyngien". G - indique une maladie du système nerveux, 52 - pour les lésions des nerfs crâniens et le numéro 1 - spécifiquement pour le glossopharynx.

Étiologie de la maladie

La névrite survient lorsque le nerf glossopharyngien est enflammé. Cela peut être causé par les raisons suivantes:

Blessures. Le plus souvent avec des fractures des os du visage, ainsi qu'avec un traumatisme direct du nerf et des tissus environnants.

Une névrite traumatique peut survenir après une administration infructueuse de l'anesthésie (par exemple, lors d'un rendez-vous chez le dentiste), ainsi qu'avec des prothèses inappropriées.

  • Infections. Toutes les maladies virales sont capables de provoquer une névrite, mais le plus souvent, elles sont provoquées par des agents pathogènes de l'herpès - zona, etc. Les autres maladies comprennent: la grippe, la tuberculose, la syphilis.
  • Processus inflammatoires chroniques (dans les dents, les gencives, la sinusite, etc.).
  • Hypothermie.
  • Les allergies.
  • Il existe également des causes dites secondaires de névrite. Ceux-ci inclus:

    • tumeurs (névromes, mélanomes, etc.);
    • tuberculose;
    • lésions générales du système nerveux.

    Image clinique

    Les symptômes de la maladie sont associés à la structure du nerf glossopharyngé et aux particularités de son emplacement. Il fait partie d'un grand groupe de nerfs crâniens et participe simultanément aux activités sensorielles (y compris gustatives) et motrices (y compris la déglutition), ainsi qu'à la salivation.

    À cet égard, les principales manifestations de la névrite sont distinguées:

  • Douleurs sévères, brûlantes, parfois atroces, généralement d'un côté de la langue. Il peut y en avoir deux types:
    • typique (à court terme - 2-3 minutes, temporaire, similaire à un choc électrique violent);
    • atypique (devenir permanent, provoquer des difficultés d'élocution).

    Les deux types de douleur commencent à la base de la langue ainsi qu'aux amygdales. Se propage progressivement vers le ciel. Peut être administré à la mâchoire supérieure, aux sinus latéraux, à la lèvre supérieure et à la paupière inférieure.

  • Disparition de la sensibilité de la langue. Parfois aussi gustatif (généralement dans les deux tiers avant de la langue).
  • Une sensation de brûlure, une sensation de picotement dans la langue.
  • Suppression du réflexe pharyngé.
  • Gonflement de la partie affectée, sensation dans la gorge d'un corps étranger.
  • Les patients peuvent se plaindre de:

    1. Augmentation de la douleur lors de la consommation d'aliments solides (en particulier des aliments chauds), ainsi que lors de la toux, du bâillement, du rire et des mouvements brusques.
    2. Bouche sèche, qui entraîne une salivation accrue.
    3. Convulsions dans les régions de mastication.

    Diagnostique

    Le diagnostic commence par une visite chez le médecin. En raison du flou et de la prévalence des symptômes, le patient peut se tourner vers un ORL et un dentiste. Dans ce cas, la névrite est traitée exclusivement par un neurologue..

    Le mécanisme de diagnostic est le suivant:

    Analyse du tableau clinique. Cela comprend l'interview du patient, une étude minutieuse des plaintes (où exactement ça fait mal, comment la douleur se manifeste).

    En raison de la nature inflammatoire de la maladie, il est important de savoir si les symptômes ont été précédés d'un traumatisme ou de maladies infectieuses.

  • Examen objectif. Le médecin sent la zone touchée, vérifie les réflexes, découvre si la douleur survient à la palpation.
  • Analyses. Des tests de laboratoire, en particulier une formule sanguine complète, peuvent déterminer la véritable cause de la névrite (virale ou bactérienne). Des études instrumentales (IRM, CT, électroneuromyographie) peuvent être nécessaires pour clarifier et confirmer le diagnostic, ainsi que pour le différencier d'autres pathologies similaires.
  • Quelles maladies faut-il distinguer?

    Il existe un certain nombre de maladies qui présentent des symptômes similaires. Ceux-ci inclus:

    • névralgie: nerfs trijumeau, lingual, laryngé supérieur, auriculaire temporal, occipital;
    • inflammation du ganglion nerveux du ganglion ptérygopalatin;
    • névralgie du nœud de l'oreille;
    • néoplasmes dans la région de la langue et du pharynx;
    • abcès rétropharyngé;
    • Syndrome d'Eagle (augmentation de la taille du processus styloïde de l'os temporal).
    Il est nécessaire de procéder à un examen complet pour exclure ces maladies. Par exemple, la maladie se distingue de la névralgie du trijumeau par la localisation de la douleur.

    De plus, il existe un ensemble de tests spécifiques: des manipulations, dont un résultat positif confirme le diagnostic.

    Par exemple, avec une telle pathologie, avaler, ainsi que toucher les amygdales, provoque de la douleur. L'irrigation de la gorge avec de la lidocaïne soulage temporairement ce symptôme..

    Comment traiter?

    En raison du fait que la maladie est de nature inflammatoire, le traitement principal vise à éliminer la cause profonde de la maladie:

  • S'il est causé par une inflammation, traitez-le (la thérapie est choisie en fonction de la cause spécifique).
  • Si un nerf est comprimé par un kyste ou une tumeur, un traitement chirurgical (ablation) est effectué.
  • La névrite d'origine allergique ou toxique est traitée en éliminant le facteur qui a provoqué l'allergie ou l'intoxication.
  • Si la névrite est causée par un traumatisme, il est nécessaire de savoir si le nerf est pincé. S'il est violé, alors vous devez le libérer.
  • En plus de s'attaquer à la cause profonde, le médecin prescrit un traitement pour soulager la douleur et d'autres symptômes désagréables. Ceci comprend:

    1. Médicaments anesthésiques locaux (dicaïne, lidocaïne) à la racine de la langue.
    2. Injections d'anesthésie locale dans la zone douloureuse - dans la racine de la langue (en règle générale, la novocaïne est utilisée lorsque le traitement local est inefficace).
    3. Anti-inflammatoires non stéroïdiens sous forme de comprimés ou d'injections (ibuprofène, méloxicam, etc.).
    4. Anticonvulsivants et antiépileptiques (baclofène, tegretol, diphénine).
    5. Vitamines B (milgamma, neurobion et autres) sous forme de comprimés et solution injectable.
    6. Antipsychotiques (en particulier, chlorpromazine).
    7. Complexes multivitaminés.

    En plus de la pharmacothérapie, d'autres types de traitement sont utilisés. Leur objectif principal:

    • élimination de l'œdème nerveux;
    • renforcement général du corps;
    • soulager l'inflammation.

    Ces procédures comprennent:

    • physiothérapie (acupuncture, électrophorèse et phonophorèse, lumière ultraviolette);
    • assainissement de la cavité buccale.

    Conséquences et complications

    Une telle névrite se développe extrêmement rarement et n'entraîne pas de complications si le traitement est commencé à temps.

    Néanmoins, avec la progression de la maladie et l'absence de traitement, les éléments suivants peuvent se développer:

    • violations des réflexes (déglutition);
    • perte de sensibilité (y compris gustative);
    • parasthésie (picotements et brûlures constants);
    • amyotrophie.

    Prévision et prévention

    La prévention du développement de la névrite devrait inclure:

    1. Vaccinations de routine et renforcement général du système immunitaire (afin d'éviter de contracter des infections).
    2. Traitement compétent et rapide des maladies infectieuses et virales.
    3. Examens préventifs réguliers.
    4. Éviter les blessures.
    La névrite glossopharyngée est une pathologie rare. Néanmoins, comme d'autres maladies similaires, elle provoque une gêne importante chez le patient, allant jusqu'à la suppression de la perte de sensibilité gustative et du réflexe de déglutition.

    Pour soulager efficacement les symptômes, vous devez identifier et éliminer la cause de la maladie. Avec un début de traitement précoce et l'élimination de la cause profonde de la maladie, le pronostic est favorable.

    Névralgie du nerf hyoïde: causes, symptômes et traitements

    Le nerf hypoglosse irrite les muscles de la bouche, c'est pourquoi, avec la névrite, des problèmes de déglutition surviennent et des troubles de la parole sont observés. L'inflammation des fibres nerveuses se produit dans le contexte de pathologies d'origines diverses (hypothermie, maladies infectieuses et non infectieuses, traumatismes, etc.), qui seront discutées dans l'article. Le traitement vise à éliminer l'effet du facteur provoquant et à arrêter les symptômes qui l'accompagnent.

    Description de la maladie

    Les causes et la nature du développement de la névrite sont dues aux fonctions du nerf hypoglosse, son anatomie. Cette partie du système nerveux central est formée par la fusion du tronc cérébral et de la moelle épinière. Le canal du nerf hypoglosse de l'os occipital l'élimine des cellules du noyau situées dans la cavité crânienne. Puis il, passant de haut en bas, parcourt la «route» suivante:

    • entre le nerf vague et la veine jugulaire;
    • le long de l'artère carotide interne et externe;
    • triangle nerveux hypoglosse (situé sous la mâchoire).

    Ce nerf émerge de la cavité crânienne et se termine dans la langue, assurant son innervation. Au fur et à mesure de sa progression, il affecte (s'entrelace) avec d'autres parties du système nerveux central qui se trouvent dans ces zones (en particulier, avec les premières branches des racines cervicales). Certaines branches du nerf hypoglosse atteignent le muscle circulaire de la bouche. Ceci explique la raison de la diminution de la fonctionnalité ou de la paralysie de cette zone avec le type de névrite considéré..

    Le noyau du nerf hypoglosse, composé de plusieurs petites fibres, se trouve dans la partie médiane de la partie postérieure de la moelle allongée. Chacun de ces groupes, dans lequel le noyau est divisé, est responsable de l'innervation d'un muscle individuel:

    • parler alêne;
    • sublingual;
    • menton-lingual;
    • transversal et droit.

    Autrement dit, ces nerfs (participent) assurent les fonctions de mastication, de succion, d'avaler et de lécher. Le déroulement de ces processus dépend également de l'état des fibres cervicales et autres qui courent dans la région du crâne. Avec la névrite affectant la cavité buccale, la révision du nerf hypoglosse est obligatoire, mais ce n'est pas la seule procédure pour établir la cause du développement d'un trouble neurologique..

    Les causes

    La défaite du nerf hypoglosse est plus souvent diagnostiquée chez les hommes plus âgés. Le tabagisme est la cause de ce trouble dans de nombreux cas. En plus d'une mauvaise habitude, le développement de la maladie est facilité par:

    • hypothermie des ganglions;
    • évolution prolongée des pathologies de la cavité buccale (stomatite, gingivite et autres);
    • tuberculose;
    • syphilis;
    • septicémie étendue;
    • alcoolisme chronique;
    • opérations dans la cavité buccale;
    • kystes dans la bouche;
    • carence en vitamine B;
    • inflammation des ganglions lymphatiques sous-maxillaires.

    La violation de l'innervation de la langue est caractéristique d'un certain nombre de pathologies plus rares:

    • la sclérose latérale amyotrophique;
    • tumeurs cérébrales;
    • paralysie bulbaire;
    • violation de la circulation cérébrale;
    • athérosclérose vasculaire.

    De plus, une névrite et une paralysie du nerf hypoglosse surviennent à la suite d'une intoxication aiguë du corps causée par une exposition à des métaux lourds, un traumatisme des amygdales, une compression des fibres musculaires adjacentes, une hypovitaminose, ainsi que des pathologies endocriniennes et des réactions allergiques.

    Les symptômes de la défaite

    La névralgie hyoïde est caractérisée par une évolution paroxystique.

    Le principal symptôme de la lésion est considéré comme un syndrome douloureux, dont l'intensité augmente progressivement après l'exacerbation du trouble..

    La douleur est initialement localisée dans la région de la racine de la langue ou près des amygdales. Puis les sensations douloureuses se propagent au palais et à l'oropharynx, irradiant vers l'oreillette. De plus, les sensations désagréables dans le cou, la mâchoire inférieure et les yeux ne sont pas exclues..

    Une diminution de la température ambiante peut provoquer une attaque. Cela signifie que la neuropathie éclate souvent au printemps et à l'automne, suivie d'une rémission..

    La durée d'une attaque de neuropathie hypoglosse est de 2-3 minutes. Chez la plupart des patients, les symptômes sont unilatéraux. Autrement dit, la douleur survient à gauche ou à droite. Simultanément aux sensations douloureuses, il se produit une bouche sèche, qui est remplacée par l'activation de la sécrétion des glandes salivaires.

    Moins souvent, lors d'une attaque, les fonctions du palais supérieur et le réflexe de déglutition sont inhibés, ce qui entraîne une perte de la capacité à avaler de la nourriture. Dans le contexte d'une rechute, une augmentation de la perception du goût est possible et le patient ressent principalement de l'amertume en mangeant.

    Avec une exacerbation de la névrite, les fonctions des muscles innervés par le nerf affecté sont perturbées. Dans ce cas, la langue, lorsqu'elle fait saillie, dévie dans la direction à partir de laquelle le processus pathologique est localisé. La défaite des fibres nerveuses provoque une violation des fonctions de la parole et l'apparition de maux de tête.

    Lors de l'examen de la cavité buccale, la racine de la langue est soulevée du côté où le processus pathologique est localisé. Dans cette zone, les contractions du tissu musculaire ou la brûlure sont perturbées..

    L'intensité des symptômes décrits est augmentée par l'influence de la toux, de l'alimentation et d'autres irritations. Du côté de la localisation de l'inflammation, on observe une rougeur de la peau sur le visage et lors d'une toux, le patient ressent la présence d'un objet étranger dans la gorge.

    Le diagnostic de névralgie sublinguale est compliqué par le fait que le trouble provoque souvent des phénomènes cliniques systémiques. En particulier, après une exacerbation, la conduction nerveuse vers le cœur est perturbée, ce qui se manifeste sous la forme d'arythmies et d'hypertension artérielle. Diminution possible du tonus musculaire des membres et étourdissements avec perte de conscience à court terme.

    Pendant la rémission, la présence de névrite est indiquée par une salivation active.

    Le reste des symptômes, indiquant une lésion du nerf hypoglosse, ne dérange pas pendant cette période. Dans le même temps, la probabilité d'une autre attaque ne peut être exclue lorsque l'alimentation et d'autres facteurs sont impliqués..

    Mesures diagnostiques

    Le développement de la névrite du nerf lingual est causé par divers facteurs, par conséquent, ce trouble neurologique ne peut être guéri qu'après élimination de la cause. Pour poser un diagnostic, les procédures suivantes sont prescrites:

    1. Analyse sanguine générale. Aide à identifier les pathologies infectieuses et virales, les réactions allergiques, l'anémie.
    2. CT de la tête. En utilisant cette méthode, les facteurs (déplacement des os, tumeurs, etc.) qui ont provoqué la compression des fibres nerveuses sont identifiés.
    3. IRM de la tête. Aide à clarifier le type de tumeur à l'origine de la compression.
    4. Culture d'expectorations prélevées sur l'oropharynx. Il est utilisé lorsque vous soupçonnez un mal de gorge ou une autre pathologie causée par une infection bactériologique.
    5. Radiographie pulmonaire. Nommé pour suspicion de tuberculose.

    Les mesures diagnostiques différencient la maladie des autres pathologies. Ainsi, les lésions du nerf facial, caractérisées par des symptômes similaires, sont exclues..

    Thérapie médicamenteuse

    L'objectif principal de la thérapie est d'éliminer l'influence du facteur provoquant. Le traitement du nerf maxillo-facial est effectué dans deux directions.

    La première option de traitement consiste à prendre:

    • médicaments antituberculeux;
    • vitamines B12 pour l'anémie;
    • médicaments antibactériens pour les maux de gorge et autres infections bactériennes.

    Le traitement de la tuberculose est effectué uniquement dans des dispensaires spécialisés. Si nécessaire, le schéma thérapeutique est complété:

    • médicaments dont l'action vise à améliorer la circulation sanguine;
    • médicaments qui améliorent le métabolisme tissulaire;
    • les bloqueurs adrénergiques;
    • les bloqueurs de ganglions;
    • bloqueurs du système cholinergique.

    Le traitement principal est accompagné d'un traitement symptomatique, dans lequel des médicaments sont utilisés pour soulager les symptômes concomitants. Fondamentalement, à ces fins, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits: «Baralgin», «Ketanov» ou «Ketorolac». Les diurétiques et les antispasmodiques complètent ces médicaments. Si absolument nécessaire, les antidépresseurs tricycliques sont recommandés à la place des médicaments indiqués pour éliminer le syndrome douloureux causé par un spasme musculaire.

    En outre, les médecins prescrivent des médicaments qui normalisent l'état du patient avec des pathologies endocriniennes..

    Autres traitements

    L'inflammation du nerf hypoglosse n'est stoppée qu'avec des médicaments non stéroïdiens, sauf dans les cas où la neuropathie est causée par une infection bactérienne. Mais ces médicaments ont souvent un effet temporaire, car ils ne font que supprimer, mais n'éliminent pas le processus pathologique. Par conséquent, pour la neuropathie du nerf hypoglosse, d'autres méthodes de traitement sont utilisées..

    Le traitement physiothérapeutique basé sur la stimulation des fibres nerveuses affectées avec des courants modulés diadynamiques et sinusoïdaux donne de bons résultats. Si la neuropathie est causée par l'alcoolisme chronique, le traitement est effectué dans un établissement spécialisé et consiste à prendre des médicaments de désintoxication, une thérapie par un psychiatre.

    Lorsque les fibres nerveuses sont comprimées, une intervention chirurgicale est indiquée. Le type d'intervention est déterminé à partir des causes de la maladie. Pour éliminer les excroissances osseuses, une endoscopie est recommandée, grâce à laquelle l'effet négatif de la procédure est minimisé.

    Le traitement de la névrite hypoglosse s'étend sur des mois ou des années.

    Dans certains cas, les mesures prises ne donnent pas un effet durable et le patient se voit prescrire un médicament à vie qui empêche une autre attaque.

    Névralgie des nœuds sous-maxillaires et sublinguaux

    La névralgie des ganglions sous-maxillaires et sublinguaux est un syndrome de douleur paroxystique qui survient dans la région de la langue, sublinguale et sous-maxillaire. Elle s'accompagne d'une violation de l'innervation autonome de la glande salivaire sublinguale et sous-maxillaire avec trouble de la salivation. Le diagnostic de la névralgie est effectué par un neurologue sur la base de l'examen, de la palpation, des études de sensibilité et des résultats du blocage diagnostique. Un traitement complexe est nécessaire, comprenant une thérapie étiotropique, l'utilisation d'agents pathogéniques (bloqueurs ganglionnaires, analgésiques, bloqueurs adrénergiques), des blocages thérapeutiques, une thérapie vasculaire, symptomatique et métabolique. Dans la période de récupération, des préparations biogènes et de la physiothérapie sont prescrites.

    • Causes d'occurrence
    • Symptômes
    • Diagnostique
    • Traitement
    • Prix ​​des traitements

    informations générales

    Les nœuds sous-maxillaires et sublinguaux sont les ganglions périphériques du système nerveux autonome. Ils localisent les seconds neurones de la voie autonome, qui fournit une innervation aux glandes salivaires sublinguales et sous-maxillaires. Les neurones des ganglions reçoivent une impulsion à travers les fibres préganglionnaires émanant de la partie bulbaire du système parasympathique. Les processus des cellules nerveuses ganglionnaires forment des fibres postganglionnaires qui innervent les glandes salivaires correspondantes.

    Étant donné que les ganglions sous-maxillaires et sublinguaux sont localisés près les uns des autres et ont de nombreuses connexions nerveuses, lorsque la ganglionite et la névralgie du ganglion sous-maxillaire se produisent, en règle générale, la névralgie du ganglion sublingual se produit simultanément. À cet égard, la neurologie clinique considère les deux maladies comme une seule pathologie..

    Causes d'occurrence

    Les facteurs étiologiques de la survenue d'une ganglionite des ganglions sous-maxillaires et sublinguaux peuvent être: l'hypothermie, les maladies chroniques de la cavité buccale (gingivite, stomatite, parodontite, etc.), l'échec des procédures dentaires (extraction dentaire, prothèses), les maladies infectieuses (tuberculose, grippe, septicémie chronique, syphilis), foyers infectieux régionaux (angor, amygdalite chronique, sinusite, otite moyenne, lymphadénite cervicale). Souvent, la névralgie du nœud sublingual, ainsi que celui sous-maxillaire, se développe par réflexe non seulement dans le contexte de la pathologie chronique régionale, mais également dans les maladies des organes de la cavité abdominale et thoracique, du petit bassin (cholécystite chronique, gastroduodénite, ulcère gastro-duodénal du 12ème intestin, ulcère de l'estomac, pyélonéphrite, prostatite annexite, etc.).

    L'intoxication peut provoquer une ganglionite: exogène (poisons industriels, alcool, dangers ménagers, sels de métaux lourds) et endogène (par exemple, avec thyrotoxicose, diabète sucré, insuffisance rénale chronique, cirrhose du foie). Les facteurs contribuant à la maladie comprennent l'hypovitaminose et diverses affections allergiques. Habituellement, la névralgie se manifeste dans le contexte de troubles neurohumoraux existant dans l'organisme: troubles endocriniens, VSD, hypertension artérielle ou hypotension.

    Symptômes

    La névralgie du ganglion sous-maxillaire commence par une douleur soudaine dans la région sous-maxillaire du côté affecté. La névralgie sublinguale se manifeste par une douleur dans les 2/3 antérieurs de la langue (glossalgie) et dans la région sublinguale du côté correspondant. Une variante bilatérale de la névralgie est possible. Le syndrome douloureux a un caractère végétatif typique: une douleur lancinante, brûlante ou ennuyeuse survient dans les paroxysmes. La durée du paroxysme douloureux varie de 1 à 2 minutes à une heure. L'irradiation directe de la douleur s'étend à la mâchoire inférieure, à la surface latérale du cou, à l'occiput, à la tempe, à la ceinture scapulaire du côté affecté. L'irradiation réflexe provoque des douleurs dans la partie supérieure de la poitrine et du bras. Une douleur accrue peut survenir en mangeant et en parlant. Le développement le plus pathognomonique du paroxysme douloureux après l'ingestion d'aliments épicés ou abondants.

    La névralgie du nœud sublingual conduit à un gonflement de la langue, le nœud sous-maxillaire - à un gonflement de la région sous-maxillaire. Les troubles de la salivation sont typiques - plus souvent du type d'hypersalivation, beaucoup moins souvent du type de xérostomie.

    Diagnostique

    Un neurologue aide à établir un diagnostic de névralgie des ganglions sous-maxillaires et sublinguaux. Pour exclure la pathologie de la dentition, un dentiste est consulté. A l'examen, le neurologue révèle la présence de points douloureux dans la projection du nœud sous-maxillaire et sublingual, une palpation douloureuse de la région sublinguale et des 2/3 antérieurs de la langue du côté de la névralgie. L'étude de la sensibilité détermine l'hyperalgésie de la peau de la région sous-maxillaire et des parties antérieures de la mâchoire inférieure, ainsi que la membrane muqueuse de la région sublinguale et les 2/3 antérieurs de la langue du côté affecté. Il n'y a pas de troubles du goût. Dans certains cas, des troubles trophiques dans la zone d'innervation des ganglions atteints sont révélés: desquamation accrue de l'épithélium, hypertrophie des papilles de la langue, érosion ou défaut ulcéreux de la muqueuse.

    Afin de clarifier le diagnostic, un blocage diagnostique des ganglions autonomes correspondants est effectué. Pour elle, 3 ml de solution de lidocaïne ou de novocaïne sont généralement utilisés. Le diagnostic est confirmé dans les cas où le blocage soulage le syndrome douloureux. Le diagnostic différentiel est effectué avec des maladies des glandes salivaires correspondantes: tumeurs, sialadénite, kystes, maladie des calculs salivaires; avec névralgie du trijumeau.

    Traitement

    La névralgie du nœud sous-maxillaire et la névralgie du nœud sublingual nécessitent une approche thérapeutique intégrée. La première étape consiste à éliminer le déclencheur causal. Cela comprend le traitement étiotropique (médicaments antiviraux, antibiotiques, mesures de désintoxication, médicaments antiallergiques), l'élimination des foyers infectieux (amygdalectomie, sinusite, frontotomie, etc.), le traitement des maladies chroniques régionales et éloignées, la compensation des troubles endocriniens, le traitement de l'alcoolisme. Une telle thérapie est effectuée par des spécialistes étroits appropriés: un oto-rhino-laryngologiste, un urologue, un gynécologue, un endocrinologue, un narcologue.

    En présence d'adhérences, de tumeurs ou de cicatrices provoquant une compression des ganglions sous-maxillaires et sublinguaux, un traitement chirurgical est indiqué. Le traitement pathogénique comprend les inhibiteurs des systèmes cholinergiques (diphényltropine, alcaloïdes de belladone + phénobarbital, platifilline, métacine), les inhibiteurs ganglionnaires (pachycarpine), les bloqueurs adrénergiques (dihydroergotamine, pyrroxan, dihydroergotoxine), le paracétylamide sodique amydoplastotoxique La longue durée de la névralgie ou l'absence du résultat d'un traitement végétotrope est une indication pour l'utilisation de blocages thérapeutiques des ganglions atteints..

    En traitement complexe, il est conseillé d'utiliser des agents vasculaires (drotavérine, papavérine, pentoxifylline), à ​​partir de la 2ème semaine de la maladie - métabolites (vitamines des groupes B, PP, C, ATP). Le traitement symptomatique peut être effectué avec des antidépresseurs, des sédatifs, des tranquillisants. Il est possible d'utiliser la réflexologie (ponction laser, acupuncture, cryoréflexothérapie), surtout s'il existe des contre-indications ou des restrictions au traitement médicamenteux.

    En période de convalescence, la thérapie est effectuée avec des moyens biogènes: chasser la boue de l'estuaire, l'aloès, le corps vitreux du bétail. Leur combinaison avec l'introduction de la hyaluronidase est efficace. A ce stade, la physiothérapie est activement utilisée: électrophorèse, phonophorèse, SMT, galvanisation, DDT, inductothermie.

    Névralgie glossopharyngée: symptômes et traitements

    Dans le tiers postérieur de la langue, le goût est altéré, la salivation est altérée, les réflexes palatin et pharyngien sont réduits.

    La névralgie glossopharyngée est une pathologie assez rare, et se développe souvent après 30 à 40 ans.

    La névralgie est appelée syndrome de la douleur à l'endroit où passe la terminaison nerveuse. La différence entre la névralgie et la névrite en l'absence de réaction inflammatoire.

    Anatomie et tâches

    Du point de vue de la structure anatomique, la branche nerveuse a une structure complexe. La source du nerf glossopharyngien (n. Glossopharyngeus), qui est la IX paire de nerfs crâniens, est située dans la zone de 4-5 racines de la moelle allongée. Sortant de la partie antérieure du foramen jugulaire du crâne, le nerf s'épaissit, tend vers la base du crâne, en contournant la surface inférieure de l'os temporal. En outre, son chemin se situe entre les parties internes de l'artère carotide et la veine jugulaire, où il forme un arc vers le haut, qui se coince dans le système racinaire de la langue.

    Lorsque le nerf glossopharyngien se déplace vers la racine de la langue, un certain nombre de branches latérales en partent:

    • une branche du nerf tympanique, renforcée par les fibres sensorielles du plexus carotidien et du nerf facial, forme le nœud tympanique (source du processus pétreux);
    • les branches des nerfs pharyngiens, constituées de 3-4 structures, se dirigeant vers le bord latéral du pharynx, se connectent au nerf vague, forment un nœud du plexus pharyngé;
    • de minces rayons de la branche sinusale (carotide) pénètrent dans le sinus carotidien à travers sa paroi, plongeant dans l'épaisseur de la glande carotide (glomus carotidien);
    • la branche stylopharyngée tend vers le muscle du même nom, pénétrant dans sa structure;
    • Sortant du tronc principal près des amygdales, le nerf glossopharyngien avec de courtes branches se coince dans la membrane muqueuse des amygdales;
    • le nerf se termine par des branches linguales perçant la racine de la langue et s'étalant le long de celle-ci avec des filaments fins équipés de fibres gustatives.

    La proximité du nerf glossopharyngien avec son analogue vague met en œuvre les réflexes palatin-pharyngien, mais dans la plupart des cas se transforme en une lésion combinée avec des processus nerveux accessoires.

    Focus fonctionnel

    Le nerf glossopharyngé appartient aux structures mixtes. Dans le cadre d'une ramification nerveuse complexe, il existe plusieurs types de fibres qui assurent certaines fonctions:

    1. Grâce aux fibres motrices, le mécanisme d'élévation du pharynx par le muscle stylopharyngien est déclenché par un signal du système nerveux central. La combinaison des fibres motrices et sensorielles avec le nerf vague forme un arc réflexe des réflexes pharyngien et palatin.
    2. Une branche de fibres sensorielles qui pénètrent dans la membrane muqueuse des amygdales s'étend le long du pharynx, du palais mou, du tympan, du tube auditif et de la langue pour fournir une sensibilité dans ces zones.
    3. Les fibres aromatisantes sont similaires aux structures de fibres délicates. Les récepteurs façonnent la perception gustative des segments antérieur et postérieur de la langue.
    4. La branche des fibres parasympathiques prend naissance dans la partie inférieure du noyau salivaire autonome. La branche nerveuse assure la fonction de la glande parotide pour maintenir une salivation régulière.

    La pathologie associée à une lésion isolée du nerf glossopharyngé est rare. La maladie s'accompagne d'une altération des réflexes sensoriels, autonomes et moteurs avec leur extinction progressive du côté atteint. En cas de lésion bilatérale de la structure nerveuse, les nerfs vague et hypoglosse sont impliqués dans le processus, qui se termine par une paralysie bulbaire, qui a un pronostic défavorable.

    Examen médical

    Si le spécialiste soupçonne que le nerf hypoglosse est affecté, il déterminera les symptômes en examinant la langue dans la bouche. Tout d'abord, le médecin demande à tirer la langue. Ne soyez pas surpris, cette simple action peut indiquer le problème sous-jacent. Le médecin pourra déterminer visuellement le degré de la maladie. Si le nerf hypoglosse ne fonctionne pas bien, la langue dévie sur le côté. Cela est dû à une hypotonie musculaire d'un côté. La surface entière de l'organe semble ridée et devient inégale. Mais ici, il faut garder à l'esprit que de nombreux patients détournent délibérément leur langue vers le médecin afin qu'il puisse mieux l'examiner. S'il y a des doutes quant à savoir si la langue est rejetée volontairement ou involontairement, le patient se voit proposer de toucher la lèvre supérieure avec la pointe. S'il n'y a pas de pathologie, la pointe sera située au milieu, si le nerf est affecté, il se déplacera sur le côté.

    En plus de la déviation, le médecin doit faire attention à l'atrophie et aux contractions fibrillaires.

    Une lésion bilatérale du nerf hypoglosse survient dans environ 20% des cas. Cette condition est moins traitable et peut entraîner une perte complète de la parole..

    Image clinique

    Avec le développement de l'inflammation du nerf glossopharyngé, nous parlons du syndrome de névralgie, accompagné de symptômes de douleur vifs, d'autres signes caractéristiques de lésions des récepteurs nerveux. En fonction des causes de la pathologie, il existe deux directions de son développement - la névralgie primaire (type idiopathique) est due à l'influence d'une prédisposition génétique. La cause de la forme secondaire (symptomatique) est associée à la complication de maladies chroniques ou au développement de changements anormaux à l'emplacement du cervelet ou du pont cérébral.

    Pourquoi le nerf glossopharyngien souffre-t-il?

    Les causes les plus courantes de névralgie de ramification anatomique comprennent les facteurs provoquants suivants:

    • infections qui endommagent la moelle allongée, située dans la fosse crânienne postérieure;
    • maladies affectant les vaisseaux sanguins, ce qui conduit à un apport sanguin insuffisant aux tissus;
    • traumatisme cranio-cérébral, pathologie du système endocrinien, athérosclérose;
    • l'apparition de tumeurs qui serrent une certaine zone de la branche nerveuse, des situations d'hémorragie dans le tissu cérébral;
    • inhalation de vapeurs toxiques (essence au plomb) au travail, ce qui provoque une intoxication du corps;
    • développement de pathologies infectieuses du nasopharynx (virales et bactériennes), violation de l'intégrité des amygdales;
    • néoplasmes malins affectant le pharynx ou le larynx.

    Les signes de névralgie glossopharyngée peuvent être le résultat de l'herpès ou de la grippe - une infection virale nuit au fonctionnement du système nerveux. Chez les personnes âgées, en particulier chez les femmes ménopausées, l'apparition de la maladie est associée à une calcification du processus styloïde, une modification de sa structure. La cause d'une crise douloureuse de névralgie peut être un anévrisme ou un élargissement du lit de l'artère carotide..

    Les signes de lésion du nerf glossopharyngien sont similaires à l'inflammation du nerf facial, qui se manifeste par des spasmes paroxystiques de la langue, mais seulement d'un côté de celle-ci. Le patient ressent une douleur particulièrement vive lorsqu'il mange des aliments épicés.

    Comment se manifeste l'inflammation?

    Le principal symptôme du problème est la douleur. Il commence à la racine de la langue, capture progressivement les amygdales, se propage le long du palais mou, se déplaçant vers les structures de l'oreille. La médecine connaît des cas d'irradiation du syndrome douloureux au niveau des yeux, de la mâchoire inférieure et de la région cervicale. Une poussée de douleur d'une durée de 1 à 3 minutes peut provoquer des aliments qui brûlent la langue, bâillent, parlent.

    Quels sont les symptômes caractéristiques du syndrome glossopharyngé:

    • faiblesse et étourdissements;
    • assombrissement des yeux, perte de conscience;
    • une diminution des indicateurs de pression artérielle;
    • un changement brusque de goût - tout type de nourriture semble amer;
    • échec du processus de sécrétion de liquide salivaire.

    Le problème de la salivation s'inquiète de la sécheresse de la bouche lors d'une attaque douloureuse, après sa fin, une hypersalivation (augmentation de la salivation) se développe, qui se situe encore moins du côté affecté du visage que du côté de sa zone saine. La sécrétion salivaire sécrétée par la glande souffrant de névralgie glossopharyngée se caractérise par une augmentation de la viscosité. Dans certaines circonstances, un état pathologique peut provoquer des acouphènes, une altération de la perception visuelle, des troubles dépressifs dus à une fausse peur de s'étouffer avec des morceaux de nourriture.

    Un patient atteint de névralgie glossopharyngée doit dormir du côté sain. Se coucher sur le côté affecté s'accompagne d'attaques douloureuses en avalant de la salive.

    Caractéristiques de l'évolution de la maladie

    Les manifestations d'une maladie nerveuse se développent en raison de l'inflammation des branches du nerf glossopharyngé, ce qui entraîne une irritation de l'un d'entre eux. Il y a une suppression du centre d'activité vasomotrice situé dans le cerveau, et son inhibition se termine par une chute de pression.

    Le cours de la pathologie se déroule selon le scénario classique - des périodes d'exacerbation alternent avec des rémissions à long terme, dont la durée s'étend sur 12 mois, voire plus. Cependant, avec le temps, les crises deviennent plus fréquentes, accompagnées de périodes de rémission plus courtes dans un contexte d'intensité accrue de la douleur. Une augmentation du seuil de douleur amène les patients à gémir et à crier avec une bouche grande ouverte et la nécessité d'un frottement actif des tissus mous du pharynx sous la mâchoire inférieure.

    À partir du moment de la chronicité de la lésion du nerf glossopharyngien, le syndrome douloureux perd de sa fréquence, se transformant en une sensation constante, qui s'intensifie lors de la parole, de la déglutition et de la mastication. Le stade chronique de la maladie se manifeste par une diminution de la sensibilité dans les zones - les amygdales, le dos de la langue, la région palatine-pharyngée, la région de l'oreille. Les perturbations se manifestent par une modification des sensations gustatives dans la partie racine de la langue et une diminution du volume de salive. L'évolution de la névralgie symptomatique (sensible) est caractérisée par une progression progressive des troubles qui rendent difficile la mastication et l'avaler.

    Symptômes

    La maladie se caractérise par une douleur paroxystique d'intensité variable au niveau des amygdales ou de la racine de la langue. Habituellement, ils se produisent d'un côté, peuvent donner un "lumbago" dans l'oreille, le palais, le cou, parfois - dans le coin de la mâchoire inférieure.

    La douleur survient soudainement, parfois la nuit. L'attaque peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes. Elle s'accompagne généralement d'une salivation abondante, de rougeurs du visage et d'une toux suffocante. Dans leur contexte, une arythmie peut survenir ou une teinte hyperémique de la peau du visage peut apparaître. Dans de rares cas, un évanouissement est possible.

    Avaler, bâiller ou manger des aliments chauds, froids, amers ou épicés peut provoquer une attaque. Il est possible d'établir un diagnostic précis avec un effet positif de la prise de carbamazépine, un médicament antiépileptique. Lors d'une rémission stable, le patient a toujours peur de la récurrence des symptômes douloureux.

    Diagnostique

    Une certaine similitude de la névralgie glossopharyngée avec une pathologie faciale similaire nécessite une attention particulière dans le diagnostic. L'anomalie faciale est caractérisée par des crises de douleur à court terme avec des troubles de la déglutition à court terme. Un point distinctif est associé à la localisation des points de déclenchement: en cas d'inflammation du processus nerveux facial, la douleur est localisée le long du bord des lèvres, avec le syndrome glossopharyngé, la douleur est ressentie le long de la racine de la langue.

    Le critère pour le diagnostic de la névralgie est la présence des symptômes suivants notés par un neurologue:

    • douleur paroxystique dans la région de la branche nerveuse;
    • réflexe de toux, évanouissement, salivation;
    • douleur au point de l'angle mandibulaire;
    • développement d'une attaque provoquée par l'ingestion d'aliments amers.

    Le médecin vérifie le degré de réaction gustative en appliquant des solutions de différents plans gustatifs sur la langue du patient. Pour tester le réflexe pharyngé, touchez la paroi arrière du pharynx avec un tube en papier pour provoquer un mouvement de déglutition réciproque ou un réflexe de toux. En touchant le palais mou avec l'instrument, la présence d'une réponse palatine est vérifiée - en l'absence de problèmes, le palais se soulève avec sa luette. S'il n'y a aucun signe des réactions décrites, il y a lieu de suspecter une névralgie glossopharyngée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour le différencier de la pathologie du nerf vague..

    Aide au diagnostic instrumental

    Les patients qui présentent initialement une inflammation suspectée du nerf glossopharyngé doivent être soigneusement examinés après avoir examiné les détails des manifestations cliniques. Pour clarifier la cause de l'état pathologique, le patient se voit prescrire un schéma d'examens supplémentaires. Ce qui est inclus dans le programme de diagnostic instrumental:

    • La radiographie des deux mâchoires permet de détecter les signes d'hypertrophie styloïde, de clarifier sa taille et l'état du ligament hyoïde;
    • par la méthode de la tomographie (ordinateur et imagerie par résonance magnétique), le cerveau est examiné, ce qui aide à identifier les anomalies des structures osseuses et l'inflammation des tissus mous;
    • selon les résultats de l'électroneuromyographie, des dommages au lit glossopharyngé sont enregistrés, des violations qui empêchent la conduction normale des signaux nerveux sont notées;
    • le diagnostic échographique de la tête et de la zone cervicale vous permet d'évaluer l'état de l'artère carotide (vaisseaux), d'exclure l'athérosclérose, les signes d'anévrisme, la calcification et d'autres anomalies.

    Avant de choisir une technique thérapeutique pour le syndrome glossopharyngé, vous devez vous assurer qu'il n'y a pas d'autres maladies - inflammation des nerfs de la zone faciale (trijumeau, vague, etc.), glossalgie (douleur de la langue), abcès pharyngé, tumeurs du pharynx.

    Thérapie traditionnelle

    La névralgie idiopathique est difficile à traiter. Avec cette forme de maladie, les efforts des médecins se concentrent sur la restauration de l'état du patient et la prévention de nouvelles attaques. En raison du fait que dans la névralgie glossopharyngée, les symptômes et le traitement sont déterminés en fonction du facteur causal, le schéma thérapeutique choisi est souvent ajusté.

    Fondamentalement, avec cette pathologie, les médicaments suivants sont utilisés:

    1. "Novocaïne". Il est utilisé pour le syndrome douloureux insoluble. Dans de tels cas, une solution à 1 à 2% du médicament est injectée sous la racine de la langue.
    2. Analgésiques locaux (lidocaïne et autres). Ces médicaments sont placés sous la racine de la langue..
    3. Analgésiques non narcotiques. Fondamentalement, pour la névralgie, les anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que «Diclofenac» ou «Ibuprofen» sont utilisés sous forme de comprimés ou de solutions injectables.

    En fonction de l'état du patient et des caractéristiques du facteur causal, le traitement de la névralgie est complété par:

    • Vitamines B;
    • les médicaments anticonvulsivants ("Carbamazepin", "Finlepsin");
    • complexes multivitaminés;
    • les antipsychotiques ("Aminazin");
    • médicaments immunostimulants.

    En cas de syndrome douloureux sévère, les antidépresseurs, les hypnotiques ou les sédatifs sont indiqués.

    Dans certains cas, la thérapie conservatrice est incapable de faire face à la névralgie et nécessite une décompression microvasculaire des nerfs glossopharyngien et vague. Un tel traitement, en particulier, est nécessaire pour l'hypertrophie du processus styloïde. Dans le cadre de la procédure chirurgicale, le médecin excise le tissu qui comprime les fibres nerveuses.

    La prévention

    À titre préventif, il est recommandé:

    1. Évitez l'hypothermie et la surchauffe.
    2. Traiter en temps opportun les maladies dentaires, respiratoires et ORL.
    3. Respectez l'hygiène bucco-dentaire.
    4. Ne pas contacter, si possible, les porteurs de l'infection.
    5. Ne vous soignez pas.
    6. Inclure dans le régime des aliments riches en vitamine B1.
    7. Prenez des préparations multivitaminées deux fois par an.
    8. Renforce l'immunité de différentes manières.
    9. Être physiquement actif, faire du sport.
    10. Protégez votre tête contre les chocs, les chocs, les blessures.
    11. Contrôlez la teneur en sucre et en cholestérol.

    En cas de douleur vive dans la zone de passage du nerf glossopharyngé, il est nécessaire de consulter un neurologue au plus vite.

    Neuropathie du nerf médian - traitement

    Pour prescrire le traitement correct, il est nécessaire d'effectuer des procédures supplémentaires, d'établir le lieu du dommage et la véritable cause de son apparition. Pour clarifier l'image de la neuropathie, une tomodensitométrie de la main ou une radiographie est prescrite. Tout d'abord, le médecin découvrira si une intervention chirurgicale est possible. Une intervention chirurgicale est indiquée après des blessures graves, lorsque de grandes cicatrices ou adhérences pincent gravement le nerf. En conséquence, l'opération est la seule issue possible. Dans d'autres cas, des méthodes conservatrices sont utilisées pour traiter la maladie sous-jacente (hypertension, arthrite, diabète) et améliorer le fonctionnement du système nerveux. Traditionnellement, la neuropathie est traitée: Injections de diprospan et de lidocaïne. Le premier médicament soulage l'inflammation, l'enflure, le second réduit la douleur. Une paire de médicaments Movalis + Novocaine a un effet similaire. Mais il faut garder à l'esprit que malgré toute leur utilité, les anti-inflammatoires ont de nombreux effets secondaires - ils provoquent une fréquence cardiaque rapide, affectent agressivement l'estomac, provoquent de l'insomnie et des réactions allergiques. Assurez-vous d'informer votre médecin de l'apparition de symptômes indésirables afin de trouver un médicament plus approprié. De plus, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits sous forme de comprimés (par exemple, arthrosilène). Compte tenu de leur fort effet sur l'estomac, ils boivent simultanément Omez, Almagel Compresses de Dimexide, qui pénètre parfaitement dans la peau, réduit l'inflammation et apaise la douleur. Ces fonds soulagent rapidement l'inflammation et le gonflement, il est alors nécessaire de réguler directement le travail du système nerveux. Les médecins prescrivent:

    • Neuromidin - améliore la conduction de l'influx nerveux.
    • Milgamma ou médicaments similaires, neuromultivite - complexes de vitamines qui activent le système nerveux.

    En plus des médicaments, la neuropathie nerveuse médiane peut être guérie:

    le massage adoucit les tissus cicatriciels, augmente la circulation sanguine, renforce les muscles; la physiothérapie soulage l'inflammation, améliore la circulation sanguine, c.-à-d. nutrition des tissus musculaires et des nerfs, l'acupuncture "ravive" les terminaisons nerveuses, restaure leur conductivité; le port d'attelles spéciales fixe la position de l'os, des ligaments, soulage le stress inutile du nerf malade.

    Traitement de la neuropathie chez les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées

    La plupart des médicaments doivent être utilisés avec prudence dans l'enfance et la vieillesse, presque tous les médicaments sont interdits aux femmes enceintes. De telles restrictions sont associées à la fragilité des organismes des enfants et des personnes âgées, et l'effet de nombreux médicaments sur le fœtus n'a pas encore été étudié, vous ne devriez donc pas le risquer

    Pour toutes les catégories ci-dessus, des méthodes non médicamenteuses de traitement de la neuropathie sont recommandées (des vitamines peuvent être prises). Malgré le manque de recherche, les médecins prescrivent toujours de la neuromidine et certains anti-inflammatoires aux enfants, tandis que le médecin doit surveiller strictement l'état de l'enfant. Les femmes enceintes doivent généralement éviter les médicaments au premier et au deuxième trimestre, ils peuvent avoir un effet tératogène (perturbation du cours normal de la grossesse sous l'influence de certains facteurs physiques ou chimiques), provoquer une fausse couche, au troisième trimestre - naissance prématurée.

    Recommandations

    Consultation avec un neurologue, l'imagerie par résonance magnétique du cerveau est recommandée.

    Les principaux spécialistes et institutions pour le traitement de cette maladie en Russie:
    Docteur en sciences médicales, chef du département de l'Université de médecine d'État russe, professeur, académicien de l'Académie russe des sciences médicales Gusev E.I.; Directeur de l'Institut de recherche en neurochirurgie nommé d'après Burdenko N.N. Konovalov A.N..
    Les principaux spécialistes et institutions pour le traitement de cette maladie dans le monde:
    G. AVANZINI, Italie; Professeur Duke Samson, États-Unis.

    Traitement de la névralgie avec des remèdes populaires

    Si, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas consulter un médecin pour obtenir de l'aide professionnelle, vous pouvez appliquer des remèdes populaires pour la névralgie. Un traitement efficace est une décoction de saule, qui doit être prise dans 1 cuillère à soupe. l. 4 fois avant les repas. Pour préparer le produit dont vous avez besoin:

    • Versez de l'eau bouillante sur l'écorce de saule hachée (10 g) (200 ml);
    • laisser mijoter à feu doux pendant 20 minutes;
    • passer à travers une étamine, boire une fois refroidi.

    Vous pouvez être traité avec un mélange efficace à la maison, qui doit être utilisé tous les deux jours pendant un mois entier:

    1. Mélanger l'iode et la glycérine dans des proportions égales dans une bouteille en verre foncé.
    2. Agitez le flacon, humidifiez un tampon propre avec la solution.
    3. Lubrifiez les points douloureux, à l'exception de la zone de la colonne vertébrale.

    Traitement

    L'objectif principal de la thérapie est d'éliminer complètement le syndrome douloureux ou de réduire son intensité autant que possible. La question de savoir si le traitement coûtera une série de médicaments ou nécessitera une intervention chirurgicale dépend de la cause sous-jacente..

    Prendre des médicaments


    Pour arrêter une crise prolongée de névralgie, une application de 10% de Dikain est appliquée à la racine de la langue et du pharynx. La douleur disparaît en environ 6 ou 7 heures.

    Dans le même but, 1 ou 2% de novocaïne est injecté à la racine de la langue si Dikain est inefficace pour le patient.

    La finlepsine (carbamazépine) en traitement est le principal médicament. La dose quotidienne optimale est de 600 à 1200 mg, mais en l'absence de résultat, il est inutile d'augmenter la posologie, le médicament est donc annulé et la gabapentine est prescrite.

    Parfois, il est conseillé d'ajouter Difenin à la carbamazépine à 0,05 mg 2 ou 3 fois par jour, ce qui affecte les résultats beaucoup plus rapidement et mieux.

    En général, le schéma thérapeutique peut inclure les médicaments suivants:

    • Contemnol (carbonate de lithium);
    • une combinaison d'antipsychotiques et d'antidépresseurs - Eglonil, Pyrazidol, Fluoxetine;
    • avec une douleur intense - les doses les plus élevées de Tebantin, Gabagamma ou Konvalis;
    • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ibuprofène ou diclofénac;
    • Groupes Aloe, ATP et multivitamines.

    Neurochirurgie

    L'opération est nécessaire si le nerf est comprimé par les tissus voisins. Le plus souvent, le nerf succombe à la pression du processus styloïde, au ligament stylohyoïdien ossifié ou à une sorte de néoplasme.

    Décompression microvasculaire - une méthode endoscopique, au cours de laquelle la racine nerveuse est libérée de la compression.

    Le surplus du processus styloïde est coupé ou le ligament stylohyoïdien est disséqué - tout dépend de la cause de la compression.

    Physiothérapie

    Joue un rôle important dans un traitement complexe. La physiothérapie rétablit la circulation sanguine dans la zone à problème, réduit le nombre de crises et l'intensité de la douleur, et améliore également la microcirculation tissulaire dans la zone de localisation du nerf pincé.

    Parmi les cours de procédure les plus réussis, les suivants se démarquent:

    • exposition à des courants modulés sinusoïdaux;
    • exposition à un courant diadynamique et fluctuant;
    • magnétothérapie.

    Les causes

    Les raisons du développement de la névralgie glossopharyngée dépendent de la forme de l'évolution de la maladie.

    Comme déjà mentionné, les experts ne peuvent pas nommer les raisons exactes de la forme idiopathique - elle est donc appelée primaire. Récemment, cependant, on dit de plus en plus que les facteurs provoquants sont:

    • lésions systémiques des artères dues à un excès de cholestérol dans le sang;
    • infections laryngotorinologiques: rhinite, otite moyenne, amygdalite, pharyngite, laryngite, sinusite, trachéite;
    • intoxication du corps: intoxication alimentaire ou industrielle;
    • virus: amygdalite, ARVI, coqueluche, herpès.

    Remarque: Comment se produit l'inflammation du trijumeau?

    Les principales causes de névralgie symptomatique sont:

    • infections de l'arrière de la fosse ptérygo-palatine du crâne;
    • TBI;
    • maladies dictées par des troubles métaboliques et immunitaires: diabète sucré, hyperthyroïdie;
    • apport sanguin insuffisant dans cette zone;
    • blessure mécanique aux amygdales.


    Nerf glossopharyngé
    La névralgie glossopharyngée se développe également à la suite de la compression nerveuse. Cela est dû à:

    • néoplasmes intracérébraux au site du pont, de la moelle allongée et de la fermeture du cervelet: hémangioblastomes, épendymomes, plexulopapilomes, gliomes, médulloblastomes, névromes du nerf vestibulaire cochléaire, méningiomes, cholestéatomes;
    • néoplasmes dans les tissus nerveux: neurilemmome ou craniopharyngiome kystique-épithélial;
    • hématomes intracérébraux;
    • carcinome nasopharyngial;
    • syndrome stylohyoïdien (syndrome d'Eagle-Sterling);
    • anévrismes de l'artère carotide;
    • ossification ou calcification du ligament stylohyoïdien (diagnostiquée principalement à un âge avancé et pendant la ménopause);
    • croissance des ostéophytes dans le foramen jugulaire.

    Pour le traitement de la forme secondaire, il est impératif de rechercher la raison qui a provoqué son développement. Une récupération complète est impossible sans éliminer ce dernier..

    Neuropathie périphérique

    La paralysie périphérique du nerf hypoglosse est diagnostiquée si le processus affecte la racine ou le noyau intracérébral. Les médecins peuvent utiliser l'expression «parésie des muscles de la langue». Ces deux noms sont équivalents. Le plus souvent, cette maladie est unilatérale, mais s'il existe une pathologie des noyaux, des lésions musculaires des deux côtés peuvent apparaître. À l'examen, une atrophie de la partie problématique de la langue est perceptible. Le tissu perd de son élasticité, devient flasque et «froissé». Si le cas est grave, l'activité motrice de l'organe est considérablement limitée..

    Si le nerf hypoglosse est affecté d'un côté, la langue se déplace du côté sain dans la cavité buccale. Lorsque le patient tire la langue, il passe du côté douloureux. Le médecin peut observer des secousses fibrillaires (contractions). Parfois, ce processus est confondu avec les contractions musculaires habituelles qui peuvent survenir lorsque la langue est tendue en saillie. Si un spécialiste a remarqué un phénomène similaire, il devrait demander au patient de détendre les muscles de la langue. Les tremblements musculaires normaux s'atténueront, mais les tremblements fibrillaires resteront.

    Avec une lésion nucléaire profonde du nerf, un symptôme supplémentaire peut être une atrophie du muscle circulaire de la bouche. Le patient n'est pas en mesure d'effectuer les actions les plus simples - plier ses lèvres dans un tube serré, siffler, souffler.

    Avec une parésie flasque bilatérale, l'organe paralysé se trouve au fond de la cavité buccale. La parole et la capacité à avaler sont considérablement altérées.

    Les causes des dommages au noyau du nerf hypoglosse sont assez graves. Les plus courants sont:

    • paralysie bulbaire;
    • une maladie motoneurale, c'est-à-dire des lésions des motoneurones;
    • syringobulbia;
    • polio;
    • problèmes vasculaires.

    Nous expliquerons plus en détail les manifestations de plusieurs maladies.

    Étiologie de la maladie

    La névrite survient lorsque le nerf glossopharyngien est enflammé. Cela peut être causé par les raisons suivantes:

    Blessures. Le plus souvent avec des fractures des os du visage, ainsi qu'avec un traumatisme direct du nerf et des tissus environnants.

    Une névrite traumatique peut survenir après une administration infructueuse de l'anesthésie (par exemple, lors d'un rendez-vous chez le dentiste), ainsi qu'avec des prothèses inappropriées.

    • Infections. Toutes les maladies virales sont capables de provoquer une névrite, mais le plus souvent, elles sont provoquées par des agents pathogènes de l'herpès - zona, etc. Les autres maladies comprennent: la grippe, la tuberculose, la syphilis.
    • Processus inflammatoires chroniques (dans les dents, les gencives, la sinusite, etc.).
    • Hypothermie.
    • Les allergies.

    Il existe également des causes dites secondaires de névrite. Ceux-ci inclus:

  • tumeurs (névromes, mélanomes, etc.);
  • tuberculose;
  • lésions générales du système nerveux.